AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet
shadows hunters (jeremy)
Répondre au sujet


dream is a wish your heart makes
Kira Abberline
✩ messages : 404 ✩ avatar : douce clara.
✩ crédits : axelle d'amour (avatar) bat'phanie (sign) + kaotika (icons) + juliette armanet (à la folie)
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juin - 12:41

à rechercher le jour on trouve la nuit. à cette heure-ci de l'entre-deux, tu aimais traîner à la recherche des ombres fuyantes qui semblaient te rire dès le dos tourné. tu tournais toi aussi, en rond dans cette maison nouvellement investie mais vide de sa présence, rongée par le besoin de contrôle qu'il t'inspirait toujours. où était-il et avec qui, pourquoi n'avais-tu jamais l'impression d'être suffisamment essentielle pour être à ses côtés, mais trop peu inutile pour t'enfuir enfin refaire ta vie ? il fallait te rendre à l'évidence, tandis que tu grimaçais au ciel gris qui grondait au dessus de ta tête. il fallait réaliser qu'il aurait toujours besoin de toi, parfois, souvent au pire moment, jamais quand tu en aurais l’entière liberté, diluant ainsi dans l'ombre grisée de tes pupilles des espoirs de vie à deux. tu as poussé la porte du premier lieu qui a croisé ta route, espérant au hasard d'une nuit qui tombe t'effacer dans le bleu foncé du ciel, oublier tes douleurs dans l'humidité d'un lieu tranquille. c'est un bar qui sent les vieux sièges élimés, la bougie aussi bien qu'il n'en brûle aucune. l'espace est tenu par un petit homme maussade et dans un coin tourne un match de basket. tu voudrais t'effacer tout de suite, plonger dans le bleu sale des sièges et te fondre avec le paysage et la poussière. lasse de ces quelques pas, tu te laisses tomber contre un tabouret, tes avant-bras frêles qui viennent heurter le métal froid du comptoir. tu vas boire ce soir, te plonger dans ce monde d'ombres et de cris qui lui appartient, essayer de rentrer en contact avec lui depuis l'au delà. il aurait fallu que tu vois cet homme à côté de toi, le regard vide et les paumes serrées contre un verre. une ombre de plus à ton tableau de chasse.

_________________
à la folie
à la folie, je serre ta nuit contre ma nuit
je tente le tout pour la vie, le slow interdit. fête, drôle de fête, drôle de défaite. impossible tête à tête. danse, drôle de danse, drôle de cadence. impossible chance. ▬ kid.  shadows hunters (jeremy)  2913939529
Revenir en haut Aller en bas
trust, faith and pixie dust
Jeremy Aldrin
✩ messages : 1924 ✩ avatar : charlie.
✩ crédits : chrysalis (avatar) alittlebitofrain (icons).
★ âge : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 11 Juin - 14:35

trop de choses, ça te dépasse. madeline, alain, alexis.. dewey ! l'enfer qui te lèche les pieds et qui menace de tout faire s'écrouler. tu es resté dans la chambre miteuse que tu loues dans un motel à la sortie de la ville. tu as allumé ton écran et tu as essayé de taper quelques lignes mais l'inspiration te manque. tu n'es plus capable d'écrire, plus capable d'imaginer. tout ce qu'il te reste, c'est une réalité cruelle, froide et sans saveur. tu as peur, comme tout le monde tu supposes. vous êtes impliqués à trois dans une sordide affaire de meurtre. et si ça tombe, demain, qu'est-ce qu'il te restera ? tes yeux pour pleurer et la prison pour te loger. tu soupires, tu quittes l'endroit, tu sors de tes pensées. tu t'enfuis, comme toujours. tu trouves refuge dans un petit bar, tranquille. tu ne fais attention à rien, ni à personne. tu ne t'intéresses qu'au premier verre qu'on te serre. tu réfléchis à toute vitesse. il te faut une solution de repli. laquelle ? fuir le pays ? pourquoi ? ça serait sans doute trop suspect, non ? tu soupires, tu commandes un second verre. tu le tiens entre tes mains quand une silhouette s'installe à côté de toi. tu tournes le visage, tu étouffes un hoquet de surprise. chevelure flamboyante, traits marqués. tu crois rêver. lory ? tu as envie de hurler mais te retiens. ce n'est pas elle, ni son fantôme. ou alors.. un fantôme de ton passé. une maigre compensation, à l'époque. une transition, un transfert, peu importe. une femme plus jeune qui portait ses traits et qui t'avait permis de l'aimer par procuration. ki.. kira abberline ? tu tombes des nues quand enfin elle tourne son visage vers toi. ça doit bien faire six ou sept ans.. mais tu n'as pas oublié, tu te souviens de tout. et pourquoi ici, pourquoi maintenant ? timing improbable, timing détestable.

_________________

j'laisse personne entrer dans ma vie quoiqu'il arrive en vrai, j'suis très peu récompensé, c'est rare que j'ose danser. avec la solitude, on s'entend si bien.


GROSSE ABSENCE DES LE 04.01.19 !!!
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Kira Abberline
✩ messages : 404 ✩ avatar : douce clara.
✩ crédits : axelle d'amour (avatar) bat'phanie (sign) + kaotika (icons) + juliette armanet (à la folie)
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Juil - 14:27

nuit boréale, c'est pas la saison mais devant tes yeux les lumières dansent. tu es sans doute déjà en transe, pleine de l'ivresse que l'amour procure, lorsqu'il est heureux : cherchant ce sentiment de plénitude déjà disparu dans le mouvement raide et précis d'un serveur malheureux. encore un verre, pour la route, car la route est longue ; encore un pas, pour la vie, car déjà c'est la tombe. tu t'imaginais mourir plus vieille, kira : t'avais même pensé que tu finirais dans ses bras. quoi, c'est pas le cas, il n'est pas là pour t'épauler ? tu soupires, grimace aux lèvres, foutues vagues que fait la destinée. l'alcool est chaud, même pas foutus de le refroidir : faut dire qu'aussi, on ne peut espérer arriver très vite à l'ébriété grâce à un kir. qu'à celà ne tienne, la nuit t'avalera : tu n'as pas peur du noir, mais bien plus du retour à ses draps. où est-il et pense-t-il à toi, va-t-il ici débarquer pour commander quelques autres téquila ? tu soupires, pleine de langueur, sans ardeur, il faut vivre.

tu repenses un instant à des moments dorés, durant lesquels tes seuls soucis étaient encore de ne pas choisir un bikini déparaillé, quand au moment du décollage de l'avion vous aviez toujours ce même sourire, à regarder les cheveux éparses de mandy s'agiter parce qu'elle allait vomir. tu en riais encore, il n'y a pas si longtemps, aujourd'hui tu as l'impression de penser à du vent, pourquoi la vie s'est échappée entre tes doigts, comme du sable qui file sous l'effet du souffle sous les toits. il faut ré-apprendre à vivre kira, dans cette vie qui ne te mérite pas. tu es brave, si courageuse, ta voix si suave qui se perd dans un sanglot aux notes orageuses. ne pas pleurer, et puis quoi encore, comme s'il l'avait mérité, cette idiot à moitié mort.

ki.. kira abberline ? une voix qui s'élève de la pénombre, sans qu'il ne soit possible de confondre. tes muscles qui se tendent sur cette vodka-coca, t'aimes même pas ça, mais il faut bien franchir le pas. son visage te glace le sang, tendu contre le seul rayon de lumière, avec cet air absent. tu as changé, cela ne fait aucun doute, mais jeremy a vieilli, tu vois ce qu'il en coûte. tu es tentée de t'en satisfaire, mais soudain te rétractes, c'est qu'il a du en voir des parties de l'enfer, pour avoir l'oeil qui autant se détraque. jeremy... tu souffles à demi-mots, une vieille chanson soufflée pianissimo, la mélodie de vieux instants de bonheur, un jour brisés par l'incapacité à aimer de ce pauvre picoleur. s'il est encore beau, tu crois que oui, jeremy avait dans les yeux ces milles mots qui veulent dire vit, vit, aime, continue d'avancer, c'est avec lui que t'avais envie de marcher, loin en arrière dans une époque bénie, où tes seuls problèmes portaient la couleur que ses envies.

_________________
à la folie
à la folie, je serre ta nuit contre ma nuit
je tente le tout pour la vie, le slow interdit. fête, drôle de fête, drôle de défaite. impossible tête à tête. danse, drôle de danse, drôle de cadence. impossible chance. ▬ kid.  shadows hunters (jeremy)  2913939529
Revenir en haut Aller en bas
trust, faith and pixie dust
Jeremy Aldrin
✩ messages : 1924 ✩ avatar : charlie.
✩ crédits : chrysalis (avatar) alittlebitofrain (icons).
★ âge : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Sep - 9:00

on n'oublie jamais rien, il paraît. ton regard se dresse sur sa silhouette et tout te revient. parce que tout n'est jamais que successions d'images et de chansons, petits rappels subtils de vies qu'on a croisées et dont, invariablement, on a fini par se détourner. le goût âcre des regrets, la couleur nappée de l'amertume, l'odeur particulière de la culpabilité. tout est là, inscrit dans ses yeux, dans les tiens. les années se sont écoulées, offrant tour à tour petits bonheurs et gros malheurs. vous avez changé, considérablement vieillis également. les rides au coin de ses yeux, marques indélébiles des outrages vécus et des misères connues. tu souris, malgré tout. tu te rappelles d'un amour si fort, si brillant. de ses cheveux roux qui dansaient dans tes bras et de son rire si particulier. de cette pâle copie d'un amour que tu crevais de vivre à l'université et qu'elle avait décidé de t'offrir en écartant simplement les bras. l'accueil, la chaleur, l'écueil finalement de vos vies. tu souris, malgré tout, car tu repenses à tout ce qu'elle était et ce qu'elle n'est plus. tu la vois changée, métamorphosée. un homme, forcément. tout se brise toujours aux contacts rugueux et aqueux de l'homme. elle prononce ton prénom jeremy... d'une voix doucereuse et mélancolique. ça te ramène des lustres en arrière, comme un bon mirobolant vers tout ce que partagiez. tu souris, un peu plus, tu écartes même les bras. à ton tour sans doute de l'accueillir, de l'étreindre, n'est-ce pas ? si je m'attendais à te croiser ici, à trois-rivières. tu prononces en la serrant contre toi. ce geste si naturel autrefois te paraît pourtant désuet aujourd'hui. tu ne prolonges pas, mal à l'aise, tu te recules, passes même une main sur tes cheveux. tu voudrais lui dire tous les mots que tu n'as jamais su prononcer mais tu es incapable de trouver la formulation exacte à tes excuses sincères et profondes. qu'est.. qu'est-ce que tu fais ici ? c'est un peu triste, sans doute un peu incisif également, bien loin des mots que tu voudrais choisir. mais la curiosité l'emporte. kira à trois-rivières, pourquoi ? depuis quand ? la dernière fois, vous étiez aux portes du paradis, à l'autre bout du monde. pourquoi se retrouver ici, pourquoi maintenant ?

_________________

j'laisse personne entrer dans ma vie quoiqu'il arrive en vrai, j'suis très peu récompensé, c'est rare que j'ose danser. avec la solitude, on s'entend si bien.


GROSSE ABSENCE DES LE 04.01.19 !!!
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Kira Abberline
✩ messages : 404 ✩ avatar : douce clara.
✩ crédits : axelle d'amour (avatar) bat'phanie (sign) + kaotika (icons) + juliette armanet (à la folie)
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 23 Oct - 14:31

il expirait dans l'air le parfum d'un passé abstrait, celui de kira la jeune femme dont le coeur n'a pas encore connu les tourments de l'amour. il te rappelait par son regard liquide et torturé les meilleures et les pires heures de ta jeune vie, les passions puériles, les instincts trompeurs, les nuits courtes, les matins à rallonge. on avait toujours pu lire dans les yeux de jeremy quelque chose d'agard, de désemparé, malgré son apparence robuste et ses traits toujours tirés. il avait encore, des années plus tard et à l'épreuve du temps, cette lueur enfantine et malicieuse au coin des yeux. une immaturité chronique, constante, qui t'avait fait tomber en avant pour son sourire. jeremy avait été les premières lettres des mots désir et amour, et c'est toute entière que la jeune kira, n'ayant encore rien connu de la vie, s'était jetée dans son piège infernal.

encore aujourd'hui à le voir là, à sonder le petit bout de son âme qui dépassait encore, tu ne doutais pas que jeremy t'ait porté une affection sincère. il t'avait sans doute seulement aimée brièvement, tardivement, mais sincèrement. tu n'attendais depuis bien longtemps rien d'autre qu'un silence bien mérité, et avais renoncé à lui faire porter le chapeau de la seule responsabilité de l'échec de votre histoire : son instabilité émotionnelle avait fait écho à ton immaturité latente, toi la jeune vendeuse de sex-shop. il te semblait appartenir à une autre ère plutôt qu'une autre époque ; il s'était écoulé dans de temps mais surtout tant de choses depuis votre dernière rencontre que tu avais presque peur de le voir partir en poussière si tu tentais de le toucher. fier et combatif, il ne se laissa pas prendre par cette angoisse et ouvrit deux bras larges vers toi, un sourire compulsif sur les lèvres. ton corps frêle se laissait approcher sans prendre la mesure du geste, tu étais devenue docile parce qu'éteinte, une poupée à manipuler. si je m'attendais à te croiser ici, à trois-rivières. le contact fut rapide, inopportun. il te laissait de marbre parce que ton coeur était vidé de trop de luttes et tu étais sûre que tu ne parviendrai pas à t'attendrir des douceurs d'un vieil amant. comme tu aurais voulu, poser contre sa joue un baiser doux et laisser fleurir un peu de guérison. qu'est.. qu'est-ce que tu fais ici ? il demande, te laissant doucement revenir à toi, le regard qui se fige sur son visage concentré. tu le vois indécis, lui qui a pourtant toujours su manipuler les mots avec la précision d'un orfèvre. je... tu chuchotes, prise de court. ton regard se perd dans le liquide sombre de ton verre et sur ta main agitée de très légers tremblements. j'ai... comment annoncer que l'on se meurt pour quelqu'un, une nouvelle fois ? ton regard de biche, grand, immense et effrayé, se perdit quelque part entre lui et toi. je suis venue retrouver quelqu'un te paraissait explicite mais silencieux, tu disais tout sans trop le dire, inquiète des répercussions de tes propres choix.

_________________
à la folie
à la folie, je serre ta nuit contre ma nuit
je tente le tout pour la vie, le slow interdit. fête, drôle de fête, drôle de défaite. impossible tête à tête. danse, drôle de danse, drôle de cadence. impossible chance. ▬ kid.  shadows hunters (jeremy)  2913939529
Revenir en haut Aller en bas
trust, faith and pixie dust
Jeremy Aldrin
✩ messages : 1924 ✩ avatar : charlie.
✩ crédits : chrysalis (avatar) alittlebitofrain (icons).
★ âge : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Oct - 13:47

votre reflet fait sans doute peur à voir, deux âmes complètement éteintes qui se retrouvent confrontées à ce qu'elles avaient partagé autrefois. était-ce mieux que ce que vous viviez aujourd'hui ? tu ne crois pas. c'était sans doute différent. mais déjà, tu te perdais. lory avait été un point d'orgue dans ta vie, en s'éteignant, elle avait également tout éteint autour de toi. les conséquences avaient été terribles, ta chute avait duré longtemps et durait sans doute encore aujourd'hui. on ne se relève jamais entier d'un chagrin d'amour, pire encore quand de l'amour n'existe aucune réciprocité. vous n'aviez jamais été ce couple, lory et toi. alors quand tu avais rencontré kira.. des années plus tard, tout avait changé. elle était belle, elle était rousse, elle était jeune. de l'âge de lory juste avant de mourir. tu t'étais rapidement épris de son sourire, de ses boucles oranges et de son naturel incisif. tu t'étais épris de sa tourmente, de ce regard qui en disait bien plus long que tous les mots qu'elle employait et de la douceur de ses paumes. mais tu t'étais épris d'une image, avant tout. d'une enveloppe, d'un souvenir. lory était alors tienne, lory t'appartenait enfin. une quête qui touchait à son paroxysme et qui t'avait, finalement, conduit à quitter la jeune femme à peine un peu plus tard. depuis tout ce temps, tu n'avais guère progresser. les failles restaient les mêmes, les douleurs aussi. et l'homme qu'elle retrouve ce soir est le même qu'elle rencontrait alors, des rides en plus, certes, mais toujours la même absence au fond des yeux. je... elle a changé, cependant. plus femme plus adulte, mais plus blessée que jamais, encore. le teint pâle, le regard hésitant, fuyant. les épaules voutées, le verre entre les mains. j'ai... et puis, elle lève les yeux vers toi et ton corps se tend. tant de souffrance, tant de silence. t'en pleurerais presque. la même expression que toi.. je suis venue retrouver quelqu'un "un chagrin d'amour", tu penses sans la quitter des yeux. on ne se relève jamais entier d'un chagrin d'amour, tu étais bien placé pour le savoir. tu regardes alors autour de vous, tu esquisses un léger sourire et puis, tu retombes sur elle, sans rien dire. tu supposes, tu devines.. tu te sens mal pour elle, mal pour toi, mal pour vous. vous n'avez pas progressé, tout ce temps. même sans vous voir. vous ne pouvez vous vanter d'avoir réussi quoi que ce soit puisque vous n'avez fait que reculer, reculer encore. je suppose qu'il n'est pas ici. tu dis à voix basse, ton regard qui se noie dans le verre que tu tiens entre tes mains, à ton tour. je suis désolé. tu ajoutes, comme si ça pouvait l'aider, comme si ça pouvait vous aider.

_________________

j'laisse personne entrer dans ma vie quoiqu'il arrive en vrai, j'suis très peu récompensé, c'est rare que j'ose danser. avec la solitude, on s'entend si bien.


GROSSE ABSENCE DES LE 04.01.19 !!!
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Kira Abberline
✩ messages : 404 ✩ avatar : douce clara.
✩ crédits : axelle d'amour (avatar) bat'phanie (sign) + kaotika (icons) + juliette armanet (à la folie)
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Déc - 19:18

l'alcool dans ta bouche se dilue dans un goût de mort. on dirait un poison savamment sucré qui passerait directement au creux des veines, s'insinuant dans l'esprit pour en défaillir les principes, les promesses et les espoirs. dans le fond de ce verre tombent, pèle-mêle, les pistes que tu as abandonnées : celle d'un avenir douillet, celle d'une fuite en avant, celle d'un oubli et celle d'une autre vie. dans ces quelques centilitres d'un liquide translucide se concentrent des années d'attente et l'immobilité qu'est devenue ta vie : et si un glaçon flotte négligemment à la surface, dans ton cœur, c'est une lourde pierre qui tombe vers le fond.

si seulement tu pouvais couler. couler à pic, couler pour de bon, glisser sur les rochers puis couler vers le large, t'abandonner aux flots, respirer à peine, disparaître enfin. couler sans laisser de traces d'autre qu'un peu d'écume vite dispersée. au lieu de quoi quelque chose te ramène inexorablement à la surface, quelque chose de grand et de détruit de l'intérieur, il est vide cid alors il flotte mieux. ça te tue à petit feu qu'il soit devenu ton radeau, ton seul enfin de fortune contre la tempête. mauvais choix. tu jettes un regard absent au corps sombre de jeremy, celui qui se découpe dans la pénombre des lieux, à ses épaules nettes, lourdes qui semblent porter un poids invisible. il fut un temps, une époque lointaine où ces épaules te semblaient être le seul refuge et aujourd'hui, tu constates qu'elles s'affaissent elles aussi.

tu avais peur de lui avouer que tu avais failli, failli à être heureuse et à atteindre l'île. et bien qu'il semblait s'être perdu lui aussi, jeremy même amoché n'avait rien perdu de la superbe de sa présence. le temps avait fait son chemin sur sa peau fatiguée, aussi il n'avait besoin d'aucun mot pour que tu ressentes ses misères, ses folies, et toutes les fois où il avait perdu pied, lui aussi. compagnons d'infortune, depuis toujours. je suppose qu'il n'est pas ici. il avait dit à voix basse, dans un sourire désolé. il avait compris à demi-mots, compris si vite qu'il semblait être le seul encore capable de t'écouter. il t'arrachait un sourire triste, mais un sourire quand même. non, tu soufflais si doucement que seule son oreille profitait de tes mots. je suis désolé. il se sent obligé d'ajouter, comme tu l'aurais fait toi aussi, devant l'exposé de ses malheurs, devant l'étendue de ses pertes. ta main, froide du contact d'un verre dont tu ne veux plus, se pose brusquement sur la sienne et s'y glisse, l'enserre. tu veux couler, mais tu ne veux pas te noyer, et jeremy nage sans doute mieux que toi. dis-moi. dis-moi ce que tu deviens, tu murmures dans un souffle désespéré d'entendre des bonnes nouvelles qui n'arriveront jamais.

_________________
à la folie
à la folie, je serre ta nuit contre ma nuit
je tente le tout pour la vie, le slow interdit. fête, drôle de fête, drôle de défaite. impossible tête à tête. danse, drôle de danse, drôle de cadence. impossible chance. ▬ kid.  shadows hunters (jeremy)  2913939529
Revenir en haut Aller en bas
trust, faith and pixie dust
Jeremy Aldrin
✩ messages : 1924 ✩ avatar : charlie.
✩ crédits : chrysalis (avatar) alittlebitofrain (icons).
★ âge : 39
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Déc - 10:15

ça fait longtemps que tu te noies, à présent. t'as oublié à quoi ressemble le soleil, emmuré dans tes problèmes, tes mensonges et tes querelles. t'as oublié quel goût à la liberté, enchaîné à tes chimères, tes monstres et tes démons. t'es dans les limbes exquises d'un monde qui ne demande que ta peau. on veut te tuer, tu l'sais depuis longtemps. on n'veut surtout pas d'toi ici. à qui pourrais-tu le reprocher. t'aurais jamais dû écouter alain, jamais dû prendre connaissance de cet e-mail et surtout jamais dû remettre les pieds à trois-rivières. tout t'aveugle et t'étouffe. tu vas finir par te perdre, te noyer, te tuer et sombrer. tes conneries d'étudiant qui, tout à coup, deviennent des conneries d'adultes. tu peux pas retourner en arrière. et même si tu l'pouvais, tu n'sais pas si tu effacerais. tu n'regrettes pas. pas d'avoir sauvé lory, pas un seul instant d'avoir mis un terme au joug de cet obsédé. si tu pouvais r'venir en arrière, tu f'rais sans doute pire. tu l'ferais seul, t'éviterais d'y mêler vanessa et alain. ils avaient rien d'mandé, aujourd'hui encore. et pourtant, t'y voilà, vous y voilà. des années plus tard. à payer vos frasques, on réclame l'addition mais t'es pas prêt à payer. t'as pas les moyens, de toute manière. t'as fait de tes conneries ton plus grand succès. des livres qui se vendent comme des petits pains mais qui te ramènent inlassablement à l'ado que tu as été, le meurtrier que tu seras toujours.
retrouver kira, c'est retrouver un semblant d'oxygène. un souvenir fugace d'une vie qui aurait pu être normale, banale. un amour rencontré, un amour partagé et consommé. et puis, plus rien. parce que trop amochés. l'un comme l'autre. elle l'est encore. ça se lit dans son regard, ça s'entend dans sa voix. tu l'es encore plus. mais tu le caches sans doute mieux. elle dit non comme si elle te soufflait un rien de vie, tout ce qu'il lui reste. tu souris, à moitié. tu sens ton coeur se serrer. tu ne la sauveras pas, pas cette fois. pas plus que la dernière fois. tu ne peux plus sauver personne. tu t'es résous à cette fatalité cruelle qui te conduit à boire, pour oublier, pour estomper. dis-moi. dis-moi ce que tu deviens elle serre ta main, tu baisses les yeux. sa peau est blanche, ses phalanges rougissent. t'as pas d'espoir à distribuer, t'as plus rien en stock que d'amères vérités. tu soupires, tu lèves tes yeux vers elle rien d'bon, j'en ai bien peur. tu lui dis sans sourciller. tu voudrais lui promettre que tout ira bien, sans doute, demain. mais tu mentirais. rien ne s'arrangera, t'es perdu. au moins autant qu'elle. j'ai plus d'espoir à distribuer, kira. je suis désolé. tu enlèves ta main, un peu plus brisé encore. tu prends ton verre, le vide d'une traite. t'as rien à lui offrir qui puisse l'exaucer. t'es sombre, un poison qui pourrait bien la briser un peu plus si elle prenait le risque de rester là.

_________________

j'laisse personne entrer dans ma vie quoiqu'il arrive en vrai, j'suis très peu récompensé, c'est rare que j'ose danser. avec la solitude, on s'entend si bien.


GROSSE ABSENCE DES LE 04.01.19 !!!
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Kira Abberline
✩ messages : 404 ✩ avatar : douce clara.
✩ crédits : axelle d'amour (avatar) bat'phanie (sign) + kaotika (icons) + juliette armanet (à la folie)
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 30 Jan - 10:12

il avait l'air d'un parchemin retrouvé par inadvertance dans le fond de la grotte, usé par le temps, le sel, les vents et les malheurs qui ont passé. sa peau était sèche, on aurait pu tracer dessus les contours de lettrages anciens, les dessins d'un dialecte depuis longtemps oublié, les prémices de civilisations grandioses. oui, jeremy était à lui seul les hiéroglyphes de toute l'égypte, usé, vaincu, en partie effacé mais refermant les plus incroyables des secrets. kira ne ressentait aucune curiosité ni aucune malice : elle était fatiguée de creuser sous le sable pour trouver les trésors de l'existence. elle aurait voulu, peut-être rien qu'une fois, n'avoir qu'à tendre la main pour se retrouver nez à nez avec le bon, le vrai, le facile. certains lui diront, l'air froid et calculateur, que le bon et le facile n'a aucune saveur, mais kira a la langue brûlée par l'alcool fort, elle se mue peu à peu en tout ce qu'elle déteste.

sa main est aussi froide que celle d'un mort. l'espace d'un instant, elle croit qu'il est et qu'elle nage dans un songe aussi sombre que ses mots. puis son souffle chaud l'atteint, irrévérencieux, lointain, il a la voix grave des mauvais jours. rien d'bon, j'en ai bien peur. il lui reste le courage de la regarder dans le fond de ses yeux pâles, elle n'avait jamais remarqué à quel point ils se ressemblent, elle et lui. c'est peut-être pour ça, elle se dit dans un éclair de lucidité, qu'elle était tombée pour lui aussi vite que la chute d'une météorite sur terre, et qu'elle s'était accrochée à ses bras comme on tente de retenir de l'eau entre ses mains : jeremy était l'un de ses doubles, le personnage fantôme de sa vie, il était elle et elle était lui, par intervalles réguliers. elle se sentait lui distribuer silencieusement comme une pointe d'affection passée.

j'ai plus d'espoir à distribuer, kira. je suis désolé, il souffle en retirant brusquement sa main de la sienne, comme éperdu de chagrin. il avale sans respirer son breuvage étouffant, et kira regarde avec une sorte de fascination morbide le liquide descendre le long de sa gorge, sa pomme d'adam se soulever avec violence, puis retomber contre sa peau pâle. elle reste silencieuse un long moment, contemplant de deux yeux amer son verre vide, le sien, puis la pièce qui les entoure et semble les avaler. elle avait besoin de la chaleur de son contact comme on a besoin d'un peu de lumière dans une maison sombre mais plus rien ne brûle à l'intérieur de lui. lentement kira se lève, elle tend un doigt pour recommander mais sans attendre de savoir si l'information est passée, elle dépasse jeremy de ses longues jambes et sort dans le froid, à peine couverte. elle tord ses doigts pour attraper entre ses lèvres une cigarette qu'elle allume maladroitement avant de glisser contre le mur de tout son poids, une larme qui roule sur sa joue quand ses poumons décident d'expirer.

_________________
à la folie
à la folie, je serre ta nuit contre ma nuit
je tente le tout pour la vie, le slow interdit. fête, drôle de fête, drôle de défaite. impossible tête à tête. danse, drôle de danse, drôle de cadence. impossible chance. ▬ kid.  shadows hunters (jeremy)  2913939529
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

shadows hunters (jeremy)



Page 1 sur 1 ~

 Sujets similaires

-
» Un workshop avec Jeremy Oneil si ça vous interesse.
» [0911-D] Jeremy GAZEAU
» Jeremy
» Jeremy Perbet (Moulins) en ligue 2 à Strasbourg?
» JOYEUX ANNIVERSAIRE JEREMY L

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Vers l'Est.-