AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

je vais bien ne t'en fais pas (madexis)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 402 ✩ avatar : Keira Knightley
✩ crédits : avatar : minako ; gif : vocivus , icons : swan ; text : me
★ âge : 38
Jeu 21 Juin - 12:59

je vais bien ne t'en fais pas  ⊹ Voilà bien longtemps que l’été attendait de pointer le bout de son nez, la chaleur était à son apothéose comme si elle s’était fait attendre depuis toujours. En parlant de chose qui s’était fait attendre il y avait ces retrouvailles avec Alexis, bien que nous soyons amies que par intérêt il y avait des choses indélébiles des moments que je ne pouvais parler qu’à elle. Notre relation était pour le moins des plus instable, elle était comme cet avion qui rayait le ciel et qui changeait tout à coup de direction. Une amitié qui n’était jamais sûre de savoir où elle était, un coup dans les confidences, un coup dans les manigances. Je ne saurais vous l’expliquer mais il y avait ce lien qui nous unissait elle et moi à tout jamais. Deux caractères diamétralement opposés certes, mais deux femmes ayant besoin de temps en temps de lâcher toute leur rancœur l’une contre l’autre pour se délivrer de tout ce qu’il y avait de pire chez l’autre. Depuis mon arrivée ici je n’avais pas pu profiter d’une chaise longue et de bronzer avec ma bouteille de whisky, d’allées en allées alors que les oiseaux chantaient dans leurs arbres moi je rencontrais le festival des fantômes du passé. Pourtant c’était moi qui avait voulu revoir Alexis, je lui avait tendue une perche car je pensais tout simplement qu’on pourrait elle et moi se libérer de toutes ces chaînes qui nous retenaient à notre passé. Nous avions grandis, mûris et parfois changées mais il en demeurait que malgré toute la jalousie que je pouvais lui conférer, elle faisait partie de moi. Une bouteille d’un grand crue entre les mains je me dirigeais chez elle, j’avais vu devon il n’y a de cela pas trop longtemps. C’était tout de même triste de voir un couple à tel point se détruire, à tel point ne plus s’avouer des choses pourtant simple. J’avais croisé un devon imbibé d’alcool, un devon qui ne me parlait presque plus d’elle. Je n’avais jamais été contre cette union car tout simplement je pensais que ça leur offrirait un répit. Nous avions prit trop cher avec lory, que ça soit alexis, devon ou moi. Ils méritaient d’être heureux, ils le méritaient sincèrement. Je tapais le digicode qu’elle m’avait transmit plus-tôt pour atteindre sa cage, celle où elle s’enfermait. Quelques étages plus haut je sonnais à sa porte. C’était une toute autre Alexis, pas celle de mon passé qui m’ouvrait la porte. Si j’avais pourtant l’habitude de jeter mes propos acerbes à qui veut les entendre en voyant son visage triste, ces cernes qui prouvaient qu’elle ne devait pas beaucoup de dormir. Il fallait que je comprennes ce qui n’allait pas et peut-être qu’après je pourrais enfin dégainer comme je l’avais toujours fait. « Bonsoir Alexis, merci de m’avoir invitée » lui disais-je simplement avant d’enter dans le salon et me lover dans son canapé. J’étais arrivée peut-être trop rapidement pour elle, peut-être qu’elle faisait autre chose mais je connaissais que trop bien le cachet que je voyais à terre, celui qui nous faisait dormir, dormir pour oublier. C’était peut-être ça son mal à elle, nous avec devon c’était avec l’alcool. « Avant toute chose Alexis, tu connais ma réputation pour tout observer tu vas pas louper à la règle qu’est ce que tu fous avec ça ? Sérieusement Alexis ? J’ai croisé Devon il n’avait pas l’air bien non plus. ». Je soufflais, avant de poser le cachet sur la table basse. « J’ai aucune leçon à te donner, tu connais que trop bien mes penchants pour l’alcool mais je ne peux pas te voir avec ça et devon en quête d’alcoolisme. ». J’attendais qu’elle revienne vers moi avec le tire-bouchon et les verres. Pour une fois j’étais presque désolée de ce que je voyais, celle que j’avais jalousé toute ma vie était dans le même état que moi. Je déplaçais délicatement une mèche de ces cheveux qui rayait son visage tout en lui disant. « Ok, ça a toujours été bizarre entre nous t’as aucune explication à me donner et je suis sûrement la seule à qui tu ne voudrais pas te confier mais je pense que toi comme moi il est temps de faire table rase et pouvoir enfin mettre des mots sur nos peines. » finissais-je. Dewey cherchait peut-être la vérité, mais il ne connaissait pas Alexis comme je la connaissais malgré le trouble sur son visage elle n’en demeurait que plus belle d’années en années.   ©️Grey WIND.

_________________
danse macabre
C'est dans l'obscurité que les langues se délient et se transforment en serpents prêts à onduler vers vous. Et d'une fraction seconde vous voilà envoûtés prêts à retrouver vos fantômes du passé.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 504 ✩ avatar : kelley.
✩ crédits : cosmic light.
★ âge : 36
Jeu 21 Juin - 22:26

réveillée par la sonnerie de son téléphone, alexis n'avait pas tellement prévu de recevoir du monde aujourd'hui. rentrée d'un long service il y a de cela deux heures, elle aurait préféré rester dans son lit et attendre que son bipper l'appel pour reprendre le chemin de l'hôpital. ça marche comme ça ces derniers temps, c'est mieux comme ça... ça l'aide alexis, à ne surtout pas faire face à toutes ces choses qui tendent à lui exploser à la figure sous peu. elle ne pourra sans doute pas mentir longtemps. elle angoisse, elle sait qu'elle est sur la corde raide, qu'on finira par remonter jusqu'à elle au moment où le corps de lory tombera sous les yeux de personnes habilités à se rendre compte que finalement... elle n'a pas fuit avec ce con de prof à l'autre bout du pays, du monde. alexis souffre, elle prend des cachets, plus souvent qu'avant. elle s'en rend compte mais ne fait rien pour arranger son cas. elle sait pourtant... elle a basé sa renommée sur la santé mentale. comment fera-t-elle lorsqu'on se rendra compte qu'elle ne peut pas vivre sans avaler une pilule de somnifère deux fois par jour. elle soupire alors qu'elle se lève pour pouvoir s'apprêter avant l'arrivée du coup de tonnerre. ça ne fait pas si longtemps. ou si ? elle ne sait plus alexis, elle fait en sorte d'oublier tous ces moments, avec les uns et les autres, perdue dans son univers à elle, celui qu'elle a construit avec devon pour qu'ils se protègent ensemble contre le mal qu'elle a fait. elle sursaute lorsque la sonnette se déclenche. elle n'a pas l'habitude mais... elle était au courant de son arrivée. elle avance, trop lentement pour faire croire à son impatience. bonsoir alexis, merci de m’avoir invitée. qu'elle entre déjà dans l'appartement, comme si elle savait déjà parfaitement comment occuper l'espace. alexis n'a jamais trop compris ce qui les uni. elle ne comprendra sans doute jamais mais madeline semblait être le genre d'amie un peu détestable dont on ne se séparait pas pour autant... le genre qui restait, malgré tout... le genre qui pourrait devenir un atout de taille, avec le temps. alexis ne s'engage pas très loin, dans le placard, prendre des verres, pour savourer ce vin, celui qui lui donnera sans doute le courage de combattre cette discussion déjà passablement compliquée lorsqu'elle entend madeline s'exclamer : avant toute chose alexis, tu connais ma réputation pour tout observer tu vas pas louper à la règle qu’est ce que tu fous avec ça ? sérieusement alexis ? j’ai croisé devon il n’avait pas l’air bien non plus. elle baisse les yeux alexis, réalise alors que le cacheton blanc trône fièrement sur la vitre de sa table basse. j’ai aucune leçon à te donner, tu connais que trop bien mes penchants pour l’alcool mais je ne peux pas te voir avec ça et devon en quête d’alcoolisme. alexis ne dit rien, passablement étrangère dans son propre corps. elle ne sait plus réellement comment se faire confiance, ni comment s'aider. elle s'approche, âme en peine, déraison... ça se voit sur son visage, elle n'a pas envie qu'on puisse lui faire la leçon, elle sait très bien ce qu'elle fait, n'est-ce pas ? certainement pas... madeline semble comprendre, elle la materne, c'est trop pour elle... ok, ça a toujours été bizarre entre nous t’as aucune explication à me donner et je suis sûrement la seule à qui tu ne voudrais pas te confier mais je pense que toi comme moi il est temps de faire table rase et pouvoir enfin mettre des mots sur nos peines. une simple accolade aurait suffit... alexis redoute déjà la suite, elle n'aurait pas dû accepter de la voir venir dans son intimité à elle. elle n'a pas moyen de fuir ici.. elle est déjà chez elle, l'endroit où elle se cache lorsque les choses devienne compliquées... elle secoue la tête alexis et elle repousse les mains de madeline comme si elle ne venait pas de mettre le doigt sur le noeud du problème. elle a besoin de parler alexis, mais elle ne le fera avec personne d'autre que devon, jamais... elle soupire, elle s'éloigne, posant la main sur son cachet au passage pour le faire glisser dans la poche secrète de son pantalon. je vais très bien. elle lance, un mensonge mal avancé. il n'y a rien qui colle avec les mots. pas la mine fatiguée, ni même son comportement et encore moins les preuves qu'elle vient de cacher dans sa poche. si t'es venue ici pour me voir pleurer sur mon sort et celui de devon, tu devrais prendre la porte maintenant. elle prévient alors qu'elle lui prend la bouteille des mains pour l'ouvrir comme devon le fait quand c'est lui qui débouche le vin. elle n'est pas stupide, elle sait bien ce qu'il se passe dans leur vie mais... madeline, elle, n'en sait rien, et ne comprendra jamais ce qu'ils traversent, ensemble. seulement tous les deux, depuis toujours, jusqu'à la fin de leur vie. maintenant, si t'as envie qu'on s’apitoie sur ton sort à toi, je bois la bouteille et toi, tu fais face à tes problèmes d'alcool. je peux t'aider pour ça, j'ai étudié la chose, une pression par ici et par là et y'a moyen que t'en ressentes plus jamais le besoin. elle lance en touchant des points stratégiques de son propre crane pour se moquer des études tout à fait stupides des pseudos docteurs en des sciences floues et modernes. alexis est pleine de jugement et surtout seulement prête à boire et faire taire les suppositions malsaines d'une semi amie qui pense tout savoir sans en connaître la moitié..

_________________
stress is cruel, fame's a lie but you're special,
on every level, success is cool, and money is fine
but you're special, another level.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 402 ✩ avatar : Keira Knightley
✩ crédits : avatar : minako ; gif : vocivus , icons : swan ; text : me
★ âge : 38
Dim 24 Juin - 21:32

je vais bien ne t'en fais pas  ⊹ Qu’est-ce qu’était vraiment l’amitié ? Pouvons-nous mettre un simple mot sur les relations compliquées que gère l’humanité ? Est-ce qu’être ami avec quelqu’un c’est un peu s’oublier pour apporter le meilleur de soi ? Démontrer par toutes les explications que ce que vous faîtes c’est pour le bien de la personne ? Je n’en suis pas si sûre si c’était ça l’amitié, nous l’étions pas avec Alexis. Nous avions toujours été le contraire de l’autre, sans pourtant arriver à se détacher l’une de l’autre. Comme deux aimants qui s’attirent l’un à l’autre sachant que le contact ne sera jamais une bonne chose. J’avais pourtant toujours prit le soin de ne pas être cette garce avec Alexis, car un allié même si tout semble les éloigner peuvent au contraire battre tout ce qui s’attaquent à eux. Le comportement de Devon était bien trop dur à supporter, je n’aurais pas souhaité qu’il vive l’enfer que je vivais bien qu’il avait été le roi des salauds en me trompant avec lory personne ne méritait cette vie-là sauf jérémy. Alors voir ce cachet ne présageait rien de bon, quand un couple se détruisait de cette manière ça ne pouvait que mal finir. Pourtant je savais que cette main que je tendais serait aussitôt perçue comme de trop et je ne pouvais pas lui en vouloir. Après tout j’aurai moi aussi arraché cette main indélicate, je lui aurais dit d’aller se faire foutre mais Alexis a toujours su dire les choses avec diplomatie. La laissant attraper son comprimé je soutenais son regard en répondant à son mensonge « Je me suis trompée, c’est vrai tu as une bonne mine, l’alcool a du troubler ma perception » ajoutais-je un mensonge de plus on avait toujours eu l’habitude de se mentir l’une à l’autre alors pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Toujours en l’observant avec minutie ma jambe je m’imaginais encore ces soirs d’été où on se retrouvait toutes les eux où la jalousie faisait tomber son masque pour s’avouer des vérités. J’avais pensé à l’époque l’aider en avouant à jérémy qu’elle l’aimait car elle méritait ce bonheur, elle méritait d’être aimé. Je ne l’avais pas vu comme une trahison, pour être honnête on m’avait rien appris des relations humaines j’avais toujours été un peu paumée. Mais elle, elle savait comment ça fonctionnait et quand elle avait diffusé l’information comme quoi j’étais bisexuelle ça avait été comme un poignard. Je n’aurai jamais pensé à l’époque qu’elle aurait fait ce coup bas, car pour moi j’avais juste à l’époque essayer de la rapprocher de cet être qui n’avait d’yeux que pour lory. Je soupirais en même temps qu’elle las, de cette guerre lasse de voir une des personnes qu’elle estimait encore un peu la considérer comme une ennemie. J’écoutais son avertissement tout en levant les yeux aux ciels en lui signalant. « Je ne suis pas venue pour te voir pleurer Alexis, je pensais juste que ça te ferait du bien de parler à quelqu’un d’autre que Devon mais j’ai compris sujet clos. » la laissant nous servir nos verres jusqu’à le son de cloche bien trop brutal. Avec un certain dédain je la laissais à sa mascarade tout en me levant attrapant mon verre en plein vol et en me postant à une fenêtre allumant une cigarette pour ne pas l’insulter d’avantage comme elle le faisait. Après une bouffée que je recrachais à travers la fenêtre tout en la regardant je lui disais sans ménagement. « Tu te moques de qui Alexis avec cette merde ? Personne pas même toi pourra y changer quelque chose. En revanche tu dois bien connaître les points sensibles pour me faire perdre connaissance et me tuer ». Lâchais-je en prenant une pause avec mon autre main pour boire ce vin. « Vas-y qu’est-ce que tu attends tue moi c’est le seul moyen pour te débarrasser de moi. Abrège mon existence fais une bonne action pour une fois » lançais-je dans un ton défi, la voix un peu trop perchée, le cœur déjà perdu dans les méandres de mes propres démons. Si seulement Alexis pouvait le faire, si seulement Alexis pouvait me faire disparaître, pour ne plus avoir subir cette vie. Ne plus faire semblant de vivre, ne plus faire croire à un bonheur éphémère qu’Alain semblait souhaiter m’offrir. Une larme coula sur ma joue, peut-être ce trop plein d’émotions, peut-être juste le lâcher prise. Simplement le fait de se rendre compte que morte serait un plus beau sort que celui qui m’attendait, que morte je ne manquerais à personne. Que morte je serais finalement plus vivante qu’à maintenant. Que mon corps soit rongé par les vers et finir dans la terre pour ne plus jamais causer tant de souffrances. J’essuyais rapidement la larme qui déchirait ma joue en lui disant. « Je t’ai toujours envié Alexis, tu as toujours été la plus belle, la plus intelligente celle qui savait y faire avec les gens. Lory l’a alimenté tout ça, elle me montrait ô combien être à ta hauteur je n’y arriverai jamais. La vie aurait été beaucoup plus simple sans elle, on aurait pu s’aider, on aurait pu panser les blessures de l’autre mais au lieu de ça on se retrouve ici presque vingt ans après pour ce gymnase. Si seulement elle n’avait pas fuie et qu’elle soit vraiment morte nos vies n’auraient pas été les mêmes ». Soufflais-je sans me rendre compte que je confessais préférer voir mon ancienne meilleure amie morte que vivante. Terminant mon verre d’une traite je jetais la cigarette par la fenêtre m’approchant pour poser le verre contre la table basse d’un bruit sourd je plantais mon regard dans le sien. « Tu es mon plus grand regret, il n’y pas un instant où je me dis que ta présence me manque, que notre amitié imparfaite était peut-être ce que j’avais le plus cher » concluais-je en me resservant un verre tout en lui proposant « Je peux prendre la porte maintenant sans qu’on puisse jamais enterrer tout ça, ou bien tu fais un effort toi aussi pour qu’on puisse enfin se libérer. » en souhaitant au plus profond de moi qu’elle ne me rejettera pas cette fois-ci.   ©️Grey WIND.

_________________
danse macabre
C'est dans l'obscurité que les langues se délient et se transforment en serpents prêts à onduler vers vous. Et d'une fraction seconde vous voilà envoûtés prêts à retrouver vos fantômes du passé.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 504 ✩ avatar : kelley.
✩ crédits : cosmic light.
★ âge : 36
Jeu 28 Juin - 21:23

madeline et alexis... une amitié en dent de scie depuis le début... les connaissant, personne n'aurait pu dire si elles s'appréciaient ou non, toujours capable de se poignarder dans le dos dès que l'occasion se présente. elles se jouent l'une de l'autre, incapable de jouer fairplay le jeu de l'amitié... alexis n'aura jamais réellement fait confiance à cette femme qui fut la seule à faire éclater au grand jour son amour pour jeremy. elle l'a démenti, si fort... elle n'aurait sûrement pas dû, utilisant ses maladresses de son ennamie pour pouvoir finalement atteindre le coeur de son bien-aimé. les choses n'avaient pas réellement changées. à trente-cinq ans passées, les deux femmes étaient toujours les mêmes, capables des pires coups bas l'une contre l'autre, à croire qu'elles n'étaient capable que de ça... je me suis trompée, c’est vrai tu as une bonne mine, l’alcool a du troubler ma perception. lance madeline, probablement encore pour se jouer d'elle. alexis s'en contentera, elle n'a pas envie de jouer les martyrs et encore moins d'avouer ses vices les plus profonds à une femme qui aura été capable de la trahir de nombreuses fois auparavant. je ne suis pas venue pour te voir pleurer alexis, je pensais juste que ça te ferait du bien de parler à quelqu’un d’autre que devon mais j’ai compris sujet clos. elle lève les yeux au ciel alexis. depuis quand se demande-t-elle ce qui pourrait lui faire du bien hein ? alexis n'en a que faire, elle, de ce qui peut bien lui remonter le moral, ou même lui donner un coup de boost... elle aimerait donc que madeline en fasse de même pour elle. elle qui semble trouver sa petite blague passablement méprisante, assez pour aller chiper le verre directement dans les mains d'alexis au cas où elle oserait ne pas le lui donner, dans la plus pure des promesses qui vient de sortir de sa bouche. elle s'éloigne, elle s'en grille une, alexis n'aime pas tellement ça, même à la fenêtre de son appartement. elle ne dit rien pourtant, certaine qu'elle ferait mieux de ne pas attirer l'attention sur elle, encore... sans doute qu'elle finirait par lui renvoyer la balle, avant qu'elle n'ait eu le temps de la faire taire sur ses addictions aux médicaments. tu te moques de qui alexis avec cette merde ? personne, pas même toi, pourra y changer quelque chose. en revanche tu dois bien connaître les points sensibles pour me faire perdre connaissance et me tuer. alexis hausse des épaules, elle connait bien des choses, elle saurait probablement comment utiliser un couteau pour toucher un organe vital, peut-être même qu'elle pourrait l'étouffer en une seconde si elle vise bien avec son pouce, pourtant alexis avait perdu toute la violence dont elle semblait jusque-là capable le soir où elle avait injustement mis fin à la vie de lory pierce... vas-y qu’est-ce que tu attends tue moi, c’est le seul moyen pour te débarrasser de moi. abrège mon existence fais une bonne action pour une fois. elle fronce des sourcils alexis et sent son coeur s'emballer, celui-là même qui aura eu la force de commettre ce genre d'acte une première fois. peut-être qu'elle pourrait le faire, pour la faire taire.. peut-être qu'elle lui rendrait même service mais... je ne te ferai jamais ce plaisir. elle lance avec un sourire en coin, lui faire perdre la vie, pour l'aider ? jamais... et puis.. il y a cette larme qu'elle remarque et qui la surprend... madeline aurait-elle un coeur ? quelque part. je t’ai toujours envié alexis, tu as toujours été la plus belle, la plus intelligente celle qui savait y faire avec les gens. lory l’a alimenté tout ça, elle me montrait ô combien être à ta hauteur je n’y arriverai jamais. la vie aurait été beaucoup plus simple sans elle, on aurait pu s’aider, on aurait pu panser les blessures de l’autre mais au lieu de ça on se retrouve ici presque vingt ans après pour ce gymnase. si seulement elle n’avait pas fuie et qu’elle soit vraiment morte nos vies n’auraient pas été les mêmes. sans un mot, alexis l'observait, le dos glacé. si seulement alexis n'était pas celle qui l'avait tué... si seulement lory avait pu réellement s'enfuir cette nuit là... tu es mon plus grand regret, il n’y pas un instant où je me dis que ta présence me manque, que notre amitié imparfaite était peut-être ce que j’avais de plus cher. je peux prendre la porte maintenant sans qu’on puisse jamais enterrer tout ça, ou bien tu fais un effort toi aussi pour qu’on puisse enfin se libérer. elle la regardait se resservir, déjà. alors qu'alexis n'avait même pas encore touché à son premier verre. celui qu'elle attrape pour se glisser devant son amie. une amie ? vraiment ? alexis ne sait plus vraiment. elle est certaine d'une chose cependant... elle ne lui laisserait pas découvrir le moindre de ses secrets, guidée par l'absence de conscience. se libérer de quoi madeline ? des fantômes qui rongent encore nos années d'université ? lory est partie, ça ne changera pas ça... alors pourquoi tout le reste devrait changer ? je le vis très bien moi, vois ça avec ta conscience. elle balance, un peu perdue, pleine de mauvaise foi. elle secoue la tête, soupire fort, elle a sans doute raison madeline, mais alexis ne l'avouera pas. à la place, elle boit deux longues gorgées de son vin avant de s'installer sur son canapé hors de prix. s'il y a bien une chose qu'alexis ne regrettera jamais, c'est son niveau de vie, celui qu'ils sont capable de s'offrir, celui qu'ils offrent à leur fils de la même manière. jeremy est venu ici, il m'a fait une crise de jalousie parce que je suis mariée avec devon, t'y crois à ça ? elle demande, encore passablement surprise et déconnectée de la réalité. il s'est passé bien des choses ce jour-là. elle l'a senti plein de regret, celui ne n'avoir pas réalisé avant, avant tout chose... mais le regret d'avoir succombé et souillé une femme mariée ensuite. alexis n'en avait que faire, passablement guidée par l'idée de vivre enfin ce rêve dont elle avait imaginé tant de fois tous les traits. elle osait en parler devant elle, parce qu'elle savait madeline, elle savait parce qu'elle était celle qui avait répandu l'histoire aussi vite qu'un virus. elle l'avait détesté pour ça alexis, c'est comme ça qu'elle était née, cette animosité entre les deux femmes, celle qui caractérisera leur amitié... elle boit alors alexis, pour oublier les pensées obscures qui l'empêchent d'avance. aurait-elle pu devenir madame jeremy aldrin si elle avait un peu attendu ? elle en doute...

_________________
stress is cruel, fame's a lie but you're special,
on every level, success is cool, and money is fine
but you're special, another level.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 402 ✩ avatar : Keira Knightley
✩ crédits : avatar : minako ; gif : vocivus , icons : swan ; text : me
★ âge : 38
Jeu 19 Juil - 14:44

je vais bien ne t'en fais pas  ⊹ Toujours avoir cette fâcheuse tendance à pousser mademoiselle Dotwell dans les retranchements. La sentir pour une fois vivante et pas simple spectatrice de tout ce qui se passe c’était ce feu qui m’animait. La pousser toujours à bout jusqu’à ce qu’elle craque pour y voir les fêlures là où elle feint. Toujours ce même schéma des décennies après comme si nous avions mit le temps sur pause et que nous n’avions jamais pu passer à autre chose.  Contrairement aux autres Alexis était celle qui laissait les choses faire en apparence, celle avec qui les mots et les tentatives d’énervement ne semblait pas l’affecté. Surement à cause de tout ce qu’elle prenait j’en étais sûre mais en même temps pouvais-je lui retirer le bâton pour me battre. Qu’elle refuse toutes mes mains tendues n’était pas nouveau après tout étions vraiment des amies ? Pas vraiment, elle n’était pas non plus mon ennemie elle était comme ce rocher entre deux eaux, entre l’amitié et l’inimitié. Alors il fallait taper un grand coup, il fallait la bousculer encore plus fort pour qu’elle libère ces démons et que je les savoure. Ce manège désenchanté que j’avais plaisir à reconstruire de nos âmes abimés. Alors je lui demandais de me tuer rien que pour voir sa réaction, rien que pour y lire ce que j’imaginais depuis des années. J’avais une certitude mais je ne pouvais en parler à personne alors je la provoquais feintant les larmes, feintant le désespoir. Ce sourire en coin qui apparaît sur sa bouche me confirmait que la alexis que je connaissais était bien vivante à cet instant. Je lui répondais tout en tirant sur ma cigarette tout en la regardant . « J’ai eu peur un instant que tu sois devenue quelqu’un de faible, m’en voilà rassurer ». Avançant vers elle pour récupérer du vin pour me donner ce courage que je n’avais pas du moins dans l’illusion. Elle commençait enfin à sortir de son silence avec des phrases qu’elle pensait assassines avec un sourire en coin je levais mes yeux vers elle tout en lui disant. « Reste sur tes positions Alexis, je t’ai tendue la main tu ne la veux pas je ne me mettrais jamais à genoux devant toi . Et en parlant de conscience je pense que tu n’as pas de leçon à me donner n’est-ce pas ? » Osais-je sans impunité, je savais qu’elle était liée à Lory j’attendais juste un soupir, un regard, une mauvaise phrase pour m’en assurer. A présent sur le canapé je la contemplais avant qu’elle me parle de Jérémy. C’était vraiment un connard, ce mec osait se représenter à elle des années après en jouant l’homme jaloux. Un regard vers elle et je lui affirmais « Jérémy a toujours été un imbécile, trop aveuglé par lui-même pour se rendre compte de ce qu’il a sous les yeux. Il n’avait aucun droit de venir ici et de faire sa comédie. ». Disais-je ayant la certitude qu’Alexis aurait tenté quelque chose avec lui car c’était une danse funeste qui les liaient tous les deux. Buvant une gorgée je l’observais doucement avant de lui demander « Tu lui as répondu quoi ? Pour tout avouer je l’ai revu aussi et mes sentiments à son égard n’ont pas changé je ne peux pas me le voir si en plus de ça j’avais su qu’il était passé ici je crois que ma colère n’aurait été que plus grande ». Ce n’était un secret pour personne jérémy et moi étions aux antipodes, et même si alexis prétendait que je n’étais qu’une vulgaire femme dans sa vie j’imaginais qu’au plus profond d’elle, elle ne pouvait se confier qu’à moi pour ce genre de choses. Car après tout il y avait-il pire que Madeline sur terre ? Je ne crois pas. ©️Grey WIND.

_________________
danse macabre
C'est dans l'obscurité que les langues se délient et se transforment en serpents prêts à onduler vers vous. Et d'une fraction seconde vous voilà envoûtés prêts à retrouver vos fantômes du passé.  



Dernière édition par Madeline Lamont le Mer 25 Juil - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 504 ✩ avatar : kelley.
✩ crédits : cosmic light.
★ âge : 36
Jeu 19 Juil - 21:45

elle finissait toujours par devenir quelqu'un d'autre au contact de madeline. ou elle-même. au choix. elle l'observe sans savoir exactement ce qu'elle devrait faire, ou dire, elle s'insurge, elle pense une seconde qu'elle a pris le contrôle de la situation mais... j’ai eu peur un instant que tu sois devenue quelqu’un de faible, m’en voilà rassurée. obtenir une réaction, quelque chose, c'était ça le but ? alexis n'a jamais été faible... sans doute ébréchée par le crime. jamais réellement brisée. alexis, elle a retrouvé de la vie au moment où la bouche de jeremy a rencontré la sienne, comme si son coeur s'était mis à battre d'un seul coup, pour la première fois de sa vie. elle ne regrette pas, elle n'y arrive pas. malgré la trahison, malgré les doutes. elle a goûté aux années qu'elle a loupé. elle a compris, enfin... ce que ça pourrait être, avec lui. reste sur tes positions alexis, je t’ai tendue la main tu ne la veux pas je ne me mettrais jamais à genoux devant toi . et en parlant de conscience je pense que tu n’as pas de leçon à me donner n’est-ce pas ? l'incompréhension, c'est tout ce qu'elle lui donne dans le regard, c'est toujours mieux que de se vendre. actrice hors paire, quinze ans de pratique dans il faut dire... elle en aura passé du temps, à faire croire qu'elle ne savait rien de rien, elle qui aura été la meurtrière d'une gamine qui avait la vie dont elle voulait depuis le début... si seulement ça avait pu l'aider à l'avoir. rien... seulement le souvenir de vingt ans d'attente pour finalement vivre une nuit, seule, d'amour sincère. jérémy a toujours été un imbécile, trop aveuglé par lui-même pour se rendre compte de ce qu’il a sous les yeux. il n’avait aucun droit de venir ici et de faire sa comédie. alexis semble d'accord avec elle, pour une fois. elle se détend dans son canapé, avalant quelques gorgées de son vin hors de prix. peut-être que devon en a, des bouteilles comme ça... il n'avait aucun droit non... elle n'avait pas le droit de tromper devon aussi. trop tard pour les bonnes consciences. trop tard pour faire semblant d'être la sainte qu'elle n'est plus depuis longtemps. médecin pourtant réputée à travers le pays. tu lui as répondu quoi ? pour tout avouer je l’ai revu aussi et mes sentiments à son égard n’ont pas changé je ne peux pas me le voir si en plus de ça j’avais su qu’il était passé ici je crois que ma colère n’aurait été que plus grande. elle hausse des épaules alexis. elle se fiche pas mal des relations qu'ils peuvent bien entretenir l'un avec l'autre. elle doute même que ce soit une bonne idée d'avoir encore des pensées pour jeremy désormais. qu'est-ce que tu voulais que je lui réponde ? je lui ai présenté la porte... c'est quinze ans trop tard pour la jalousie. elle lance... alors que quatorze ans plus tôt, elle mettait au monde cet enfant qui aura scellé l'amour entre devon et elle. un amour qui n'a finalement rien à voir avec la version classique de ce genre d'émotion. elle omet facilement les quelques détails qui ont suivi la porte qu'elle lui a présenté. la volonté ferme de jeremy de continuer leurs échanges, la faiblesse évidente d'alexis en face de lui, qui n'aura su résister qu'une dizaine de minutes avant de finalement succomber à des années de frustration. elle soupire. il te voulait quoi à toi ? elle demande, intriguée, aussi... elle voudrait tout savoir, pour se préparer au mieux. des réunions comme ça... elles finissent toujours mal n'est-ce pas ? surtout lorsqu'un corps se cacher quelque part, près à réapparaître aux yeux de tous.

_________________
stress is cruel, fame's a lie but you're special,
on every level, success is cool, and money is fine
but you're special, another level.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 402 ✩ avatar : Keira Knightley
✩ crédits : avatar : minako ; gif : vocivus , icons : swan ; text : me
★ âge : 38
Lun 13 Aoû - 12:01

je vais bien ne t'en fais pas  ⊹ Alexis était le genre de femme qui se cachait derrière des attitudes, elle cachait sous son visage de femme froide tout ce qu’elle pouvait être. Comme deux actrices en compétition plus aucune de nous surfait sur la réalité laissant les faux semblants, les faux-sourires et les fausses excuses. Car il était beaucoup plus facile de se jouer l’une de l’autre que d’affronter la réalité et ce monde sans dessus-dessous. Peut-être que la vie aurait été plus simple moins compliqué si nous étions alliées plus tôt laissant derrière nous des années de silence et de jalousie malsaine. Car il y avait bien une chose dont j’étais sûre c’était qu’Alexis portait un poids elle était ma pièce manquant du puzzle celle qui apportait un nouveau visage au passé. Je laissais ses yeux chercher les miens lisant l’incompréhension habiter son minois. Puis elle tournait la discussion sur Jérémy qu’elle avait reçu ici. Assise à côté d’elle je l’observais je n’y croyais pas un mot si Alexis avait un talon d’Achille c’était bien lui. Sa brèche à elle celle où elle pourrait s’engouffrer sans le moindre état d’âme pour sauver l’illusion d’un amour à sens unique. Je soupirais à sa réflexion tout en prenant une gorgée en lui soufflant « Je ne sais pas pourquoi tu en as pas profiter pour lui dire la vérité ? Je sais que tu es avec Devon depuis longtemps que tu as une famille ». Je la regardais dans les yeux avant de continuer « Non laisse c’est stupide mais je trouve ça étonnant qu’il se soit donné la peine de venir et qu’il est accepté la porte sans rien dire ». Je me posais des questions légitime car la blessure était trop grande pour elle car revoir son premier amour n’avait rien d’innocent je le vivais aussi sauf qu’entre Alain et moi rien n’était pareil l’amour était toujours là mais on ne pouvait rien faire pour passer à autre chose pour aller de l’avant car le passé et les années de silence avait été trop lourd pour sortir la tête de l’eau. Puis sa question sonnait dans ma tête qu’est-ce que je pouvais bien lui dire pour ne pas nous trahir et la mettre loin de cette histoire. L’idée venait sans plus de réflexion car au début Jérémy était bien venu pour une raison m’empêcher de voir Alain « J’ai.. revu Alain moi aussi et Jérémy l’a su il a tenté de me menacer pour ne pas qu’on se voit mais je ne pouvais pas ignorer Alain ». Lui avouais-je tout en buvant une autre gorgée noyant mon regard dans mon verre tout en lui soupirant « Vingt-ans après nous sommes au même stade c’est tellement ridicule ». ©️Grey WIND.

_________________
danse macabre
C'est dans l'obscurité que les langues se délient et se transforment en serpents prêts à onduler vers vous. Et d'une fraction seconde vous voilà envoûtés prêts à retrouver vos fantômes du passé.  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

je vais bien ne t'en fais pas (madexis)



Page 1 sur 1 ~

 Sujets similaires

-
» "je vais bien, tout va bien" © Dany Boon
» le petit coucou du matin qui va bien !!!!!
» Dico Alsacien
» firfol...
» Je vais bien y arriver....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Les îles majeures. :: St-Christophe.-