AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

mais il n'y a apparemment aucune espèce intelligente en vue (bazcee)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 442 ✩ avatar : Blanca Padilla
✩ crédits : avatar :balaclava ; sign : astoria , gif : vocivus , icons :vocivius
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 25 Juin - 23:54

Mais il n'y a apparemment aucune espèce intelligente en vue.⊹  L’été. Cette saison qui ramenait à l’enfance, cette saison synonyme de joie où tout était plus simple. Où l’imagination n’était pas perçue comme un manque de maturité mais comme une prouesse. Cet instant de ma vie où il m’était encore pardonné de penser que mes jouets étaient des êtres vivants et qu’en mon absence ils faisaient des journées d’enfers. Cette douce période où les étoiles qui naissaient dans mes yeux été celle de l’innocence. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi on brimer cette petite partie en nous, pourquoi l’être humain persistait à croire qu’être adulte c’était ne plus avoir envie de rêver ? Mon corps était une apologie à cette enfance où j’avais été en sécurité que très peu de temps, tous ces tatouages qui rappeler sans cesse de ne pas perdre cette âme qu’on qualifiait pourtant d’enfantine. Le seul tatouage qui voulait effacer une partie de moi était cette fameuse réplique de buzz l’éclair « vers l’infini et l’au-delà » cela signifiait tant de chose pour moi. Il y a quelques années de ça on m’avait volé un rein comme un chien à l’abattoir. Cacher cette cicatrice avait été mon seul souhait je ne voulais plus jamais la voir, plus jamais ce moment où on avait abusé de mon corps d’une telle façon.  Ce monde qui se voulait adulte ne protégeait jamais assez les enfants on leur enlever toute humanité en leur assurant que cela les fera grandir mais c’était bien là l’erreur. Si vous retiriez les ailes d’un oiseau est ce qu’il serait encore capable de voler ? Non. Car voler la bonté d’un enfant, voler son innocence penser qu’il est différent juste parce qu’il se sent mieux dans cette carapace imaginaire c’était comme briser les ailes de cet oiseau qui désormais ne pouvait plus chanter du haut de son arbre. Souvent qualifiée d’enfant perturbée, bien trop rebelle , bien trop dans la lune je voulais simplement ne pas me briser dans des choses dans laquelle je ne croyais pas. Alors j’avais choisi ce métier, ce métier pour laisser encore les enfants rêver. A travers des couleurs douces comme pour les envelopper de mes traits. Dessiner avait toujours était l’une de mes grandes passions, pouvoir coucher sur papier tout ce que j’aurai aimé voir un jour. Au fil des années j’avais amélioré les traits pour qu’ils ne soient plus ces formes rondes et imparfaites. C’était un vendredi comme un autre à Trois-Rivières du moins pas pour les élèves de l’élémentaire. L’année touchait à sa fin et le centre-ville avait organisé un carnaval où les enfants se donner en spectacle. Que ça soit dans des jeux de rôles, dans la danse mais ce qui éveillait le monde c’était la musique. La musique avait ce don d’emmener les esprits au-delà des frontières, ressentir des émotions qu’on ne pouvait que trop peu définir. Le ciel n’était pas rayé par les traces d’avions il brillait avec une telle force, on l’attendait depuis longtemps. Je voyais des mères par-ci par-là essayer de bronzer sans pour autant pouvoir s’allonger sur des chaises longues un sourire s’étalait sur mon visage. Les voisins qui sortaient de leur canapé pour voir la fête ambiante n’avaient tout à coup plus envie de dormir. Habillée d’une simple robe et les cheveux un peu relevée j’ajustais mon stand où j’y disposais les derniers livres que j’avais illustrés. Chaque somme dépensée la moitié allait eu centre culturel de Trois-Rivières pour que ces enfants ne cessent jamais de rêver. Un peu gauche peut-être dû à tout ce remue-ménage je faisais tomber une pile de bouquin sur le pied d’un individu. Un peu gênée je m’adressais à lui sans vraiment le regarder « pardon. J’espère que je ne vous ai pas fait mal au moins ». Je relevais légèrement ma tête avant de mieux cerner son visage je l’avais déjà vu dans les bibliothèques certains des enfants qui venaient me contait ô combien c’était un professeur de musique attentionné. Cet air mutin qui me quittait pas je me relevais en prenant les livres à terre avant de lui tendre ma main où il pouvait y voir cet autre tatouage « hakuna matata » et m’exclamer « Enchantée de vous voir d’un peu plus de près, vos élèves n’ont pas tarit d’éloges sur vous ».  
 ©️Grey WIND.

_________________
viens je t’emmène
Il avait suffit d'une fraction de seconde pour tomber amoureuse. Il avait suffit d'entendre le son de ta voix pour vouloir entendre que cette mélodie. Il a suffit d'un baiser pour se taire en se disant tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 925 ✩ avatar : markel williams
✩ crédits : marie, little liars, draíochta, perlman.
★ âge : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 29 Juin - 16:41

l’ été  ça ne changera pas ta vie. c’est un moment comme un autre, c’est une saison qui passe tout comme les autres. oh sans doute que tu passeras surement pas mal de temps dehors torse nu même si bronzer est loin d’être ta priorité. t’es pas le petit blanc blafard qui attend les rayons du soleil avec envie simplement pour ne plus avoir l’air d’un cachet d’aspirine. toi t’es dans un entre deux. pas vraiment blanc, pas vraiment noir. t’es le mélange qui se moque bien de devenir plus foncé ou de tenter de s’éclaircir un peu. les deux solutions te semblent parfaitement ridicules… alors ouai, parfois tu seras sans doute sur ton   canapé en train de profiter d’un repos bien mérité… ou simplement une envie de dormir comme tu peux en avoir parfois. cette année les choses seront différentes, tu partiras pas en avion vers une destination lointaine pour siroter un cocktail dans une   chaise longue tandis que de drôle de gars seraient en train de chanter sous un   arbre pour se protéger un peu. mais non, cette année tu pars pas, tu t’en vas pas loin de georgia. t’as pas envie de la laisser, de l’abandonner avec ce contact encore plus. il l’a fait souffrir et puis, tu t’en iras pas, tant qu’elle sera pas au courant pour toi. et ouai, ça risque encore de prendre un moment puisque t’es totalement incapable de le lui dire. ça irait vite pourtant, deux mots prononcés et tout qui pourrait se délier. la peur, l’immense peur qui te maintient dans un statu quo… mais cette putain de peur t’y pensais pas pour le moment, parce qu’aujourd’hui c’était un truc un peu particulier.  le centre culturel qui organisait une fête, un spectacle que tu avais prépare avec tes élèves pendant un moment. t’étais content que tout ce soit bien passé, que tes élèves aient eu autant envie de se donner à 100%. tu les écoutais, tu n’avais plus grand-chose à faire maintenant…   le travail avait été accompli durant ces derniers mois et tu continuerais pendant l’été tout simplement. la douleur te fait jurer un « putain » tu t’attendais pas à cela, une pile de bouquin sur ton pied. il a pas l’air cassé… heureusement que le bruit des instruments couvre ton gros mot ça aurait fait mauvais genre même si tu n’en aurais rien eu à faire… «pardon. j’espère que je ne vous ai pas fait mal au moins » qu’elle vient te dire la coupable, tu réponds d’un signe de tête, t’as pas envie de la mettre mal à l’aise déjà qu’elle ramasse les bouquins et que t’as pas vraiment le temps d’aider. elle lui tend déjà la main, c’est pas la première fois qu’ils se croisent même s’il a pas vraiment retenu qui elle est. il oublie vite ce genre de détails, il retient que les gens qui comptent vraiment dans sa vie comme georgia. elle, il pourra jamais l’oublier.  « enchantée de vous voir d’un peu plus de près, vos élèves n’ont pas tarit d’éloges sur vous» tu souris, tu coures pas avec les éloges, tu en es même loin. « tutoyez-moi j’ai l’impression d’être vieux. » que tu viens lui dire tout d’abord. « ils sont trop gentils avec moi.» que tu rajoutes parce que c’est le cas. « vous vous occupez de la bibliothèque ? » que tu viens lui demander sans trop de certitudes.

_________________

entre elle et moi — le premier qui tombe amoureux a perdu..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 442 ✩ avatar : Blanca Padilla
✩ crédits : avatar :balaclava ; sign : astoria , gif : vocivus , icons :vocivius
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 25 Juil - 16:23

Mais il n'y a apparemment aucune espèce intelligente en vue.⊹  Une journée ensoleillée baignée dans la chaleur celle sur le sourire des enfants, celle dans ce soleil de plomb. Une journée qui promettait d’être unique, peut-être ce côté un peu fleur bleue , ce côté où je m’émerveillait d’un rien car chaque jour avait aussi son lot de joie. Il n’y avait que les sourires qui réchauffait mon cœur, que les rires qui me faisait danser cette folle ronde. Un électron libre qui n’avait jamais été à sa place mais aujourd’hui j’étais fière de vivre cette vie. Je ne me préoccupais pas du futur et de l’avenir. Je voulais savourer chaque moment, chaque instant présent car c’était ce qu’on avait de plus précieux. Pourtant beaucoup de personne préférait s’aventurer dans les collines du passé avec cette envie furieuse de dégringoler à chaque instant comme si la vie n’était pas aussi compliquée. Je levais un peu les yeux aux ciels face à cette pensée qui très vite s’évaporait quand un petit garçon passait devant moi avec toute sa fierté, déguisé de la tête aux pieds me faisait rire légèrement. Ma concentration perdue sur ce petit garçon me faisait perdre l’équilibre avec toute cette pile de livre entre mes mains. M’assurant que l’individu n’avait pas trop mal un simple mouvement de tête me faisait comprendre que non. Mes yeux se perdaient sur son visage c’était un bel homme peut-être un peu jeune il aurait pu peut-être me plaire quand j’étais encore dans ces moments de séduction. Le rose me monter aux joues quand il me disait qu’il avait l’impression que je le traiter de vieux « Excusez..excuse-moi c’est les vieilles habitudes, je crois bien être passé du côté obscure des presque trentenaires qui vouvoie tout le monde » un petit sourire se faisait entre mes lèvres. Je tapotais sur son épaule avec un naturel sans me rendre compte que tout le monde ne pouvait pas apprécier les gens tactiles mais je ne pouvais faire autrement j’avais toujours été comme ça « La vérité sort de la bouche des enfants comme on dit, et je pense sincèrement qu’ils ont l’air heureux avec toi . Quand tu fais votre petit numéro avec tes acolytes ils te regardent avec ces petites étoiles dans les yeux, un mauvais prof aurait pas eu le même effet ». Lui disais-je tout en remettant en place la pile de livre devant moi. Je riais légèrement à son autre question. « Moi bibliothécaire ? je m’ennuierais à mourir non pas du tout. Tu vois ces livres qui sont tombés sur ton pied c’est moi qui les illustrés et écrits. Du coup les mercredis après-midi je les passes avec les enfants en leur contant des histoires ». J’étais fière de ce que je faisais pourtant ma main cachait un peu mes livres avec cette petite appréhension celle d’être jugée incompétente car rare dans le regard de mes parents je ne suis qu’une imposture. « Je m’appelle Baz, je t’assures que c’est un vrai prénom je ne sais pas d’où ça sort mais il a le mérite d’exister ! Et toi quel est ton prénom que je puisse t’appeler autrement que le chef du village » disais-je dans un petit clin d’œil. Ne me posant pas une seule question sur ce qu’il pouvait penser de moi car je ne m’arrêtais pas à ce genre de détails. .   [/b]
 ©️Grey WIND.

_________________
viens je t’emmène
Il avait suffit d'une fraction de seconde pour tomber amoureuse. Il avait suffit d'entendre le son de ta voix pour vouloir entendre que cette mélodie. Il a suffit d'un baiser pour se taire en se disant tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 925 ✩ avatar : markel williams
✩ crédits : marie, little liars, draíochta, perlman.
★ âge : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 31 Juil - 16:20

il y a toujours cette même attitude nonchalante avec toi. ce côté je me moque un peu de tout. cette facilité à s’exprimer sans penser au reste, sans penser à demain. seulement se concentrer sur la personne en face de toi… t’as pas envie qu’elle te vouvoie, t’as pas envie de devenir assez vieux pour que ça soit le cas. vraiment pas. t’as pas cette habitude et tu ne désires pas non plus la prendre, t’es bien comme tu es tout simplement… « excusez..excuse-moi c’est les vieilles habitudes, je crois bien être passé du côté obscure des presque trentenaires qui vouvoie tout le monde» tu ris rien qu’un peu tout en l’observant davantage… tu la mattes sans en ressentir la moindre gêne. « tu fais pas presque trentenaire » que tu lui avoues doucement. non, tu lui donnerais moins. « mais si tu passes du côté obscure je vais être contraint de venir t’enlever pour te laver le cerveau. c’est si triste de vouvoyer. » que tu avoues. pour toi en tout cas. tu ne veux pas devenir ce genre d’adulte, tu ne veux pas perdre ta voix d’enfant, ce petit quelque chose qui te permet de continuer à t’amuser. etre trop sérieux, ce n’est pas pour toi… « la vérité sort de la bouche des enfants comme on dit, et je pense sincèrement qu’ils ont l’air heureux avec toi . quand tu fais votre petit numéro avec tes acolytes ils te regardent avec ces petites étoiles dans les yeux, un mauvais prof aurait pas eu le même effet» tu souris, c’est vraiment gentil ce qu’elle est en train de te dire, t’es pas sûr de le mériter, pas totalement en tout cas… c’est vrai que t’apprécies tes cours, t’apprécies tes élèves, t’apprécies ce tout, tout simplement… « c’est gentil.» que tu viens dire ne sachant pas tellement comment répondre face à cet amas de compliment… t’es pas habitué et puis t’es pas du genre à en jouer, de trop, rien qu’un peu, par moment…. tu la fais finalement rire en parlant de bibliothécaire, c’est qu’elle doit pas être le cas… « moi bibliothécaire ? je m’ennuierais à mourir non pas du tout. tu vois ces livres qui sont tombés sur ton pied c’est moi qui les illustrés et écrits. du coup les mercredis après-midi je les passes avec les enfants en leur contant des histoires» tu hoches de la tête tout en prenant un livre et en le regardant, t’aimes bien voir ce que font les gens que tu rencontres. surtout comme ça. surtout quand tu ne sais rien d’eux et que les choses se passent de la sorte. t’apprécies grandement… « t’es douée…» que tu viens lui dire, c’est pour les enfants mais c’est clairement bien fait, tu ne peux en aucun cas le nier. « les enfants doivent adorer. » que tu rajoutes parce que t’es encore assez enfant pour te douter qu’ils apprécient. « je m’appelle baz, je t’assures que c’est un vrai prénom je ne sais pas d’où ça sort mais il a le mérite d’exister ! et toi quel est ton prénom que je puisse t’appeler autrement que le chef du village» tu ris par sa manière de parler, tu ne peux pas faire autrement. « oh chef du village ça me va très bien. » que tu viens prononcer dans ce même éclat de rire, parce que ça te fait vraiment tripper de la voir t’appeler de la sorte. c’est comique, t’aimes bien. « alcee et je t’assure que c’est un vrai prénom aussi. » que tu rajoutes toujours sur le ton de l’humour, t’es détendu comme bien souvent…

_________________

entre elle et moi — le premier qui tombe amoureux a perdu..
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 442 ✩ avatar : Blanca Padilla
✩ crédits : avatar :balaclava ; sign : astoria , gif : vocivus , icons :vocivius
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 2 Nov - 11:55

Mais il n'y a apparemment aucune espèce intelligente en vue.⊹  Le soucis avec les gens d’aujourd’hui c’est qu’ils ont peur des autres. Ils ont peur de ce fameux politiquement correct, qu’est ce que l’on peut dire ou ne pas dire. Les gens n’osent plus dire ce qu’ils pensent de peur de renvoyer une mauvaise image. Il y avait déjà bien trop de soucis sur cette Terre pour qu’on s’accable de conventions et de règles de vies. La peur de l’autre, le rejet sont des sentiments humains créés de toute pièces. Nous ne sommes pas nés pour rejeter les autres, nous ne sommes pas nés avec des aprioris. Malheureusement la société et les diktats du pouvoir nous ont tous contaminés. Du moins la plupart. Il n’y avait rien de plus agréable d’apprendre à connaître des inconnus, rien de plus pur que de s’amuser d’un rien. Il y avait chez moi cette curiosité incessante, cette envie de tout connaître, de découvrir toutes les aventures des autres. Je me sentais vivante uniquement quand j’étais stimulé par les autres. Trop longtemps solitaire durant mon enfance je vivais dans le quartier des lunes où seules les constellations m’entouraient de leurs bras. Son rire naturel cette façon d’être me faisait penser un peu à moi, nonchalant mais tout aussi intéressant. « Merci pour le compliment, m’enlever il faudra être fort je ne suis pas le genre à me laisser faire ». Lui répondais-je tout en lui affirmant qu’il était un bon professeur. Ces choses là ne s’expliquent pas, cela se voyait dans les yeux des enfants. Dans le comportement non-verbal de l’adulte vers l’enfant. « Je pense qu’on ne veut pas grandir en étant constamment avec des enfants, et ils nous le rendent plutôt bien, regardes comme ils étaient fiers d’avoir défilé ». Alors que je lui expliquais mon métier, un moment de flottement léger s’abattait sur nous. Je ne me vantais jamais de mon travail encore moins face à des inconnus. Il parcourait les livres avec délicatesse comme s’il tenait entre ces mains une pierre précieuse. Je souriais sans qu’il puisse le voir, il n’y avait rien de plus gratifiant qu’une personne s’intéresse à vous de manière désintéressée. Ces compliments m’allaient droit au cœur, je pouvais y lire toute la sincérité dans ces paroles. « C’est vraiment très gentil…je ne sais pas s’ils aiment ça mais j’ai été contacté par une maison d’édition. Promis je t’enverrais les folles aventures dès qu’elles seront publiées ». lui disais-je d’un clin d’œil. J’avais enfin un nom sur cet homme mi- adulte mi- enfant, Alcee. Nos rires se rejoignaient comme deux enfants qui venaient de faire connaissance je lui proposais alors. « Très bien Alcee, je pense que j’ai finis d’exposer pour aujourd’hui ça te dirait qu’on visite les stands de la kermesse je dois t’avouer j’ai toujours eu un faible pour les grosses peluche ». Je me pinçais les lèvres étais-je trop entreprenante ? Peut-être voulait-il être seul mais il fallait tenté. Il y avait beaucoup trop de ressemblances, beaucoup trop de similitudes. Je me sentais bien en sa présence, je n’avais plus besoin de me cacher derrière de faux-semblants.
 ©️Grey WIND.

_________________
viens je t’emmène
Il avait suffit d'une fraction de seconde pour tomber amoureuse. Il avait suffit d'entendre le son de ta voix pour vouloir entendre que cette mélodie. Il a suffit d'un baiser pour se taire en se disant tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 925 ✩ avatar : markel williams
✩ crédits : marie, little liars, draíochta, perlman.
★ âge : 22
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Nov - 18:21

t’es comme ça, toujours dans la franchise, c’est ce qu’on peut te reprocher, c’est ce que tu toi tu apprécies aussi, c’est ce dont tu as envie. tu deviendras pas autre pour faire plaisir, jamais t’en as pas envie et tu n’en aura certainement aucune envie. t’arrives à la faire rire, ça t’arrive encore assez souvent, ça te plait assez d’en être capable… c’est quelque chose que tu arrives à faire sans prendre trop de temps pour réfléchir… ça te vient tout naturellement. et puis t’espères que ça lui permettra de tutoyer parce que t’es pas un vieux, elle non plus et que vous ne méritez nullement de continuer sur cette voix où vous deviendriez tous les deux bien trop vieux avant l’heure… « merci pour le compliment, m’enlever il faudra être fort je ne suis pas le genre à me laisser faire »tu souris doucement, tu ris même un peu en l’entendant parler de la sorte… tu ne peux t’en empêcher parce que ça te donnerait presque envie d’essayer simplement pour voir la tête qu’elle pourrait bien faire si t’essayais… ça t’intrigue bien, un peu plus que cela même. « ah bon ? si j’essayais que feriez-vous ? » t’as bien envie de savoir ce qu’elle entend par ne pas se laisser faire, cela peut renfermer tellement de choses, bien trop pour que tu te fasse une idée précise de la situation… bien trop pour que tu n’attendes pas avec une certaine impatience sa réponse… « je pense qu’on ne veut pas grandir en étant constamment avec des enfants, et ils nous le rendent plutôt bien, regardes comme ils étaient fiers d’avoir défilé » tu souris, tu trouves qu’elle a pas totalement tort dans un sens… t’es plus vraiment un enfant mais tu n’e spas encore un adulte, tu as pas mal de choses en tête et ça joue un peu sur sa personne. t’es pas le gars aux responsabilités, t’aimes bien prendre du bon temps, t’amuser, profiter de la vie aussi. t’es ce mec qui se fixe pas de limites alors ouai, sans doute qu’être avec des enfants ça aide. « c’est vrai et moi j’étais fier d’eux. » une réciproque, une relation de confiance c’est ce que tu développes dans tes cours, c’est comme ça que tu entretiens la bonne ambiance qui permet de ne pas trop souffrir des mauvais comportements… t’es pas un gars autoritaire mais on a pas envie de te faire chier parce que t’as le sourire qui donne envie, la bonne humeur communicative et ça ne changera jamais. tu regardes un peu ce qu’elle fait, c’est pas mal du tout, pas ton genre de lecture mais pas mal du tout… « c’est vraiment très gentil…je ne sais pas s’ils aiment ça mais j’ai été contacté par une maison d’édition. promis je t’enverrais les folles aventures dès qu’elles seront publiées» tu souris c’est pas rien. « je suis sûr que tu vas avoir un certain succès. » tu viens lui répondre assez rapidement parce que clairement elle le mérite en plus être publié par une mission d’édition c’est le rêve de toutes les personnes dans sa profession, elle va y arriver et c’est tout à son avantage. « et c’est gentil de me l’envoyer… si jamais je veux bien aussi la version pour adulte. » que tu lâches accompagné d’un clin d’œil, tu rigoles même si ça te dérangerait pas de lire une bd portée sur les choses qu’adorent faire les adultes… parce que même les grands enfants aiment les belles histoires… « très bien alcee, je pense que j’ai finis d’exposer pour aujourd’hui ça te dirait qu’on visite les stands de la kermesse je dois t’avouer j’ai toujours eu un faible pour les grosses peluche» tu souriais doucement. « volontiers. » que tu viens lui dire c’est ton genre c’est ce que tu apprécies, tu vas pas mentir, t’aimes bien passer du temps avec les autres et puis ça fait tellement longtemps que tu as pas agis de la sorte. « par contre je suis pas un très bon tireur… » c’est pas ta spécialité mais tu feras de ton mieux pour elle.

_________________

entre elle et moi — le premier qui tombe amoureux a perdu..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

mais il n'y a apparemment aucune espèce intelligente en vue (bazcee)



Page 1 sur 1 ~

 Sujets similaires

-
» Bouillettes du commerce, mais lesquelles choisir ?
» le montage cheveu.oui mais ?
» Pouliche au gros ventre mais avec les cotes saillantes
» PIMPERENELLE: petit mais...sale caractère
» SOrtie feeder mais 100% poissons-chat...snif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Je viens du Sud. :: Ste-Marguerite.-