AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

one more time. (junhee ~ hot)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 189 ✩ avatar : romee strijd.
✩ crédits : morrigan + anaëlle.
★ âge : 23
Mer 4 Juil - 18:31

Mila avait pris d'aller dans une des meilleures salles de sport de la ville. Incollable sur celles-ci, mais aussi sur ce qu'il ne faut pas manger pour ne pas grossir. Les régimes les plus drastiques... Rien de bon pour sa santé, non. On ne guérit jamais vraiment. Elle le sait, on lui a dit plusieurs fois. Elle a beau savoir qu'elle recommence. Elle ne fait pas attention, à mi-chemin entre l'inconscience et l'auto-destruction. Et là-bas, dans cette sale, elle sait qu'elle sera admirée et presque vénérée par le propriétaire. Oh il ne se gêne pas pour la regarder, et ça ne la dérange clairement pas... D'autres trouveraient ça indécent, irrespectueux peut-être, mais elle... Elle aime ça, qu'on la regarde. Elle n'a plus que ça... Son apparence, et le regard des autres. C'est eux qui la tuent aussi, cette société du paraître. La chute est sûrement plus proche qu'elle ne le pense... c'est peut-être en hôpital psychiatrique, qu'elle finira, branchée à des dizaines de fils pour la maintenir en vie. Peu importe. Un simple short, une brassière et une queue de cheval, elle est prête à transpirer comme jamais. Elle est parée, son sac de sport sur l'épaule. Elle entre dans le hall, et il est là. Elle aime qu'on cherche à la séduire, qu'on la regarde avec envie. Il est bel homme, sûrement pas aussi baraqué qu'elle les aime d'habitude... Mais elle aime bien son genre, toutes ces petites choses qui font qu'il parvient à la séduire. Le ton qu'il emploie avec elle, les mots qu'il choisit. Mais son regard par-dessus tout. Elle en revient toujours à ça, Mila. Croqueuse d'hommes, femme fatale. C'est sûrement de cette manière qu'on la décrit dans tout Trois-Rivières. « Bonjour monsieur Kim... » souffle-t-elle, avec un sourire charmeur. Oh, elle pourrait l'appeler par son prénom, parce qu'elle le connaît, à force de venir. Elle aime pourtant trop ce jeu-là pour arrêter. Rien ne s'est encore passé, mais elle sent la tentation, plus proche que jamais. Dans une cabine de douche, avec l'eau qui ruissellerait le long de son dos. Cette pression entre les jambes de l'homme, rien que pour elle. Elle est certaine qu'il l'a déjà eue, rien qu'en la regardant s'appliquer sur les machines. « Je vous ai manqué ? » lance-t-elle avec le même air. C'est évident. Entre son sourire, son regard, sa poitrine fière, ses jambes interminables et ses fesses fermes... Elle a bien des choses pour elle. Elle n'est pas de celles qui ont besoin de beaucoup pour être sublimes. Même une tenue de sport lui va, moulant ses atouts à la perfection. Et elle sourit toujours, prédatrice. Elle n'est même plus certaine de vouloir faire du sport, là tout de suite... pas sur des machines en tout cas.


Dernière édition par Mila Lemieux le Sam 7 Juil - 18:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
just keep swimming
✩ messages : 46 ✩ avatar : lee euijin.
✩ crédits : strparadise.
★ âge : 27
Mer 4 Juil - 20:23

l’été s’était installé depuis quelques jours maintenant. la chaleur commençait petit à petit à augmenter à trois-rivières et tu ne pouvais pas t’empêcher de rêver à tes vacances. bientôt, tu prendrais l’avion, direction la corée du sud, en famille pour passer du temps avec tes grands parents comme tous les ans. c’était une tradition familiale que de passer du temps là-bas en été pour voir les personnes que tu ne pouvais pas voir en temps normal. vous partiez tous les cinq, tes parents, tes frères minjae et jaemin et toi. t’étais heureux de penser à ce voyage parce que tu allais enfin prendre des vacances, bien méritée d’ailleurs.  enfin, ça c’était ce qui était prévu, détente et famille, assis à l’ombre d’un arbre dans le jardin de mamie avec ta famille. mais elle était entrée dans l’équation, ton gosse dans son ventre et tu n’étais pas d’accord, absolument pas. sauf qu’elle avait menti, te faisant passer pour son petit ami et tu t’étais retrouvé obligé de te fiancer avec elle et d’accepter les responsabilités que cela impliquait d’être père. mais t’es obligé, parce que tout le monde te presse pour assumer tes conneries. et ça te saoule mais d’une force. parce que tu sais d’avance que quand le marmot sera né, tu peux dire adieu à tes grasses matinées. toi qui aime dormir tu ne pourras bientôt plus le faire et tu es enchanté par cette nouvelle. tu souhaiterais presque qu’elle n’arrive pas à termes. tu pousses un soupir quand tu la vois encore une fois endormie sur le canapé. tu mets sur son corps une couverture. t’as beau être un connard, tu n’es pas non plus sans cœur. tu ne veux pas qu’elle prenne froid même si la période de l’année n’est pas propice aux maladies. mais on ne sait jamais. vaut mieux prévoir que guérir. tu sors donc de chez toi pour te rendre à la salle, ta salle. ça fait quelques temps que tu l’as ouverte. celle de trois-rivières est la première que tu ouvres même si la plus grande se trouve à montréal. tu en as trois et c’est dans ta ville natale que tu as décidé de rester. tu aurais pu partir pour montréal, mais tu te sens bien ici malgré les derniers événements de ta vie. et puis tu ne pourrais pas laisser tes parents ni les jumeaux tout seul. alors, tu restes. un pied dans ta voiture, tu allumes la radio avant même de mettre le contact, despacito s’élève dans l’habitacle et un sourire s’affiche sur tes lèvres alors que tu mets le cap vers ta salle, humant les paroles. ça te met toujours de bonne humeur de chanter et tu sais que même si tu fais du yaourt, ce n’est pas grave. tu finis par arriver à l’établissement que tu as bâti à la sueur de ton front et tu entres, toujours le sourire aux lèvres. tu salues les quelques habitués et ton staff demandant où jeanne est. tu te souviens qu’elle est en vacances en espagne. pour elle, c’est farniente toute la journée sur la chaise longue à bronzer avec des musiques latines. tu imagines très bien la jeune femme se déhancher sur la tortura de shakira. tu pousses un nouveau soupir alors que tu déposes tes affaires et que tu mets la musique qui plait aux habitués. c’est donc sorry de justin bieber qui se fait entendre dans la salle au moment où mila entre dans le hall. tes yeux se bloquent directement sur elle. ça fait longtemps que tu la regardes évoluer dans la salle. elle est belle la jeune femme et elle le sait. c’est exactement le genre de femme que tu aimes parce que tu peux voir dans ses yeux le même feu qui l’habite que dans les tiens. tu souris quand elle te salue. « bonjour mademoiselle lemieux… » tu connais son prénom mais l’appeler par son nom de famille confère à votre relation un goût d’interdit. tu laisses un sourire appréciateur s’afficher sur tes lèvres alors qu’elle te demande si elle t’a manqué. « peut-être bien. » que tu lances alors qu’autour de vous les gens commencent petit à petit à vaquer à leurs occupations, vidant le hall et vous laissant tous les deux. tu sens cette tension sexuelle qui s’élève entre vous et tes yeux parcourent son corps sans pudeur. tu l’imagines nue dans les douches, ou le vestiaire, vos corps entremêlés de sueur, toi en elle alors qu’elle crie ton prénom. ça te ferait bander d’anticipation. tu pourrais très bien lui prendre la main là maintenant et l’amener dans les douches, tu te doutes qu’elle ne dirait pas non. pourtant, tu ne le fais pas. t’as bien envie de faire durer le plaisir de votre petit jeu. après tout, c’est ce qui t’attire chez elle, cette impression que tu n’as plus qu’à la cueillir, qu’à prendre le fruit mûr sur l’arbre, et en goûter les chairs, et en même temps qu’il t’échappe à chaque fois que tu essaies de t’en approcher. « quelle réponse vous ferez plaisir mademoiselle lemieux ? » reprends-tu alors que tu t’approches lentement d’elle comme un chasseur se rapproche de sa proie farouche. « je peux très bien vous dire oui, mais qu’est-ce que j’y gagne ? » ton sourire se faire de plus en plus carnassier alors que tu t’avances encore plus vers elle. t’as envie d’elle, depuis qu’elle a passé le pas de ta salle la première fois et ce jeu entre vous, créant cette tension qui est palpable te donne de plus en plus envie. « vous voulez faire quelque chose en particulier cette fois ? » finis-tu par demander sans réellement préciser si c’est des machines que tu parles ou d’un nouveau sport qui t’implique. après tout, si elle joue et flirte avec toi de cette manière c’est qu’elle est okay pour aller plus loin pas vrai ? est-ce que vous allez finir dans les douches cette fois-ci pour faire plus que vous laver ? cette idée ne te déplait pas du tout.

_________________
« Fuck Boy »
When you call me and desperately want me. I’ll awaken the senses that spread all over your body. I’m sweet poison. You can’t reject or avoid me, no choice. Do you know how your breath and your temperature, have become hot like fire?
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 189 ✩ avatar : romee strijd.
✩ crédits : morrigan + anaëlle.
★ âge : 23
Mer 4 Juil - 21:59

Princesse Lemieux entre dans le hall de sa salle de sport préférée. Le propriétaire y est certainement pour quelque chose, il ne faut pas se leurrer. Mais bon, elle n'est pas seulement là pour le regarder ou flirter avec lui. Elle pense toujours autant à entretenir son corps, la blonde. Trop même. Il faudrait de nouveau que quelqu'un lui fixe des limites comme Romy et Joao le faisaient, du temps où elle a sombré. Elle se perd dans des pêchés, sans cesse. La chaire... Beaucoup trop. Et le prochain, ce sera forcément le jeune homme qui lui fait désormais face. Elle s'adresse à lui avec courtoisie, presque trop conventionnelle pour toutes les avances qu'ils se font à longueur de temps. Ça fait partie du jeu... De se vouvoyer, de créer une distance à ne surtout pas combler. Ce n'est pourtant qu'une question de temps. Un désir éphémère, certainement. Quand elle l'aura eu, elle se sera lassée. C'est Mila... On ne change pas les bonnes habitudes, n'est-ce pas ? Il lui répond avec la même politesse, et elle lui rend le même sourire avant de lui demander si elle lui a manqué. Si ce n'est pas elle, c'est son corps désirable, pour sûr. Il la fait languir, lui disant que c'est peut-être le cas. Elle sait bien que oui, quand il la regarde comme ça. Elle ne dit rien, elle ne fait que sourire. Elle se dit toujours que dans ces situations-là, elle a toujours plus à gagner qu'à perdre. parce qu'il n'y a rien qui compte vraiment pour Mila, à pat son corps, quelques amis. C'est tout. Là, elle ne risque rien de tout ça. Elle est en confiance avec lui... Dans leurs yeux, ils ont passé un marché silencieux, se disant que ça n'engagerait à rien. Si c'était le cas, elle aurait déjà pris peur. La simple idée d'une caresse sous l'eau, ça l'enflamme. Parce qu'ils attendent depuis trop longtemps, qu'ils jouent sans cesse l'un avec l'autre. Elle finit par se demander si ce sera toujours aussi bien, une fois que ce sera fait. Si ça n'aura pas brisé ce petit jeu qu'ils aiment tant. « Vous, vous m'avez manqué... » murmure-t-elle. Rien de sentimental, non. Et c'est plutôt cette ambiguïté qui lui manquait. Elle apprécie ça, mais ce n'est pas pour autant qu'elle s'attache. Il lui faut du temps, à Mila. Les autres ne le comprennent pas toujours. Elle ne croit pas, en les choses qui viennent toutes seules. Il s'approche lentement d'elle, et elle ne bouge pas, lui faisant croire qu'il peut l'atteindre très vite. Encore un peu de jeu, elle ne s'en lasse pas. Elle sourit, quand il lui demande ce qui lui ferait plaisir. Tant de choses... Lui, à genoux, entre ses jambes. Un exemple parmi tant d'autres. Il lui demande ce qu'il gagnerait à dire oui... « Moi. » répond-elle, sans la moindre hésitation. Leur laisser croire qu'elle leur appartient, pour s'échapper aussi vite après avoir eu ce qu'elle désirait. Elle ne reste jamais après, Mila. Elle est un peu comme les hommes qui partent au petit matin. « Même si vous ne le dites pas, je sais que oui... Vous me dévorez du regard... » souffle-t-elle, peu après. Elle voit ces choses-là, et elle les aime. Il lui demande si elle veut faire quelque chose de particulier, et il joue encore. Elle le sait... Elle l'entend bien dans sa voix. Alors elle aussi, elle va jouer. Elle a du mal à se lasser de flirter, elle en a trop besoin. « Je ne sais pas... » Elle joue l'indécise, faisant glisser le doigt le long du comptoir à défaut de son corps. Elle prend un air pensif, elle reste là... S'appuie contre le comptoir pour mettre un peu plus ses atouts en valeur. Sa poitrine surtout. Elle en joue, agite ses cheveux blonds. « Quelque chose... D'original. » commence-t-elle par dire. Elle ne le quitte pas du regard, snobe volontairement les clients qui entrent. Des gens qui ont vraiment besoin de faire du sport, pour le coup. Un ventre de femme enceinte ou de bière à perdre, par exemple. Elle ne voudrait pas leur ressembler, ça non... Jamais de la vie. Plutôt mourir. « Qui fait transpirer. Beaucoup. » reprend-elle, quelques secondes plus tard. Elle le fait languir, elle aussi. Mais elle ne cesse de sourire. Elle se doute qu'il est pendu à ses lèvres, à sa bouche qu'il imagine probablement un peu partout sur son corps... « Mais de manière agréable. » précise-t-elle. Elle aime beaucoup de choses, Mila. Elle essaye des choses dès qu'elle en a l'occasion... ça n'empêche qu'elle a ses préférences. Aussi fou que cela puisse paraître, elle ne l'a jamais fait dans une salle de sport. Dommage que d'autres clients soient là. Parce qu'elle aurait bien tout baptisé à sa manière. Lui aussi, elle le sait... Elle l'imagine, entre ses reins. La toucher partout à la fois. Cela dit, il pourrait être un homme taquin, dont ce petit jeu de séduction est bon... Mais faire un piètre amant. Elle ne le saura pas tant qu'elle n'aura pas essayé, n'est-ce pas ? Elle doit le savoir, à un moment donné, et elle sait que dans l'enceinte de la salle, il ne désire qu'elle. En même temps, les autres font tâches quand on les compare à Mila. « Une proposition ? » demande-t-elle, avec un air trop innocent pour elle. Et elle sourit toujours, fait un seul pas qui suffit à combler la distance entre eux. Son corps de déesse si près du sien. Et elle pense à la suite, rêve qu'il l'appelle mademoiselle même contre les douches.

_________________
save myself
And all the ones that love me, they just left me on the shelf, no farewell So before I save someone else, I’ve got to save myself
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
just keep swimming
✩ messages : 46 ✩ avatar : lee euijin.
✩ crédits : strparadise.
★ âge : 27
Jeu 5 Juil - 21:19

le jeu commence à l’instant même où elle passe le pas de la porte. ton regard est automatiquement attiré par elle, par son corps de déesse comme un aimant. tu ne peux pas t’empêcher de la suivre du regard, la dévorant même allègrement des yeux. tu n’as pas honte de lui montrer qu’elle te plait. après tout, si elle vient aussi souvent et qu’elle se laisse faire, entrant même dans ton jeu, c’est qu’elle le veut bien non ? après tout elle a sûrement besoin d’un partenaire particulier pour ce genre de chose et t’es sûrement le meilleur dans ta catégorie. enfin, tu penses ne pas être mauvais vu le nombre de filles qui sont passés par tes draps et qui en sont ressortent satisfaites parce que tu les as enlacés avec sensualité. et c’est exactement ce que tu veux faire avec la jeune femme devant tes yeux. son corps t’appelle, te demande de jouer avec lui, d’en épouser chaque courbe, chaque forme. tu veux l’entendre crier ton nom ou ton prénom ça n’a pas d’importance. tu veux qu’elle se cambre sous tes caresses, sous tes baisers et tes coups de reins. tout ça, tu le fais passer dans tes yeux alors que votre jeu recommence avec un peu plus d’intensité. tu l’as senti dès l’instant où elle est entrée dans la salle de sport. t’as eu le sentiment qu’elle avait déjà en tête de t’amener dans les douches pour prendre son pied. sauf que vu comment elle joue, tu as l’impression qu’elle veut que l’idée vienne de toi. et elle viendra peut-être de toi. parce que dans les plaisirs de la chair, il n’y a aucun perdant. elle comme toi, vous y gagnerez à prendre du plaisir. pourtant, tu ne peux pas te résoudre à la prendre par la main pour la mener sous la douche pour lui donner ce que vous voulez tous les deux. tu préfères jouer encore un peu. ton sourire s’agrandit à ses mots. tu lui as manqué et t’aimes entendre ça. tu sais que ce n’est pas totalement vrai. ce qui lui a manqué c’est la même chose qu’à toi, cette impression que rien ne compte, cette extase que vous avez à vous tourner autour sans jamais vous trouver. mila et toi êtes pareils, plus que vous ne le pensez. vous aimez cette relation ambiguë qui vous lit et il ne faudrait pas beaucoup pour que tu ne lui dises « déshabillez-moi ». pourtant tu ne le fais pas même si tes yeux pétillent d’anticipation et d’excitation à l’idée de la gagner elle. tu ne peux pas t’empêcher de passer ta langue sur tes lèvres à cette pensée, tout en continuant de la dévorer du regard sans vergogne. la jeune femme reprend la parole et tu laisses une nouvelle fois ton sourire s’agrandir. elle a raison mila, elle t’a manqué. mais tu es trop fier pour l’avouer. « c’est parce que ce que j’ai sous les yeux est appétissant. » que tu dis pour justifier la façon dont tu la regardes. tu l’observes comme un félin s’approcherait de sa proie. tu n’en as plus rien à faire d’être respectueux avec elle ou pas. tu sais que comme toi, elle ne rêve que d’une chose, vos deux corps l’un contre l’autre. et quand tu lui demandes ce qu’elle veut faire aujourd’hui, tu n’as d’yeux que pour elle. tu ignores les arrivants, laissant tes collègues prendre le relais sans aucune honte. tu as dépassé ce stade depuis des années. tu n’as plus honte de rien. tes pupilles ne la quittent pas alors qu’elle évolue dans le hall, appuyant son corps sur le comptoir t’offrant une vue encore plus appétissante sur sa poitrine recouverte seulement de ce soutien-gorge de sport. tu rêves de lui arracher et de fourrer ta tête dedans pour sucer la peau et y laisser ta marque. c’est ce que tu aimes faire le plus ça, laisser une marque de ton passage. chez les femmes c’est sur les seins et les hommes, sur le cou. tu te fous de n’être justement qu’un parmi tant d’autres. cependant, tu veux quand même laisser un souvenir. tu veux qu’au petit matin quand tu pars ou que la personne s’en aille, elle remarque ce suçon que tu auras laissé. elle agite ses cheveux blonds et tu souris encore un peu plus. elle essaie de te séduire et elle y arrive très bien. ses propos font échos à son attitude et tu ne peux pas t’empêcher d’attendre avec impatience qu’elle continue, alors que tes prunelles sont maintenant fixées sur sa bouche dont tu connais les contours. tu l’imagines autour de toi, sa langue jouant avec toi et tu laisses un sourire pervers s’afficher sur tes lèvres. mila finit par reprendre la parole et son air innocent ne lui va pas du tout. tu t’approches alors d’elle, oubliant que vous n’êtes pas seul. mais en ce moment précis, il n’y a que la jeune femme qui compte, qu’elle que tu vois et que tu as très très envie d’embrasser. « j’ai peut-être une proposition à vous faire mademoiselle lemieux. mais je ne suis pas sûr que vous ayez l’endurance pour. » tu te stoppes à une distance de sécurité. assez proche d’elle pour qu’elle puisse voir tout le désir qu’elle t’inspire mais assez loin pour ne pas mettre trop mal à l’aise les gens autour. tu oublies peut-être légèrement les clients et tes collègues, mais faut pas que tu oublies que tu es le propriétaire des lieux et que tu dois faire bonne figure. « jean, je prends la salle de fitness en haut. » tu ne laisses même pas le temps à ce fameux jean de te répondre. tu sais qu’elle est libre pour avoir vérifié hier quand tu faisais le planning pour les cours. le must de cette salle, c’est qu’elle a les douches juste à côté. tes collègues ne sont pas fous, ils savent très bien ce que vous allez faire. mais tu t’en fous. tu es le maître des lieux ici. tu montres déjà à mila le chemin à suivre pour un signe de la tête et tu montes l’escalier pour te rendre dans la pièce. une fois fermée sur vous deux, tu te retournes vers la jeune femme. « j’espère que vous êtes prête à suer mademoiselle. »

_________________
« Fuck Boy »
When you call me and desperately want me. I’ll awaken the senses that spread all over your body. I’m sweet poison. You can’t reject or avoid me, no choice. Do you know how your breath and your temperature, have become hot like fire?
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 189 ✩ avatar : romee strijd.
✩ crédits : morrigan + anaëlle.
★ âge : 23
Ven 6 Juil - 17:26

Déesse et princesse à la fois, Mila sait qu'elle plaît, chérit les regards plus que n'importe quoi d'autre. C'est la preuve que ce corps qu'elle se tue littéralement à entretenir plaît. C'est une récompense, à ses yeux. Ça ne durera qu'un temps... Avec le temps, elle ne sera plus aussi jeune, plus aussi belle. Elle a peur de ça. Le cap des trente ans, elle le redoute. Parce que tout le monde veut un mari, la belle maison, les gamins qui courent dans le jardin. Elle, elle ne veut pas de mômes, pas se poser non plus. Parce que ce serait fini les jeux, le désir qu'on a pour elle. Qui désire encore une mère de famille ? Une épouse ? Personne. Elle ne veut pas de ça, elle ne veut pas se plier. Aucun homme n'a su faire céder son cœur jusque-là. Si ça avait été le cas, peut-être qu'elle aurait confié qu'elle a été malade... Qu'elle a failli y rester, et peut-être même qu'elle peut rechuter. Elle le sait on n'oublie jamais rien, on vit avec. C'est ce qu'elle s'efforce de faire, et elle lutte contre cette petite voix dans sa tête qui lui dit qu'elle n'est jamais assez. Que d'autres la dépasseront, seront plus minces et donc plus belles. Lui, il ne sera clairement pas l'amour de sa vie, de toute façon elle ne croit pas à ça. Elle n'a jamais eu ce côté rêveur, son éducation ne lui a pas permis. L'envie de lui est déjà là... Brûlante, dans le creux de son ventre. Elle le cherche, elle joue avec un air félin. Elle lui a manqué, elle le sait... La vision de son corps en tout cas. Elle s'est littéralement tuée à devenir parfaite et ne supporterait pas que ses efforts ne payent pas. Alors, elle replongerait... Sans retenue. Elle se contente de sourire, et il s'approche. Elle joue de son corps, de ses atouts, mais aussi de ses yeux et de sa chevelure. Tentatrice... Elle fait durer le suspens, elle joue encore, sans arrêt. Elle n'a pas de limite. Elle le cherche tellement que ça va probablement être torride. Elle n'en doutait pas d'ailleurs, et elle espère sincèrement ne pas être déçue. Sinon, ce sera la seule et unique fois. Il lance qu'il a peut-être une proposition, doute de son endurance. Elle pouffe de rire, puis sourit avec un air taquin sur le visage « Vous êtes plus vieux que moi, monsieur Kim... » Et elle se détache du comptoir, le contourne avant qu'il ne s'adresse à son collègue. Et elle sait ce que ça veut dire... Il va s'isoler avec elle. Y a ce feu qui brûle entre ses jambes, l'envie plus présente que jamais. Elle les veut, ses baisers entre ses jambes... Il lui fait signe de le suivre, et c'est ce qu'elle fait. Elle ne se prive pas non plus pour le regarder, meurt d'envie de le toucher. Finalement, ils y arrivent. Doute-t-il encore de ses capacités ? « Et vous ? » demande-t-elle en souriant. Elle le contourne une nouvelle fois, lui échappe. Elle fait quelques pas, histoire d'être à une certaine distance de lui. Elle veut le tenter sans qu'il ne puisse la toucher tout de suite. Faire serrer son pantalon au fil des secondes. Elle se doute qu'il l'est déjà un peu, rien que parce qu'il imagine lui donner des coups de rein assurés. « Ne me quittez pas du regard, monsieur Kim... On ne touche pas tout de suite. » souffle-t-elle, avec un air de défi. C'est elle qui décide, elle qui mène la danse pour le moment... Tout d'abord, elle se tient en équilibre, retire ses chaussures de sport, ses soquettes. Elle les jette, elle s'en fout. Elle sourit, puis elle lui tourne le dos, histoire de garder un minimum de surprise. D'abord... C'est son mini-short qui trouve le parquet de la salle. Elle l'a fait descendre le long de ses jambes, se penchant exagérément, dévoilant alors un joli tanga blanc. Elle se redresse, fière, toujours dos à lui. Elle prend son temps, lui lance d'une voix sensuelle « J'espère que vous profitez bien du spectacle... » Elle le sent, son regard sur elle. La frustration qui monte pour être mieux libérée par la suite. Sa brassière, elle la retire avec grâce, telle une image de magazine. Enfin sortie de ce carcan, sa poitrine respire, se tient fièrement prête à accueillir les lèvres du jeune homme. Elle les veut partout... Elle le désire plus que si elle s'était jetée sur lui le premier jour. Et d'un côté, elle ne veut pas perdre ce petit jeu entre eux. Il ne manque plus que la dernière pièce... Et finalement, elle s'en débarrasse, la jetant aussi. Elle se retourne alors vers lui, pour mieux savourer son regard sur elle. Il est plein de désir. Enfin il découvre sa beauté, à l'état pur. Ses cheveux qui viennent chatouiller la pointe de ses seins. Ses jambes parfaites jusqu'au haut des cuisses, son ventre plat et légèrement musclé. Le sublime, la perfection d'une peinture. Elle n'a même pas l'air réelle, Mila. Il doit même rêver de voir une femme comme elle s'offrir à lui. Maintenant, il n'a plus qu'à venir saisir son corps... La faire jouir et qu'on les entend dans toutes les salles du bâtiment. Elle n'a pas peur, Mila. Elle profite des plaisirs de la vie tant qu'elle le peut encore. Peut-être que sa vie sera plus courte que celle d'une autre jeune femme de son âge. « Je vous attends, monsieur Kim... » murmure-t-elle, toujours avec la même sensualité.

_________________
save myself
And all the ones that love me, they just left me on the shelf, no farewell So before I save someone else, I’ve got to save myself
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
just keep swimming
✩ messages : 46 ✩ avatar : lee euijin.
✩ crédits : strparadise.
★ âge : 27
Sam 7 Juil - 1:30

ça ne te dérange pas qu’elle te rappelle que tu es plus vieux qu’elle. c’est un fait, tu ne peux pas le nier. « effectivement je suis plus vieux que vous mademoiselle. » tu te moques bien d’avoir quelques années de plus qu’elle. l’âge c’est qu’une question de chiffre et surtout c’est tout dans la tête. tu fais sûrement parti des rares personnes qui se foutent totalement de passer la barre de la trentaine et encore plus des codes sociaux. si à trente ans tu n’es pas marié et avec des enfants, c’est presque comme si tu avais raté ta vie. sauf que toi, tu ne veux ni mariage ni enfant. ce n’est pas que tu ne veux pas d’attaches, seulement si tu rencontres la femme de ta vie. c’est juste que tu ne te sens pas prêt à lier ta vie à une femme ou un homme à vie. ce n’est pas dans tes projets immédiats ni même sur le long terme, et ce malgré la présence de ta fiancée dans l’équation. tu veux tout faire pour qu’elle se barre et qu’elle avorte. tu sais c’est radical comme solution, mais tu ne veux pas d’enfants et encore moins avec quelqu’un que tu as rencontré au détour d’un verre et que tu as baisé qu’une seule fois. tes potes t’ont dit « dommage, la prochaine fois tu mettras deux capotes, ou t’iras avec elle pour qu’elle prenne la pilule du lendemain. » c’est ce que tu aurais fait si tu n’avais pas cru en la jeune femme. fallait pas que tu lui fasses confiance parce que maintenant tu devais assumer une capote pété. et ce n’était pas juste un rêve duquel tu pouvais te réveiller. c’était sûrement pour cette raison que tu allais passer à l’acte avec mila parce que tu avais besoin de te sentir désiré et pas enfermer dans cette cage de fer qui se resserrait au fur et à mesure que le bébé grossissait dans le ventre de sa mère. alors tu laisses de côté cette partie de ta vie pour te concentrer sur la jeune femme qui joue de ses charmes pour t’attirer dans ses filets telle une sirène avec un marin. tu souris et tu vous guides dans la salle de sport que tu détiens pour venir vous enfermer dans une des salles de fitness lui demandant si elle est prête à suer. sa réponse ne se fait pas attendre et tu laisses un sourire pervers s’afficher sur tes lèvres. bien sûr que tu es prêt à suer près d’elle, avec elle et pour elle. tu imagines déjà son corps nu, contre le tien, bougeant au rythme de votre danse sensuelle effrénée. tu la regardes qui s’éloigne et à aucun moment, tu n’as l’impression qu’elle t’échappe. vous en avez tous les deux envie, mais vous avez encore plus envie de continuer de jouer. tu laisses tes yeux se promener sur le derrière de son corps, se posant sur sa chute de reins alors que tu l’écoutes te parler et te donner des ordres. tu n’aurais jamais pensé que tu pourrais un jour trouver ça sensuel et sexy de te faire appeler par ton nom de famille. tu ne détournes pas la tête comme elle l’a demandé et tu profites du spectacle qu’elle t’offre alors que tu deviens de plus en plus étroit dans ton pantalon de sport. elle se déshabille lentement, petit à petit et tes pupilles sont fascinées alors que le désir grandi en toi. tu veux l’enlacer, la prendre maintenant. pourtant, tu es sage et tu écoutes ce qu’elle te dit, hochant la tête quand elle demande si tu profites. « c’est magnifique. » ne peux-tu pas t’empêcher de dire alors qu’elle se libère de ses sous-vêtements pour se tourner vers toi. aussitôt, tu ne sais plus où donner de la tête devant son corps de déesse. mila est belle, elle le sait, en joue même. mais là, dans le plus simple appareil, elle est encore plus magnifique. t’as l’impression qu’elle sort tout droit d’un de ses magasines féminins dont ta mère raffole. ses proportions sont parfaites, elle est juste légèrement trop maigre. tu les préfères souvent avec un peu plus de chair sur les hanches. mais ce n’est qu’un détail. la voix de la jolie blonde se fait entendre et tu relèves les yeux vers elle alors qu’elle te donne l’autorisation de la rejoindre. très bien, elle a joué avec ta patience, tu vas faire pareil. tu t’approches d’elle, silencieux, comme si tu allais la bouffer sur place et tu viens te placer dans son dos. tu murmures quelques mots à son oreille, d’une voix sensuelle. « fermez les yeux mademoiselle lemieux. » tu attends que ce soit le cas et lentement, tu viens promener tes doigts sur son corps. tu l’effleures doucement, comme la caresse d’une plume, de la pulpe de tes doigts. tu ne restes jamais bien longtemps sur un endroit, essayant de faire en sorte de lui procurer des frissons et de l’impatience. ton attitude est provocatrice et c’est ce que tu aimes le plus. tes mains caressent lentement son ventre remontant vers sa poitrine sans la toucher, jusqu’à redescendre encore plus bras, près de son entrée. est-ce qu’elle est mouillée ? est-ce qu’elle est aussi impatiente que toi ? tu te demandes alors que tu viens frôler ses côtes. tu vois et sens les frissons qui parcourent son corps et un sourire encore plus pervers s’affiche sur tes lèvres. « ne bougez sous aucun prétexte et garder les yeux fermés mademoiselle lemieux. » est-ce qu’elle allait t’écouter et jouer le jeu ? tu n’en étais pas sûr mais tu voulais quand même tenter. on ne savait jamais. alors, tu reviens face à elle. elle est légèrement plus grande que toi, mais ça ne te dérange pas du tout. tu avances ta bouche vers la naissance de ses seins et tu y déposes un baiser, puis un deuxième, puis un troisième, tout en descendant vers la partie qui t’intéresse. tu finis par arriver à l’endroit tant cherché et tu ne t’en occupes pas, délaissant son téton avant même qu’elle ne puisse sentir ta caresse dessus. ce que tu veux pour le moment, c’es la marquer. tu attrapes donc un morceau de chair entre tes dents et tu lèches, suces aussi fort que tu peux pour que mila sente ta présence. lentement, ta main se dirige vers son entrejambe et tu laisses tes doigts la titiller sans réellement la toucher. tu veux encore un peu jouer avec elle, avant de lui donner ce que vous voulez tous les deux.

_________________
« Fuck Boy »
When you call me and desperately want me. I’ll awaken the senses that spread all over your body. I’m sweet poison. You can’t reject or avoid me, no choice. Do you know how your breath and your temperature, have become hot like fire?
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 189 ✩ avatar : romee strijd.
✩ crédits : morrigan + anaëlle.
★ âge : 23
Sam 7 Juil - 18:27

Mila aime les hommes. Vieux ou jeunes, noirs ou blancs... Tant qu'ils l'attirent, tant qu'ils lui font envie... Elle fonce, elle ne se pose pas de questions. Puis, elle sait qu'elle plaît. Sublime créature aux jambes interminables, au ventre plat, à la jolie poitrine. Oh, ils aiment tout ça. Parfois maris infidèles ou coureurs de jupons, elle s'en fiche. Elle prend ce qui lui plaît, puis elle jette. Les hommes font pareil, pourquoi une femme ne le pourrait pas ? Eux, on les appelle Don Juan, les femmes héritent du beaucoup moins familier salope. Mila, elle le veut. Elle le désire. Et elle réussit, elle arrive doucement à ses fins la belle blonde. Ils tombent tous comme des mouches, devant la belle. Ils arrivent alors dans une salle inoccupée. Le bonheur. Ils vont pouvoir s'adonner aux plaisirs de la chaire sans que personne ne vienne les déranger. Elle prend les choses en main, Mila. Ça ne lui fait pas peur de lancer les hostilités. Elle aime contrôler avant de s'abandonner. Sensuelle, elle se déshabille, le laisse admirer le spectacle. La vue merveilleuse qu'offre son corps de déesse. Elle prend son temps, reste de dos pour lui laisser un minimum de suspens. Entièrement dénudée, elle se tourne finalement vers lui. Magnifique. On le dit souvent quand on la voit, qu'elle soit habillée ou pas. Elle inspiré les artistes, par ses proportions parfaites. Probablement qu'elle les fait rêver comme les autres hommes, que la nuit, ils crient son nom, grognent comme des bêtes rien qu'en pensant à elle. Elle aime cette idée, le laisse la regarder un peu avant de l'inviter à la rejoindre. Il s'approche, toujours plus prédateur. D'autant plus maintenant qu'il la voit dans le plus simple appareil. Il vient dans son dos, et elle sent déjà son pantalon serré contre ses fesses musclées. Oh ce qu'il la désire... Oh elle aussi, elle le désire un peu plus maintenant qu'elle le sent contre elle, si impatient. Aussi impatient qu'elle. Prêt à l'accueillir dans son corps, Mila ne peut plus attendre. Et pourtant, il reste dans son dos, à lui demander de fermer les yeux. Elle s'exécute, sachant combien on ressent le plaisir décuplé quand on se concentre seulement sur le toucher. Alors il commence. Il la caresse, du bout des doigts. Un peu partout. Il fait monter le désir de la blonde qui rêve de le toucher elle aussi. Son ventre. Sa poitrine. Plus bas que son ventre. Il joue avec elle, la rend plus prête encore. Ses côtes. La chaire de poule parcourt l'épiderme de Mila, sûrement pas déçue par son amant. Elle vibre sous la douceur de ses doigts, se cambre légèrement, ses fesses épousant davantage son pantalon si serré. Il lui répète de ne pas bouger, de garder les yeux fermés. Elle lutte, pressée de savoir ce qu'il va lui faire. Cela dit, se concentrer sur le toucher, ça la fait le désirer un peu plus encore. Elle sourit, souffle. Quand il retourne face à elle, il lui fait un peu d'air au passage. Il fait si chaud. Température intenable, alors qu'il descend ses lèvres le long de sa poitrine. Il y dépose des baisers, légers. Il passe sur son téton déjà si dur, comme l'autre. Oh elle le désire si fort, actuellement. Elle aimerait qu'il s'occupe aussi de ses tétons qui le réclament. Un peu comme toutes les parties de son corps. Finalement, il saisit la chaire de son sein entre sa bouche, et elle se cambre sans pouvoir se contrôler. Il la lèche, la suce comme un bébé affamé. Pire qu'affamé. Elle le sent bourré de désir. Légère douleur sur son sein, rien d'insurmontable. « Hm... » laisse-t-elle entendre avec sensualité. Finalement, sa main se place d'elle-même pour qu'il continue son doux supplice, elle le veut. « Encore, sur l'autre. » réclame-t-elle alors que tout son corps se tend. Elle veut qu'il marque son autre sein, souvenir de ces ébats qui s'annoncent grandioses. En même temps, sa main se dirige sur son entrejambe. Il joue comme un enfant, la provoque. Il doit sentir, combien elle l'attend. Elle l'attend comme le Messie. Elle savoure, soupire, geint sous ses gestes. « On ne fait pas attendre une déesse, monsieur Kim... » murmure-t-elle finalement, le souffle saccadé par le désir. Il ne la pénètre pas encore qu'elle ne regrette pas de se trouver avec lui, dans cette salle qui ne verra plus une intensité pareille entre deux corps. Un tel désir, de tels soupirs. Quoi qu'elle le voudrait encore. Elle veut déjà recommencer. Se perdre contre le jeune homme, le laisser traiter son corps de cette façon. Quel plaisir... Il lui rend bien le merveilleux strip-tease qu'elle vient de lui faire. Elle sait qu'il apprécie, de la voir, rien qu'habillée. Alors nue... Il doit tellement aimer ça. L'aimer elle aussi, pour sa beauté, son caractère. Puis, cette envie de contrôler, et à la fois, cette capacité à s'abandonner totalement, à le laisser faire même quand il marque son si joli sein. Elle se fiche bien de ce que diront ses amants suivants. Son corps lui appartient. Si elle désire qu'on y laisse des marques, alors elle laisse faire. Cela prouve qu'elle n'appartient à personne d'autre qu'à elle-même. « Embrassez-moi. Partout. » ordonne-t-elle. Elle rêve de ses lèvres chaudes partout sur son corps. Entre ses jambes surtout, pour attiser un peu plus le feu, l'envie. Elle veut sentir sa langue, dans les moindres recoins. Ses doigts aussi. Elle veut tout sentir, Mila. Elle veut vivre la bourgeoisie des sensations avec monsieur Kim, comme elle l'aime l'appeler. Ça l'excite un peu plus, qu'ils ne franchissent pas cette barrière alors qu'ils deviennent si intimes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

one more time. (junhee ~ hot)



Page 1 sur 1 ~

 Sujets similaires

-
» [ProA arbitrage] Le « precision time system » arrive
» TIME
» La Time Machine PBP
» Ensiferum, token of time
» Queva one more time....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Je viens du Sud. :: Ste-Marguerite.-