AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

no one compares to you (soren)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 4 Nov - 20:08

tout est fait, tout est prêt, tu n’as plus qu’à te présenter. tu te trouves ridicule, bien trop habillée pour le voir, cela te dérange fortement. mais c’est ce qu’il voulait pas vrai ? c’est pour ça que tu as du rencontrer monsieur bailey parce qu’il te voulait parfaite pour cette rencontre. tu as l’air d’une poupée, tu l’es pour lui… c’est ce que tu acceptes de faire en venant signer ce foutu contrat… t’es prête et en même temps morte de peur… t’aimerais qu’il existe une autre solution mais il n’y en a aucune… tout est perdu, tout est ailleurs, tout est impossible malheureusement… la seule solution c’est d’avancer, c’est de penser à tout ce que tu es en train de sauver et non ce qui va merder, et non ce que tu risques de perdre dans cet arrangement odieux… la secrétaire qui te fait finalement entré dans le bureau… tu t’étonnes, il n’est pas encore là, seulement son avocat… t’es ridicule encore une fois, installée sur ta chaise, tu ne bois rien, tu ne veux rien à manger… tout ce que tu ressens c’est le poids au fond de ta poitrine, tu risques de ne pas le supporter trop longtemps… l’heure qui va tout changer, le moment où tu vas connaitre le visage de ton bourreau pour les trois prochaines années… c’est peu trois ans dans une vie et en même temps bien trop longtemps… tu penses à tes proches, tu ne sais pas comment leur annoncer la nouvelle, comment leur dire sans donner l’impression que c’est ta vie que tu es en train de vendre, d’offrir sur un plateau… plus possible de faire marche arrière, ; plus possible d’arrêter quoi que ce soit, seulement attendre, attendre ce moment précis où tout aura changé…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 8 Nov - 21:07

le grand jour était arrivé. ce jour où tu prendrais enfin ta revanche sur la famille qui t’avait indirectement privé de ton père. il y avait tellement longtemps que tu attendais ça que tu appréhendais presque de te retrouver devant ton avocat. le stress, ce n’était pas un sentiment que tu connaissais. tu étais toujours très sûr de toi, de tout ce que tu faisais au quotidien. mais ça.. ça dépassait tout. les millions que tu avais pu te faire. les biens immobiliers que tu possédais à travers le monde. c’était le trophée final de ta collection. malgré la soirée très instructive que tu avais passé la veille, tu t’étais levé tôt. incapable de dormir. tu avais tourné en rond chez toi comme un lion en cage. tu voulais que ce soit enfin fini. tu avais attendu pendant tellement longtemps que les derniers instants te paraissaient être des siècles. ces derniers instants te rendaient plus impatient que tu ne l’avais été. ce soir, une blonde s’endormirait nue, dans la chambre que tu avais préparé spécialement pour elle. si tu n’avais pas aussi peur qu’elle te tue dans ton sommeil, tu l’aurais probablement autorisée à dormir auprès de toi. mais tu n’étais pas assez fou pour prendre ce risque. quand l’heure sonna enfin, tu demandas à ton chauffeur de te conduire au cabinet de ton avocat. tu arrivas bien sûr avec quelques minutes de retard. une mauvaise habitude à laquelle ta future femme devrait s’habituer. la secrétaire t’annonça que sélène attendait déjà à l’intérieur du bureau. tu lissas ta chemise. tu vérifias que tu étais impeccable. prêt pour ta grande entrée. prêt à voir l’expression qui s’afficherait sur son visage quand elle comprendrait. c’était le moment. tu poussas la porte, un sourire arrogant sur les lèvres. bonjour, mademoiselle canet. tu soufflas, espérant qu’elle n’aurait besoin que de ta voix pour reconnaître l’inconnu avec lequel elle avait passé sa soirée. elle se retourna vers toi, et tu compris que cette surprise valait plus que toutes celles que tu pourrais un jour faire à quelqu’un. c’était presque jouissif. presque.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 11 Nov - 11:50

Partir, c’était ta dernière chance, le dernier moment où tu pouvais t’en aller… la dernière occasion de fuir cet homme dont tu ne savais rien… dans quelques minutes, il serait trop tard, il serait là et tout sera terminé… ton destin ne sera plus tien. Et tu le sais, tu en as parfaitement conscience mais tes choix sont maigres, tu n’as que cette solution, malheureusement… le début de la fin… tu trépignes sur cette chaise face à cet avocat qui ne dit rien, très bien renseigné, qui sait exactement ce qu’il a le droit de faire ou non en ta présence… ça te fait peur, ce degré d’organisation… comme si cet autre savait bien plus sur toi que tu ne l’imaginais… pourquoi ? comment ? tu ne comprenais toujours pas ce qui se passait dans ton existence mais ça viendrait, tu le sentais… ta tenue faite par ugo… tu étais comme il le voulait… tu devenais déjà sa poupée et les hauts de cœur étaient déjà nombreux, bien trop nombreux… la porte s’ouvrant, ton visage qui se tourne vers lui, vers la vérité et tout change… « bonjour, mademoiselle canet. » tu paniques totalement, sans attendre… sa voix, sa personne, tu le reconnais, tu ne peux que le reconnaitre… t’as du mal à respirer, t’as besoin d’air, de tellement d’air que tu n’arriveras sans doute pas à en trouver assez même en ouvrant une fenêtre. Lui… tu te sens stupide, totalement crédule… tout le mal de la situation venant se renforcer une fois encore… tu te sens déjà salie par ce type qui ne t’a pas encore touché… sa vérité qui vient te détruire, enfoncer ton être dans les méandres des ressentiments… ton visage choqué disparait peu à peu pour venir trouver une expression à glacer le sang. Tu n’arrives pas à te retenir, tu sens ce tout profond bouillir en toi… tu te lèves d’un bon pour venir le gifler, fort, aussi fort qu’il t’est humainement possible. « vous êtes un porc ! » que tu viens lui dire, tu trembles de ce trop plein d’émotions, t’es totalement perdue, t’arrives plus trop à savoir ce qui se passe mais on s’est moqué de toi, tu en es certaine… « vous croyez encore que je vais accepter cet arrangement maintenant ? » que tu lâches, ton envie de partir en courant qui vient te saisir toute entière… tu te sens mal, si mal…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Nov - 20:27

tu allais enfin te dévoiler. tu allais enfin lui pouvoir l’approcher en étant toi-même. la soirée dernière ne voulait rien dire. elle n’était restée docile que parce qu’elle ignorait ton identité. elle ignorait que tu étais l’homme qui la priverait de sa liberté. ce jeu t’avait beaucoup amusé. tu n’osais imaginer sa réaction aujourd’hui, par contre, tu pouvais être certain qu’elle serait encore plus désirable, grâce à l’aide d’ugo. tu lui faisais confiance pour ça. tu étais sûr qu’il avait su exploiter le potentiel de ta futur femme. tu avais hâte de voir son travail. de voir celle que tu retrouverais tous les soirs dans son lit. quand tu passas finalement la porte pour entrer dans la pièce, un sourire suffisant se dessina sur tes lèvres au moment où tes yeux purent enfin se poser sur elle. l’expression sur son visage quand elle te vit valait bien ce petit écart que tu t’étais permis hier soir. elle semblait anéantie sélène, d’avoir donné sa confiance à un être aussi abjecte que toi. tu t’approchas, un peu, mais pas trop. tu regardas son visage changé. se vêtir d’une haine telle qu’elle t’aurait frémir, si tu ne portais pas la même à sa famille. si tu ne voulais pas à ce point te venger de sa famille. elle se leva. tu souris un peu plus. mais ton sourire s’évanouit à la seconde où sa main atterrit sur ta joue. impitoyable. tu tournas la tête sous l’effet du coup. vous êtes un porc ! à quoi elle jouait ? est-ce qu’elle avait à ce point des pulsions suicidaires ? tu t’apprêtais à faire d’elle ta chose pour les trois années à venir, et elle souhaitait déjà te mettre en colère ? ce n’était pas très intelligent de sa part. tu étais même un peu déçu.. vous croyez encore que je vais accepter cet arrangement maintenant ? tu te rapprochas d’elle, sous le regard indifférent de ton avocat. il devait probablement avoir vu pire dans sa carrière qu’une femme cédant à ses émotions. de toute façon, tu ne le payais pas pour qu’il te donne son avis quand ça ne concernait pas un problème juridique. il était simplement là pour rendre tout ça plus légal. est-ce que tu as vraiment le choix sélène ? tu lui demandas, en caressant doucement son visage de ton pouce. tu te montras plus brutal quand tu le tournas vers toi, pour qu’elle te regarde. tu ne veux plus sauver ta famille ? tu appuyais là où ça faisait mal. tu le savais. tout ceci était fait exprès. tout ceci faisait partie d’un vaste plan dont elle n’avait aucune idée.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 15 Nov - 19:37

le choc, les événements dont tu refais le fil… quelle conne, quelle stupide personne tu as été… lui contre toi… lui que tu avais trouvé charmant avec qui tu avais presque… cette haine qui grandit, ces ressentiments que tu contiens depuis que cet avocat était venu te trouver… depuis que ton père t’avait un peu poussé à accepter cet arrangement sordide, ce contrat odieux… tu le regardes, lui et son sourire suffisant, lui et cette impression d’avoir réussi à te berner jusqu’au bout… tu n’es pas une idiote et tu hais d’avoir été prise pour elle. tu n’arrives pas à te retenir, rien du tout, tout ton être qui se précipite vers lui… ta main venant trouver son visage avec cette facilité déconcertante… ça te fait du bien, un bien fou, tellement de biens surtout devant son air ébahi… il n’imaginait que sa future épouse pouvait se défendre ? il te prenait pour une potiche, pour une crédule mais tu étais loin de l’être, vraiment loin et il allait maintenant le comprendre… cet action, ce mensonge, il te donnait envie de te barrer en courant de t’éloigner le plus possible… il s’approcha de toi et toi, tu reculais, encore et toujours, pour tenter de garder cette distance entre vous, cette distance devenant impossible quand ton corps vient trouver le dos du siège où tu étais préalablement installée… coincée face au diable… « est-ce que tu as vraiment le choix sélène ?» tu hais entendre ton prénom entre ses lèvres et puis cette manière de venir te toucher, t’as envie de vomir quand tu sens son pouce contre ton visage, cette douceur malvenue, renfermant tout autre chose… t’as ce haut le cœur, cette envie de fuir, de crier et pourtant t’es tétanisée sur place… « tu ne veux plus sauver ta famille ? » ton dégout qui augmente, son attitude, cette manière de se rapprocher de faire comme si, tu le hais, plus que tout, plus que n’importe qui…sa main que tu viens enlever, refusant qu’il te touche, qu’il t’approche, sachant que bientôt tu te devras te montrer bien plus conciliante mais arriveras-tu à l’approcher ? à mettre de côté le dégout qui t’enveloppe… « vous êtes un monstre ! » que tu grognes, il sait que tu ne peux refuser, que tu es contrainte d’accepter, ton dernier espoir, ton pire cauchemar… « pourquoi ? » tu finis par demander, baissant les bras devant cette situation que tu ne peux malheureusement pas contrôler, pas apprécier, t’as seulement à accepter mais ça te semble déjà bien trop difficile…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 18 Nov - 21:17

les pièces se mettaient finalement petit à petit en ordre dans son esprit. l’homme de la veille, cet soudain intérêt d’un inconnu.. tout ça était calculé. pourtant, le plus gros indice lui échappait encore. la raison pour laquelle tu faisais tout ça. pour laquelle c’était elle, et pas une autre. tu devais bien avouer qu’elle te plaisait sélène. c’était un bon côté à ta vengeance, profiter d’une belle femme autant que tu le voudrais. mais ce contrat n’avait rien à voir avec son physique. rien du tout. tu t’attendais à de la résistance. tu t’attendais à ce qu’elle déteste. mais tu n’imaginais pas qu’elle aurait le cran de te frapper. elle t’avait prise au dépourvu, pour un instant seulement. il ne t’avait pas fallu longtemps pour rebondir sur ses mots. sur cette tentative vaine de se libérer de ton emprise. ne comprenait-elle pas qu’elle n’avait plus le choix ? tu lui avais tout pris, il ne te manquait plus que sa liberté. tu attendais ça avec impatience.. elle n’avait aucune idée à quel point. vous êtes un monstre ! elle répliqua, après avoir retiré ta main de son visage. elle te prenait pour un monstre, mais le vrai monstre était celui qui l’avait élevé. celui qui avait offert à ses enfants une vie de rêve sur la crédibilité de ton père. sur sa vie. ce que tu faisais aujourd’hui n’était rien comparé à ce qu’il t’avait fait. te priver de l’homme que tu idolâtrais. tu avais fini par suivre son exemple, dans le simple but de le venger. une vengeance qui avait s’était parfaitement déroulé jusque-là. pourquoi ? elle te relança sélène. tu n’avais qu’à la regarder pour comprendre qu’elle était vaincue. cette question était une autre de ses vaines tentatives pour reprendre le contrôle sur sa vie. une vie que tu tenais entre tes mains à présent. parce que j’ai toujours ce que je veux. c’était une façon comme une autre de ne pas te révéler. tu ne le ferais pas tout de suite. tu ne le ferais sans doute jamais, pour le simple plaisir de la laisser vivre dans le flou total. on peut commencer ? tu demandas finalement. tu ne l’avais pas fait venir pour lui faire la conversation. elle était là pour signer un contrat qui la lierait à toi pendant quelques années. des années où tu profiterais de toutes les conditions qu'elle s'apprêtait à accepter.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Nov - 14:12

tu le haïssais encore davantage que tout ce que tu aurais imaginé, que tout ce que tu avais en tête avant de venir… il était pire que l’image de départ, pire que tout ce que tu avais pu penser, il dépassait de loin ton imagination, la haine grandissait dans chaque fibre de ton cops, elle prenait une place que rien ni personne ne pourrait reprendre… tu ne pouvais cessé de le haïr, de le détester pour ce qu’il te faisait vivre, pour le plaisir qu’il semblait y prendre, là, de suite, en te regardant de la sorte, en se plaisant à te faire remarquer combien tes choix étaient peu nombreux, combien il te possédait entièrement, bien trop… la gerbe te remontait… t’aurais aimé pouvoir partir en courant, le fuir sans attendre… mais toute ta famille comptait sur toi, toute ton entreprise aussi, tu n’avais pas d’autre choix que d’approcher que de te forcer à rester aux côtés de cet homme que tu ne pourrais que détester, encore et toujours, jusqu’à la fin de votre relation, de cette fausse relation, contrainte et détestée… tu allais le haïr, jusqu’au bout, jusqu’au dernier jour… tu ne supportais pas qu’il te touche, en aucun cas, tu maintenais une distance pour ta propre survie parce que sa seule présence te rendait dingue, tout simplement dingue… tu tentais de comprendre tu lui demandais parce que tout ceci te semblait si fou, si étrange, si malveillant… tu n’avais rien fait pour mériter cela, pour avoir de sa part un comportement aussi odieux, destructeur également… tu n’étais qu’une inconnue, qu’une fille choisie pour des raisons tellement obscures qu’elles t’échappaient totalement…« parce que j’ai toujours ce que je veux. » tu frissonnais mais en aucun cas de plaisir, tu frissonnais d’une peur bleue pour lui, pour tout ce qu’il pouvait représenter, pour cette manière de se comporter avec toi comme si tout lui était dû… comme si tu n’avais qu’à accepter, comme si ça ne représentais rien alors que si, il était en train de tout détruire, de te détruire avec une telle facilité, sans même y penser… il te réduisait à ce stade de chose qu’il pouvait posséder, tout simplement, sans attendre… parce que tu allais devenir sienne pas vrai ? « on peut commencer ?» qu’il demandait, exigeait plutôt, tu te contentais d’un hochement de tête résigné, pour t’installer là où tout tes rêves allaient disparaitre… l’avocat reprenant enfin ses droits, comme s’il se réveillait d’une longue absence…votre exemplaire du contras qu’il vous demandait de relire, comme pour mieux te détruire une fois encore… voyant les conditions de ton malheur et son sourire si destructeur, si outrageant comme s’il avait déjà tout gagné, comme si tu étais déjà sous son emprise…. « j’aimerais rajouté deux conditions au contrat avant de le signer… » tu lâchais les mots vites, comme si tu avais peur d’être interrompue, de ne pas réussir à aller jusqu’au but de tes envies, de ce que tu avais en tête… « une première clause permettant de modifier le contrat au besoin durant sa viabilité… » parce que certaines conditions te paraissaient si horribles, si lointaines également que tu ne savais pas encore si tu serais en mesure de le supporter, en aucun cas même… « la seconde portant sur l’interdiction d’imposer un acte sexuel quel que soit sa sorte avant le mariage… » parce qu’il te regardait déjà comme un morceaux de viande et que tu refusais de lui faciliter la tâche, en aucun cas… tu respirais longuement, comme sui tu venais de courrier un marathon. « et la clause 13 ne me convient pas…. une garde partagée… » tu faisais comme s’il n’était pas là, te concentrant bien davantage sur l’avocat que sur lui, sur cet homme que tu haïssais déjà de toutes tes forces…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Nov - 20:30

elle n’était plus qu’à une signature de t’appartenir. de devenir cette poupée dont tu pourrais disposer comme tu voudrais. elle serait un trophée sélène. elle deviendrait un objet. c’était le seul but de ce contrat. la rabaisser. la briser. ce n’était sans doute pas humain de traiter quelqu’un comme ça, mais tu t’en fichais. tu te fichais de ce qu’on pouvait penser de toi. les gens penseraient sûrement que ton boulot faisait que tu avais un comportement dominant. jamais ils ne se douteraient de ce qui se tramait sous leurs yeux. ce mariage serait le plus grand spectacle qu’ils auraient l’occasion de voir. il n’y aurait rien de vrai dans les sourires que tu leur renverrais. vu la manière dont sélène te regardait aujourd’hui, tu savais qu’elle ne serait jamais en mesure de te pardonner ce que tu étais en train de lui faire. l’acheter, purement et simplement. jamais les gens ne croiraient à votre amour si ses yeux te lançaient des éclairs le jour qui devait être le plus beau de votre vie. mais c’était le dernier de tes soucis. tu aviserais le moment venu. aujourd’hui, tu étais bien trop fier de tout ce que tu avais accompli pour penser à ces détails. quand tu lui demandas si vous pouviez passer aux choses sérieuses, elle hocha la tête, avant de se rassoir à sa place. tu t’assis sur la chaise à côté d’elle, serein. plus que tu ne l’étais en entrant ici. tu n’avais plus aucune doute. c’était la bonne chose à faire. j’aimerais rajouté deux conditions au contrat avant de le signer… tu fronças les sourcils. vraiment ? au moins, elle avait le culot de te résister encore un peu. tu devais avouer que c’était assez excitant.. un sourire commença peu à peu à se dessiner sur tes lèvres alors qu’elle continuait. une première clause permettant de modifier le contrat au besoin durant sa viabilité… la seconde portant sur l’interdiction d’imposer un acte sexuel quel que soit sa sorte avant le mariage… et la clause 13 ne me convient pas…. une garde partagée… elle ne te regardait pas sélène. à aucun moment. tu n’appréciais pas qu’elle t’ignore de la sorte. mais tu devais bien avouer qu’elle avait d’en profiter, tant qu’elle le pouvait encore. bientôt, ça ne lui serait plus autorisé. il lui faudrait te considérer comme si tu étais le centre de son monde. tu le serais, d’une certaine manière. nous pouvons modifier la clause 13, et je veux bien accepter ta première clause. mais l’abstinence c’est pas mon truc. tu lui répondis, calme. tes yeux étaient rivés sur elle. tu n’en avais rien à faire de l’avocat. qu’il suive votre échange ou pas. tu ne voulais rien perdre de ses réactions à elle. de son désarroi face à la situation. face à toi. tu ne pouvais pas t’en empêcher. rien d’autre ? tu t’étais déjà montré conciliant en lui laissant modifier quelques clauses à sa guise. tu n’étais pas sûr de l’être autant si elle avait à demander autre chose.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 19 Nov - 20:51

tu ne savais pas pourquoi tu ressentais ce besoin de rajouter des conditions, sans doute pour lui prouver qu’il n’avait pas tout pouvoir. pour te prouver que tu ne vendais pas totalement ton âme au diable même si c’était bel et bien le cas… parce que si tu pouvais modifier le contrat en cours de route, quand tu en aurais marre de lui, le casser plutôt peut-être quand il se serait lassé… ou tout simplement t’assurer une porte de sortie et les enfants, tu n’en voulais pas, jamais… mais si tu allais dans cette voie, tu voulais pouvoir les garder, au moins un peu, ne pas les lui donner, surtout à un monstre pareille… mais ce que tu demandais là, n’était rien avec la suite… le nœuds du problème, un besoin pour toi… qu’il ne te touche pas de suite, que tu puisses respirer un peu, apprendre à le connaitre auparavant au moins tenter de ne pas hier complètement avec que ton corps ne lui appartienne… tu disais tout cela sans jamais croiser son regard, tu savais ce qu’il contenait et tu ne voulais pas de cela, de la distance, le plus possible toute celle que tu pouvais mettre entre vous, clairement, totalement… « nous pouvons modifier la clause 13, et je veux bien accepter ta première clause. mais l’abstinence c’est pas mon truc. » il répond, son regard planté sur toi, tu le sens… c’est là, si près, ça fait battre ton cœur plus vite, bien trop vite et finalement te donne envie de vomir, tu ne le regarder toujours pas, tu refuses d’agir de la sorte et surtout d’accepter ses conditions, pas comme ça… tu sentais bien que c’était le moment ou jamais… le dernier où tu pourrais te défendre au moins rien qu’un peu…. « et moi ce n’est pas le mien de me faire sauter dessus par un animal en rut…. » tu parlais vite, tu tentais de mettre de la confiance dans tes propos mais tout se perdait parce que tu refusais de le regarder… « je veux bien consentir à renoncer à l’abstinence à la seule condition que tout acte sexuel doit s’accompagner de mon accord préalable… » ton regard déviait finalement vers lui, tu tentais de lui montrer que tu ne n’en démordrais pas… « où croyez-vous impossible d’obtenir mon corps autrement qu’en me sautant dessus comme un animal ? » parce que c’est tout ce qu’il représentait pour le moment à tes yeux… « rien d’autre ?» qu’il finit par te demander… et tu hochais de droite à gauche. « rien d’autre, si nous sommes d’accord pour le sexe avant le mariage je suis prête à signer le contrat changé… » et vendre ton âme au diable…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 23 Nov - 21:41

elle négociait. elle négociait vraiment ce contrat que tu avais mis tant de temps à rendre si parfait. à tes yeux seulement. il n’était pas fait pour lui être favorable, simplement pour faire d’elle ta chose. ta poupée. une poupée avec laquelle tu pourrais bientôt jouer. encore et encore. le pire était qu’elle allait accepter que tu te serves d’elle de cette façon. elle te donnerait ton consentement. sélène semblait déterminée à te mener la vie dure, en commençant par rajouter ses propres conditions. changer celles qui ne lui plaisaient pas. ça aurait dû te mettre en rogne, et ça le faisait sûrement quelque part, mais tu n’arrivais pas à t’empêcher d’être amusé par cette situation. tu n’avais aucune idée qu’elle cachait ça en elle. ce cran de te tenir tête alors que tu tenais son futur et celui de ta famille au creux de ta main. t’aimais ça. t’aimais qu’elle te donne un peu de fil à retordre. en vérité, tu aurais certainement été déçu qu’elle ne le fasse pas. tu l’écoutais donc, sagement. un sourire sur les lèvres. un sourire destiné à la décontenancer, tout comme ton regard insistant le faisait déjà. c’était un pouvoir vraiment très agréable. un pouvoir devant lequel elle ne se dégonfla pas pour autant. et moi ce n’est pas le mien de me faire sauter dessus par un animal en rut…. je veux bien consentir à renoncer à l’abstinence à la seule condition que tout acte sexuel doit s’accompagner de mon accord préalable… où croyez-vous impossible d’obtenir mon corps autrement qu’en me sautant dessus comme un animal ? tu la laissas déballer tout ce qu’elle avait à te dire, sans l’interrompre. tu voyais bien les efforts qu’elle faisait pour tenter de garder le contrôle de ses émotions. de ce pseudo-courage dont elle s’était armé, provisoirement seulement. tu avais appris à lire les gens grâce à ton travail. à identifier leur posture, leurs gestes. sélène ne te regardait pas. sélène parlait vite. sa carapace avait de multiples fissures qui ne feraient que s’agrandir au fil du temps, grâce à toi. nessaye-tu de me tenir à l’écart par peur d’affronter tes propres fantasmes ? tu soufflas, avec la volonté de lui rappeler votre première rencontre. elle se montrait bien moins hostile sélène. bien plus ouverte aux propositions que tu pouvais lui faire. il me semblait pourtant hier que tu étais prête à te laisser tenter par les délices de mon enfer.. tu continuas, en jouant sur ses propres mots. elle pouvait te considérer comme un monstre, comme le diable en personne si elle voulait, ça ne lui éviterait pas de t’appartenir. rien d’autre, si nous sommes d’accord pour le sexe avant le mariage je suis prête à signer le contrat changé… tu hochas la tête, un sourire de nouveau sur le visage. les yeux toujours rivés sur la beauté blonde à tes côtés. ntu finiras par me supplier, tu le sais ça ? ça arriverait. forcément. tu n’en doutais pas un instant. tu voulais bien ajouter cette clause stupide si ça lui faisait plaisir. sélène n’était qu’un autre défi que tu aurais à relever. et, malheureusement pour elle, c’était une chose à laquelle tu excellais.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 24 Nov - 11:27

tu tentais de garder un peu de constance face à lui mais tout se compliquait, tout était compliqué parce qu’il s’agissait de lui, parce que sa présence venait remettre en cause tellement de choses… tu te sentais ridicule, tellement, tu voulais fuir, tellement, sans attendre un seul instant… mais non, t’étais contrainte de rester là, trop proche de lui, pour ton père, pour votre compagnie, pour votre avenir aussi… t’étais en train de te vendre au diable mais pour le plus grand bien pas vrai ? c’est ce que tu devais retenir non ? les avantages et non les inconvénients sauf que là, sur le coup, t’en voyais aucun d’avantage… alors tu tentais de montrer que tu n’étais pas que cette idiote qu’il avait pu berner, qui y avait cru à son numéro d’homme draguer, qui avait céder, un peu, parce qu’il n’était qu’un homme, pas cet homme, pas celui auquel tu tentais désespérément d’échapper… son regard que tu rejoins, qui te dégoute tellement mais tu tiens, tu tentes en tout cas, tu veux lui faire comprendre que tu n’es pas qu’une chose… tu joues, tu déploies tes cartes, t’attends de voir le jeu qu’il te proposera en retour, tu sais pas à quoi t’attendre de sa part, c’est de la surprise à chaque fois, malheureusement … « nessaye-tu de me tenir à l’écart par peur d’affronter tes propres fantasmes ? » tu te bloques, tu tentes de ne pas montrer sur ton visage l’horreur provoquée par ses propos mais c’est sans doute bien compliqué, tu tentes de regarder de la constance… tu hais qu’il te parle d’une voix douce, qu’il évoque avec toi un domaine que tu ne connaitras jamais en sa compagnie… « ne vous en faites pas, votre simple présence suffit à me couper toute envie. » tu l’attaques sur sa virilité, cette partie de lui-même à laquelle il doit surement tenir, fort, si fort, ce que tu vas lui interdire, tant que tu pourras, tant que le mariage ne sera pas prononcé… parce que tu hais ce qu’il fait de toi, parce que tu ne supportes pas les vérités cachées et tout ce qu’il entrain dans son sillage… « il me semblait pourtant hier que tu étais prête à te laisser tenter par les délices de mon enfer..» tu souffles pour tenter de ne pas montrer qu’il te déstabilisé à chaque fois qu’il ouvre la bouche… il pense te connaitre, il pense savoir comment t’approcher, comment te diriger, comment te contraindre à lui céder… mais il est bien loin de tout savoir… de te connaitre comme il pense tout savoir de toi… « le dernier repas d’une condamnée à mort » parce que c’est ce que tu étais, ce qu’il faisait de toi en t’obligeant à devenir son épouse, toi qui n’en éprouvait pas la moindre envie… son hochement de tête, la vérité, le contrat qui allait maintenant être signée, ce moment tant redouté auquel tu allais devenir te contraindre… l’avocat qui se charge rapidement de changer les closes avant de le réimprimer pour vous le tendre… tu relis, remarque les changements…. «tu finiras par me supplier, tu le sais ça ? » qu’il vient te dire comme une évidence, comme s’il était si irrésistible comme si personne ne pourrait jamais le faire patienter… tu ne réponds pas de suite, tu te lèves pour venir apposer ta signature sur ce contrat de malheur… tu sens que t’es en train de vendre ton âme au diable mais tu ne te laisseras pas emportée sans te défendre… « seulement dans vos rêves monsieur ... » tu remarques seulement maintenant que tu ne connais pas son prénom, ni même son nom, qu’il reste cette énigme, comme il l’a désiré depuis le début pour mieux te manipuler… pour mieux te détruire…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 26 Nov - 21:16

tu avais le pouvoir. tu la tenais dans ta main sélène, prêt à faire tout ce que tu voulais de cet ange bientôt déchu. si elle avait accepté de vendre son âme au diable, il lui faudrait en payer les conséquences. il semblait que tu avais déjà commencé à la corrompre. elle se rebellait un peu. elle te tenait tête. tu adorais ça. ça te donnait même un peu envie d’elle, là tout de suite. si elle n’était pas aussi horripilée par ta présence, tu aurais probablement demandé à ton avocat de sortir. pour prendre ce qui te reviendrait bientôt de droit. ça n’aurait été qu’un aperçu de la chance qu’elle aurait au quotidien. elle te le refusait pourtant. pour l’instant. tu n’aurais plus qu’à aller évacuer ta frustration ailleurs. chez une femme qui voudrait de toi. ne vous en faites pas, votre simple présence suffit à me couper toute envie. tu rigolas doucement, conscient de l’effet que tu lui faisais. conscient qu’elle préférerait te couper la tête, ou une autre partie bien plus fragile, plutôt de supporter ton arrogance. malheureusement pour elle, il t’en fallait beaucoup plus pour t’atteindre. ses propos avaient même l’effet inverse. ils te poussaient à la chercher encore plus. tu finiras par t’y habituer à force de passer tes nuits avec moi, chérie. tu la provoquais ouvertement. pourquoi t’en cacher alors qu’elle vivrait tout ça en permanence bientôt ? si elle ne supportait pas tes piques maintenant, tu n’osais pas imaginer ce que ce serait dans sa future maison.. le dernier repas d’une condamnée à mort. tu secouas la tête, amusé. un regard jeté à ton avocat te fit comprendre que ce n’était pas son cas. tu ne comprenais pas pourquoi. il semblerait que ce soit toujours le meilleur.. tu as eu tort de ne pas en profiter. et tu avais aussi eu tort de ne pas prendre ce qu’elle voulait bien t’offrir à ce moment-là. quelque chose te disait que ça n’était pas prêt de se reproduire.. tu évoquas finalement la possibilité de signer enfin ce contrat. elle ne faisait que repousser ce moment, alors que tu n’attendais qu’une chose, que sa signature soit enfin posée sur le papier. seulement dans vos rêves monsieur... monsieur ? cela suffit à te rendre compte qu’elle ne connaissait toujours pas ton nom. que tu avais réussi à garder cette dernière surprise. cette simple pensée suffit à te faire sourire. un sourire qu’elle ne parviendrait sûrement pas à décrypter tant qu’elle n’aurait pas toutes les informations. dans les tiens bientôt. finalement, ton avocat te tendit le contrat modifié, avec un stylo. le moment était si prêt que tu en tremblais presque quand tu donnas le tout à sélène. après toi. deux mots. deux simples mots la séparaient de son conte de fées, agrémenté à ta sauce bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 27 Nov - 10:09

tu détestais son rire, tu détestais tout ce qu’il était capable de représenter, tu l’avais en totale horreur… tu le sentais, il était là, contre toi, bien trop proche, ça te donnait envie de vomir… surtout ce regard, cette impression de te posséder qu’il ressentait déjà… « tu finiras par t’y habituer à force de passer tes nuits avec moi, chérie.» ça te faisais froid dans le dos, totalement, tu ne voulais pas être à côté de lui, tu refusais dans un sens de connaitre cette sensation, d’avoir ses mains sur toi… dans quoi tu t’engageais ? tu n’arrivais même pas à imaginer sa personne proche de toi et pourtant, il ne se contenterait pas d’un petit câlin le soir… tu ne réponds rien mais ton regard en dit long sur cette haine qui t’habite, sur ce dégout qu’il provoque, comme ça, sans aucun effort, il arrive à te donner envie de vomir… te donne envie de t’enfuir en courant… il vient mettre en avant ton attitude d’hier… mais il ne sait pas que tu ne le connaissais pas à ce moment-là… que pour toi, c’était ta dernière chance de t’amuser un peu… combien vous auriez pu aller plus loin que tout ce qui s’est passé… il aurait déjà pu t’avoir, presque…« il semblerait que ce soit toujours le meilleur.. tu as eu tort de ne pas en profiter.» qu’il rajoute et tu es bien plus heureuse de ne pas avoir été jusque-là, de ne pas t’être offerte à lui, parce qu’il t’aurait regardé encore plus intensément, il aurait encore davantage de pouvoir sur toi… t’es soulagée dans un sens que ça ne soit jamais arrivé… « il faut croire que vous n’êtes pas aussi désirable que vous l’imaginez… » tu viens le piquer, t’en as besoin pour ne pas finir la tête hors de l’eau… il prend trop de pouvoir et ça ne te plait pas, tu n’es pas encore emprisonnée, t’as encore cette petite marge de manœuvre que tu t’entes d’utiliser au mieux… « dans les tiens bientôt.» qu’il ose te dire dans un sourire, tu frisonnes toujours tant ça te fait froid dans le dos, tu ne vois en aucun cas comme cela serait possible…. comment tu pourrais te retrouver dans un monde où tu pourrais rêver de lui, ce n’est pas possible, c’est même impossible… « mes cauchemars plutôt…» parce que c’est le seul endroit où tu le retrouveras une fois endormir tu en es certaine… le contrat qui va se signé, maintenant modifié, tu vois le stylo, tu le vois lui qui ne signe pas. « après toi. » il te tend le contrat, il se délecte de ce pouvoir, t’attrapes le tout, le plus rapidement, le plus vite pour ne nullement le toucher… tu le regardes, tu le vois une dernière fois ton arrêt de mort… et tu te bloques, un moment, un instant, inscrit en toute lettre cette vérité que tu ne comprends pas, que n’arrives pas tellement à assimiler… son nom, son identité… « soren ? » que tu lâches, sous le coup de l’émotion… t’es perdue, totalement perdue, à bout de tout… soren le petit garçon avec qui tu jouais enfant… soren le frère d’ethan… le piège qui n’en devient que plus puissant parce que tu n’imagines pas un seul instant croiser le regarder d’ethan et pouvoir jouer cette comédie… t’as la main qui tremble qui n’arrive pas à signer, t’aurais pu t’attendre à beaucoup de la part de cet inconnu mais son identité, c’est au-dessus de tes forces…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 28 Nov - 21:25

tu ne t’attendais pas à ce que la signature de ce contrat se passe comme ça. aussi mouvementée. au contrait, tu pensais que sélène se contenterait de signer ce contrat sans faire de vagues, et que tu la ramènerais chez toi, sans un mot. tu pensais qu’elle s’enfermerait dans sa chambre pour te montrer son mécontentement, mais pas qu’elle te tiendrait autant tête. qu’elle insisterait pour avoir le dernier mot. toujours. elle ne l’aurait pas avec toi. tu étais sans doute encore plus têtu qu’elle. ta détermination était sans limite. elle devait bien voir que tu étais capable de tout non ? après tout, tu étais celui qui lui proposait un contrat. de l’acheter, pour être franc. elle ne savait toujours pas pourquoi. elle n’avait pas cherché à en savoir plus, pour le moment. t’étais tranquille à ce niveau-là. la surprise que tu lui préparais pour le bouquet final ne risquait rien. elle était intacte. elle attendait le moment des révélations pour lui exploser au visage. c’était un moment que tu attendais avec impatience. il semblerait que ce soit toujours le meilleur.. tu as eu tort de ne pas en profiter. tu levas les yeux au ciel, sans te séparer de ton sourire pour autant. tu avais compris l’effet qu’il lui faisait. tu avais compris à quel point il l’énervait. ça te ravissait de la rendre folle comme ça. de la pousser dans ses retranchements. t’avais l’impression de découvrir une nouvelle personne, bien loin du portrait que tu avais pu te faire d’elle. tu l’avais toujours prise pour une gentille fille sage. finalement, elle avait plus de tempérament que prévu. ce ne serait pas un problème, bien au contraire. au moins, tu ne risquais pas de t’ennuyer dans ta vie de couple. si tu arrives à t’en convaincre, soit. tu lui glissas simplement comme réponse. bientôt, elle ne tiendrait plus le même discours. bientôt, tu arriverais de tirer d’elle tout ce que tu voudrais. il suffisait simplement de l’approcher de la bonne façon. de céder à quelques caprices en échange. ça ne semblait pas bien compliqué. mes cauchemars plutôt… tu te contentas de rire à ça, avant de reporter ton attention sur ce contrat qui attendait d’être signé. c’était pour ça que vous étiez là. vous auriez tout le temps de bavarder après, dans votre maison. tu lui tendis le stylo, pour qu’elle commence. soren ? tu soupiras, déçu que ta surprise soit gâché. déçu qu’elle l’ait découvert si tôt. maintenant qu’elle faisait toutes les rapprochements dans son esprit, tu risquais d’attendre un bon moment qu’elle signe. ça pose un problème ? tu demandas, avec toute l’innocence dont tu pouvais preuve. plutôt difficile pour toi à vrai dire. tu faisais beaucoup d’efforts pour ne pas le forcer à signer une fois pour toute. elle était là pour ça. elle ne sortirait pas de ce bureau sans que ce soit fait.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 29 Nov - 11:14

« si tu arrives à t’en convaincre, soit.»  qu’il venait dire, comme si son charme était irrésistible, il ne te faisait aucun effet parce que tu lui en voulais de tous ces mensonges, de tout ce qu’il avait osé te cacher… tu détestais le fait qu’il se soit fait passé pour un autre, qu’il t’ai montré une facette de sa personne avec laquelle tu t’étais bien entendue toi qui désirait le détester de tout ton âme, de toute ta personne. comme seule réponse tu te contenais d’un haussement d’épaule… parce qu’il ne te ferait pas changer d’avis… parce qu’il n’est pas en mesure de te faire voir les choses différemment, il est odieux, horrible, plus que cela même… il est l’archétype même de tout ce que tu as en horreur… le contrat qui passe dans tes mains, la vérité qui finit par éclater, malgré toi, malgré vous enfin pas tellement… lui le savait, lui avait conscience depuis le début de qui tu étais, de la demoiselle que tu représentais… il savait tout de toi lorsqu’il est venu à ta rencontre dans ce bar encore plus que tout ce que tu pouvais imaginer…. parce que ce n’était pas un inconnu qui t’avais choisi sur catalogue, qui avait entendu parler de tes soucis financiers et décidé de t’avoir… non, il était un élément de ton passé qui revenait dans ton présent comme par magie, qui revenait quand tu t’y attendais le moins d’une manière que tu ne pouvais en aucun cas prévoir… tu tremblais sous le choc, sous la sensation d’être encore plus prise pour une conne parce qu’il devait le savoir, en avoir conscience également, il devait se jouer de toi depuis le premier instant, depuis bien avant… t’étais pas choisi au hasard hein ? c’était délibéré et tu n’en comprenais nullement la raison… tu le regardait, tu l’observais, tu tentais de retrouver en lui l’image du garçon d’autrefois… mais rien ne te venait, plus rien à voir, une autre personne, une personne qu’il ne redeviendrait plus jamais malheureusement… une personne que tu ne comprenais plus… «  ça pose un problème ?» qu’il lâche comme ça, l’air de rien, comme si tout cela n’était pas forcé, comme si tout cela n’était pas décidé par lui… tu le regardes, t’as ce rire mauvais qui sort des lèvres et cette main qui tremble, qui t’empêche de signer. « oui ça me pose un soucis…. vous êtes soren, le petit garçon que j’ai connu ? et je ne comprends pas pourquoi vous faites tout ça ? pourquoi vous avez tant envie de ce stupide contrat ? qu’est ce que ça peut bien vous apportez ? » tu ne le comprends, pas tu ne le comprends plus, pourquoi lui ? pourquoi ? tu sens déjà tous les problèmes occasionnés et tu vois le plus gros. « et ethan qu’est-ce qu’on va dire à ethan ? tu vas mentir à ton propre frère ? » première fois que tu le tutoies, bien malgré toi, prise dans un tourbillon étrange…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 1 Déc - 21:41

il était temps qu’elle signe. qu’elle accepte de t’appartenir, une fois pour toutes. tu attendais ce moment depuis tellement longtemps. ta vengeance, enfin à son apogée. tout était parfait. tout était comme tu l’avais prévu oui, mis à part son caractère, moins docile que tu ne l’avais prédit. ce n’était pas grave. loin de là. tu étais même rassuré qu’elle te tienne un peu tête. la soumettre à tes ordres n’en serait que plus satisfaisait encore. tout se déroulait comme tu le voulais. c’était encore mieux que dans tes rêves. elle allait signer sélène, quand tu la vis buter sur quelque chose. ton nom ? n’avait-elle pas déjà lu le contrat ? tu pensais que c’était fait, à cause de ces conditions qu’elle avait voulu changer, et celles qu’elle avait voulu rajouter. tu pensais qu’elle savait qui tu étais. ton nom était partout après tout. écrit comme une ultime provocation. c’était donc pour cela qu’elle te demandait ce que tu voulais.. tu voyais bien qu’elle était bouleversée. perdue. mais toi, tu étais imperturbable. ça t’importait peu de l’avoir connue enfant. ou que ton frère ait été ami avec elle. tu ne pensais qu’à toi. qu’à redorer l’honneur de ta famille. c’était tout ce qui importait. ce que vous aviez pu partager avant que tu n’apprennes la vérité était sans importance. oui ça me pose un soucis…. vous êtes soren, le petit garçon que j’ai connu ? et je ne comprends pas pourquoi vous faites tout ça ? pourquoi vous avez tant envie de ce stupide contrat ? qu’est ce que ça peut bien vous apportez ? et ethan qu’est-ce qu’on va dire à ethan ? tu vas mentir à ton propre frère ? tu haussas les épaules, d’une manière nonchalante. tant de questions. trop. tu ne voulais pas y répondre. tu voulais juste qu’elle signe ce foutu contrat ! tu n’en demandais pas tant que ça, pas vrai ? juste une petite signature. juste cet engagement de sa part. elle en avait besoin non ? de cet argent que tu lui donnerais en échange. elle avait besoin de sauver sa famille, tu avais tout fait pour t’en assurer après tout. tu as tes raisons de signer sélène, j’ai les miennes. point. tu tranchas. première réponse. tu n’allais pas lui en dire de trop. tu voulais sauver ça pour plus tard. et mon frère saura la vérité, que je suis tombé fou amoureux, comme tous les autres. tout le monde, excepté ugo. il n’y avait qu’à lui que tu pouvais confier un tel projet. c’était une des rares personnes qui pouvaient comprendre tes motivations. et surtout, ne pas te juger de mettre en œuvre un plan aussi diabolique. tu pouvais l’être oui. tu le serais avec elle. notre passé commun n’a aucune importance dans cet échange. il était révolu après tout. il n’y avait pas besoin de revenir dessus. tu avais été ami avec cette femme à une époque, avant de la détester du plus profond de ton être. comme tu détestais toute sa famille. une haine que personne n’avait compris. ta mère s’en était peut-être douté à une époque, mais elle n’avait jamais rien dit. elle avait gardé ses secrets pour elle. elle le faisait encore aujourd’hui. sélène, je n’ai pas de temps à perdre à parler de choses qui ne concernent pas le contrat. sois tu signes, et tu permets à ta famille de garder la tête hors de l’eau, sois tu ne le fais pas. c’est à toi de prendre la décision. c’était quitte ou double. elle pouvait t’étonner et refuser ce que tu lui proposais. ou bien faire ce pour quoi elle était là aujourd’hui. sa décision. son choix.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 10:26

tu n’arrivais pas à faire face à cette nouvelle, à ce qu’il  ne te disait nullement mais tu voyais, mais que tu comprenais sans attendre… parce qu’il était impossible de faire autrement… parce ce que tu le sais, ethan ne comprendra pas… ethan n’arrivera pas à saisir tout ça et ça t’empêche de signer… parce que mentir à tes amies, t’as su te dire que c’était une obligation, qu’elles ne comprendraient pas de toute manière que tu puisses agir de la sorte, alors c’était plus évident, plus facile pour toi. mais ethan, tu pensais pas que ça deviendrait si personnel, qu’il serait mis dans la balance. tu le regardais, tu cherchais en lui l’ombre d’une réaction mais rien ne venait, rien du tout, juste un silence pesant, un haussement d’épaule comme si ça allait arranger tous tes soucis, comme si c’est ce que tu avais en tête, pour lui peut-être non , t’en sais rien… tu le regardes, tu le vois et t’aimes pas du tout ce qu’il montre, ce qu’il met en avant, comme ça, l’air de rien… « tu as tes raisons de signer sélène, j’ai les miennes.  »  autrement dit, il te dira rien… rien du tout parce qu’il n’a pas envie que tu saches et t’as l’impression que ça changera beaucoup de de choses si tu savais, si ses petits secrets n’en étaient plus vraiment…t’aimes pas ça, pas du tout même… « et mon frère saura la vérité, que je suis tombé fou amoureux, comme tous les autres.» qu’il vient te dire et t’en rit, jaune bien sûr… t’es en train de faire une putain de crise de nerfs, tu comprends pas comment c’est possible d’agir de la sorte, de mentir à tout le monde mais surtout à son propre frère. ne compte-t-il pas à ses yeux ? cet homme est-il aussi froid qu’il est en train de te le renvoyer ? t’en as de plus en plus l’impression… « tu mentiras à ton propre frère ?» et c’est là que tu te rends compte que tu vas devoir faire la même chose au tien, parce qu’il te sortirait de là maxence, il ne comprendrait pas… mais c’est pour son bien, pour le votre, pour la survie de votre famille déjà bien abimée… « notre passé commun n’a aucune importance dans cet échange.» qu’il ose rajouter, t’arrives plus à le regarder, tu sais même pas s’il t’entend quand tu viens lui dire « pas pour  moi… » ça change tout dans ta tête dans ce que tu pensais savoir, dans tout ce que tu pensais comprendre, t’as mal de tête, t’as mal partout, t’es fébrile, t’es en train de perdre la tête et ce n’est pas une bonne chose, vraiment pas… ça te prend, ça vient te saisir et ça ne laisse de toi plus rien… t’arriveras pas à être ce qu’il entend, tous ses mensonges, tout ce poids sur tes épaules pour quoi ? pour tout malheureusement… « sélène, je n’ai pas de temps à perdre à parler de choses qui ne concernent pas le contrat. sois tu signes, et tu permets à ta famille de garder la tête hors de l’eau, sois tu ne le fais pas. c’est à toi de prendre la décision. »  qu’il rajoute, si calmement que tu en attrapes froid dans le dos… ce type est un monstre, le mal incarné, bien loin du petit garçon d’autrefois, bien loin de celui que tu as connu… ils n’ont rien à voir si ce n’est une identité commune. ta main tremble, elle ne cesse de trembler, tandis que tu viens imposer ton identité là où il le faut… où c’est nécessaire, t’as pas le choix, pour ta famille, pour la survie de tout le monde… tu meurs, de l’intérieur, totalement… tu ne dis rien quand tu finis par apposer ta dernière signature, tu prends ton sac et tu te lèves, tu cours, presque pour sortir, tu te sens pas bien, t’as besoin d’air, t’as besoin de sortir de sa présence trop oppressante, t’as besoin de t’isoler pour qu’il ne remarque pas cette larme que t’arrives pas à retenir… t’as l’impression de devenir si sale mais c’est tout ce que tu peux faire, ton seul choix… pourrait en avoir d’autres si ton père ne t’avait pas fait comprendre qu’il était le seul possible… s’il avait pas enfoncé cette idée si fort en toi que tu n’imagines pas une autre possibilité…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 2 Déc - 22:03

la découverte de ton identité, un choc pour elle. une broutille pour toi. un détail. ça compliquait sa décision. ça incluait des personnes qu’elle aurait préféré laisser à l’écart. ton frère. tu lui avais pourtant dit il y a longtemps, de t’éloigner d’elle. il aurait dû le faire. leur amitié retardait tes projets. leur amitié l’empêchait de signer. ça n’allait pas. il faudrait que tu en touche deux mots à ethan. tu ne montras pas ton agacement. tu adoptas ce masque froid, que tu arborais parfois pendant les négociations. surtout quand ça ne se passait pas de la manière que tu voulais. dans ces moments-là, tu préférais prendre de la distance. comme tu le faisais maintenant avec elle. elle regretterait sûrement le soren taquin que tu lui montrais tout à l’heure. celui-là, il avait au moins un peu de pitié. mais maintenant, il ne s’agissait plus de s’amuser. mais de la persuader de signer. elle le ferait. tu la forcerais s’il faudrait. tu ne la laisserais pas mettre ton plan en péril. tout ça pour quoi finalement ? parce qu’elle ne pouvait pas supporter le regard de ton frère ? de lui mentir ? il faudrait qu’elle le fasse. qu’elle prenne sur elle. comme toi. tu mentiras à ton propre frère ? tu ne réagis pas. pas tout de suite. qu’est-ce qu’elle essayait de faire ? qu’est-ce qu’elle essayait de lire en toi ? elle n’y trouverait rien. pas quand tu étais dans cet état-là. oui. tu tranchas, face à son rire. un rire nerveux. pas naturel. le genre de rire qu’elle t’offrirait pendant les années qui viendraient sûrement. il faut savoir cacher certaines choses pour protéger sa famille, tu le sais mieux que personne sélène. c’était pour ça qu’elle était là. et tu étais certain qu’elle n’en avait pas parlé à son frère. ni à ses parents. ils ne l’auraient jamais laissé faire une telle chose. quoi que son père.. t’en es pas vraiment sûr. il pouvait faire des choses contraires à toute morale quand il s’agissait d’argent. t’étais bien placé pour le savoir. pas pour moi… tu ne répondis rien. tu te contentas de la fixer, sans émotions dans le regard. en espérant que le reflet que tes yeux renvoyaient serait suffisant à la faire changer d’avis. à la pousser à faire ce pour quoi elle était là. signer ce foutu contrat. t’attendais. t’attendais encore. t’étais pas patient pourtant. ça t’énervait de patienter. mais tu bougeas pas. tu lui lanças quelques mots, qui finalement eurent l’air de la faire prendre une décision. la bonne. tu espérais. elle signa. elle signa, et tu aurais pu exploser de joie. rigoler aussi. parce que tu avais réussi. enfin. avant que tu ne dises quoi que ce soit, sélène se leva sans un mot. elle sortit de la pièce. tu ne la suivis pas. non. tu signas à ton tour. tout était en ordre. tout était parfait. tu t’autorisas à sourire. le sourire de la victoire. tu avais réussi à balayer ses doutes en lui rappelant son devoir envers sa famille. mais le plus dur restait à faire. après avoir remercié ton avocat, tu quittas la pièce à ton tour. pour la retrouver. pour la ramener. ton chauffeur vous attendait devant le cabinet. fidèle comme y’a pas. on y va. tu soufflas à sélène quand tu refermas la porte du bureau. elle avait l’air mal. sa vie semblait s’être écroulée autour d’elle. c’était le cas. sa vie t’appartenait à présent. voyant qu’elle ne bougeait pas, tu posas une main dans son dos, pour la faire avancer. elle ne résista pas. tant mieux. tu n’étais pas d’humeur à supporter qu’elle se rebelle une nouvelle fois. tu voulais juste rentrer, et célébrer ça comme il se devait.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Déc - 10:00

t’es pas bien, tellement pas bien, t’es en train de devenir une coquille vide, c’est ce en quoi il est en train de te transformer sans que tu ne puisses rien faire pour le contrer… la révélation dont tu ne sais que faire et qui te détruit, totalement, sans attendre… « oui. il faut savoir cacher certaines choses pour protéger sa famille, tu le sais mieux que personne sélène » oh oui, tu le savais et en même temps, ton père le savait, il t’avais poussé vers lui, à accepter cette proposition… est-ce qu’il savait de qui il s’agissait ? t’en sais rien, t’es perdue, totalement perdue face à lui, tu ne réponds rien… tu ne veux pas qu’il sache, tu n’as pas envie qu’il en sache trop sur toi, ça te ferait trop de mal, ça détruirait bien trop de choses en toi et tu serais pas comment les assumer… tu signes, tu sais même plus comment t’as signé, t’as son identité qui revient en boucle dans ta tête, ça envahit tout, t’as ce besoin de quitter la pièce, de t’éloigner de lui, de respirer, de tenter en tout cas mais ça ne fonctionne pas très bien, t’es tellement en train de t’étouffer, de mourir de l’intérieur, t’as vendu ton âme au diable et tu ne vas plus jamais la récupéré, pas comme avant… t’as envie qu’il ne quitte jamais cette pièce, que la porte ne s’ouvre pas, en aucun cas mais ça arrive, bien trop vite… « on y va. » qu’il vient te dire et t’aimes pas ça, pas ç !a du tout, t’as pas envie de bouger, t’as pas envie de le regarder, t’as envie de rien, rien du tout, t’es silence, t’es ailleurs, t’es plus vraiment là… t’es toujours coincée sur son identité, tu tentes de comprendre le pourquoi du comment, tout ce qui l’a poussé à agir de la sorte, tout ce qui l’a poussé à se comporter comme ça aussi, clairement, c’est pas normal, clairement, quelque chose ne va pas… sa main dans son dos, tu le suis, sans le regarder, sans rien dire, parce que t’arrivais plus à rien, tu vis la voiture, le chauffeur… tout passait vite, si vite, t’étais dedans, tu te mettais loin, le plus loin de lui ton regard fixé sur la fenêtre, comme seule échappatoire à cette présence qui te détruisait déjà… tu regrettais tout ce que tu venais de faire, tout ce qui venait de se dérouler et t’allais devoir tenir cinq ans, une éternité… t’oubliais tes affaires, faudrait que t’ailles les chercher sélène, à un moment, mais pas tout de suite… pas avec lui si proche… pas alors qu’il t’entraine vers son enfer…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 5 Déc - 21:26

elle avait signé. enfin. tu tenais ta vengeance au creux de ta main. après tout ce temps passé à la préparé, elle était enfin là. tu n’arrivais pas à y croire. sélène venait de te donner toutes les cartes pour faire souffrir sa famille. la blonde était la pièce qu’il te manquait. une pièce que tu possédais maintenant, et que  tu allais ramener chez toi. tu sortis du bureau de ton avocat. tout de suite, tu entraînas sélène vers la sortie. vers la voiture qui vous attendait. elle ne dit pas un mot du trajet. elle resta le plus loin de toi. tu comprenais. tu ne la brusquas pas. maintenant que tu avais ce que tu voulais, c’était inutile. tu la laisserais s’installer tranquillement, et après, elle prendrait le rôle qu’elle devait jouer. une parfaite petite femme. tu avais hâte de voir comme elle se débrouillerait. de la voir se rebeller aussi. elle le ferait à coup sûr. aujourd’hui n’était qu’un avant-goût de ce dont elle était capable, t’en étais certain. certain que tu ne t’ennuierais pas avec elle. la voiture se gara devant la maison. tu descendis pour ouvrir la portière de la blonde. elle semblait ailleurs. perdue dans ses pensées. ça te plaisait pas, de la voir éteinte comme ça. tu préférais bien plus quand elle te tenait tête. quand elle te giflait même. bienvenue chez toi ma douce. tu soufflas, pour tenter de la faire réagir. pour obtenir n’importe quelle réaction. bonne comme mauvaise. tu voulais juste voir encore ses joues devenir rouges. ses yeux te lancer des éclairs. tu la conduisis jusqu’à l’intérieur, avant de la guider jusqu’à une pièce, où trônait un immense lit. c’est ta chambre, pour ce soir. parce que t’avais peur qu’elle te tue dans ton sommeil. mais aussi parce que t’étais pas un monstre. tu voulais bien lui laisser la journée pour s’habituer à sa nouvelle condition. tu pouvais bien faire ça non ? si ça pouvait lui permettre de ne pas te détester entièrement, alors oui. tu le ferais. tu la laisserais tranquille si elle le voulait. à condition qu’elle soit prête à faire les efforts nécessaires au bon fonctionnement de cette fausse relation. t’as un dressing avec toutes les tenues choisies pour toi, et une salle de bain. tout le nécessaire pour se préparer pour toi. pour demain. il serait temps que tu goûtes ce que tu t’étais refusé la veille. sa bouche. sa peau. tout son corps. elle ne savait pas à quel point tu avais hâte de le faire… tu la laissas s’imprégner des lieux, en te faisait discret. un peu. tu ne sortis pas de la pièce pour autant. tu la regardas simplement s’habituer aux lieux. c’était un spectacle que tu voulais voir. c’était ce dont tu avais besoin pour mieux la déchiffrer. pour anticiper ses futures réactions. si sa suite lui plaisait, alors le reste de la maison devrait aussi le faire. tu l’espérais, parce qu’elle y passerait beaucoup de temps. avec toi. contre toi.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Déc - 9:36

tu venais de signer, le plus dur était fait non ? et pourtant, tu n’avais pas cette impression, pas cette sensation comme si tout n’allais être que plus douloureux maintenant, c’est ce que tu ressentais, cette sensation que rien n’allait aller, que rien n’allait se dérouler comme tu le désirais… tu venais de vendre ton âme au diable et rien ne pourrait plus le changer, rien ne pourrait plus jamais l’arranger, tout était mort, tout était foutu, toi, surtout, tu ne voulais pas parler… tout ce que tu ressentais n’était qu’un sentiment de mort parce qu’il n’était pas qu’un simple homme. il n’était pas qu’une personne, non, il était autre, il avait choisi ta personne, tout en te connaissant, tout en sachant exactement qui tu étais et c’est ça qui te faisait le plus mal dans le fond, cette sensation qu’il t’avait prise pour une conne depuis le commencement, depuis tout le début et que ça ne changerait plus jamais… la voiture qui s’arrêtait, la nouvelle demeure que tu tu regardais à peine, t’étais encore ailleurs… « bienvenue chez toi ma douce. » il te donnait envie de vomir, tu tentais de garder une distance entre vous, le plus possible, t’avais seulement envie de ne penser à rien, de ne voir rien, de n’être rien, que du vide, c’est ce qu’il voulait non ? l’enveloppe pour une raison que t’ignorais… tu regrettais d’avoir accepté, tu regrettais tout ce qui allait arriver, tout ce que tu ne pourrais pas controler… « c’est ta chambre, pour ce soir. » tu regardes la pièce, immense, sans doute deux dois plus grande que ton ancienne chambre mais t’arrives pas à te réjouir de quoi que ce soit… lui n’y sera pas et c’est déjà une bonne chose, la meilleure de toute d’ailleurs… il n’est pas là et c’est ce dont tu as envie dans le fond, qu’il ne soit pas là, qu’il ne soit plus là, qu’il disparaisse, à jamais mais ce n’est pas possible pas vrai ? « t’as un dressing avec toutes les tenues choisies pour toi, et une salle de bain. » choisie pour toi, rien que ces quelques mots te donnaient envie de vomir, tu voulais pas aller voir ce qui s’y trouvait, tu désirais pas savoir déjà à quelle sauce t’allais être mangée, t’avais envie de rien, comme si toute énergie t’avais quittée depuis cette signature, depuis que t’étais plus vraiment à toi et un peu trop à lui… tu t’installes là sur le lit, dans les draps si doux, tellement doux. « tu peux me laisser ? j’aimerais être seule. » que tu viens dire sans vraiment de vie, sans vraiment d’émotions, sans même le regarder, t’as envie de rien, surtout d’être rien loin de lui… t’arrives pas encore à digérer la dernière information… t’arrives pas à passer outre sa véritable identité et tous les secrets que ça doit contenir… t’as tout donné dans une joute verbale qui te laisse finalement plus bas que terre, t’as envie de rien si ce n’est de disparaître…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Déc - 21:00

tu l’avais directement conduite jusqu’à sa chambre. celle qu’elle occuperait au moins cette nuit, pour prendre le temps de s’habituer à la maison. à sa future condition. tu pouvais bien lui laisser ça. au moins. t’étais pas un monstre. pas entièrement en tout cas. ça lui ferait certainement plaisir, ce moment de répit. et pourtant, tu n’arrivais pas à la laisser seule. il fallait que tu lui montres son dressing, et sa salle de bain aussi. il fallait que tu observes ces réactions. que tu voies comment elle évoluait dans ce nouveau milieu. t’étais curieux oui, comme ces visiteurs qui vont visiter les zoos, avec la ferme intention d’en apprendre le plus sur les animaux. d’en voir le plus. tu te sentais comme ces gens-là, même si sélène n’était pas un animal. loin de là. elle était un trophée oui, mais pas un animal. jamais tu ne la considérerais comme telle. elle par contre.. elle ne semblait penser que tu n’étais qu’un monstre. ça se voyait sur son visage. dans sa manière de réagir. elle croyait sans doute que c’était la fin de tout, alors que ce n’était que le commencement de quelque chose de nouveau. pas de beau. ce contrat n’était pas fait pour l’être. tu peux me laisser ? j’aimerais être seule. tu le regardas un peu. ça t’énervait. tu voulais pas partir. tu voulais continuer de l’observer. tu voulais qu’elle s’extasie devant les tenues qu’ugo avait choisi pour elle. ça n’arriverait pas de toute évidence. elle voulait être seule. tu pouvais comprendre. et en même temps t’avais pas envie. un sourire étira un peu tes lèvres, quand tu te rapprochas d’elle. embrasse-moi, et je pars. tu lui soufflas, certain que cet effort relèverait du surnaturel pour elle. vu son état actuel, tu ne pouvais pas qu’elle le ferait. qu’elle te donnerait le plaisir. ou alors elle se forcerait, simplement pour le plaisir de te voir la laisser seule. t’attendais. tu voulais voir comme elle réagirait à ça, une fois encore. c’était étrange la fascination que tu éprouvais pour elle depuis que l’idée avait germé dans ta tête. tu avais cherché à en savoir le plus possible, pour ne pas te faire prendre au dépourvu. c’était quelque chose que tu détestais ça. encore plus qu’être congédier. elle semblait pourtant faire tout l’inverse de ce que tu attendais d’elle. est-ce que ça te plaisait, ce caractère que tu n’avais pas anticipé ? t’en savais trop rien. tu comprenais juste que tu aurais plus de mal à la contrôler que prévu…

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 11 Déc - 19:55

tu n’as plus envie de rien et surtout pas de le voir, surtout pas de te retrouver face à lui, face à tout ce qu’il est en train de modifier dans ton existence et le plaisir qu’il y prend… un plaisir que t’aurais pu supporter s’il n’avait été qu’un inconnu mais un plaisir qui détruit venant de lui, de sa personne, de cet enfant que tu as connu autrefois… ça détruit tout, ça changé tout et tu ne sais comment faire, t’es pas en état, pas capable de le supporter, t’as seulement envie de te reposer, de tenter de chasser de ton esprit à quel point tout cela te fait mal, à quel point tu seras pas capable d’assumer tout ça, tout ce que ça va changer, tout ce que ça va détruire en toi… t’as l’image du petit garçon, t’as celle de l’homme mais aucune des deux ensemble, comme deux êtres totalement dissociés dont tu ne sais quoi penser… tu l’évites, son regard que tu sens pourtant sur toi comme s’il était incapable de faire autrement, de se concentrer sur autre chose la pièce est bien remplie non ? assez pour qu’il puisse en profiter pour regarder ailleurs à défaut de vouloir te laisser. ses pas vers toi comme pour te montrer qu’il n’écouterait jamais, qu’il ferait toujours l’inverse de ce que tu attendais… « embrasse-moi, et je pars.» qu’il vient dire comme si c’était si simple, comme si tu pouvais en avoir la moindre envie, comme si ça pouvait te faire le moindre plaisir. tu ne veux pas mais l’idée qu’il reste, que sa présence continue à venir te titiller les narines t’es insupportable… t’as envie d’être seule, t’as envie de pouvoir te laisser aller un maximum dans l’idée de l’oublier, de tout oublier et surtout d’imagine rien qu’un instant ne pas être sa victime consentante… tu te lèves, doucement, tu viens vers lui sans jamais le regarder, sans jamais vraiment vouloir du moindre contact… trop direct et en même temps t’es contrainte de le regarder pour l’embrasser. ta bouche avance vers lui pour se poser sur ses joues avant de reculer vite, le plus vite possible… pour qu’il ne puisse te contrainte à davantage… « tu n’as jamais précisé la zone à embrasser…» sa faute pas la tienne, ton regard remonte vers lui, tu y arrives, tu tentes en tout cas. « maintenant laisse-moi » que tu souffles, t’as cette envie, ce besoin mais t’es pas certaine qu’il le fera pourtant…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 20:53

il fallait que tu gardes un œil sur ton trophée. c’était plus fort que toi. les sentiments que tu ressentais en ce moment étaient contradictoires. tu voulais lui laisser le temps de se faire à tout ça, mais en même temps, tu voulais qu’elle prenne tout de suite son rôle. ce besoin qu’elle soit à toi dépassait ce foutu contrat. c’était plus que ça. une obsession. c’était sûrement sur le coup de l’émotion, après la signature. d’avoir enfin ta vengeance. ça devait être ça oui. tu ne pouvais pas sérieusement ressentir quelque chose pour la blonde. même pas de la compassion. elle faisait partie de la famille ennemie après tout. tout ce que tu avais le droit de faire, c’était la torturer pendant la durée du contrat. c’était son but premier. cette idée de nouveau dans la tête, tu demandas une faveur, si elle voulait que tu quittes sa chambre. tu savais que ça ne lui plairait pas. et pourtant, elle se leva. elle marcha vers toi d’un pas lent, comme pour repousser ce moment autant que possible. jamais elle ne te regarda. elle ne le fit que quand elle avança son visage. tu bouillonnais. enfin tu allais goûter ses lèvres pulpeuses. la première fois de nombreuses autres. t’en sourirais presque. mais sa bouche se posa sur ta joue, avant que sa propriétaire ne se recule rapidement comme si ton contact l’avait brûlé. elle te dirait sûrement que oui si tu lui posais la question. tu ne le fis pas. tu n’as jamais précisé la zone à embrasser… tu fronças les sourcils. elle se foutait de toi, pas vrai ? elle ne pouvait pas sérieusement pensé que tu voulais ses lèvres à un autre endroit. enfin si, mais il se trouvait bien plus bas que ta joue. et ce serait pour plus tard. maintenant laisse-moi. elle rajouta, comme si c’était elle qui commandait. elle se trouvait dans ta maison. sous ton toit. tu étais celui qui fixait les règles. pas elle. elle n’allait certainement pas s’en tirer aussi facilement. elle devait bien s’en douter, non ? si ce n’était pas le cas, alors elle était stupide. stupide de croire que tu te contenterais de ça. sur les lèvres sélène, et mets-y du tien, il faut que je crois que tu en as vraiment envie. tu ne partirais pas tant qu’elle n’avait pas répondu à tes exigences. elle allait te détester. encore plus qu’elle ne le faisait déjà sans doute. tu t’en fichais. tu la détestais aussi.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 21:27

t’avais fait ce qu’il fallait non ? t’avais posé tes lèvres sur sa peau, c’était un baiser, c’était embrasser. t’étais pas capable de plus, de davantage sans en vomir, il te dégoutait, totalement, sans attendre un seul instant, tu ne le regardais déjà plus, tu refusais de faire perdurer le contact trop longtemps… t’allais pas en survivre, c’est la sensation que tu ressentais, c’est celle qui venait t’envahir avec tellement de force et de puissances que tu ne sais comment agir autrement que en t’éloignant. t’aimerais que cette distance grandisse, devienne grande, si grande que tu ne le renvoies plus jamais mais ce n’est pas possible… alors tu te contenteras de quelques heures, c’est peu mais ça te fera au moins un léger répit dont ton être à cruellement besoin… plus que cela même, ça devient une question de survie plus que cruciale… mais il ne part pas, il ne quitte pas la pièce, comme il devrait, comme tu l’imaginais, bien au contraire, parce que c’est pas ce qu’il attendait. parce qu’il voulait plus, beaucoup plus mais que toi, tu refuses de lui donner ce plus… «sur les lèvres sélène, et mets-y du tien, il faut que je crois que tu en as vraiment envie. » tu le sentais bien, tu le voyais bien sans même avoir besoin de le regarder, sans avoir besoin de faire quoi que ce soit. il désirait ce baiser et toi, tu n’étais pas en état de le donner, en état de quoi que ce soit… « ce n’était pas précisé. et je ne suis pas assez bonne comédienne pour combattre le dégoût qui m’habite…. » que tu glisses, calme bien trop calme, t’as pas envie de te battre, t’es à bout de forces et s’il ne veut pas te laisser tu feras comme s’il n’était pas là. t’enlèves tes chaussures, ta robe aussi, il te verra de toute manière nue bientôt alors pourquoi aller te changer ailleurs. tu te moques bien de ce qu’il va en penser, ça n’a plus la moindre forme d’importance ou même qu’il regarde d’ailleurs… tu ne perds pas de temps pour te mettre dans les couvertures et d’éteindre la lumière, comme ça. « bonne nuit ! » que tu laisses entendre avant de te rouler en boule, il n’a qu’à rester dans le noir si ça lui chante mais toi, tu refuses de continuer pour aujourd’hui…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

no one compares to you (soren)



Page 1 sur 3 ~ Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Les îles majeures. :: Caron.-