AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

no one compares to you (soren)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 21:41

elle jouait avec les mots sélène. elle avait encore la force de te tenir tête, après tout ce que tu lui avais déjà fait enduré aujourd’hui. ça relevait de l’extraordinaire. mais te résister ne lui apporterait rien de plus que de te faire lui en demander davantage. jusqu’à ce qu’elle soit épuisée. jusqu’à ce qu’elle ne soit plus en état de combattre quoi que ce soit. t’y tenais. comme tu tenais à ce baiser qu’elle devait te donner ce soir. le premier d’une longue lignée. une torture pour elle. un plaisir pour toi. tu avais hâte de goûter enfin le goût qu’avaient ses lèvres. tu n’avais pas eu l’occasion de le faire la veille, parce que tu n’avais pas voulu dépasser les limites que tu t’étais toi-même imposé pour ne pas aller trop loin. tu aurais été incapable de t’arrêter si tu avais commencé à t’engager dans cette pente.. mais maintenant que tu l’avais pour toi seul, elle te refusait ce qui te revenait de droit. tu n’allais pas la laisser s’en tirer comme ça. loin de là. ce n’était pas précisé. et je ne suis pas assez bonne comédienne pour combattre le dégoût qui m’habite…. elle t’énervait un peu plus. elle te mettait hors de toi. même si tu ne montrais rien. même si ton visage gardait cette expression neutre, quoi qu’un peu amusée par la situation. tu ne voulais pas qu’elle sache que tu bouillonnais à l’intérieur. que tu aurais pu plaquer de force sa bouche sur la sienne, sans que ça te dérange le moindre instant. mais elle devait apprendre à supporter ce que tu lui demandais. ce serait bien pire bientôt. si elle n’était pas capable de te donner un baiser, alors le reste serait sûrement encore plus difficile. tu t’attendais à ce refus, mais certainement pas à ce qu’elle se déshabille devant toi. est-ce qu’elle imaginait au moins l’effet que ça te faisait ? tu n’arrivas pas un instant à la quitter des yeux. tu ne le fis que quand la lumière s’éteignit, plongeant la pièce dans le noir. tu rageais, intérieurement. tu rageais de ne pas avoir plus d’emprise sur elle. bonne nuit ! elle osa ajouter. c’était de trop. sûrement. ces mots te firent bouger immédiatement de ta place, pour t’avancer vers elle dans l’obscurité. tu grimpas légèrement sur le lit, alors qu’elle te tournait le dos. dors bien sélène, mais il va falloir faire des efforts. demain, c’est dans mon lit que tu dors. tu lui soufflas à l’oreille, avant de déposer un baiser dans son cou. tu quittas ensuite la pièce sans un bruit, avec la ferme intention de te servir un verre. il te faudrait au moins ça pour supporter ce qui venait de se passer. après avoir vider une bouteille entière, tu titubas jusqu'à ton lit, où tu t'écroulas, entièrement habillé. ce furent les rayons sur soleil qui te réveillèrent. tu grognas un peu, à cause du marteau qui semblait frapper ton crâne. pourquoi tu t'étais mis dans cet état déjà ? parce que sélène était trop bornée. c'est vrai. ce fut avec le même ressentiment à son égard que tu te levas difficilement, pour prendre une douche. tu en avais besoin. plus qu'autre chose. quand tu sortis, tu n'entendais toujours aucun bruit dans la maison. la blonde ne devait pas être levée. à moins qu'elle n'ait décidé de rester toute la journée au lit. tu ne la laisserais pas faire, si ce n'était pas dans le tien. une serviette autour de la taille, tu traversas la maison jusqu'à sa chambre, où tu entras. sans prendre la peine de frapper. tu étais chez toi après tout. debout la belle aux bois dormants. le petit déjeuner est prêt. tu te montrais plutôt agréable, compte tenu de son comportement de la veille. ça ne durerait pas si elle décidait de continuer dans la même lignée.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 21:59

tu ne savais pas ce qui te prenait… ton cerveau n’était plus assez entière pour vraiment réfléchir. tu agissais, tout simplement sans penser à rien, sans penser à lui, sans voir rien d’autre que sa personne et l’effet qu’il tentait de faire, trop c’était trop… bien trop alors tu perdais la tête, t’avais ce besoin de ne plus le voir, de ne plus le sentir, de pouvoir te reposer au moins un peu même si rien que de le savoir ici allait tout compliquer, tu en étais certaine. le noir, t’avais déjà envie de tout lâcher mais tu savais qu’il était là, tu le sentais approcher, tu le sentais monter sur le lit et ton cœur accélérait tout sauf ça, tu n’allais pas pouvoir le supporter… «dors bien sélène, mais il va falloir faire des efforts. demain, c’est dans mon lit que tu dors. » qu’il prononça comme pour mieux te détruire dans ton oreille, tu ne bougeais pas, t’étais terrifiée quand il dépose ce baiser, tu attendis de ne plus sentir aucun son de sa part pour te mettre à pleurer… t’évacues la personne, elle sort, ça sort, tellement, tu mets un long moment à ne faire que ça pleurer en silence, à te demander si tu devrais pas t’enfuir maintenant mais tu ne peux pas, malheureusement, t’es coincée, avec lui, tu as peur, tu ne dors qu’une oreille, la peur qu’il ose venir pendant la nuit, que tu le sentes contre toi… la nuit horrible, difficile tellement difficile… tu dors à peine, à moitié, tu finis par sombrer, tu ne sais combien de temps tu as dormi et tu refuses de sortir de ce lit, ton seul havre de paix, en sortir c’est risqué de le voir et tu le refuses, totalement complètement…. alors tu sombres, tu reviens à toi, tu files aux toilettes, t’as faim mais tu retournes au lit pour pas le voir, pour ta propre survie… « debout la belle aux bois dormants. le petit déjeuner est prêt.» qu’il prononçait, te sortait de tes songes, tu devais avoir une tête affreuse, les marques de tes pleurs surement encore présent sur ton visage mais ce que tu remarquais c 'est qu’il était nu devant toi, uniquement vêtu d’une serviette. tu ne sais pas pourquoi, sans doute le côté encore endormie, tu lui envoyas un coussin dessus comme si cela allait faire en sorte qu’il t’oublie. « non merci. » et pourtant ton ventre criait, il l’entendait aussi mais tu n’étais pas capable de le regarder, pas dans cette tenue, encore moins d’aller manger avec lui… tu jouais avec le feu à tout refuser, tu le savais bien mais t’étais incapable de faire autrement… t’avais seulement envie de replonger dans les bras de morphée et d’y passer les 5 prochaines années…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 19:37

tu te souvenais pas bien de comment tu étais arrivé dans ton lit. tu savais juste que tu ne devais pas être sobre. t’avais mal au crâne. à cause d’elle. tu t’étais mis dans cet état à cause d’elle. parce qu’elle te rendait déjà fou. à ne pas réagir. à jouer sur tes mots. elle semblait faire tout ce qui était en son pouvoir pour te repousser. tu comprenais. ça voulait pas dire que tu la laisserais faire. aujourd’hui était une nouvelle journée. aujourd’hui elle ferait ce que tu avais envie. tu te montrerais pas aussi sympa. voilà toutes les résolutions que tu pris dans ta douche. tu y passas un long moment. pour te débarrasser des traces de ta soirée de la veille. t’auras sans doute besoin de plus de ça pour que ta gueule de bois passe. mais ça ferait l’affaire. pour le moment. sans prendre la peine de t’habiller, tu traversas la maison pour aller réveiller sélène. il n’était pas question qu’elle saute le petit déjeuner. tu voulais qu’elle reste en forme. c’était une obligation. elle mangerait bien. elle ferait du sport. elle suivrait le mode de vie que tu lui imposerais à la lettre. pas question de se défiler. non merci. elle te répondit après t’avoir lancer un coussin. comme si c’était une arme qui avait le pouvoir de te blesser. ce n’était qu’un coussin pourtant. tu en rigolas. un bon moment. c’était enfantin de sa part. elle avait encore l’air d’humeur rebelle ce matin. ça promettait d’être intéressant. sans un mot, tu grimpas dans son lit. peu importe ce qu’elle pensait de ça. de ton initiative. il y a des pancakes qui t’attendent, mais si tu veux rester au lit, on peut aussi faire ça. tu soufflas, en repoussant une mèche de cheveux qui lui tombait sur le visage. elle allait probablement te détester pour ça. de la toucher aussi librement. elle serait bientôt ta femme. tu pouvais tout te permettre. si tu avais je suis bien content que tu sois coquine le matin.. tu continuas, juste pour attiser sa colère. quoi de mieux qu’une petite dispute dès le matin ? ça te donnerait sûrement faim. espérons qu’à elle aussi. elle aurait envie de se lever comme ça. elle aurait envie d’aller manger les pancakes que ton majordome avait préparé spécialement pour elle.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 20:38

tu le voyais devant toi, tu savais qu’il ne portait rien sous sa serviette. ça te gênait et pourtant bientôt tu le verrais nu, tu le savais bien, tu en avais conscience mais tu n’arrivais pas à faire autrement, tu n’arrivais pas à passer outre, à passer à autre chose que son habillement, que sa présence, que lui, que toi chez lui, tu ne voulais pas le voir, tu ne voulais rien qui venait de lui et encore moins passer du temps en sa compagnie… rester au lit et y passer le restant de tes jours loin de lui, tu tiendrais jamais, tu pouvais pas le supporter, pas du tout… tu ne voulais rien de sa part, lui envoyer un cousin dessus, c’était la seule chose qu’il méritait, t’étais pas une violente, t’avais rien d’autre sous la main mais tu l’entendais rire et cela te rendait folle tout simplement totalement jusqu’à ce que tu sentes, il venait, il prenait place dans ton espace vitale sans ton invitation. «  il y a des pancakes qui t’attendent, mais si tu veux rester au lit, on peut aussi faire ça.»  tu frisonnes, pas de plaisir mais bel et bien de dégout surtout quand il vient toucher ton visage pour remettre une mèche de tes cheveux… tu le vois, tu restes interdites ne sachant pas quoi répondre… t’as pas envie de répondre, t’as seulement envie qu’il soit loin, pas si près, pas si peu habillé… « je suis bien content que tu sois coquine le matin..»  qu’il rajoute pour mieux te torturer, pour mieux te rendre dingue… et plus il avance, plus tu recules, tu vas surement tomber du lit à un moment ou un autre, il sait exactement quoi faire pour que tu finisses par en sortir, il l’a bien compris. « la chose la plus coquine qui sera faite dans ce lit sera de t’écraser les bijoux de famille… » tu sais pas d’où elle sort cette colère, tu ne l’aimes pas, tu ne l’aimes en aucun cas… tu souffles, tu soupires, tu le vois, si peu habillé. « t’aurais quand même pu mettre quelque chose… » que tu glisses avant de sortir des draps, contrainte, tu mets pas longtemps à venir à la recherche de ta robe que tu enfiles rapidement, t’es débout mais tu feras pas d’efforts pour autant…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 22:01

t’avais commencé fort la matinée. à partir de maintenant, tu ne lui laisserais aucun répit à sélène. tu serais sur son dos, jusqu’à ce qu’elle remplisse toutes les conditions du contrat. sans broncher. tu savais que vous aviez un long chemin à faire jusque-là. jusqu’au point où on croirait vraiment à la vraisemblance de votre histoire. pour ça, il faudrait d’abord qu’elle se lève de son lit. chose qu’elle ne tarderait pas à faire, vu le rapprochement que tu opéras d’emblée. sans lui demander son avis. sans la prévenir. la surprise était sans doute ton meilleur atout avec elle. tu mis cette théorie en pratique, en venait la rejoindre dans son lit. elle ne t’aurait jamais autorisé à le faire. encore moins dans cette tenue. un seul mouvement de travers, et tu te retrouvais entièrement nu. plutôt utile si elle décidait de remplir la partie du contrat à laquelle tu tenais le plus. tu rêvais. t’en étais conscient. jamais elle ne te laisserait la toucher. pas tout de suite. mais ça ne saurait tarder. la chose la plus coquine qui sera faite dans ce lit sera de t’écraser les bijoux de famille… tu rigolas encore face à ses menaces, en te tournant sur le dos, les mains derrière la tête. tu savais déjà que tu allais passer une bonne journée. simplement parce qu’elle était en rogne contre toi. il en fallait tellement peu.. t’aurais quand même pu mettre quelque chose… tu haussas les épaules, en la regardant se lever. t’étais certain que cette technique marcherait comme prévu. j’aurais très bien pu ne rien mettre du tout. tu répliquas. ça pouvait s’arranger si elle préférait. tu n’avais aucun mal avec la nudité. encore moins avec elle. si ton physique pouvait la persuader d’être plus docile, t’étais prêt à jouer de tous tes atouts. les yeux posés sur elle, tu fronças les sourcils quand tu la vis enfiler la robe qu’elle portait la veille. ça n’allait pas. tu ne voulais pas qu’elle remette ses anciens vêtements maintenant. elle en avait des nouveaux, qui te plaisaient bien plus. retire-moi cette robe sélène. tu lui ordonnas. tu céderais pas. retire-la ou c’est moi qui me déshabille. elle ne supportait pas de te voir à moitié nu. qu’en serait-il si tu retirais le dernier bout de tissu qui te couvrait de la nudité. le sourire que tu lui fis la défias de te désobéir. t’étais de bonne humeur, étrangement. elle en ferait les frais.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 22:17

tu détestais le fait qu’il soit dans le même lit que toi, dans ta chambre, cette chambre qui devait être tienne mais tout lui appartenait, dont toi aussi et tu n’avais pas d’autre chose que de le voir ici, que de l’avoir à tes côtés, t’aurais aimé t’en passer, t’aurais aimé que les choses se passent différemment mais non, ça ne fonctionnait pas comme tu le voulais, t’avais signé et maintenant tout était différent, tout n’étais plus vraiment ton choix, tout était loin de l’être, tout devenait autre chose, bien davantage, même si toi, tu ne le disait pas, même si toi, tu avais bien d’autres envies, tu ne comptais, pas, tu ne comptais en aucun cas…. il riait de tes menaces et rien qu’un instant tu voulais le faire, tu voulais le détruite, lui détruire cette partie de son anatomie à laquelle il devait sans doute tenir et pas qu’un peu… il prenait ses aises, il ne t’écoutait en aucun cas, tu n’avais aucune importance pour lui et ça ne te plaisait vraiment pas… tu n'étais qu’une poupée entre ses mains, qu’une putain de poupée et ça te dérangeait véritablement, et puis, il se persuadait de tout savoir, de tout comprendre, de tout savoir et tu détestais qu’il soit si peu habillé même s’il avait le droit hein ! même si bientôt tu le verrais bien autrement… pour ton plus grand malheur… « j’aurais très bien pu ne rien mettre du tout.» qu’il vient dire, avec cette faculté à répondre à tout aujourd’hui qui te mets tellement hors de toi, plus que ça même, t’aimerais bien répliquer quelque chose qui le mettrait en colère mais t’en as clairement pas envie… « ça ne m’aurait été que plus facile de tout briser !» que tu grognes, ; t’es de mauvaise humeur tout simplement et ça ne changera pas, ça ne changera plus… tu refuses de le laisser faire de toi sa chose, pas comme il l’entend, tu te lèves rapidement, t’enfiles ta robe, t’es prête à t’en aller mais ça ne semble pas être son, cas, il a quelque chose en tête, malheureusement… « retire-moi cette robe sélène. retire-la ou c’est moi qui me déshabille. » qu’il venait te dire et tu savais qu’il était totalement capable de le faire mais tu ne voulais pas, tu ne voulais plus lui obéir, tu ne désirais plus être sa putain de poupée, tu n’allais pas mettre ce qu’il désirait uniquement parce qu’il en faisait la demande. « non ! » c’est tout ce que tu répondais avant de commencer à quitter la pièce, il n’avait qu’à te poursuivre dans l’appartement si ça l’enchantait…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 22:53

c’était bien trop simple ce matin, de la pousser à bout. de la pousser à faire ce que tu désirais. dans la limite du raisonnable bien sûr. t’aurais aimé l’entendre crier ton nom jusqu’à ne plus avoir de voix, mais ce n’était pas possible. tu te contenterais du fait qu’elle prenne son petit déjeuner avec toi. même si tu étais à moitié nu. tu ne t’habillerais que quand tu serais sûre qu’elle accepterait. pour lui montrer que toi aussi tu pouvais faire des compromis. que t’étais pas si borné. tu l’étais en réalité, mais tu savais quelles batailles choisir. celle-ci en valait la peine. c’était pour ça que tu l’emmerdais au réveil. tu lui laissais le choix toujours. et ceux qu’elle faisait influait sur ton comportement. en bien. ou en mal. tu t’étais à peine allongé à côté d’elle qu’elle s’était levé. gagné. elle râlait certes, mais tu étais certain que tu allais très vite t’y habituer. ça avait un certain charme. ça ne m’aurait été que plus facile de tout briser ! ça aurait été dommage pour elle surtout. elle risquerait de s’ennuyer, avec un homme incapable de la satisfaire pendant cinq ans. mais elle n’y pensait pas encore à ça. elle n’avait qu’une vision à court terme. elle te détestait. point. tu ne répondis rien. tu te contentas de la regarder s’habiller, constatant très vite qu’elle remettait sa robe de la veille. alors qu’elle avait un placard remplie de nouveaux vêtements. choisis spécialement pour elle. ça t’énervait. ça te mettait hors de toi. elle n’écoutait pas. elle n’écoutait rien. non ! elle cria en quittant la pièce. aussi simplement que ça. tu ne perdis pas de temps pour la rattraper. elle pouvait te fuir, tu serais toujours plus rapide qu’elle. toujours plus fort. tu la rattrapas, sans difficulté, avant de la prendre par la taille pour la mettre sur ton épaule. si tu veux pas enlever ta robe, je vais le faire moi-même. tu lui soufflas, comme simples explications à ce qui se passait. sélène dans les bras, tu retournas jusqu’à sa chambre. tu pris soin de fermer la porte à clé, pour ne pas qu’elle essaye de te fausser compagnie une autre fois. tu voulais qu’elle change d’habits, ce n’était pas trop demander. tu la posas dans le dressing, sans te soucier de ses regards noirs. de ses tentatives de fugue. à peine posée à terre, tu mis tes paroles à exécution. tu la déshabillas. un instant, tu fus tenter de lui retirer ses sous-vêtements aussi. après tout, tu la verrais nue bien assez tôt. mais tu ne le fis pas. parce que tu avais quand même une once de respect pour cette femme. et parce que tu n’étais pas cruel à ce point. tu te contentas de sa robe, que tu jetas le plus loin possible. bientôt, ce serait dans le feu qu’elle finirait. choisis une autre tenue ma chérie. tu roucoulas, en te reculant pour lui laisser l’espace dont elle avait besoin. tu t’arrêtas à l’entrée du dressing. pour qu’elle ne soit pas tenter de se soustraire à ses obligations. une nouvelle fois.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 15 Déc - 23:16

tu ne voulais pas lui donner ce plaisir, lui donner aucun plaisir. et clairement pas celui de te voir mettre la tenue qu’il avait choisi, qu’il désirait. non, tu ne le ferais pas non, tu ne choisirais pas cette voie, clairement pas. tu prends l’autre, tu prends cette voie bien différente, celle qu’il ne désirait nullement… tu t’enfuis, tu t’enfuis le plus loin possible de lui mais il est rapide, bien trop rapide et tu le hais et tu le hais tout simplement de venir là, de venir contre toi, d’être capable de te rattraper de te faire vivre  un enfer. tu pensais pas qu’il serait capable de ça, qu’il serait capable de te mettre sur son épaule, il est fort, beaucoup plus fort que tu l’imaginais, ça te surprend pour le coup. « si tu veux pas enlever ta robe, je vais le faire moi-même.» qu’il te disait comme s’il avait ce droit, comme si t’allais le laisser faire. « repose-moi ! » que tu criais, que tu n’arrêtais pas de crier tout en le frappant, tout en le griffant, tout en faisant ton possible pour lui échapper mais il ne te laissait pas le choix, il t’enfermait, avec lui, parce qu’il savait hein ! il était intelligent pour ne pas te laisser le choix deux fois. « connard. » que tu criais, tu tentais toujours de t’échapper mais tu n’avais plus aucun choix, tu te trouvais dans son dressing, dans ton dressing finalement, tu le regardais pour la première fois, il était rempli, bien trop remplit et toi, tu ne savais pas quoi  en penser, tu détestais ça finalement… tu tentais toujours d’imposer ta résistance mais ça ne fonctionnait pas, ça ne fonctionnait nullement comme tu en avais envie, bien au contraire, ton regard noir, il ne te laissait pas le choix, il t’enlevais cette robe même si tu lui criais des « dégage » ou des « je vais te le faire payer… » tu ne te laissais faire que malgré toi et tu te retrouvais finalement les mains devant toi, refusant qu’il ne te voit en sous-vêtements mais c’était déjà le cas pas vrai ? « choisis une autre tenue ma chérie.»  ton autre robe était hors de portée, tu grognais, tu ne pouvais faire autrement… tu étais coincée et tu n’allais avoir aucun choix… tu regardes les tenues et tu la vois finalement, un jean, t’attrape un t-shirt et un pull mais t’as pas envie d’être sale, de ne pas être salle du tout… « retourne-toi, je voudrais changer mes sous-vêtements. et t’attends, les nouveaux dans tes mains qu’il obéisse, à un moment t’es presque tentée de lui lancer des chaussures au visage mais t’obéit, tu changes rapidement de sous-vêtements avant d’enfiler jean, t-shirt et pull. « satisfait ? » que tu glisses alors que toi, tu ne l’es nullement.

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Déc - 0:15

en s’enfuyant, elle t’avait laissé qu’un choix. si elle pensait pouvoir te fuir de la sorte, elle se trompait. t’aurais pu lui laisser une longueur d’avance, rien que pour t’amuser. mais t’avais pas envie ce matin. t’avais faim. tu voulais qu’elle t’écoute pour que vous puissiez aller manger. tu n’eus aucun mal à la mettre sur ton épaule. à la soulever. elle était légère sélène, comparé à ce que tu soulevais habituellement. sauf qu’ils se débattaient pas eux. grâce à elle, t’aurais sans doute pas besoin de faire du sport aujourd’hui. un mal pour un bien finalement. durant le court trajet jusqu’à sa chambre, elle ne cessa pas de brailler la blonde. pas un instant. comme si ça avait un quelconque effet pour toi. elle te balança des repose-moi ! et des connard.. rien de bien original. ça te glissa dessus comme l’eau de ta douche ce matin. c’était de sa faute. c’était elle qui n’avait pas voulu t’écouter. tu l’avais prévenu. pas question de rigoler ce matin. t’avais pas de temps à perdre. lui enlever sa robe fut tout aussi bruyant. les dégage et les je vais te le faire payer… furent ce qu’elle te répéta, jusqu’à être débarrassée du tissu superflu. ça ne servait à rien de crier. tu pensais qu’elle l’aurait compris la première fois. il fallait croire que non. une fois en sous-vêtements, elle se couvrit de ses bras, comme si ça aussi, ça avait de l’importance. tu avais déjà vu ce qu’il y avait à voir. la seule chose qui aurait pu t’étonner, c’était son corps entièrement nu. vous n’étiez pas encore rendu à ce stade. tu lui laissas rapidement le choix de choisir autre chose. tout, sauf cette robe qu’elle portait hier. elle n’existait plus. retourne-toi, je voudrais changer mes sous-vêtements. elle te demanda, tes nouveaux vêtements dans les. elle avait fait l’effort de choisir. tu pouvais faire celui de te retourner. il faudrait juste que tu te rappelles à l’avenir d’installer un miroir de l’autre côté, pour pouvoir regarder son reflet. c’était sans doute le mieux que tu pouvais faire pour le moment. satisfait ? tu te retournas, avant de froncer les sourcils. l’air contrarié. t’avais demandé une robe. une putain de robe. tu pouvais plus voir ses jambes. ça t’allait pas non. pas vraiment. tu soufflas, la mâchoire serrée. tu dis rien de plus. tu quittas le dressing, avant d’aller débarrer la porte pour sortir. elle devait être contente. tu l’avais enfin laissée seul. fallait que tu t’habilles toi aussi. fallait que tu t’éloignes avant de lui arracher ce jean.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Déc - 14:14

tu détestes, tu détestes tout cela, tu détestes de devoir te changer, de devoir mettre une autre tenue… une tenue qui le ferait rêver, une tenue qui lui ferait envie, t’espères l’avoir griffer, t’espères qu’il en gardera le plus de séquelles possibles, qu’il comprendra qu’il ne peut pas te traiter comme ça, t’aimes pas ça, pas du tout, t’es seulement un minimum rassurée, t’arrêtes pas de le regarder pourtant, t’arrives pas à faire autrement, t’as peur, tellement peur de ce qui pourrait se passer, de ce qu’il pourrait décider, t’as pas envie de faire le moindre effort, pas avec lui, pas maintenant, t’enfiles cette tenue, t’as fait exprès de prendre la moins sexy dans le lot, t’avais pas envie qu’il s’en sorte trop facilement, d’enfiler une belle robe, c’est fait exprès, totalement… tu le vois rapidement froncer les sourcils et t’es contente, vraiment contente de l’effet que tu lui fait… tu souriais, tu souriais pour lui montrer qu’il n’aurait jamais totalement ce qu’il attendait de toi… « pas vraiment.» qu’il vient dire passablement énervé et déjà en train de quitter le dressing. « pourquoi je me suis changée. »’ que tu cries comme pour le chercher encore davantage, tu devrais pas, pas du tout même mais tu le fais tout de même, c’est pas bon, c’est pas ce qu’il faudrait, c’est ta réalité pourtant… il s’en va et tu décides de mettre une paire de baskets avant de descendre, tu laisses l’odeur te diriger vers la bonne direction, il n’est pas encore là, tu le vois et ça te rassures un peu… tu perds pas une seconde, tu viens t’installer, tu commences même à manger un peu, rien parce que tu sais que cela va le déranger, que tu ne l’aies pas attendu, pas du tout même, alors tu veux le faire pur lui faire comprendre que t’es pas sa chose, que tu le deviendras jamais, que toujours tu trouveras un moyen de le contrer…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 17 Déc - 21:07

ton dos te brûlait. à cause de ses foutus ongles. tu la détestais sélène. mais tu devais avouer que ça t’avait excité aussi. putain oui. ça faisait sûrement trop longtemps que tu t’étais pas perdu entre les jambes d’une femme. trop longtemps pour toi. parce que c’était elle que t’avais dans la tête. son petit jeu, dans la boîte, t’avait pas laissé insensible. tu pensais sans cesse à tout ce que tu aurais pu lui faire, si elle s’était lâchée un peu plus. et en même, tu savais que c’était la pire idée du monde. maintenant que t’avais tous les droits sur son corps, elle te refusait tout ça. même un simple baiser. elle avait sans doute raison de le faire, ça te frustrerait encore plus. et tu risquerais de te comporter en con. encore plus que tu ne l’étais déjà. c’était de sa faute aussi. elle t’écoutait pas. à aucun moment. elle voulait pas te donner ce que tu voulais. elle avait même trouvé ce foutu jean au milieu de toutes les belles robes que tu lui avais offert. fallait que tu t’éloignes. un peu. tu quittas le dressing, après lui avoir dit que ça t’allait pas. non, toi tu voulais voir ses jambes. tu voulais pouvoir caresser sa peau dès que ça te chantait. un pull et un jean, ça réduisait les possibilités. et de beaucoup. pourquoi je me suis changée. elle cria dans ton dos. encore. tu lui répondis pas. tu te contentas de regagner ta propre chambre. ton espace. tu filas chercher un bas de sport. confortable. il permettrait aussi de cacher la bosse qui avait commencé à se former sous ta serviette. t’étais vraiment à cran. fallait vraiment que tu trouves une fille capable de soulager ça. ce serait pas sélène. c’était certain. ça t’empêcherait pas de penser à elle pourtant. à sa bouche pulpeuse autour de ta force. non. fallait pas que t’y penses maintenant. sinon tu serais capable de la prendre dans la cuisine. avec ou sans son accord. t’avais tes principes quand même. t’étais pas un animal. frustré, t’enfilas quand même un tee-shirt, avant de descendre la rejoindre. pour le petit déjeuner. quand t’arrivas, elle avait déjà commencé. ça t’énerva un peu plus. qu’elle t’attende pas. tu t’assis à côté d’elle. sans un mot. tu commenças à manger. toujours sans parler. demain, tu mets une robe. tu soufflas. tu la regardas pas. tu te concentras sur ton assiette. juste. parce que si tu jetais un coup d’œil dans sa direction, tes yeux s’attarderaient forcément sur ses lèvres. et là, faudrait que tu remontes te soulager tout seul. dans ta douche.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 18 Déc - 11:13

tu n’attendais pas une seule seconde pour bouger, pour trouver cette cuisine, tu voulais surtout avoir fini avant qu’il n’apparaisse devant toi… t’espérais plus le croiser avant au moins une semaine mais tu savais bien que cela ne serait pas possible, pas du tout même, parce que vous viviez sous le même trois, qu’il te refuserait toujours ce plaisir, celui de te foutre la paix, pas au début, pas tant que tu te refuserais à lui, tu devrais peut-être cédé pour avoir la paix mais non, t’avais pas envie de ça, pas du tout, tu devrais y passer mais pas avant votre mariage, le pire jour de ton existence qui arriverait déjà bien trop tôt à ton gout malheureusement… tu le vis finalement arriver, un bas de jean, un t-shirt, un look que tu ne pensais jamais le voir arborer et ça se voyait sur ton visage que ça t’étonnait un peu qu’il puisse être si décontracté, ça n’allait pas de pair avec le personnage, pas du tout même, ça semblait loin d’être naturel, t’es loin de l’être même, tu n’arrivais pas trop à le cerner, tu le voyais venir en face de toi, se taire au départ, tandis que tu mangeais, que tu avalais rapidement pour ne pas avoir à le croiser trop longuement. « demain, tu mets une robe.» qu’il ordonne, comme ça, sans même te regarder, sans un seul regard dans ta direction et le tien devient noir, si noir, terriblement noir, il croit pouvoir décider de la sorte ? il croit avoir ce droit sur toi ? t’ordonner quoi porter ? t’es plus certaine, c’est peut-être dans le contrat mais t’as pas envie de rentrer dans son jeu, pas du tout même. « et si je refuse qu’est-ce que tu vas faire ? » que tu oses, provocatrice, trop sans doute, tu ne devrais pas, pas du tout même. « et puis ce n’est pas comme si tu faisais attention à ton look ce matin. » une énième pique, parce qu’il n’était pas comme tu l’imaginais, trop simple sur ce coup et t’aimais pas ça, ça le rendait plus humaine et c’est tout ce que tu désirais évité. les crêpes étaient bonnes délicieuses même mais tu refusais de l’avouer, pas devant lui, pas alors qu’il te considérait à nouveau comme une possession. t’avais envie d’un fruit, de quelque chose de plus léger pour tout digérer, tu pris dans la corbeille à fruit une banane que tu commenças à ouvrir avant de la glisser entre tes lèvres pour commencer à la dévorer… ton regard loin, très loin du sien, t’as pas envie de le croiser, t’as envie de rien de sa part et surtout pas de trouver en lui la moindre once d’humanité…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Déc - 16:30

c’était de la torture. littéralement. tu ne comprenais cette envie qui t’avait pris soudainement. c’étai sûrement de la faute de cet air rebelle qu’elle affichait ce matin, bien plus prometteur que son manque de réaction de la nuit dernière. tu la préférais comme ça. quand elle t’insultait, et qu’elle te disait sa façon de penser. ton corps aussi, vu la manière dont il réagissait à elle. à ses manières. t’étais légèrement à l’étroit, dans le jean que tu avais décidé d’enfiler. tu te doutais que ça ne ferait qu’empirer quand tu la rejoindrais. quand tu verras ses lèvres pulpeuses s’ouvrir, et se refermer. ça aussi c’était de la torture. ce n’était pas humain d’avoir un physique pareil. le pire était sûrement qu’elle n’en avais même pas conscience. elle évoluait dans ce monde sans apercevoir les regards qu’elles devaient forcément attirer. c’était le tien, en ce moment, qui ne pouvait pas s’empêcher de se poser sur elle. elle te détestait oui, mais ce n’était pas une raison nécessaire pour ne pas répondre à ses obligations. juste une fois. assis à côté d’elle, tu mangeais à peine. trop distrait par ton corps qui réagissait d’une manière surnaturelle à sa présence. et si je refuse qu’est-ce que tu vas faire ? tu souris, un peu. un sourire carnassier. un sourire qui répondait déjà à sa question. tout un tas de choses sélène, j’ai plein d’idées pour te punir si tu décides de ne pas être sage. et l’une d’elle concernait même cette table, où il se serait si facile de prendre ce dont tu avais tant besoin. posséder son corps. c’était une envie primaire. plus forte que tout. tu doutais de pouvoir résister plus longtemps, sans au moins toucher sa peau. elle pouvait bien te faire cette faveur, pas vrai ? et puis ce n’est pas comme si tu faisais attention à ton look ce matin. tu rigolas un peu cette fois. qu’est-ce qu’elle pensait la blonde ? que tu étais un robot, toujours apprêté ? loin de là. t’aimais être à l’aise. tu portais même des joggings. elle serait probablement choquée de le savoir. qu’est-ce que tu crois ? que je dors en costume aussi ? tu dis, lui renvoyant immédiatement la balle. ce fut à ce moment qu’elle décida de se lever. pour quoi ? pour te torture encore plus. évidemment. tu la vis se servir, comme si c’était chez elle. ça l’était en quelque sorte. le fruit qu’elle saisit dans la corbeille te fila des sueurs froides. comment t’étais censé résister à ça ? à une foutue banane qu’elle introduirait entre ses lèvres. tu pouvais pas. alors tu te levas. vite. trop vite pour qu’elle réagisse. en l’espace d’un instant, elle se retrouvait assise sur la table, les jambes écartées pour te laisser la place. t’étais certain de ressembler à un animal, avec tes pupilles dilatées. tu t’en fichais. je sais pas si la banane c’est une très bonne idée sélène, sauf si tu veux me faire passer un message évidemment. tu souriais, toujours. parce qu’elle allait s’énerver. parce qu’elle allait t’exciter un peu plus, sans le savoir. tu pouvais pas faire comme si elle te faisait pas d’effet. tu pouvais non plus t’empêcher de la tenir là, contre toi. tes mains caressant doucement ses cuisses.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 19 Déc - 20:30

manger le plus possible pour ne plus le recroiser de la journée et puis te barrer, te prostré dans ton lit tout le reste de la journée pour ne pas le croiser, pour ne pas le voir, tu l’évitais du regard, tu pouvais pas imaginer qu’il était en train de te mater, pourquoi il le ferait d’ailleurs ? non, t’étais loin de là, tu savais seulement que t’avais pas envie de porter sa putain de robe, ce n’est pas toi, ça ne le sera jamais, ça ne le deviendra jamais et tu n’avais en aucun cas envie que ça change, surtout pas pour lui faire plaisir, surtout pas pour qu’il te regarde, tu voulais éviter son regard, autant que possible, autant que tu le pourrais, que t’espérais y arriver… «tout un tas de choses sélène, j’ai plein d’idées pour te punir si tu décides de ne pas être sage. » ça te donnait envie de vomir, clairement, tu refusais tout ça, tu refusais l’idée même qu’il te touche. « t’as pas le droit de m’approcher avant le mariage je te signale… » tu glissais ça comme ça, avec cette envie de le mordre, de le détruite, de faire disparaitre son sourire et tout ce qu’il pouvait signifier et tu ne comprenais pas qu’il te contraigne à un code vestimentaire alors que le sien ne ressemblait à rien du tout, qu’il ne t’offrait rien, que tu ne pouvais que le trouver idiot, tout simplement… t’aimais pas ça, monsieur sans effort et toi contrainte d’en faire, t’aimerais jamais ça, c’était pas ton style tout simplement… « qu’est-ce que tu crois ? que je dors en costume aussi ?» qu’il vient te dire comme si tu étais assez stupide pour croire çà ? pour qui il était en train de te prendre au fait, t’aimais pas ça, pas du tout, t’aimerais rien de ce qui venait de lu de toute manière mais surtout pas ses mots et écore moins cette attitude qui accompagnait chacun de ses gestes… chacune de ses paroles… « non mais que je ne vois pas pourquoi je me contraindrais à porter une robe alors que tu te retrouves face à moi dans un vieux jogging informe. » c’était dit, t’allais pas en faire des efforts, pas si lui n’en faisait pas, s’il s’habillait comme un plouc, tu ne sortirais pas de ce jean, même si tu devais le porter tous les jours, ça ne serait pas un problème pour toi mais pour lui davantage… tu l’oublies un peu, t’as fait, tu manges ton fruit, tu penses à rien, t’as pas le temps de comprendre, il se lève et déjà il est là devant toi. « lâche moi. » que tu cries, que tu hurles quand il vient te déposer sur la table sans ton avis, quand il t’écartes la cuisse, quand il te donne l’impression d’être un pervers profond et fini. t’aimes pas ça, lui entre tes jambes, t’aimes pas sa présence, c’est trop, ça te donne envie de vomir. « je sais pas si la banane c’est une très bonne idée sélène, sauf si tu veux me faire passer un message évidemment. » tu hésitais à ouvrir la bouche mais ça aurait fait quoi ? ça n’aurait fait que le renforcer dans cette envie que tu ne partageais en aucun cas, il te tenait, tu sentais ses mains venir contre tes cuisses et tu haïssais cela, surtout le léger frisson que te provoquais ce contact c’est ce que tu haïssais le plus. « bordel je mange un fruit. » que tu lâches en colère. « laisse-moi ! » que tu hurles, tu le pousserais bien mais toucher son torse dans de telles conditions c’est pas la meilleure des idées, ça l’est pas du tout. tu laisses la banane de côté, tu la poses au loin et de ton autre main tu viens attraper bien autre chose. la carafe d’eau dont tu viens renverser le contenu sur sa tête, comme ça, sans réfléchir. « parait qu’un peu d’eau froide ça calme les ardeurs. » tu viens la reposer vide, tu devrais pas faire ça mais tu peux pas t’en empêcher, pas avec lui dans le coin…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Déc - 21:33

c’était horrible de l’avoir près de toi, sans pouvoir la toucher. sans pouvoir la poser sur cette table pour dévorer son corps. c’était le seul et unique petit déjeuner dont tu avais besoin aujourd’hui. même les pancakes semblaient bien moins appétissant à côté d’elle. et dieu sait à quel point tu aimais les pancakes. c’était juste pas eux qui te donnaient l’eau à la bouche ce matin. loin de là. t’avais que d’yeux que pour la créature assise à côté de toi. celle que tu devais haïr plus que tout, mais pour laquelle tu ne ressentais qu’un désir immense. tu comprenais franchement pas. cette envie si pressante de la faire tienne. t’as pas le droit de m’approcher avant le mariage je te signale… tu grognas un peu. non, t’avais jamais signé pour ça. pour faire abstinence. t’étais certain qu’une autre pourrait te soulager très rapidement. mais elles te faisaient pas envie, ces autres femmes. comme les pancakes. fallait juste que tu casses la pureté de sélène, et tout irait mieux ensuite. tu serais enfin délivré cet espèce de sortilège qu’elle t’avait lancé. j’aurais pas besoin de le faire, tu me supplieras avant. tu répliquas, parce qu’un jour, son envie serait aussi grande que la tienne pas vrai ? ce jour-là, tu te ferais un plaisir de lui rappeler que fallait attendre le mariage. avant de la prendre jusqu’à ce qu’elle n’ait plus de forces pour continuer, ça allait de soi. non mais que je ne vois pas pourquoi je me contraindrais à porter une robe alors que tu te retrouves face à moi dans un vieux jogging informe. tu jetas un coup d’œil à ton bas. tu le trouvais très bien toi, pour le petit déjeuner. tu voyais pas pourquoi tu devais être tiré à quatre épingles dans ta maison. tout le temps. elle, c’était une autre histoire. tu lui aurais bien proposé de se promener en sous-vêtements si elle ne pouvait pas porter de robes, mais t’étais pas sûr qu’elle préfère ça. parce que c’est dans le contrat, et aussi parce que t’as un beau corps. faut le mettre en valeur. tout simplement. mais c’était une chose qu’elle semblait avoir du mal à assimiler. même après le passage entre les mains expertes d’ugo. tu pensais qu’il lui aurait insuffler un minimum de bon sens. fallait croire que même lui, il n’avait pas ce don. lâche moi. toi par contre, t’avais celui de l’énerver. tu l’avais entendu à de nombreuses reprises. encore aujourd’hui. bordel je mange un fruit. laisse-moi ! ton don était tellement important, qu’elle finit par te renverser un pichet d’eau glacer dessus. tu ne pus pas t’empêcher de proférer quelques insultes. mais sans la lâcher non. ce serait bien trop facile. parait qu’un peu d’eau froide ça calme les ardeurs. tu secouas la tête, avant de sourire. elle détestait ce sourire, tu le savais. je préférais que ce soit toi qui soit mouillée, mais je pense que je devrais m’en contenter. tu lâchas, avant de plaquer tes lèvres sur les siennes. tes mains remontées à son visage pour le tenir bien en place. elle t’avait cherché sélène. et toi, tu venais de trouver sa bouche. c’était la première fois que tu la goûtais. sans doute pas la plus belle, mais ça n’avait aucune importance entre vous. rien n’était beau. excepté votre mariage sans doute, malgré la fausseté de l’évènement. rien d’autre ne comptait à cet instant que ce baiser forcé, comme tout le reste.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Déc - 22:03

tu mets en avant ce qui a été convenu, ce qui a été décidé, ce qui a été note et tu vois bien que ça l’énerve. alors t’en souris, alors t’e heureuse d’avoir réussis à l’énerver au moins un peu, de lui montrer qu’il a pas le dessus, que tant que tu voudras pas de lui, il devra s’amuser ailleurs, t’espères seulement qu’il attrapera aucune maladie parce qu’il en serait capable pas vrai ? t’en sais rien, tu le connais pas et tu fais pas vraiment d’efforts pour que ça change d’ailleurs… « j’aurais pas besoin de le faire, tu me supplieras avant. » qu’il te répondait et tu riais, tu riais ouvertement de lui, ça allait pas lui plaire mais c’est ce que tu cherchais, c’est ce vers quoi tu te dirigeais, le rendre dingue à défaut d’avoir ton mot à dire sur beaucoup trop de choses… t’étais chez lui et c’était déjà trop pour toi, bien trop, tu ne savais pas encore comment t’allais survivre à tout ça, chaque chose en son temps… « te supplier ? prend pas tes rêves pour la réalité… je peux tenir très longtemps sans ouvrir les cuisses, surtout si c’est pour toi ! » parce qu’il le voulait, alors t’allais lui refuser tout ça, t’allait tout refuser parce que ça ne pouvait pas arriver, parce que tu le retarderais un maximum… la conversation dévia, sur l’habillement, tu tentais de lui faire comprendre que tu comprenais pas le principe, vraiment pas… pourquoi lui pouvait être décontracté et toi, tu pourrais pas clairement, t’aimais pas jouer la potiche, t’aimais pas ne pas être à l’aise dans tes vêtements, pas du tout même… «parce que c’est dans le contrat, et aussi parce que t’as un beau corps. faut le mettre en valeur » qu’il te répondit et c’était à ton tour de souffler ou plutôt, tu soufflas en entendant la première partie avant de plus trop savoir quoi dire ou quoi faire. il te complimentait ? sur ton corps ? tu comprenais pas trop ce qu’ils avaient tous avec ça, il n’avait rien de particulier, rien du tout même… « euh…merci… » t’étais mal à l’aise et il allait le remarquer sauf que t’avais eu le malheur de manger une banane et qu’avant d’avoir pu réagir il t’avais ouvert les cuisses, il agissait comme un sauvage et tu le traitais comme tel, une carafe d’eau sur la tête, rien de mieux pour calmer pas vrai ? sauf qu’il s’énervait pas, en aucun cas… qu’il souriait et tu savais que ça ne voulait rien dire de bon… « je préférais que ce soit toi qui soit mouillée, mais je pense que je devrais m’en contenter.» t’allais lui répondre d’aller se faire foutre mais t’as le temps de rien, tu sens cette bouche sur la tienne, ses mains qui viennent la tenir, tu tentes de te débattre de lui enfoncer tes ongles dans la peau de ses mains, sauf que tu finis par le laisser faire, ça dure pas, qu’un instant, rien qu’une seconde mais c’était déjà bien trop. assez pour sentir le gout sucré de ce qu’il venait de manger, le gout mouillé de l’eau que t’avais renverse, assez pour faire le plein de ces drôles de sensations…. tu restais sans mot, sans rien quand il eut terminé, tu le regardait, tu le détestais, tu manquas pas une seconde pour venir lui foutre une gifle, la plus fort possible et tenter de le repousser de tes mains sur son torse. « laisse-moi passer ! t’as pas le droit de faire ça ! t’as pas le droit c’est noté dans le contrat ! t’as putain de robe de demain tu peux faire une croix dessus ! » que tu hurles alors qu’il est encore si près de toi, tu hais ce qu’il vient de faire, tu hais cette envie sous-jacente que t’as réussi à retenir pourtant : celle de répondre à son baiser…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 20 Déc - 22:25

t’étais pas capable de la laisser tranquille. pas capable de lui ficher la paix. rien qu’un instant. t’avais attendu tellement longtemps pour asseoir ton pouvoir sur elle.. maintenant elle te défiait, de toutes les manières qu’elle pouvait trouver. tu détestais ça, et en même, ça te donnait follement envie de lui montrer une fois pour toute qui commandait. mais d’une façon bien plus agréable que de seulement lui rabâcher des ordres. oui, tu ressentais un truc étrange pour elle. une haine, mêlée à une fascination qui ne faisait que grandir à mesure que tu restais près d’elle. t’aurais sans doute dû t’éloigner. mais pas maintenant. pas avant de lui avoir fait comprendre tout ce que tu pourrais lui offrir si elle te laissait faire. toutes les sensations décuplées par la haine qu’elle te vouait. te supplier ? prend pas tes rêves pour la réalité… je peux tenir très longtemps sans ouvrir les cuisses, surtout si c’est pour toi ! tu secouas la tête, exaspéré par son rire. elle avait tort, et t’étais prêt à le parier. tout ce qu’elle voulait. même la rupture du contrat qui vous liait. elles s’ouvriront d’elles-mêmes quand les sensations quand les sensations que je provoquerais là-dessous deviendront insupportables. tu pouvais être très fort à ce jeu-là. tu pourrais lui raconter à nouveau, toutes ces choses que tu pourrais lui faire. elle avait failli craquer, la dernière fois. celle-ci ne serait pas différente. euh…merci… elle répondit à ton semblant de compliment. tu ne comprenais pas d’où venait cette gêne. ni pourquoi elle n’assumait pas son corps. une femme aussi belle devait forcément avoir confiance en elle ? tu étais sans doute tomber sur la seule qui ne se doutait pas un instant de ce qu’elle dégageait. de ce qu’elle était capable d’obtenir des hommes simplement avec un regard. même toi, qui la détestais, tu étais incapable d’y résister. incapable de ne pas vouloir goûter ce qu’elle promenait sous ton nez. ses lèvres seraient un bon début. mais elle ne voyait pas les choses de la même façon. tu avais beau tenir son visage, elle se débattit un instant. pour commencer. ses griffures te firent mal oui, mais elles ne t’arrêtèrent pas dans ta lancée. bien au contraire. tu prolongeas ce baiser encore un peu, avant de libérer ses lèvres. t’attendant à une réaction bien plus violente que celle qu’elle t’avait déjà opposé. pas manqué. sa main s’abattit sur ta joue. la morsure de la gifle te brûla. la douleur encore plus. tu la détestais sélène. d’une puissance qu’elle n’imaginait pas. tu soufflas bruyamment. les yeux noirs de colère. mais sans bouger. tu lui ferais pas ce plaisir. laisse-moi passer ! t’as pas le droit de faire ça ! t’as pas le droit c’est noté dans le contrat ! t’as putain de robe de demain tu peux faire une croix dessus ! elle criait sélène. contre toi. elle t’en voulait. c’était certain. t’étais même sûr qu’elle avait envie de te tuer. mais c’était toi qui décidait. de tout. laisse-moi faire, s’il te plaît. laisse-toi aller. tu lui soufflas, avec un calme effrayant. tu te reconnaissais pas toi-même. tu savais pas pourquoi tu demandais l’autorisation, alors que tu venais juste de prendre ce dont tu avais envie. ça ne suffisait pas pourtant. ça ne te suffirait jamais.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 9:58

tu le haïssais à cet instant comme jamais, cette sensation qu’il avait de tout comprendre, de tout savoir, de pouvoir tout te faire faire sans que tu ne puisses en aucun cas te défendre. tu le détestais et jamais au grand jamais tu ne lui céderais, pas comme ça, pas dans ses rêves, pas avant que tu n’y sois contrainte par un accord de mariage… jusque-là, tu résisterais, encore et encore pour le faire chier, pour lui prouver qu’il te possédait peut-être pas un contrat mais que tu restais toutefois bien plus libre qu’il ne l’imaginait… « elles s’ouvriront d’elles-mêmes quand les sensations quand les sensations que je provoquerais là-dessous deviendront insupportables. » les sensations, tu tournais ta tête de droite à gauche, non, il ne serait jamais capable de t’en provoquer, tu n’imaginais pas un seul monde où il pourrait réalise quelque chose de la sorte et en même temps, si tu te souvenais de la vielle, t’aurais pu craqué sélène. mais il n’y avait pas cette rancœur, il n’y avait pas tout ce qu’elle indiquait, tout ce qu’elle démontrait aussi… non, clairement, t’avais pas envie de te laisser avoir, plus maintenant, plus depuis qu’il t’avais contrainte à signer, cette horreur… «les sensations ? tu serais incapable de me faire jouir… » que tu viens dire, tu viens attaquer où ça fait mal, il le faut,, totalement, vraiment, avant qu’il ne te laisse sans voix, avant qu’il ne te complimente, ça ne lui ressemblait pas, ça ne ressemblait à rien de ce que tu connaissais et tu ne sais pas trop comment t’en sortir avec ce genre de choses… alors tu laisses passer, jusqu’à ce que plus rien ne passe, la banane, son attitude de sauvage et finalement se baiser, t’y comprenais plus rien, tu pouvais pas le laisser faire, t’en avais pas envie non plus hein ? et en même temps, l’espace d’une seconde, t’avais laisser-faire, avant de te ressaisir, avant de le gifler, la marque s’imprimait sur sa joue… t’étais colère, t’étais dégouté, t’étais le cri qui désirait s’échapper, loin, si loin, la non envie de continuer à le côtoyer de la sorte… clairement pas, tu désirais t’en aller loin, loin de lui, de tout ce qu’il repensait…tu vociférais mais rien ni faisait, il ne bougeait pas d’un iota… « laisse-moi faire, s’il te plaît. laisse-toi aller. » t’es surprise, t’es choquée… t’es sur ton cul d’une certaine manière… t’arrives pas à comprendre à accepter ce mot, ce s’il te plait… il semble si étrange sorti de sa bouche et ce calme, cette absence de sourire et de rire, tu comprends pas, tu comprends plus. t’as son regard dans le sien… laisse-moi passer… que t’aimerais crier mais t’as même plus la force de parler. tu ne le quittes pas des yeux, tu le hais tellement, t’as l’envie de le repousser, si grande, si forte. et pourtant, t’es là, en train de mettre tes mains sur son torse, en train de vouloir pousser mais la force vient à te manquer…tu bouges plus, tu dis plus rien, c’est pas un non, c’est pas un oui mais souvent qui ne dit mot consent pas vrai ?

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 11:36

t’étais tendu ce matin. depuis ton réveil. c’était sans doute la raison pour laquelle tu la cherchais autant sélène. pour cacher cette tension. tu ne voulais pas qu’elle la découvre, pour ne pas jouer la dessus. tu avais des faiblesses oui. des faiblesses qu’elle découvrirait au fur et à mesure. d’elle-même. pour l’instant, tu n’avais pas envie de lui donner les cartes pour t’emmerder encore plus. elle le faisait déjà suffisamment. et le pire, c’est que ça te plaisait. qu’elle te tienne tête. elle était un défi que tu devrais réussir. la mettre dans ton lit, c’était ton seul objectif. tu savais que ce serait délicat, mais tu y arriverais. ce n’était qu’un question de temps. les sensations ? tu serais incapable de me faire jouir… tu haussas un sourcil. vraiment ? elle abordait ce sujet-là ? tu serais capable de faire tout un tas de choses pour lui prouver le contraire. elle aurait beau se retenir de toutes ses forces, elle finirait par crier ton nom. d’une manière ou d’une autre. t’étais certain pourtant, qu’elle ne te laisserait jamais aller jusque-là. même si c’était elle qui te défiait. finalement, malgré la retenue dont tu avais pu faire preuve jusque-là, le simple fait de la voir mettre sa banane dans sa bouche fit céder toutes tes résistances. elle t’engueula sélène, de l’avoir embrassé. elle te cria dessus. encore et encore. mais tu bougeas. à aucun moment. parce que ce baiser t’avait donné envie de plus. beaucoup plus. tu lui demandas. calmement. tu lui demandas vraiment. c’était la première fois que tu ne lui donnais pas d’ordre. que tu lui laissais le choix. tu vis dans son regard, que ce changement brutal d’attitude l’avait perdue. qu’elle ne comprenait rien. elle essayait de te repousser, sans rien dire. sans mettre de force dans ses gestes. est-ce que ça voulait dire que.. ? t’étais prêt à te prendre une autre gifle rien que pour le savoir. tu t’approchas d’elle, repoussant la résistance qu’elle t’opposait. tu déposas tes lèvres dans son cou, d’abord. tes mains descendirent, pour glisser sous son pull. caresser ce corps qui te rendait fou. tu ne remontas pas jusqu’à sa poitrine. tu ne descendis pas plus bas. ce n’était pas l’envie qui te manquait pourtant, mais tu savais que ce serait trop pour elle. beaucoup trop. sans un mot toujours, tu déposas un dernier baiser sous son oreille, avant que tes lèvres ne reprennent possession des siennes. plus doucement. plus patiemment aussi. ce n’était pas forcé. pas brutal. c’était juste pour lui montrer que tu pouvais aussi te comporter de cette façon. avec ce respect.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 12:58

c’est impossible de comprendre quoi que ce soit, parce que t’as pas le temps de saisir ce qui se passe. la banane, bordel t’avais juste envie de manger un fruit, rien de plus, rien de moi, bordel, tu sais rien de mal… t’as seulement envie de bouffer, tu peux même plus faire ça ? tu comprends pas pourquoi ? tu comprends pas le mal, t’en es complément incapable, plus que ça même t’es en train de perdre pied, lui, son baiser, tout ce qu’il prend sans demander, toute cette envie de le repousser, de le faire partir loin, le plus loin possible mais il bouge pas soren, il reste, il te contraint, il veut rien, surtout pas t’obéir, t’aimerais bien pourtant maison, c’est trop compliqué pour lui, ça a l’air d’être le cas en tout cas. t’es perdue, totalement perdue quand il vient te supplier, t’as pas l’habitude d’entendre ça de sa bouche, ça te rappelle ces bons moments passés, avant que tu ne saches qu’il ne s’agissait de lui… t’as le choix, il te le laisse et t’es incapable de choisir, incapable de faire quoi que ce soit, t’es prise par le choc, par tout ce qui se passe dans ta tête, tu sais pas, tu sais plus, t’es perturbée, t’es là, proche, trop proche de lui, tu le hais toujours et pourtant t’arrives pas à le repousser, pas assez fort, pas avec assez de conviction pour qu’il accepte de le faire, de s’en aller, faudrait bien mais non, ça se passe pas comme ça… il réduisit la silence, ramenant tes bas plus proches de toi, parce que la distance entre vous n’existait plus vraiment, elle était infime, si fine, tellement fine, trop fine, ce n’était pas bon pas bon du tout même. tu fais non du visage, mais si peu, c’est qu’un petit mouvement, pas assez pour vraiment dire que tu résistes, pas vraiment, tu sentis ses lèvres dans ton cou, ton visage qui se tourne, tu n’arrives pas à résister à ne pas le laisser prendre les devants… tu frisonnes en sentant ses mains là, sous tes vêtements, t’es surprise, tu repousses pas, tu bouges pas, t’as le rythme cardiaque qui accélère… c’est étrange, c’est doux, c’est une caresse délicate, tellement différente de tout ce qu’il a déjà pu t’offrir, t’es plus vraiment là sans être ailleurs, tu sens ses lèvres sur toi, près de ton oreille pour finalement arriver jusqu’à tes lèvres, tu bouges pas, pas tellement, t’es toujours là, en train de chercher à comprendre, à tenter de te retrouver au moins rien qu’un mais non, tien ne vient… tu les sens, délicates, douces, c’est étrange, ça se renforce, c’est finalement tes lèvres qui répondent, qui devraient pas… « laisse-moi passer… »que tu glisses en rompant le baiser mais c’est un murmure, c’est prononcé sans conviction, comme si tu te battais avec toi-même, c’est sans doute le cas, tu hais sa gentillesse et tout ce qu’elle provoque chez toi comme réaction…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 17:45

t’avais perdu les pédales, littéralement. tu savais pas ce qui te prenais. tu savais pas pourquoi t’avais écrasé tes lèvres sur les siennes. pourquoi il fallait que tu la touches sélène. c’était juste plus fort que toi. plus fort que la haine que tu lui vouais. plus fort que ce foutu contrat. c’était une envie primaire. animale. mais elle te repoussa. elle te fit redescendre sur terre, à coup de hurlements. comme si ton baiser l’avait brûlé. comme si tes caresses étaient une torture. c’est peut-être la raison pour laquelle tu lui demandas l’autorisation la deuxième fois. ce s’il te plaît sorti de nulle part. ton envie était tellement pressante que tu aurais pu te mettre à genou devant elle, pour qu’elle accepte de te laisser recommencer. elle ne dit rien pourtant. elle ne te hurla pas dessus une nouvelle fois. elle te repoussa une nouvelle fois. mais sans vraiment le faire. elle se contenta de poser ses mains sur ton torse pour t’opposer une résistance. aussi infime soit-elle. tu pris ça comme une ouverture. comme un moyen de lui montrer ce que tu pouvais lui faire ressentir. rien qu’avec quelques baisers. quelques caresses. pas plus. ton jean avait beau être étroit, tu ne tentas rien de plus. elle ne bougea pas sélène. elle te laissa faire. tu aurais pu penser que ça ne lui faisait rien, mais tu entendais son cœur battre un peu plus vite. ça te conforta dans l’idée qu’elle ressentait ce qui se passait aussi. moins intensément que toi, mais tout de même. laisse-moi passer… elle souffla, détachant ses lèvres des tiennes. tu l’aurais à peine entendu te dire ça, s’il n’y avait pas eu ce silence autour de vous. tu secouas la tête. repousse-moi si tu veux. tu lui glissas, avant qu’une de tes mains remontait pour se perdre dans sa crinière blonde. tu étais toujours très calme. ton cœur battait pourtant à tout rompre. tu attendis, un peu. qu’elle fasse quelque chose. qu’elle te repousse, comme tu lui avais laissé le choix de le faire. mais son manque de réaction te fit l’embrasser de nouveau. avec un peu plus de passion. d’intensité. ta langue glissa entre ses lèvres. ton corps se pressa un plus contre le sien. elle devait bien sentir, l’effet que tu lui faisais. à quel point tu avais envie d’elle. à quel point tu te freinais, pour ne pas qu’elle prenne peur. c’était la chose la plus dure que tu avais eu à faire de ta vie, mais t’y arrivais. t’arrivais à te contrôler. à ne rien faire d’autre que l’embrasser. la caresser du bout des doigts, très chastement.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 18:06

pourquoi ? comment ? tu ne comprenais pas, tu ne comprenais plus rien, t’étais tellement perdue, tellement ailleurs, dans un autre monde, dans une autre réalité, t’étais il y a deux jours et plus maintenant. a ce moment où tu ne savais pas qu’il il était, où tu ignorais qu’il serait ton bourreau sauf qu’il n’a rien du bourreau là maintenant, c’est de la douceur, c’est le temps qui se prend, qui passe, étrangement, c’est fou, c’est pas comme il faudrait, ça dépasse tout ce que t’imaginais, ce que tu aurais pu imaginer, tut ce que tu pouvais penser aussi. y’a ses mains à lui sur toi et ça semble irréel, ça semble pas normal, ça semble pas ce qu’il faut que ça soit, c’est autre, c’est pas évident, c’est yn peu compliqué dans ta tête, totalement, c’est un tourbillon dans lequel tu te laisses emporté, t’en viens même à répondre au baiser, tu prends pas de suite conscience de ce que tu fais, tu le comprends, quand tu recules ton visage, quand tu lui demandes de te laisser. tu quémandes mais si doucement, si faiblement que ça ne compte pas vraiment hein ! pas pour lui, même pas pour toi ! ta conscience qui te fait comprendre que t’es en train de suivre un mauvais chemin, le pire de tous, parce que tu le hais mais là de suis plus tellement, parce que t’as plus eu de contacts avec personne depuis un moment déjà… parce que ton boulot c’ était ta vie et que là de suite, tu te perds dans son regard. « repousse-moi si tu veux.» qu’il te dit, il te laisse cette chance mais tu sens sa main dans tes cheveux, c’est doux, ça éclate ton cœur, ta respiration aussi, t’es bloquée totalement, t’es en attente, et tu refuses finalement quand il revient t’embrasser, t’as une main sur sa peau, sur son torse, mais elle repousse pas, elle le tient un peu, faudrait que t’arrêtes mais tu laisses sa bouche retrouver la tienne, sa langue venir et caresser la tienne, tu réponds à ce qu’il t’offre, en partie, tu devrais pas, tu devrais t’arrêter, tu devrais te lever de suite mais non, t’es en train de te perdre… alors tu le repousses, d’un mouvement simple mais un peu plus puissant, tu mets un peu de distance entre vous mais la distance ne fait pas redescendre ton rythme cardiaque, bien au contraire, t’as même chaud sélène, trop chaud… t’arrives pas à faire autrement que de te débarrasser de ton pull, c’est pas la bonne solution… t’avances un peu, t’es presque levée mais en même temps tu fais pas le dernier mouvement pour t’en aller, t’es perdue dans son regard et ton cœur qui bat, vite, tellement, qui fait remonter ta poitrine si rapidement, si fortement… parce que ugo, il choisit bien les vêtements et que ce t-shirt ne fait que mettre davantage en valeur tes formes…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 22:46

tu savais que t’avais dépassé les limites. depuis longtemps. mais elle te laissait faire sélène. elle laissait la porte ouverte à bien des possibilités. trop sûrement. parce que maintenant, t’étais plus capable de t’arrêter. de la toucher. de l’embrasser aussi. elle avait beaucoup trop d’emprise sur toi pour que tu sois capable de t’éloigner. et pourtant elle ne faisais rien. elle te touchait à peine, ou seulement pour te repousser. c’était juste sa façon d’être, si indécise, qui te charmait. qui t’envoûtait. elle en avait envie, et en même pas du tout. elle voulait s’enfuir, mais elle saisissait pas toutes les ouvertures que tu lui offrais pour le faire. elle restait là, contre toi. elle répondait à tes baisers. tu n’aurais cru en cédant à tes pulsions, que tu serais capable de la dompter. rien qu’un peu. qu’elle serait en train de fondre sous tes caresses. tu avais beau avoir envie de plus, de beaucoup plus, tu freinais le moindre de tes mouvements. pour ne pas tout gâcher, avant même que ça n’ait commencé. tu prenais juste la température pour le moment. tu voulais tester jusqu’où elle était capable d’aller. sa main se posa sur ton torse pourtant. tu t’arrêtas un peu. en si bon chemin. mais elle te repoussa pas. au contraire. elle avait l’air de s’accrocher. alors tu continuas. tu allas un peu plus loin, en glissant ta langue entre ses lèvres, pour jouer avec la sienne. pour la caresser. elle ne te refusait pas ça sélène. elle avait même l’air d’apprécier. ça ne fit que t’exciter davantage. tu n’avais plus de place pour plus dans ton jean. tu étais déjà beaucoup trop serré. mais elle décida de t’achever un peu plus en te repoussant. pour de vrai cette fois. elle commençait à reprendre ses esprits. elle semblait perdue. tu la vis se redresser un peu. s’avancer, plus proche du bord de la table. mais pas plus loin. elle ne s’échappa pas comme tu pensais qu’elle le ferait. au lieu de ça, elle retira son pull. qu’est-ce qu’elle faisait au juste ? elle voulait vraiment te tenter d’aller plus loin ? tes yeux s’attardèrent un instant, sur la pointe de ses seins, dressée contre le tee-shirt qu’elle portait toujours. et ton jean se resserra un peu plus. encore. t’étais à cran. à bout. tu voulais reposer tes mains sur elle. tu voulais exciter un peu plus sa poitrine. juste quelques instants. sans un mot toujours, tu t’approchas à nouveau d’elle. les pupilles un peu plus dilatées sûrement, par le plaisir. par le désir. pour elle. seulement pour elle. tu t’égara encore dans sa crinière d’une main, alors que l’autre descendait caresser le tissu de ton haut, à la hauteur de sa poitrine. t’en pouvais plus. vraiment plus. mais tu prenais ton temps. tu lui laissais celui de s’habituer aux nouvelles sensations que tes doigts devaient lui procurer. tu montrais patient, pour la première fois depuis bien longtemps.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 22:58

sa langue contre la sienne, c’était bien, bien trop bon et pourtant tu devais pas, tu pouvais pas, lui céder comme ça, tout lui offrir mais il agissait pas comme le salaud que tu connaissais, tu retrouvais le jeune homme de la boite de nuit, sauf que tu prenais un chemin sans retour en arrière, tu pourras plus lui dire non, pas si tu cédais mais t’étais incapable de t’arrêter… incapable de te contrôler, incapable de faire quoi que ce soit d’autres que de t’accrocher à lui quand sa langue te faisait perdre la tête. tu tentais de te retrouver, de revenir vers une bonne idée, rien qu’un peu mais non, tu finirais irrémédiablement par ne pas réussir à agir vraiment, tu le poussais, tu pouvais t’enfuir, t’en avais la possibilité mais t’arrivais pas à le faire, pas comme il le fallait, tu t’arrêtais toujours avant le dernier pas comme si un fil te tenait, te retenais près de lui… la chaleur, t’avais chaud, bien trop chaud t’arrivais plus à réfléchir correctement à faire autre chose que d’enlever ton pull, t’avais pas idée que tes pointes se retrouvaient visibles, que tu te sentais bien avec lu à ce point, que ça te prendrais comme ça, tu respirais fortement… t’arrivais pas à faire autrement que de le regarder, que de voir cette distance entre vous sans savoir quoi en faire, tu devais te lever, tu devais bouger mais t’étais toujours sur le bord de cette table, incapable de faire les quelques pas nécessaires pour te sortir de cet enfer au gout du paradis… la distance qu’il ne tarde pas à faire diminuer et t’aurais encore pu te lever mais non, t’as pas eu le temps, pas le courage, pas l’envie, un mélange de tout ça quand tu sens son corps contre le tien, quand tu frisonnes en sentant cette main sur ton sein, tu restes interdite, totalement, tu bouges pas, il te retient par les cheveux, il se presse contre toi, il réveille des sensations que t’avais endormie depuis trop longtemps… t’as la respiration qui devient plus difficile, t’as un léger bruit qui se fait entendre, qui te fait rougir, t’aimerais tellement le hait mais t’y arrives pas à ce moment, pas à cet instant, tu te perdais totalement, t’avais ses lèvres contre les tiennes, et tu répondais à chacun de ses baisers, tes mains accrochées à son t-shirt, en train de totalement te perdre dans ce qui n’aurait jamais du arriver… tout comme cette boule qui venait se former au fond de ton estomac ou alors un peu plus en bas…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 23:30

elle t’avait repoussé pour de vrai cette fois. tu t’étais décaler d’elle. le regard chargé de désir. tu avais réussi à stopper ce que tu faisais, parce qu’elle avait saisi la chance que tu lui avais laissé. elle allait s’enfuir. elle allait te laisser dans ta cuisine, frustré et excité. et il faudrait que tu ailles te soulager dans ta douche, en pensant à ses lèvres autour de ta force. rien que l’image te donnait envie de la forcer à accepter l’attention que tu pouvais lui donner. mais t’étais pas comme ça. si elle voulait pas, alors tu ta laisserais tranquille. est-ce que tu en étais seulement capable ? il faudrait que tu le sois. seulement elle enleva son pull, révélant par la même occasion qu’elle était tout aussi excitée que toi. son corps en tout cas. tu lui faisais de l’effet. t’avais réussi ton pari. il t’en fallut pas plus pour fondre sur elle à nouveau, tes mains se faisant bien plus curieuses cette fois-ci, quoique toujours assez délicates. t’osais pas la brusquer davantage. tu le ferais que si elle te le demandait. et dieu à quel point tu serais heureux qu’elle le fasse. mais pour l’instant tu te contentais de ça. de ces légers soupirs qui s’échappaient de tes lèvres. de ses baisers, qu’elle te donnait, encore et encore. elle allait pas te repousser cette fois-ci. pas maintenant qu’elle s’accrochait pour te garder un peu plus près. sans être capable d’attendre plus longtemps, tu passas les mains sous son tee-shirt pour lui enlever. t’avais besoin de voir ce qu’elle cachait en-dessous. de revoir plutôt. de pouvoir apprécier la vue un peu plus longtemps qu’elle te l’avait permis jusque-là. tu soufflas bruyamment quand sa poitrine se révéla finalement à toi. malgré sa lingerie qui la recouvrait encore un peu. elle était parfaite. plus que tu ne l’avais imaginé. mais ce n’était pas suffisant. pas encore. en déposant quelques baisers sur ses épaules, dans son cou, tu lui ôtas la dernière pièce de résistance qui la séparait d’être nue. en haut. t’es magnifique. tu ne pus t’empêcher de lui souffler à l’oreille, avant de pencher son corps, un peu, pour avoir plus facilement accès à sa poitrine. ta bouche s’égara ici et là, sur ta peau, avant d’atteindre la pointe d’un de ses seins. tu l’excitas du bout de la langue. légèrement. avant de la mordiller doucement, arrachant quelques gémissements de plaisir à ta blonde. t’aimais l’effet que tu lui faisais. t’aimais qu’elle se laisse faire si docilement. mais plus encore, t’aimais lui donner du plaisir. elle n’avait encore aucune idée jusqu’à quel point tu le ferais, si elle t’en donnait la permission.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

no one compares to you (soren)



Page 2 sur 3 ~ Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Les îles majeures. :: Caron.-