AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

no one compares to you (soren)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Déc - 11:04

suis moi je te fuis, fuis moi je te suis, c’était votre dans ce à cet instant, ce que vous ne pouviez vous empêcher de réaliser l’un avec l’autre, l’un contre l’autre, parce que tu ne partais pas vraiment l’envie qui s’arrêtait avant le dernier pas, avant que la danse ne se termine. l’envie de continuer ? l’incapacité de l’arrêter, tu ne savais ce qui était la raison, ce qui te poussait dans cette direction, mais c’était là, cette incapacité totale à t’éloigner vraiment, elle compliquait tout, elle renforçait les actions de cet homme que tu ne pouvais supporter et qui pourtant faisait monter la fièvre en toi à cet instant précis, ta respiration plus lente et compliquée, ses gestes qi te faisaient perdre la tête tout simplement… tu le laissais faire, pire, t’avais dépassé ce stade, t’avais dépassé tout ça, tu répondais, de tes lèvres contre les siennes, de tes mains accrochées à son t-shirt, de ces bruits que tu ne retenais pas, tu ne retenais plus, t’étais un volcan qui se réveillait peu à peu, qui aurait dû rester endormi… tu sentais finalement, ses mains, là, sur ton t-shirt, cette incompréhension et en même temps cette impossibilité de l’arrêter, d’en avoir envie, ça se battait en toi, complètement, tu perdais la tête sous ses baisers, tes épaules, ton cou et puis l’action que tu n’avais pas eu le temps de voir venir, de comprendre que déjà le froid venait mordre ta peau contraste avec sa chaleur…  « t’es magnifique.»  qu’il prononça et t’émergea de ce doux rêve, sans trop savoir comment respirer, sans trop savoir comment y arriver, pas le temps de penser clairement que déjà ses lèvres venaient te bruler, tout réchauffer, qui peu à peu anesthésiaient tes pensées… t’avais du mal à faire abstraction de ses mots, t’étais là et un peu ailleurs mais il te ramenait à lui, il te faisait perdre la tête, de ses lèvres là, sur ta pointe sensible, et puis par ce léger mordillement, tu n’arrivais pas à retenir ce cri qui vient braver le silence, il détruisait toutes tes résistances tout ce que tu tentais de maintenir, il te possédait et tu le laissais faire, ton dos descendant de plus en plus contre la table jusqu’à sentir le poids des objets présents dessus te ramenant vers la réalité, vers l’action qu’il était en train de faire… un éclair de pensées… te faisant te relever, le repoussant assez, jusqu’à venir cacher ta poitrine de l’une de tes mains, t’étais debout face à lui…tu devrais partir en courant mais tu restes là face à lui, les joues rouges, bien trop rouges, les complications qui vont se passer, cette impossibilité de te décider entre tout céder ou t’en aller en courant. « on peut pas…. pas ici…..pas…. » tes pensées se perdent, se tourmentent et tu sais finalement qu’une seule action de sa part te ferait totalement perdre la tête… alors c’est pour ça que tu commences à bouger mais il lui suffirait de te rattraper pour ne plus rien contrôler…[/color]

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Déc - 23:44

t’arrivais plus à t’arrêter. de la toucher. de l’embrasser. son corps, son parfum, tout te rendait fou. tout te donnait envie de lui faire crier ton nom, encore et encore. mais tu te freinais. tu restais patient. parce que tu savais très qu’il te faudrait prendre ton temps avec elle. que tu ne pouvais pas juste la déshabiller avant de la prendre sauvagement sur cette table. tu le ferais. sûrement pas. mais pour l’instant, t’étais trop hypnotisé par sa beauté pour penser convenablement. pour soucier de son confort. seul le plaisir que tu tentais de lui procurer t’importait. son tee-shirt vola. la lingerie qui couvrait sa poitrine aussi. bon sang, t’allais mourir. elle était beaucoup trop belle pour être réelle. tellement que tu ne pus t’empêcher de lui glisser ce compliment, avant de t’attaquer à la pointe de ses seins. du bout de la langue d’abord. avant de les mordiller, doucement. le petit cri qui s’échappait de ses lèvres te prouva qu’elle aimait ce qui se passait autant que toi. tu continuas. encore un peu. peu à peu, tu allongeais un peu plus son corps sur la table. peut-être que tu pourrais... non, elle te repoussa. encore une fois. un peu plus fort que les autres fois. elle ne perdit pas de temps pour se relever, la main sur la poitrine. pour se cacher. de toi ? oui. de qui d’autre. ça te blessait un peu, qu’elle te repousse de la sorte. tu lui faisais pas de mal là, pas vrai ? que du bien. et tu pourrais continuer, toute la nuit. toute la vie même. on peut pas…. pas ici…..pas…. tu hochas la tête, avant de t’approcher d’elle. doucement. avec précaution. tu glissas une main sur son bras, pour lui montrer que tu lui voulais pas de mal. que t’allais pas la forcer à faire quoi que ce soit. pas ici. d’accord. viens avec moi. tu soufflas. ta main glissa dans la tienne, et tu l’entraînas avec toi. dans cette maison qu’elle ne connaissait pas. tu te fichais qu’elle soit à moitié nue. les employés étaient déjà partis. vous étiez seuls. tu la conduisis jusqu’à sa chambre. la sienne. au moins elle s’y sentirait en sécurité. au moins elle pourrait te faire un peu plus confiance. tu la laissas avancer dans la pièce, avant de fermer la porte. pas à clé, au cas où elle te repousserait. tu te préparais à cette éventualité. mais pour l’instant, tu tentais. une dernière fois. d’un geste doux, tu repoussas la main qui couvrait sa poitrine, pour pouvoir la caresser du bout des doigts, encore. elle avait l’air d’apprécier quand elle faisait ça. quand tu la caressais là. alors tu continuas de la faire. debout devant elle. en attendant qu’elle décide de la suite des évènements.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 24 Déc - 20:29

tu vouais lui dire que ce n’était pas possible, que ça ne le serait jamais, que vous deviez vous arrêter là, que ton corps n’était pas à lui, qu’il ne le serait jamais, que tout cela était mal, la pire chose qu’il soit, t’en avais des choses à dire mais rien ne sortait, rien ne transperçait, t’en étais tout bonnement incapable, t’arrivais pas à tout dire, à rien dire finalement, t’étais là, en train de le regarder, en train de l’observer, en train de proposer un ailleurs plutôt qu’un arrêt, pourquoi ? pourquoi t’étais incapable de faire les choses comme il faut, de proposer ce qui t’arranges mais non, tu fais l’inverse, simplement capable de cacher ta féminité, de tenter de l’emmener loin de son regard. mais ce n’est pas assez, ce n’est jamais assez, pas avec lui, pas pour le contrer, tu la sens, sa présence, celle qui ne disparaitrait pas, parce que t’as pas su faire, parce que t’es incapable de faire, parce que t’as peut-être pas si envie de faire même si ta conscience te pousse dans cette direction… tu la sens finalement, cette main contre ton bras, ton regard dans le sien et cette douceur qui te surprend, qui te touche, qui te donne envie de ne plus le lâcher, de ne plus rien lâcher, de te concentrer sur lui, sans attendre… « d’accord. viens avec moi. » qu’il glisse tout comme sa main dans la tienne et t’arrives pas à faire autrement que de le suivre, sans un mot, sans réussir vraiment à savoir comment agir, comment te comporter, comment apprécier, comment ne pas douter… tu te retrouvais dans cet endroit que tu connaissais bien, qu’il t’avais déjà montré et ça ne faisait qu’une nuit et t’avais cette impression qu’une éternité venait de passer, tu le regarder, doucement, tu ne savais que faire, comment faire, la respiration lente et cette drôle de sensation qui ne te quittait pas, qui ne te quittait plus.. vous étiez là, au centre de cette pièce, sa main venant enlever la tienne, cette respiration qui s‘accélérait comme par magie quand il te touchait, quand il t’effleurait quand il venait reprendre possession de ta personne , quand il venait te faire quitter la tête en douceur, sans pression et pourtant, elle vivait en toi cette pression, celle qui compliquait tout…celle que t’essayait de contenir tant bien que mal… tu enlevais ses mains, ses gestes tendre pour mieux réfléchir, pour mieux t’en sortir avant de venir contre lui de passer tes mains autour de son coup, de sentir cette pression là en bas… tu ne comprenais pas, tu ne comprenais pas grand-chose, t’avais des peurs, trop de peurs sans doute et en même temps, tu savais que tu ne pourrais pas résister, pas s’il t’embrassait… t’essayais de contourner le soucis mais t’étais pas en train de faire pire ? en venant t’agenouiller, en venant t’emparer de la braguette de son pantalon, en venant l’ouvrir en douceur, en venant tout faire descendre son pantalon, en le regardant sans un mot, en commençant à faire de même avec son caleçon…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 11:52

elle pouvait pas faire ici, dans la cuisine. tu comprenais. mais toi, t’étais pas prêt à la laisser partir. pas prêt à la laisser ifiler, alors qu’elle t’en avait déjà donné tant. t’aurais jamais pensé qu’elle te laisserait faire. qu’elle te laisserait voir cette partie d’elle, nue. t’étais pas déçu. loin de là. très loin même. elle te prenait même au dépourvu. parce que t’étais pas comme d’habitude. t’étais doux. tu prenais ton temps. c’était pas ton genre. les femmes avec lesquelles tu couchais n’avaient jamais le droit à ça. tu pouvais te montre doux oui, mais toujours avec un certain degré de brutalité. pas avec elle. parce que t’avais envie de l’apprivoiser. envie de goûter son corps. fallait bien que tu ne lui fasses pas peur, pour qu’elle te laisse aller jusqu’au bout. tu savais pas si ça arriverait aujourd’hui, mais tu l’entraînais quand même dans sa chambre, à elle. tu retiras la main qu’elle avait dressé contre elle pour cacher sa nudité. elle n’avait pas besoin de faire ça avec toi. pas besoin d’être pudique. tu serais bientôt son mari, pas vrai ? elle retira tes mains pourtant. t’empêchant de la caresser plus longtemps. est-ce qu’elle voulait s’arrêter là ? non, elle s’avança vers toi. elle passa ses bras autour de ton cou. mais elle ne t’embrassa pas non. elle te regarda comme si elle se demandait elle-même ce qu’elle allait faire. tu pouvais pas décider pour elle. tu lui laissas le choix. si elle t’embrassait, alors tu continuerais ce que tu faisais avant qu’elle ne t’interrompe. tu l’allongerais sur son lit, pour lui faire du bien. et plus. beaucoup plus. mais elle te lâcha, avant de se mettre à genoux devant toi. qu’est-ce que.. tu chuchotas alors qu’elle descendait ton jean jusqu’à tes pieds. elle fit de même avec ton caleçon. tu respirais un peu mieux, maintenant que ta force avait été libérée. mais tu pouvais pas t’empêcher de regarder sélène, en te demandant ce qu’il lui prenait. si elle allait vraiment faire ça. tu comprenais pas tout. tu comprenais pas comment elle s’apprêtait à faire ça, alors qu’elle voulait à peine que tu la touches. c’était une énigme pour toi la blonde. t’avais du mal à la cerner. du mal à anticiper ce dont elle était capable. c’était peut-être pas une mauvaise chose. mais tu savais comment t’étais censé résister à ça. à elle. savait-elle seulement que si elle posait ses lèvres sur toi, tu ne pourrais pas t’empêcher de faire de même avec elle ? de jouer avec elle, de la pousser à bout comme elle faisait maintenant avec toi.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 12:16

pourquoi ? comment ? qu’est-ce qui te prenait ? t’en savais rien, la peur, la peur qu’il aille trop loin, la peur de trop céder et des pensées contradictoires… cette envie de le laisser faire, cette envie de te laisser aller, de le laisser te contrôler, t’apprivoiser mais tu n’arrivais pas à totalement laisser de côté qui il était, qui il serait pour toi durant les cinq prochaines années… tu n’arrivais pas à penser clairement, à laisser tes pensées t’amener dans la bonne direction, bien au contraire, tu te perdais tes bras autour de son cou, sans agir, sans réagir, simplement le regarder. simplement comprendre ce qui allait se passer. simplement comprendre quoi faire, quoi décider, non, ce n’était pas comme ça, ce n’était pas facile, c’était l’inverse parce que son regard te brulait, réveillait tout ce que tu refusais de céder, trop vite, trop rapidement. cette proximité le réveillait lui aussi, en bas, là où tu n’aurais jamais pensé aller mais la folie traversa ton esprit… comment réduire cette aura de désir, de plaisir entre vous, ce truc qui te retenait, qui le retenait. comment faire cesser ce que vous n’arriviez à arrêter, tu ne savais pas si c’était la bonne solution mais c’est celle qui te semblait la plus évident, parce qu’il ne pourrait plus réveiller toutes ces choses en toi, davantage en tout cas, parce que son envie était là et qu’elle venait se refléter en toi, dans ce volcan intérieur qui menaçait d’exploser… « qu’est-ce que..» il ne comprenait pas, toi non plus, tu ne comprenais rien, tu laissais les événements se passer, tu suivais ton envie, ton désir du moment, tu agissais étrangement, comme jamais dans ton existence… tu ne le regardais pas, pas tout le temps, pas quand son regard se faisait si intense qu’il réussirait à te faire frémir… tu soufflais en douceur, tu agissais lentement, pas trop mais tellement à la fois, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien entre vous, entre toi et son envie attisée par la promesse d’une libération… un état que ne tardait pas à lui offrir, tes lèvres avançant vers lui, le souvenir d’une banane en tête, ce qui avait tout commencé, ce qui allait tout terminer, d’une certaine manière… t’étais douce, un peu maladroite surement mais tu faisais ton possible pour attiser son désir, pour lui offrir ce plaisir tant attendu, tant désirer, pour le rendre fou, pour le libérer de toutes les tensions accumulées… ta langue venait se mêler à la partie, lui faire plaisir étrangement, aussi fou que tout ce qui se passait depuis que t’avais osé croqué dans cette banane…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 17:35

tu comprenais pas bien comment vous en étiez arrivés là. il y a quelques minutes à peine, elle te giflait parce que tu avais osé l’embrasser. et maintenant elle s’agenouillait devant toi, prête à faire la chose que tu imaginais dans tes rêves depuis des mois. voir ses lèvres enroulées autour de ton envie. rien que cette image t’excitait davantage. tu respirais difficilement. même déglutir te semblait être une épreuve ardue quand tu voyais la déesse à genoux devant toi. tu aurais aimé prendre une photo d’elle comme ça, rien que pour pouvoir te souvenir de ce moment la prochaine fois qu’elle te tiendrait tête. tu avais beau la regarder de haut sélène, à ce moment-même, c’était elle qui menait la danse. c’était elle qui décidait de tout. t’étais à sa merci. elle s’avança plus près de ta force. sans te regarder. à aucun moment. t’aurais aimé qu’elle le fasse. t’aurais aimé voir ses yeux. entendre ses pensées aussi. lire dans sa tête. t’avais pas ce pouvoir-là malheureusement. celui de deviner ce qu’elle ressentait en ce moment. mais t’oublias toutes ces questions quand, enfin, ses lèvres se posèrent sur toi. tu fermas les yeux un instant, transporté par la sensation. par le soulagement que tu ressentais. immédiat. tu t’étais contenu pendant un long moment. trop longtemps. elle mettait à mal toutes tes résistances, avec sa bouche. avec sa langue qui venait se rajouter à l’équation. t’aurais imaginé qu’elle serait aussi bonne à ça sélène. ni même qu’elle était le genre de femme à donner ce genre de plaisir à un homme. tu la voyais plus traditionnel. plus timide. mais t’étais bien content de t’être trompé. tellement content. elle allait doucement la blonde. comme si elle prenait plaisir à te torturé. comme c’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour te frustré un peu plus. doucement, tu glissas une main dans ses cheveux, avant d’accélérer un peu de rythme. t’es.. parfaite. tu soufflas. ça t’échappa, sous le coup du plaisir qui montait peu à peu en toi. tu le pensais pas d’habitude. tu la détestais plus qu’autre chose. mais t’étais incapable de ressentir quoi que ce soit d’autre maintenant. juste cette bouche parfaite autour de ton envie. c’était inespéré. inattendu. si tu ne la haïssais pas autant, t’aurais pu tomber amoureux d’elle à ce moment-même.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 18:00

tu le regardais pas, tu ne savais pas pourquoi ou peut-être que si, t’avais peur de ce que tu verrais dans son regard, peur que ça te donne envie de davantage, de plus, de trop, t’étais pas certaine d’en être capable… alors tu te contentais de ce que tu pouvais offrir, de ce que tu pouvais donner, de ce qui semblait lui faire pied, tu le sentais, le soulagement intérieur que tu provoquais, qui te réveillait, sans même qu’il ait besoin de te toucher… tu ne savais pas ce qui te prenais, ce qui te poussait dans cette direction mais tu t’y engageais pleinement, sans attendre, sans réfléchir, sans laisser rien d’autres prendre la moindre place. tu la sentis tout à coup, cette main, venant se perdre dans tes cheveux, te faisant frémir bien malgré tout, venant reprendre du pouvoir, contrôlant le rythme de tes actions… tu te détestais d’avoir envie qu’il te touche, d’avoir cette sensation au fond de toi qui se réveillait à son contact, qui ne devait nullement exister mais qui se réveillait à son contact, comme par magie, sas te laisser contrôler quoi que ce soit… «t’es.. parfaite. » qu’il glissa, comme ça, venant perturber le silence, venant te perturber, te faisant arrêter, ton regard tourner vers lui tentant de comprendre mais non, t’avais rien envie de comprendre, t’avais surtout pas envie de ça, pas du tout, pas vraiment, en aucun cas… mais ça venait, ça perturbait tout, sans que tu ne puisses y faire quoi que ce soit… alors doucement, tu laissais une de tes mains remonter jusqu’à son t-shirt pour le contraindre à se baisser un peu, rien qu’un peu, assez pour que tu atteignes sa bouche, pour y déposer un doigt dessus, pour lui quémander un moment de silence, parce que tu pourrais pas, t’arriverais pas à faire taire tes pensées s’il continuait de penser mais c’est pas ce dont tu avais envie, non, tu voulais l’emmener loin, si loin, lui faire tout oublier, sans attendre et t’étais partie pour le faire, pour l’entrainer dans les tréfonds du plaisir, dans cet étrange moment qui n’appartenait qu’à vous, dont tu ne voudrais certainement plus te rappeler demain mais maintenant t’étais là, en train de petit à petit l’emmener vers de douces sensations, ton regard croisant finalement le sien rendant tout cela plus incroyable et en même temps plus compliqué, parce que cette envie se réveillait en toi, cette envie que tu refusais d’accepter….

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 19:39

tu t’attendais à la voir s’arrêter à n’importe quel moment. à la voir se lever, en t’insultant. en se moquant que tu aies pu être si naïf. mais non, elle n’en faisait rien. elle continuait. elle s’appliquait même. elle s’appliquait tellement que t’avais du mal à garder les idées claires. à garder le contrôle. au moins au minimum. tu voulais profiter de sa bouche sur toi autant que tu le pouvais. parce que tu savais pas la prochaine fois que ça se reproduirait. elle avait sans doute perdu la tête elle aussi, pour agir de la sorte. ou bien ce n’était pas elle. juste une femme qui lui ressemblait beaucoup, et que tu avais réussi à confondre avec ta blonde. mais non. tu en rêvais. c’était bien ta future femme qui te donnait autant de plaisir. tellement de plaisir que tu ne pus l’empêcher de lui souffler ces quelques mots. c’était plus fort que toi. mais ces mots la firent s’arrêter. tu ouvris les yeux, pour regarder ce qu’il se passait. pourquoi elle se stoppait en si bon chemin. à deux doigts de te faire craquer. tu comprenais pas. jusqu’à ce qu’elle tire sur ton tee-shirt. tu te baissas, un peu. sans comprendre où elle voulait en venir. elle posa son doigt sur ta bouche. vraiment ? elle te demandait vraiment de te taire, alors que tu lui disais ces choses que tu ne disais jamais ? t’arrivais pas à la cerner sélène. t’arrivais pas à comprendre comment les compliments que tu lui faisais la dérangeaient. elle était une énigme. vraiment. tu te tus, comme elle te l’ordonnait. et elle reprit ses mouvements. elle te faisait t’approcher un peu plus vers le précipice à la perfection. chose que tu te gardas pas de lui dire. finalement, ton regard croisa le sien. et ce fut trop. tu ne pouvais pas resté à la regarder faire. sans agir. tu la forças à se redresser, en observant le doute dans ses yeux. mais tu ne dis. tu te contentas de retirer ton pantalon entièrement, avant de t’approcher pour la prendre dans tes bras. tu aurais très bien pu la faire reculer jusqu’au lit sélène, mais comme ça, tu avais plus de pouvoir sur elle. tu l’empêchais de fuir. tu la posas doucement sur le matelas, en te calant entre ses jambes. tu n’avais dit aucun mot. tu n’en dirais plus. comme elle te l’avait demandé. à la place, tes lèvres se posèrent dans son cou. sur sa poitrine. tous les endroits auxquels tu avais accès. ta main elle, descendait le long de son ventre pour aller se caler entre ses jambes, se contentant de la caresser par-dessus son jean pour le moment. tu savais pas si elle accepterait plus. si tu venais de gâcher ce moment.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 20:20

tu le sentais, ce moment proche de la fin, tu le voyais dans son regard et ton cœur se mettait à battre, vite, si vite, comme si t’avais conscience de tout ça, conscience que ça devait arriver à un moment ou à un autre… que les choses devaient continuer de la sorte tout simplement, que tout allait se terminer, que t’allais l’entrainer vers les tréfonds du plaisir et après ? après il partirait, après tu prendrais une douche pour faire disparaitre toutes ces pensées et t’irais récupérer tes affaires, t’avais tout en tête, vraiment tout mais pas sa réaction… t’étais perdue totalement perdue en voyant son regard changer, en voyant sa manière d’agir. tu comprenais pas, tu comprenais plus rien ? tu faisais mal les choses ? pourtant tu faisais attention et ? t’étais perdue une fois de plus, une fois de trop, tu savais que tout n’était pas prêt d’être réglé, bien au contraire. tout ton être ne devenait plus qu’un mélange de peur et d’excitation sans réussir à savoir quelle partie de ton être arrivait à prendre le dessus. pour le moment aucune, tu te contentais de le regarder, de chercher à comprendre ce qui lui prenais vraiment et il retira tout, ne laissant que ce t-shirt à un point il devenait totalement ridicule devant sa nudité apparente… t’étais mal à l’aise, t’avais du mal à le regarder, à comprendre quoi que ce soit, encore moins quand il te souleva pour t’emmener jusqu’au lit, t’étais mieux mise que la dernière fois. tes jambes de chaque côté de sa personne, ta respiration se faisait plus forte tandis que tu t’accrochais à lui, à ce t-shirt ridicule pour ne pas tomber, tandis que tout ce qui se passait te paraissait insensé et que tu n’avais aucune idée de la suite. tu sentis le matelas, lui au-dessus de toi, son corps entre tes jambes, ta respiration difficile, tu le savais, tu le voyais, ta poitrine se soulever trop rapidement, la peur, l’excitation, t’avais du mal à comprendre, à savoir quelles réactions étaient adéquates… tu le vouais doucement venir déposer ses lèvres sur toi, de haut en bas, venant te perdre en même temps, tu sentit cette main, là, au-dessus de ton jean, il te cherchait, il voulait te trouver, comme tu avais fait, comme t’avais osé faire mais la situation maintenant inversée, tu savais pas, t’étais pas certaine… t’appréciais et en même temps t’avais cette réserve, cette sensation qu’il fallait s’arrêter là, que plus loin deviendrait trop, mais t’arrivait à rien dire, tu te perdrais une fois encore, tu cherchais le bouton stop sans être capable de le trouver…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 20:52

t’avais failli craquer. t’avais failli complètement perdre le contrôle face à sa bouche magique qui t’amenait de plus en plus près du bord du précipice. mais tu voulais pas que ça se finisse comme ça. tu ne voulais pas attendre ce point culminant avant elle. parce que t’étais pas le genre d’homme à négliger le plaisir de sa partenaire. bien au contraire. tu n’étais satisfait que quand elle criait ton nom. quand elle explosait sous ton corps. c’était le traitement que tu réservais à sélène quand tu la pris dans tes bras, pour la déposer sur son lit. il était bien plus confortable que la table de la cuisine, c’était certain. mais il était aussi beaucoup trop classique. beaucoup moins aventureux. ça lui ressemblait plus, c’était certain. et si ça lui permettait de se lâcher un peu plus, de te laisser aller plus loin, tu voulais bien lui accorder ce plaisir. alors que ta main était descendue la caresser par-dessus son jean, ta bouche elle, s’attardait sur son torse nu. ses épaules. son cou. avant de se focaliser sur sa poitrine, à nouveau. tu l’aimais. tu ne t’en cachais pas. tu te souvenais du petit cri qui avait franchi ses lèvres, et tu voulais l’entendre. encore. et encore. mais plus tard. quand elle sera entièrement nue entre tes bras. ce n’était pas gagné. pour tenter de l’amadouer, tu laissas ta bouche déposer une traînée de baisers jusqu’à son nombril. prête à descendre encore plus bas. mais pour cela il lui fallait son accord. c’est ce que tu demandas, en la regardant. tes mains sur le bouton de son jean. voyant qu’elle ne disait rien, tu l’ouvris. avant de descendre son bas le long de ses jambes, et de l’en débarrasser complètement. tu n’avais pas lâcher son regard à sélène, malgré l’envie de t’arrêter un instant pour apprécier la vue. tu savais que tu pourrais le faire plus tard, quand elle n’aurait plus envie de te tuer dans ton sommeil. tu finis par retirer ton tee-shirt, de trop, avant de descendre un peu plus bas, toujours en la regardant. tu laissas ta bouche déposer d’autres baisers, par-dessus sa lingerie. quelques baisers très chastes, comme tu n’en avais l’habitude d’en faire. mais tu le faisais avec elle. parce qu’à tout moment, elle pouvait décider que c’était trop. qu’elle te détestait trop pour te laisser faire. de tes mains, tu remontas un peu ses jambes de chaque côté de ta tête pour pouvoir caresser plus facilement la peau de ses jambes nues. tu avais envie de la débarrasser de ce bout de tissu qui t’empêchait d’accéder au paradis, mais tu attendis. tu l’attendais.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 21:37

tu ne sais pas faire comme tout le monde, tu n’as pas l’habitude de te laisser aller dans des parties de jambes en l’air fugace… tu n’as jamais été cette femme, tu ne sais pas comment faire, pas comme toutes ces autres qui ont déjà du apprivoiser son corps… t’es en terrain hostile, dans cette maison qui n’est pas encore tienne, dans ta chambre mais qui est la sienne en même temps, t’es perdue, totalement, tu ne peux que te perdre… mais ce sont tes émotions contraires, qui viennent te rendre folle, qui viennent tout compliquer, qui viennent tout rendre difficile, bien trop, tu l’observes, tu le regardes, tu te perds, dans ces yeux profonds, dans tout ce qu’il t’offre, dans tout ce qu’il vient perturber… a-t-il seulement idée de tout ce qu’il vient bousiller, de tout ce qu’il vient changer à chacun de ses gestes ? tu deviens folle, tu te perds, en douceur, tu fermes les yeux, rien qu’un instant devant la facilité avec laquelle il réveille ton feu intérieur… sa main, sa langue, sa bouche, cet ensemble qui te fait perdre pied, qui t’entraines loin de tes barrières de tout ce qui te compose habituellement… t’essayes de pas le montrer à quel point cette bouche vient tout compliqué, à quel point elle vient faire battre ton cœur trop vite, à quel point elle te brûle, réchauffant ta peau, comme au fer blanc, t’as pas l’habitude tout ça, de cette manière de te traiter, ça te touche et t’aimes pas ça, t’aimes pas l’idée qu’il puisse t’atteindre… ça te donne envie de tout arrêter, de pas aller plus loin mais de l’autre côté t’en es pas vraiment capable… tu peux pas lui faire ça, tu peux pas faire ça, parce que t’es bien, entre ses doigts, entre sa bouche, entre toutes ces attentions qu’il te donne, qu’il vient t’offrir… tu suffoques intérieurement en voyant ses doigts se perdre sur le bouton de ton jean, ça fait trop de bruit en toi, tellement et t’as la sensation que ta respiration se coupe tandis qu’il t’enlèves ce vêtement, tandis que tu le vois, se débraser de ton t-shirt. ta main qui vient s’égarer contre son torse, rien qu’un peu, qui vient dessiner du bout des doigts les traces de ses abdos, comme hypnotisée par cette partie de son être… tu fus contrainte d’arrêter parce que son baiser descendit, te faisant respirer à nouveau dans un léger cri, que tu ne retiens pas, il te détruisais, ses baisers, proches, si proches et si lointain, couvrant ton être, ta respiration se faisait déjà bien plus difficile, ta poitrine se soulevait quand une décharge électrique venait te saisir, de ton bas ventre pour remonter le long de ta colonne vertébrale face au plaisir qu’il arrivait à te procurer, comme ça… tu le voyais mais différent, lui en bas si bas, entre tes jambes, cette simple image réussissait à te faire monter le rouge aux joues, à te faire perdes, tout simplement, tu brulait de chacun de ses baiser, de cette attention constante qui te faisait tout bonnement perdre pied, qui te faisait tout oublier, qui te séduisait bien malgré toi… t’étais en train de devenir un volcan de sensation uniquement par sa faute et ça te brulait, trop bien trop… t’avais besoin d’une pause d’un instant de répits, de ta main, tu attrapais doucement sa chevelure pour relever son regard, tu pris sa main de ton autre main libre pour lui faire comprendre que tu avais envie de le ramener à toi, rien qu’un peu… son corps vint s’écraser sur le tient, venant te bruler de partout au passage… t’as la respiration si rapide, t’as le tout qui te brule et ce sont tes lèvres qui viennent chercher les siennes tandis que ta main descends le long de son corps pour venir le saisir là en bat pour te décharger de ce trop-plein mais t’es contre lui, avec lui cette fois, ta bouche contre la sienne, cette envie de le toucher, de continuer à l’entrainer, de reposer ton corps remplit de trop de sensations pour le supporter… t’es que contradiction sélène, cette envie qu’il se contente de ça et en même ce feu brulant au fond de toi qui l’autoriserait bien à venir te toucher là, bien en dessous de ton vêtements mais tu préfères te concentrer sur lui, sur ce que tu peux maitriser…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 25 Déc - 22:38

tu voulais pas que ça s’arrête pas, comme ça. elle à genoux devant toi. ça te plaisait pas, même si la vue était saisissante. même si sélène était de toute beauté quand elle te donnait du plaisir. t’avais envie de lui rendre la pareille. t’étais pas capable de faire autrement. de vouloir autre chose que la goûter, là tout de suite. son corps entier. tu la voulais nue sous toi. tu voulais entendre le moindre de ses soupirs. les étouffer avec tes baisers. alors ça pouvait pas s’arrêter comme ça non. maintenant logé entre ses jambes, tu ne pouvais pas t’empêcher de l’embrasser. de l’exciter du bout de la langue. t’oubliais pas de la regarder, pour t’assurer qu’elle aimait ça. tout ce que tu pouvais lui faire. tu la lâchais pas des yeux. parce que tu voulais observer la moindre de ses réactions. et t’étais pas déçu. elle aimait ça. t’étais fier. t’avais envie de sourire. vraiment. mais c’était pas le moment. non. t’enclenchas la vitesse supérieure. légèrement. en descendant ouvrir son bouton de pantalon. en lui retirant. ses doigts qui s’égarent sur ton torse t’occupèrent presque suffisamment pour te distraire. mais tu continuas. tu calas ta tête entre ses cuisses, avant de commencer à embrasser cette zone si intime. par-dessus le tissu pour commencer. tu ne voulais pas brûler les étapes. et puis, t’étais pas sûr qu’elle soit prête pour ça. tu voyais dans ses yeux qu’elle était pas sûre de toi. alors même que son corps réagissait de manière opposé. t’étais un peu perdu. mais tant qu’elle ne te disait pas d’arrêter, tu continuais. t’avais décidé d’agir comme ça avec elle. stopper ce que tu faisais seulement si elle te l’exprimait clairement. de sa main, elle te releva la tête, te faisait arrêter en si bon chemin. elle appréciait pourtant, non ? c’est ce que tu avais cru comprendre. elle te fit remonter. jusqu’à elle. jusqu’à son visage. sans que tu fasses le premier pas, elle prit possession de tes lèvres. là encore, elle te prit au dépourvu. tu t’attendais à tout avec elle. à ce qu’elle te gifle parce que tu l’avais embrassé, et maintenant à ce que ce soit elle qui prenne les devants. ça te plaisait. ça te plut encore plus quand elle glissa sa main entre vous pour te caresser, toi. pour saisir ton envie. bien décidée à continuer ce qu’elle n’avait pas fini tout à l’heure. tu laissas ton visage s’égarer quelques secondes dans son cou. mordillant légèrement sa peau fine. t’avais du mal à rester zen. à garder le contrôle. pour ça tu fis la seule chose que tu pouvais. tu glissas ta main près de la sienne, sous le bout de tissu qui la protégeait de la nudité. tu commenças à jouer de tes doigts. doucement. pour qu’elle s’habitude à la sensation. ta bouche se reposa sur la sienne très vite. ta langue se mêla à la sienne. si tu l’occupais ici, peut-être que les sensations que tu provoquais en bas seraient atténuées, et qu’elle te laisserait faire. t’avais envie que ce soit le cas. envie qu’elle ne t’arrête pas. encore plus lorsque tu glissas un doigt en elle, trop pressé qu’elle puisse t’accueillir toi. tout entier.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Déc - 19:42

tu savais pas encore comment t’allais faire sélène, t’arrivais pas à réfléchir, t’avais seulement cette envie persistante de l’attirer à toi, de ne pas le laisser trop longtemps là en bas, proche de ton cette intimité que tu n’étais pas décidée à partager, que tu n’aurais pas partager, ça te paraissait trop compliqué, trop difficile, trop lointain également… tout te paraissait compliqué, bien plus que ça même, t’arrivais plus facile à te concentrer sur lui, à ne voir que lui, que son corps, que ce que tu étais capable de contrôler, de maintenir, d’avancer à ton rythme, t’es ridicule, tu le sais bien… t’as l’esprit un peu ailleurs, bien trop, t’es ce volcan qui refuse d’entrer en éruption, pas totalement, pas vraiment, toujours retenir, pour pas trop céder, pour pas qu’il puisse tout te demander par après, t’as les pensées qui reviennent et c’est pas bon, elles s’égarent rapidement parce que tu ne parles pas, parce que t’es incapable de faire autre chose que de l’embrasser… ça te vient comme ça, sans que tu réfléchisses, sans que tu l’imagines, sans que tu y penses sans que tu en aies vraiment envie, sans que ça ne soit une pensée… non, c’est le geste que tu ne peux pas contrôler, celui qui vient quand tu devrais faire l’inverse, le contraire, c’est toi qui te perds un peu plus, davantage dans les méandres de ta vie, qui ne sait comment avancer, pas avec lui, pas face à lui, par avec son être et tout ce qu’il arrive à te faire ressentir, sans que tu ne comprennes comment ou même pourquoi… tu perdais la tête, ses dents venant mordiller ton cou, te réveiller, une fois encore, une fois de plus te faire tout oublier de sa bouche délicieuse, tellement que tu ne remarqua pas de suite, cette main descendant, cette main venant te saisir par surprise, venant tout bousculer, tes crises se perdait dans sa bouche, dans vos langue qui s’entremêlaient,, dans ces gestes tendres, tu laissais faire, t’arrivais pas à résister, t’en avais pas envie sélène et en même temps, t’étais pas certaine de vouloir continuer, tu te perdais, une fois encore, une fois de plus dans cet entre-deux, dans cette indécision constante qui n’existait que parce qu’il s’agissait de lui, cet homme que tu te devais de détester mais que tu ne pouvais t’empêcher de désirer… ta tète s’oubliait, une fois encore quand le geste se fit plus précis, quand ce qui n’était qu’un prélude devint bien davantage, tu tremblais de la tête au pied, t’étais que plaisir mais ce plaisir qui ne pouvait continuer, parce que c’était trop, parce que cette once de conscience refusait de te laisser te perdre totalement, alors de ta main libre, tu viens rechercher la sienne, tenter de l’enlever, de la laisser loin, moins aventurière, t’avais cette envie et cette non-envie, tu tentais de conjuguer avec ces deux moitiés de toi qui refusaient de s’entendre, et t’attendais de lui offrir la fin, le plaisir pour ne pas le vexer, par envie aussi de l’entendre crier, de lui faire perdre la tête, de ne pas le laisser totalement inassouvi de vos échanges, de ton incapacité à t’offrir totalement…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 27 Déc - 21:04

tu l’avais entre tes bras. sous ton corps. elle était presque nue, et tu ne pouvais qu’admirer la déesse que t’allais épouser. t’avais plus aucune haine pour elle, quand tu la voyais comme ça. les joues rouges. les lèvres gonflées. elle était sublime. et elle te donnait envie de faire des folies. envie de continuer, jusqu’à ce qu’elle crie. ton nom. rien que le tien. elle t’embrassait. tu répondais. tu mordillais ses lèvres. son cou. rien que pour entendre les petits cris sortirent de sa bouche. c’était comme une mélodie à tes oreilles. t’étais pas sûr de pouvoir t’en lasser un jour. de ses gémissements. et cinq ans seraient par suffisants pour les savourer comme tu te devais de le faire. et vous n’étiez pas encore passés aux choses sérieuses.. sa main était descendue retrouver son envie. elle recommençait ses allers et venues qui te faisait perdre la tête. tu comptais prendre ton temps oui, mais t’étais pas sûr de pouvoir tenir encore bien longtemps si tu ne faisais rien. si tu ne te concentrais pas sur autre chose. alors tu laissas glisser tes doigts sous le bout de tissu qui recouvrait encore son intimité. tu la caressas. doucement d’abord. ses soupirs te confortèrent dans l’idée qu’elle aimait ça. que tu lui faisais du bien. c’était tout ce que tu voulais. lui procurer le même plaisir qu’elle te donnait. c’est tout. quand l’un de tes doigts se fit un peu plus aventureux, tu la sentis se tendre. rien qu’un peu. qu’est-ce qui lui prenait ? t’en savais rien, mais sa main retirait déjà la tienne. comme si tu l’avais brûlé. comme si elle n’avait pas envie de continuer. tu fronças les sourcils, mais la sensation de ses caresses te fit oublier ce désagrément. elle te rapprocha un peu plus de la délivrance sélène. mais tu voulais pas. pas tout de suite. pas avant d’avoir pu goûter au plaisir de sentir vos deux corps unis l’un à l’autre. t’essayas de lui dire. mais rien ne sortait de ta bouche. ta tête dans son cou, t’avais le souffle court. rapide. ton cœur battait la chamade. à cause de ce qu’elle te faisait. c’était intense. ça allait trop vite pour toi. t’avais pas l’habitude qu’une femme prenne autant les commandes. tu les laissais faire en général. pour leur donner la sensation qu’elles avaient le pouvoir. et puis tu les faisais jouir, pour leur rappeler que c’était toi qui commandait. mais sélène voulait pas que tu la touches. comme si.. elle avait peur. de toi ? t’étais pas en train de lui faire du mal là. au contraire. tu te montrais doux. t’étais patient. tout ce que tu n’étais pas à l’extérieur de ce lit. avec elle. à la place elle te poussait à bout. elle te fit craquer, dans un grognement rauque. tout ton corps se relâcha de sa frustration. et elle, elle te regardait. simplement. tu te redressas, un peu. les sourcils froncés. pourquoi t’as pas voulu que je te touche sélène ? il fallait que tu le saches. il fallait que tu poses la question. parce que t’avais un sentiment d’inachevé. tu sentais que t’étais pas pleinement satisfait, même si tu devais l’admettre, c’était la meilleure branlette de toute ta vie. elle savait y faire, t’avais aucun doute là-dessus. mais c’était de son corps que tu voulais profiter. pas de sa main. alors il fallait que tu lui en touches deux mots.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Jan - 19:53

t’arrives pas à tout oublier, t’aimerais en être capable sélène, pouvoir te concentrer uniquement sur le plaisir qu’il te procure, sur les sensations qui se propagent dans l’ensemble de ton être mais cette petit voix te contraint, elle t’empêche d’atteindre le repos total, de ne plus être qu’une sensation, qu’une envie, qu’un désir, profond et si présent… mais la voix te faisait comprendre que tu ne pouvais pas tout lâcher, pas si vite, pas si fortement, pas comme ça, pas aussi rapidement, pas alors que tu lui avais tenu tête concernant cette promiscuité entre vous… tout prenait un autre chemin, une autre direction et toi, tu tentais seulement de trouver le bon compromis entre cette tête qui refusait de te laisser la moindre tranquillité et cette envie qui grandissait, qui ne cessait de t’envahir tandis que tu lui offrais ce plaisir, celui auquel tu te refusais, celui qui restait silencieux et lointain comme inexistant alors que vous saviez tous les deux qu’il était bel et bien présent, qu’il ne cesserait jamais de l’être… plus maintenant mais tout est facile, tout s’oublie sauf ce bruit, ce plaisir, celui qui envahissait la pièce, el sien, petit à petit jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien, plus vraiment, juste les vestiges du plaisir passé… et ce silence, celui entre vous, ton regard dans le sien et ce néant, cette impossible de bouger, de comprendre, d’agir, comme prise dans un moment hors du temps, une bulle qui bientôt se romprait… « pourquoi t’as pas voulu que je te touche sélène ? » ça sort comme ça, ça te bloque, ça te réveille aussi, ça fait bien trop de choses et t’es pas certaine que ça soit bon, pas du tout même, tu le regardes, vos corps légèrement détachés et tout cette vérité, tout ce qui n’aurais pas dû arriver… t’arrives plus à le regarder, t’as compris ce qui venait de se passer, t’as cette sensation et puis le reste… « je vais me changer…» que tu glisses, t’éludes la question, tu t’éloignes, au loin, retrouvant le calme de ta salle de bain, de ce dressing, c’est pas chez toi, c’est plus totalement chez lui, c’est ce besoin de tout enlever, tout ce qu’il reste, tout ce qu’il demeure et de filer sous la douche, chaude, si chaude, tellement chaude, sans doute trop chaude mais ce besoin de se débarrasser de toutes les traces comme pour faire taire les souvenirs… comme pour ne plus se rappeler que rien qu’un instant t’aurais aimé être sienne, vraiment… oublier ce qui ne peut exister, ce qui ne doit pas exister dans la contrainte qui vous unit, dans cette haine présente et qui pourtant s’estompe un peu, depuis peu… qui devrait pas…

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 6 Jan - 14:41

il avait fallu que tu poses la question, tant qu’elle ne s’était pas enfuie en courant. tant qu’elle se remettait encore du plaisir qu’elle venait de te donner, jusqu’à la fin. t’avais apprécié oui. plus que tu ne l’aurais jamais imaginé. mais tu l’aurais fait encore plus si elle t’avait laissé la conduire au même endroit. de la même manière. t’avais pas compris sur le coup. t’avais pas cherché plus loin que ça. tu t’étais juste laissé porter par les sensations qu’elle provoquait chez toi. en contrôlant ton plaisir. mais maintenant que t’étais redescendu sur terre. il fallait que tu saches. il fallait que tu la comprennes sélène. mais elle échappa à ta question. je vais me changer… elle te laissa pas le temps de la retenir. elle se glissa hors de son lit jusqu’à la salle de bain. tu secouas la tête, exaspéré par sa conduite. par sa fuite. elle venait de comprendre que tu ne lui voulais pas que du mal. mais ça n’avait pas l’air de lui suffire pour que vous ayez une vraie conversation. une conversation qu’elle ne pourrait pas éviter toute sa vie. et encore moins aujourd’hui. tu te levas. sans prendre la peine de t’habiller. et tu entras dans cette même salle de bain où elle avait décidé de se cacher. tu la regardas un instant. si belle avec l’eau qui coulait sur elle. t’aurais pu rester l’admirer pendant des heures. si seulement t’avais été de meilleure humeur. sans un mot, tu entras dans la douche, et tu la plaquas doucement contre le mur. ton corps nu contre le tien. elle ne pouvait plus bouger là. elle était bloquée. je partirais pas tant que t’auras pas répondu à ma question. et toi non plus. c’était une manière comme une autre de la confronter. de la pousser à se confier. elle serait sûrement gênée, que vos deux corps soient si proches. mais si ça pouvait jouer en ta faveur, alors tu t’éloignerais pas. tu resterais là, contre elle. même si la proximité de tous ses attributs commençaient à faire renaître ton envie. fallait que tu te contrôles. fallait que t’arrives à tenir, le temps d’avoir quelques réponses. elle te regardait sélène, comme une biche qui croise une voiture. mais ça te fit pas t’en aller non. loin de là. tu voulais savoir. tu partirais que quand elle t’aurait expliquer pourquoi. pourquoi elle refusait que tu lui connes du plaisir. il était important de mettre les choses au clair maintenant. avant que votre relation ne devienne encore plus sérieuse.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 112 ✩ avatar : rosie huntington-whiteley.
✩ crédits : lempika, little liars.
★ âge : 28
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 13 Jan - 19:58

rester près de lui, une impossibilité, la nécessité de t’éloigner, de mettre cette distance pour ne plus penser à tout ça… une doucher pour enlever toute trace, pour ne plus avoir aucune trace de ce qui a pu se passer, de ce qui aurait pu se passer si tout n’avait pas été arrêté, détourné, d’une manière dont tu ne sais que faire… tu fermes les yeux, tu profites de cet instant, de ce moment de tranquillité, de solitude, tu en as besoin, tellement, totalement, c’est nécessaire, vraiment totalement, tu laisses l’eau couler, tu laisses le moment se passer, tu oublies tout, surtout le monde, surtout lui, là, en face de toi… lui qui ne cesse de te regarder, lui qui vient te coller contre le mur, te plaquer, te contraindre…. tu te débâtais, tu ne supportais pas ça, encore moins son corps nu, si proche du tiens, bien trop, tu ne voulais pas tu te contraignais à ne pas le regarder, à le repousser à ta manière… « je partirais pas tant que t’auras pas répondu à ma question. et toi non plus.» il te contraignait toujours et tu tournais la tête dans tous les deux, dans les sens qui n’allaient pas dans sa direction, tu te refusais à le regarder, à observer vos corps et cette proximité qui te mettait mal à l’aise que tu ne désirais nullement… « lâche moi » que tu criais, tout en te débâtant tout en tentant de le frapper pour qu’il s’éloigner, pour qu’il te lâche, pour qu’il te laisse loin, si loin de lui, le plus possible… « il y a rien à répondre… » que tu glisses tout en continuant de te débattre, tout en arrivant à lui marcher sur le pied, tout en rapprochant malencontreusement vos corps en essayant de les éloigner, tout en détestant qu’il puisse avoir un tel pouvoir sur toi, tu continuerais de te débattre jusqu’à tes dernières forces, jusqu’à ce qu’il te laisse tranquille, qu’il te laisse dans cet environnement censé être le tien….

_________________

transmitting the waves, you're catching that breeze 'til you're dead in the grave. but you're keepin' it surreal, whatever you like, whatever feels good.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
avatar
✩ messages : 190 ✩ avatar : thom morell
✩ crédits : @soeur d'armes
★ âge : 29
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 18 Jan - 17:48

elle était partie prendre une douche sélène. effacer les traces de vos ébats sur son corps. et toi, tu l'avais suivi. parce que tu voulais des réponses. tu comprenais pas sa réaction. est-ce que c'était toi le problème ? sûrement. mais c'était du sexe. il suffisait qu'elle ferme les yeux pour penser à un autre homme. quoi que, ça t'aurait sûrement dérangé. tu voulais que ce soit toi qui lui donnes du plaisir. ton prénom qu'elle gémisse. sauf qu'elle semblait avoir une vrai blocage là-dessus. tu l'avais senti se tendre dès que tu avais glissé ta main contre ses chairs sensibles. c'était bien la première fois qu'une femme t'empêchait d'aller jusqu'au bout. alors tu plaquas contre le mur de la douche. pour l'empêcher de bouger. pour qu'elle te donne une réponse. qu'elle t'explique. lâche moi. il y a rien à répondre… elle se débattait. elle t'écrasa le pied, pour se dégager. ça eut l'effet inverse. son corps était encore plus proche du tien. presque collé. et voilà ton envie qui commençait à revenir... tu la gardas contre toi sélène. renforçant ta prise, sans vouloir lui faire mal. est-ce que t'as déjà joui sélène ? tu soufflas, sur un ton neutre. y'avait pas de jugement dans ta voix. tu voulais juste savoir. elle n'avait qu'à répondre oui ou non. c'était simple. une réponse contre sa liberté. elle avait tout à y gagner. je te lâche si tu me dis la vérité. tu sentais qu'elle serait pas honnête sur ce sujet. mais tu serais pas capable de résoudre le problème si elle te mentait. pas capable de faire ce qu'il faudrait pour la mettre à l'aise. elle avait pas de honte à avoir. au contraire. tu voulais bien être le premier. ce serait même un honneur. t'avais pas les idées claires aujourd'hui. vraiment pas. depuis quand tu voulais qu'elle prenne son pied ? c'était sélène. tu la détestais. t'étais pas censé de préoccuper de ses problèmes. et pourtant tu pouvais pas t'en empêcher. tu voulais rendre ça agréable pour vous deux. parce que baiser, vous alliez le faire beaucoup de fois. avec un corps pareil, c'était pas la dernière fois qu'elle te rendait fou. et puis.. c'était dans le contrat. tu pourrais la prendre tout de suite si tu le voulais. tu le ferais pas pourtant.

_________________
j'suis un garçon de la nuit,
moi je laisse tomber les filles
je n'aime que les bas résilles
qui dans mes pensées grésillent..
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

no one compares to you (soren)



Page 3 sur 3 ~ Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Les îles majeures. :: Caron.-