AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

à l'étroit.
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 6 Déc - 22:10

tu ne sais pas ce que tu fais. c'est complètement stupide. t'as pas beaucoup de temps. il commence à faire nuit. t'aimes pas ce moment, parce que la nuit tombe tôt, que t'as deux heures environ près la tombée de la nuit et que tu ne vois pas le temps passer, en général... c'est ton anniversaire aujourd'hui fabio. tu sais que tu voudrais que les choses soient différentes. tu fais n'importe quoi depuis trop longtemps. c'est probablement la fois de trop. qu'est-ce que tu fais hein ? tu t'en fiches. t'en as besoin. parce que t'as vingt-sept ans aujourd'hui fabio.. et que dix ans plus tôt, tu n'avais qu'une seule envie pour ce jour. il y a dix ans, tu savais ce que tu ferais, aujourd'hui. t'as pas cherché bien longtemps en recevant son message, comme un putain d'électrochoc. t'es en train de perdre ta vie fabio... t'es en train de vivre le pire moment de ton existence. et tu sais que vous étiez des enfants, et alors ? tu vas vite, t'as passé un bonnet, un que flo a laissé traîner. il fait froid et tu regardes dans tous les gens en traversant les routes en courant. parce que c'est ton anniversaire aujourd'hui fabio et que t'as besoin de vivre ce truc, juste un instant, juste un petit moment, comme ça. ton coeur s'emballe. tu ne sais plus si c'est parce que tu cours ou parce que tu n'as qu'une seule idée en tête. t'arrives au solstice, tu cherches la patinoire. tu sais que tu ne pourrais même pas enfiler des patins. pas avec le bracelet autour de ta cheville... tu trouverais un moyen de passer à côté. t'as pas envie de le montrer et puis... patiner c'est presque comme danser hein ? tu ne peux pas... t'y arrives pas. tu remarques ses grosses boucles blondes. elle est là. elle est là vraiment... tu fermes les yeux. t'as vingt-sept ans fabio... tu t'approches. t'as pas envie de changer d'avis. tu glisses ta main sur son épaule et lorsqu'elle se retourne, tu plonges tes yeux dans les siens. c'est comme dans un rêve. le jour de ton vingt-septième anniversaire, t'aurais dû pouvoir être en mesure de l'aimer jusqu'à la fin de ton existence. tu ne penses qu'à ça lorsque tu te penches pour poser tes lèvres sur les siennes. tu glisses tes mains sur son visage. t'imagines pas qu'elle puisse être à quelqu'un d'autre. tu ne doutes pas une seconde. du moins... jusqu'à ce que ta conscience reprenne le dessus. pas tout de suite. pour l'instant, t'as vingt-sept ans, et le toi de dix-sept ans ne cesse de crier que c'était comme ça, que ça devait se passer.

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 20:03

auparavant, tu serais déjà sur la glace, tu serais déjà en train de patiner, de montrer tes meilleurs mouvements mais c’est avant, dans un autre monde, une autre réalité, quand tu savais encore agir de la sorte…. quand tu te lançais dans la vide sans attendre, mais pour une fois, t’es sur le bord, t’observes, tu tentes dans tous les cas… tu souris à distance, t’as plus le courage qu’il faut pour te lancer sans attendre, sans aucune peur, malheureusement… puis t’as ce message, tu comprends pas et en même temps, tu ne cherches pas tellement à comprendre, t’as envie de le revoir fabio, de retrouver l’ami, de pouvoir passer un bon moment en sa compagnie et puis c’est son anniversaire et t’as envie d’en faire un super bon moment… tu sais pas s’il doit voir quelqu’un, surement mais t’as envie de pouvoir lui donner quelque chose également… t’as pas beaucoup de temps, tu sais pas quand il va revenir alors tu sais pas trop, tu voyages entre les allées et tu le vois, cette décoration de noël, l’inspiration du ballet de casse-noisette, celui que vous aviez vu ensemble pour ton anniversaire, il y a tellement d’années et tu vois le danseur de casse-noisette avec la jolie demoiselle dans ses bras, en train de la soulever comme si elle n’était rien, c’est beau, ça ira bien dans son sapin non ? tu retournes vites, t’attends, ce sachet dans ta main et tu regardes, les gens s’amuser, réaliser ce que tu n’es plus tellement capable de faire, ce qui est devenu un peu plus compliqué maintenant.. t’es bien couverte, tes gants, ton bonnet, t’as pas tellement froid et en même temps, tu sais pas, tu sais plus, t’as tout oublié en quelques secondes… t’as pas eu le temps de comprendre qu’il était là, une main sur ton épaule, un regard et t’as tout perdu, t’es totalement perdue…tu manques de le faire tomber le sac, tu manger de ne plus penser à rien, t’es surprise, tellement ses mains sur son visage mais surtout ses lèvres sur les tiennes. tu trembles, t’as pas froid, tu frisonnes, t’as chaud, t’es toute retournée, tu réponds, sans même le remarquer, sans même en avoir conscience, c’est bien plus fort que toi, c’est pas ce que tu cherchais mais ça se fait quand même, comme si c’était naturel alors que ça ne l’a jamais été hein….  t’as jamais embrassé fabio, jamais autrement que sur la joue alors pourquoi tu réponds, pourquoi t’oublies tout l’espace de quelques secondes avant que la réalité ne se rappelle à toi, la bague sous ton gant. tu recules, t’es rouge, si rouge et surtout t’es mal, si mal, t’as les larmes qui te montent, plus fort que tout, plus fort que toi… tu tentes de les empêcher de couler… « fabio… on peut pas… » que tu lâches, ça te déchire le cœur… ça devrait pas hein ? mais ça réveille tellement de choses en toi, tellement d’éléments que t’avais gardé sous silence depuis tellement d’années, t’es perdue, totalement perdue… t’enlèves ton gant, tu montres ta bague…  « je vais ... me...»  t’arrives pas à dire le reste ça commence à couler sans que t’arrives à le retenir comme si tout être tout entier avait envie de lui crier un immense pourquoi… pourquoi maintenant ? pourquoi quand c’est trop tard…

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 22:32

t'es bien, contre ses lèvres. t'aurais dû faire ça depuis longtemps hein ? t'aurais dû avoir le courage... ça ne compte pas, si c'est trop tard. parce que tu l'embrasses quand même. et qu'elle te rend ton baiser. tu le sens, tu le sais, et ça réchauffe ton coeur... tu n'en demandais pas tant. tu sais que c'est comme ça que tu voulais sceller ton vingt-septième anniversaire. tu te sens juste stupide de ne pas avoir osé le faire lorsque tu avais dix-sept ans, que t'étais un garçon plein de rêves et certainement pas l'épave que tu es aujourd'hui, accroché à la justice par un bracelet électronique qui te retient. tu sais que ça va durer. encore... est-ce que tu vas être capable de laisser ta vie s'échapper pour autant ? t'es pas certain. pas aujourd'hui en tout cas. parce que tu vieillis et que c'était ce que vous vous étiez promis. n'est-ce pas ? t'avais juste pas prévu qu'elle ne serait pas libre à ce moment-là... tu le comprends seulement lorsqu'elle s'éloigne, si rapidement, avec cet air sur le visage. ses yeux baignés de larmes te brisent le coeur déjà. t'avais pas imaginer une seconde qu'elle pourrait être avec quelqu'un d'autre hein ? et sur le coup, tu ne comprends même pas... t'es pas bien... ça tourne autour de toi. t'as pas beaucoup de temps en plus... tu sais que tu devras être rentré rapidement... mais t'es venu quand même, parc que tu pensais qu'il était temps. fabio… on peut pas… tu serres les lèvres, parce que c'est au moment où sa main fait glisser ton gant que tu comprends. le diamant est là, il est clair, il est précieux, il témoigne qu'elle n'est pas pour toi, pas là maintenant, jamais.. même si t'es là pour elle, dix ans trop tard... je vais ... me... elle n'a pas besoin de le dire, t'as déjà compris. tu recules d'un pas, les yeux fixés sur sa main. pourquoi t'as fait ça hein ? t'es complètement ridicule... t'aurais pas dû venir. t'aurais dû rester à l'abri de ton appartement, t'aurais juste dû lui dire merci. c'est tout.. c'est elle, elle et ses souvenirs. pourquoi elle t'a dit tout ça ? si elle n'est pas libre. tu secoues la tête. désolé... tu lances, tu lui en veux. tu t'en veux surtout. tu t'éloignes. t'as besoin de mettre de la distance entre elle et toi, maintenant. tu ne peux pas supporter, tu pensais qu'elle serait libre tout le temps fabio ? à t'attendre ? qu'est-ce que tu peux être stupide... tu te perds dans la foule. t'as besoin d'espace mais t'en as jamais. t'as ce bracelet autour de la cheville, un coeur brisé et l'incapacité de te laisser aller à tes émotions maintenant que t'as compris qu'il était trop tard. t'as tout foiré fabio. t'as tout laissé s'échapper exactement comme tu l'avais prévu. tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même maintenant.

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 8 Déc - 23:05

t’es perdue, tellement perdue parce que t’es bien, bien trop bien… parce que tu as oublié, parce que tu as tout oublié et surtout que t’avais déjà un mec, un homme qui t’aimait assez pour te demander en mariage… un homme sur lequel tu avais ces doutes que tu refusais de t’avouer parce qu’ils mettaient en avant tout ce courage qui te manquait maintenant, que tu retrouvais avec tellement de facilité au contact de fabio, bien trop… il est là, contre toi et rien qu’un instant t’oublies le monde, tu penses qu’à ça, à combien ça te rend vivante, à combien sa compte, tellement, bien trop et puis, tu le sens, ce point de rupture, tes pensées qui reviennent à la surface et tout ce que ça ramène, les larmes, la honte mais surtout ce mal au fond de toi… tu devrais pas le sentir hein ! ça devrait pas faire si mal de le rejeter, de rejeter ce type que t’as revu qu’une fois en dix ans et pourtant c’est si dur, si douloureux, t’arrives pas tellement à parler, t’arrives à rien, t’as mal, tu lui en veux, tellement…. pas de t’embrasser mais de la faire là, maintenant, quand cette bague vient prendre trop de poids, quand t’as plus de place pour lui… et tu t’en veux de te poser ses questions, de remarquer surtout que t’aimerais que cette bague soit de lui, que toute cette situation soit différente. que tout ce que t’imaginais au fond n’est qu’une façade, il te renvoi tes doutes, cette facilité de partir, de t’éloigner de ce type que t’es censé aimé au point de l’épouser… mais c’est une bonne situation, une situation sûre, ce qu’il te faut maintenant, ce qui est nécessaire pour toi aussi… parce que tu veux plus souffrir, tu veux plus prendre le risque de finir dans le coma, alors c’est plus facile… fabio c’est pas la facilité, c’est tout le contraire, c’est l’inverse, c’est un saut dans le vide sans avoir la moindre certitude qu’il te rattrape, ça fait mal, tellement mal.. « désolé...» qu’il dit, juste ça avant de te barrer, avant de te laisser là, avec tous tes doutes, tout ce que tu ressens, tout ce qui est en train de te bousiller. t’es en larme, tu devrais pas mais t’en viens à le suivre, à courir pour le rattraper, la foule, tu le perds, tu le vois au moins si loin, bien trop loin alors tu cries « fabio » mais la musique est forte, si forte, alors t’avances, vite, trop vite, tellement vite que t’en as mal aux jambes, tu peux plus faire ses efforts là, t’as plus le droit avec ce que tu as eu… t’as ta main sur son épaule, t’as les jambes un peu flageolantes et t’as ses larmes qu’il ne peut ignorer. t’as envie de le frapper, t’as envie de l’embrasser, mais tu fais rien, tu tentes de te contrôler avec difficulté. « t’as pas le droit de te barrer comme ça ! de m’embrasser et puis pouf de te barrer parce que t’as pas pris la peine de regarder mes mains ! bordel fabio j’ai jamais caché cette bague ! comment t’as pu l’oublier ! » c’est contre lui que tu cries mais davantage contre toi, contre toi qui avait tout oublié aussi parce qu’avec lui t’oublies tout et t’as seulement envie de refaire le monde à votre image. « pourquoi t’as attendu aussi longtemps ! pourquoi t’as attendu que je sois prise pour m’embrasser ! pourquoi t’as pas fait ça il y a dix ans ! pourquoi t’as pas su m’aimer quand je voulais que je ça, quand j’attendais que ça ! quand j’étais encore cette fille que t’imagines en me regardant aujourd’hui ! pourquoi fabio ! pourquoi ! » tu cries, tu devrais pas mais t’arrives pas à rester calme parce que devant toi, t’as tout ce que t’as toujours rêvé mais t’as plus le droit de te laisser aller pas vrai ? t’as pris des engagements et tu t’en veux de ne penser qu’à ta si grande envie de l’embrasser !

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Déc - 15:44

tu ne te sens pas bien, la tête te tourne, t'as l'impression que le monde autour de toi ne cesses de se coller à toi, exprès, tu manques d'air. tu devais pas faire ça... tu regardes ta montre mais l'heure ne rentrer même pas dans ta tête. t'es foutu, t'en sais rien. tu sais seulement que ça n'a plus tellement de sens. tu voulais survivre. sans doute parce que t'avais cet espoir, vain, que tu pourrais finir par rattraper ce qu'il y avait entre vous. c'est trop tard maintenant. tellement tard... elle va se marier. t'as l'image de cette bague dans la tête. pourquoi t'as fait ça ? t'aurais dû rester chez toi. c'était tellement stupide... plus que jamais. tu t'en veux. t'arrives pas à gérer la situation. tu sens une main, sur ton épaule. la sienne. elle pleure, c'est toi qui a provoqué ses larmes. c'est de ta faute. tu fais que des conneries fabio... tu fais du mal à tous ceux que tu aimes. mary, ton frère, ta soeur... t'es pas bien, t'es pas bon... t'aurais dû rester en prison jusqu'à la fin de ta vie, t'aurais rendu service à tout le monde. t’as pas le droit de te barrer comme ça ! de m’embrasser et puis pouf de te barrer parce que t’as pas pris la peine de regarder mes mains ! bordel fabio j’ai jamais caché cette bague ! comment t’as pu l’oublier ! elle crie, si fort, t'es certain que tout le monde entend autour de vous, la musique n'est pas assez forte pour couvrir la peine que tu ressens dans ses mots. tu prends, sans rien dire. tu la laisses te donner les coups que tu mérites, parce que t'aurais pas dû faire ça, c'était injuste... tu ne l'aurais pas fait du t'avais remarqué avant... pourquoi t’as attendu aussi longtemps ! pourquoi t’as attendu que je sois prise pour m’embrasser ! pourquoi t’as pas fait ça il y a dix ans ! pourquoi t’as pas su m’aimer quand je voulais que ça, quand j’attendais que ça ! quand j’étais encore cette fille que t’imagines en me regardant aujourd’hui ! pourquoi fabio ! pourquoi ! elle s'emballe, elle crie, elle n'attendait que ça ? vraiment ? quel gâchis... t'as tout foutu en l'air, parce que t'étais pas capable d'assumer, il y a dix ans. tu pensais que ça passerait. ou tu pensais que c'était le plan idéal. t'en sais rien, tu réfléchissais pas comme il fallait, tu ne pensais qu'à danser, et à survivre, c'est tout... tu n'as plus fini que par survivre, du mieux que tu le pouvais. tu secoues la tête, tu te sens mal. je... je sais pas... je suis désolé. tu répètes. tu ne sais pas quoi lui dire. tu manques de mots, d'excuses, t'as rien à lui donner, si ce n'est tout ce que tu ressens. elle ne voudrait pas. parce qu'elle te parle du passé, un passé où tu l'aimais. elle te parle d'une époque où t'étais encore libre, une époque où t'aurais dû faire ce pas au lieu de rester de ton côté. t'étais pudique, t'avais peur. et maintenant ? maintenant t'es juste une merde qui prétend encore être cet enfant du passé... ça faisait des années que tu ne l'avais pas vu.. tu ne pensais pas qu'elle réveillerait autant de choses en toi. t'es stupide, tellement con...

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 9 Déc - 20:36

tu devrais pas aller à sa poursuite, tu devrais pas agir de la sorte et en même temps, tu peux pas faire autrement, tu le vois, tu le retiens, tu devrais pas… t’as ce besoin, tu veux comprendre, c’est plus fort que toi, plus fort que tout, ça prend toute la place, ça prend bien trop de place, ça t’étouffe presque ce besoin qui vient te saisir, vital, t’arrives, tu l’approches, tu t’accroches, t’as les larmes mais ce n’est pas le mieux, ce n’(est pas ce qui compte le plus, ce n’est pas ce qui importe pour toi, non, c’est lui. lui qui se barre, lui qui te laisse sans aucune explication et tu cries, ta colère et ta peine aussi, c’est surtout ça le pire, cette peine qui vient te saisir, qui devrait pas être là, qui devrait pas prendre la place et elle reste pourtant, elle prend, elle surprend, elle détruit, elle rend tout plus compliqué… tu dis, tout ce qu’il y a sur ton cœur, tout ce que tu ressentais à l’époque, à quel point t’avais envie de lui, d’être avec lui, qu’il t’entraine, qu’il t’aime mais t’es plus cette fille, celle qui se laissait entrainer, t’as plus autant de force, tu voyages plus, t’es plus celle qu’il aime, celle qu’il pense retrouver maintenant… t’attends tellement de réponses, t’attends tellement de choses, t’attends bien trop sans doute mais tu ne peux t’en empêcher, c’est fabio, c’est lui, ça compte, ça prend de la place, de l’importance… « je... je sais pas... je suis désolé.  » qu’il vient dire et tu fais aller ta tête de droite à gauche, t’es pas une violente mary mais t’as un putain de caractère tout comme ta sœur et ça va jouer, plus que ça même, ça joue déjà, ça continuera de le faire… « non fabio… j’ai pas besoin de tes excuses, je veux juste savoir pourquoi ? pourquoi aujourd’hui ? pourquoi t’as pas fait ça plus tôt ? je veux que tu me parles vraiment… » que tu lâches en douceur mais sans le lâcher des yeux et t’as surtout ce problème chaque fois que tu le regardes. « tu fais chier ! » que tu rajoutes comme ça, sans réussir à te retenir. «  j’avais enfin trouvé  un moyen de me remettre de tout ce qui m’était arrivé et maintenant je suis encore plus perdue… parce qu’en un baiser je me suis sentie bien plus vivante qu’il ne l’a jamais fait mais t’es un train lancer à vive allure et je suis devenu une putain de trouillarde… » tu sais pas pourquoi tu dis tout ça, pourquoi tu n’arrives pas à faire autrement, pour quoi tu t’expliques de la sorte, encore et encore, tu devrais pas, pas du tout mais c’est plus fort que toi, c’est plus fort que tout, tu lui en veux de tellement de choses et en même temps, t’as cette envie de recommencer et il faut, pas du tout hein…

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Déc - 21:55

t’es mal à l’aise. t’aurais pas dû faire ça. tu te sens tellement stupide d’avoir eu l’audace de venir jusque-là. c’était un coup de tête que tu n’avais pas prévu et maintenant, tu te rends bien compte que tu n’aurais pas dû… tu ne pensais pas que ça prendrait cette tournure il faut dire… dans ta tête, t’allais sans doute repartir avec elle. et puis quoi ? elle aurait découvert que tu as fait de la prison. et elle serait partie. pourquoi t’as fait ça ? à part pour te faire du mal hein ? tu ne te comprends même pas… elle n’a pas l’air de vouloir te laisser t’en sortir, ce serait normal hein ? tu viens de faire une bêtise. t’es vraiment stupide. tu continues de l’être, malgré toutes les leçons que tu as prise avec le temps. non fabio… j’ai pas besoin de tes excuses, je veux juste savoir pourquoi ? pourquoi aujourd’hui ? pourquoi t’as pas fait ça plus tôt ? je veux que tu me parles vraiment… elle est ferme, mais elle ne crie plus. t’es un peu rassuré, sans savoir quoi lui répondre pour autant… t’es muet face à elle, alors qu’elle continue à te poser des questions, à juste titre. tu fais chier ! c’est naturel, tu ne t’y attends pas, t’es pas bien, et tu sais que t’aurais pas dû te laisser aller à cette connerie. tu t’en veux tellement… t’as envie de partir, de t’éloigner, de mettre le plus de distance entre toi et l’idée folle que t’es encore terriblement amoureux d’elle et que tu n’as jamais aimé personne d’autre… j’avais enfin trouvé un moyen de me remettre de tout ce qui m’était arrivé et maintenant je suis encore plus perdue… parce qu’en un baiser je me suis sentie bien plus vivante qu’il ne l’a jamais fait, mais t’es un train lancé à vive allure et je suis devenue une putain de trouillarde… vivante ? un train lancé à vive allure ? tu secoues la tête. tu ne comprends pas ce qu'elle veut dire, tu n'arrives pas tellement à trouver l'écho, dans ton coeur. je... je... c'est dur. tu ne sais pas très bien comment dire les choses. c'est pas comme ça que ça marche hein ? tu peux pas prendre toutes les responsabilités qu'elle pose sur tes épaules en quelques mots. tu... c'est toi... tu m'as écrit. tu lui rappelles quand même, c'est elle qui a ravivé tous ces souvenirs, elle qui animé la faiblesse en toi. tu secoues la tête. j'ai cru que... que tu le voulais, que c'est pour ça que tu m'as parlé de ce qu'on s'est dit il y a dix ans... t'as mal pensé, t'as laissé le souvenir t'envahir. t'as été débile et tu le regrettes maintenant. t'aurais pas dû faire ça. c'était évident que tu finirais par te prendre un putain de mur, une fois de plus.

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 12 Déc - 21:39

t’es à bout, à bout de tout, à bout de toi, à bout d’envie, à bout de vie… t’es plus la demoiselle qu’il imagine, tu en es même loin, t’es pas du tout la courageuse d’autrefois. cette fille, elle se serait jamais mise avec un mec parce que c’est sûr, parce que ça va lui offrir un bel avenir confortable... un avenir où elle ne devrait jamais s’inquiéter de rien. où elle ne souffrira plus, où elle ne prendra plus aucun risque, elle détesterait cela, la demoiselle que tu étais il y a quelques années mais maintenant, elle n’est plus toi, elle est une autre, un souvenir douloureux et présent, un rappel perpétuel de ce que tu as perdu en chemin… et puis fabio… fabio qui vient comme ça, par magie, qui ne te laisse pas le temps de comprendre, qui vient saisir, tout réveiller au fond de toi, qui vient faire vibrer celle que tu étais auparavant… c’est facile, tellement facile que ça te fait peur, tellement peur. sa réaction, si rapide, si peu réfléchie, il ne voit rien, il n’imagine rien, il ne pense à rien et surtout pas à tout ce qu’il est en train de faire, à tout le bordel qu’il est en train de créer en toi… t’aimes pas ça, pas tout ça, pas tout ce que ça va être, pas tout ce que ça va faire. tu veux crier, tu veux tout détruire parce que t’aimerais redevenir cette fille, celle qu’il a envie d’embrasser, celle qui répondrait en retour, sans attendre… tu parles trop et il ne doit pas suivre, il ne doit pas comprendre le combat intérieur que tu es en train de mener, que t’es en train de perdre en partie…  «  je... je... »   les mots ne sortent pas, ne sortent toujours pas et c’est en train de te rendre dingue, de te rendre tellement dingue et tu sais plus quoi faire, tu ne sais plus comment le faire, tu te perds de plus en plus tellement que ça va foirer, que ça finir par merder complet… « tu... c'est toi... tu m'as écrit.»  t’ouvres grand les yeux.  « pardon ? »  que tu réponds d’un seul coup, t’arrives pas à comprendre comment il peut faire ça. ne rien dire, ne rien prononcer mais quand même te mettre tout sur le dos, comme ça, comme si c’était toi l’unique et seule fautive dans toute cette histoire.  «j'ai cru que... que tu le voulais, que c'est pour ça que tu m'as parlé de ce qu'on s'est dit il y a dix ans... »  t’y repenses, t’imaginais pas qu’il ferait ça, pas du tout même… « parce que je trouvais ça mignon comment on était à cet âge, avec le monde à nos pieds, ce que je suis plus du tout maintenant… »  tu laisses entendre et ça fait mal, tellement mal.  « t’as seulement fait ça parce que tu t’es dis j’ai 27 ans, maintenant je suis obligé de respecter cette promesse ? »  tu demandes, tu sais pas, il dit rien fabio, il t’a embrassé mais t’as aucune idée de ce que peut représenter ce baiser pour lui, vraiment aucune…

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Déc - 0:47

t'as fait une erreur, tu ne sais pas comment t'en sortir. c'est trop tard maintenant. t'as tout foiré et t'as bien l'impression que c'est fini maintenant... que ça ne va pas marcher comme il le faudrait... que ça ne marchera jamais comme vous l'avez prévu, il y a dix ans. comment ça pourrait le faire hein ? parce que t'es plus le même... t'as tout perdu, l'innocence de tes dix-sept ans, elle est restée dans les barreaux de ta prison... avec ta passion, avec tes envies de grandeur. c'est terminé, t'es plus personne. un gosse brisé qui ne sait vraiment pas comment gérer cette fille en furie. elle a raison, tu n'aurais jamais dû te donner ce droit. c'était stupide, vous êtes adultes maintenant hein ? et t'imagines que ça fait de vous des personnes un peu plus réfléchies qu'il y a dix ans... tu sais que ce n'est pas pareil... que vous avez des vies maintenant et que vous ne vous ferez plus le même genre de promesse, n'est-ce pas ? de toute façon, elle est fiancée maintenant.. ça ne compte pas hein ? elle semble en colère mary. tu ne l'as jamais vraiment vu comme ça. tu le mérites probablement... tu ne voulais pas lui faire du mal, tu pensais bien faire, mais tu dis tout le temps des conneries et tu ne fais jamais bien, visiblement... parce que je trouvais ça mignon comment on était à cet âge, avec le monde à nos pieds, ce que je suis plus du tout maintenant… elle trouvait ça mignon ? juste mignon ? ça représentait tout pour toi, à une époque... t'imagines que ça a pris beaucoup trop de place dans ton coeur, dès l'instant où tu l'as retrouvé. c'est trop tard maintenant, elle n'est pas à toi, elle t'en veux même, tu le vois dans ses yeux. t’as seulement fait ça parce que tu t’es dis j’ai 27 ans, maintenant je suis obligé de respecter cette promesse ? tu fronces les sourcils. tu secoues la tête, c'est quoi ces conneries encore ? tu ne comprends pas. tu ne sais pas si tu devrais t'énerver mais tu t'énerves quand même. tu devrais rentrer chez toi fabio... tu n'as plus beaucoup de temps maintenant. seulement ? tu t'approches un peu, tu fronces les sourcils. c'est pas comme ça que tu vois les choses toi et t'oses laisser échapper un peu de ta tristesse et de ta déception. t'as raison, c'est seulement parce que je me sens obligé de respecter cette promesse. tu lèves les yeux au ciel, ça te parait tellement improbable, même en le disant. tu sais pourquoi je l'ai fait mary ? parce que j'ai attendu ça pendant des années... mais toi, tu peux pas le comprendre hein ? t'as réussi à faire ta vie, à trouver... un gars, pendant que moi, j'ai toujours... pensé que ça se passerait comme ça ouais... qu'on finirait par nous retrouver, d'une manière ou d'une autre, quand on aurait vingt-sept ans. t'étais sans doute trop rêveur. elle va te prendre pour un fou, t'en as rien à faire. t'as parlé trop fort, t'as repris de l'assurance et tu passes tes mains dans tes cheveux, parce que tu t'es laissé submerger pour rien... tu te rends ridicule... devant tout le monde. tu secoues la tête. c'est trop tard. j'ai compris. alors arrête de me crier dessus. tu lances, t'es sérieux. t'aimes pas cette situation.

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 16 Déc - 12:21

t’es pas bien, pas bien du tout et tu sais que tout vient de lui, t’as cette colère qui ne part pas, qui grandit encore et encore et t’as cette sensation que vous ne vous comprenez plus… il ne parle pas, il ne dit rien et finalement tu te demandes ce que ça veut dire tout ça ? t’as la sensation que c’était juste comme ça, parce que vous aviez fait cette promesse, parce qu’il était nécessaire de la tenir mais pas parce qu’il en a envie parce qu’à aucun moment, il ne te dit qu’il en avait envie, il préfère le silence, ce silence qui devient si pesant, qui te fait imaginer les pires choses malheureusement… celles qui ne sont pas bonnes, celles qui te font le plus de peines, t’aimerais qu’il te contredise, qu’il te donne rien qu’une petite idée de ce qu’il ressent, tout simplement… tu vois le froncement de sourcils et t’espères qu’il va enfin dire quelque chose, qu’il va enfin faire autre chose que hausser les épaules et te donner un je sais pas, parce que tu le supporteras plus, plus du tout même… « seulement ?» qu’il vient dire et tu le vois s’approcher, tu lis quelque chose dans son regard, quelque chose qui te fait mal, qui te donne l’impression que t’es trompée, en partie en tout cas… tu ne réponds rien, tu le laisses continuer, t’as besoin de savoir… « t'as raison, c'est seulement parce que je me sens obligé de respecter cette promesse.» qu’il lâche, avec cette colère dans la voix, ça te fait un peu peur, ça te fait attendre aussi, t’as envie de savoir tout simplement de comprendre pourquoi il a agit de la sorte tout simplement, c’est un besoin pour toi, un vrai besoin… «tu sais pourquoi je l'ai fait mary ? parce que j'ai attendu ça pendant des années... mais toi, tu peux pas le comprendre hein ? t'as réussi à faire ta vie, à trouver... un gars, pendant que moi, j'ai toujours... pensé que ça se passerait comme ça ouais... qu'on finirait par nous retrouver, d'une manière ou d'une autre, quand on aurait vingt-sept ans. »t’ouvres la bouche, les yeux aussi, t’arrives pas à comprendre… est-ce le même garçon qu’il y a quelques secondes ? t’as l’impression qu’il est autre, qu’il est totalement autre, que c’est devenir une autre personne, une personne tellement différente… il attendait que ça ? il te voulait toi ? t’es perdue, t’es tellement perdue et t’as cette larme qui commence à couler le long de ta joue, que tu n’arrives pas à garder pour toi, à garder en toi, t’es perdue, t’es tellement perdue… « pourquoi attendre des années ? pourquoi pas le faire quand j’étais là… j’avais pas envie que t’attends dix ans avant de m’embrasser, j’avais envie que tu le fasses sur le moment-même, à l’instant même où on s’est fait cette promesse… » que tu glisses, tu cries pas, tu laisses entre ta vérité, celle que tu gardais emprisonnée… « je t’aimais fabio, j’attendais que ça, que tu me remarques… » que tu rajoutes, ton regard dans le sien, ça fait mal, si mal… « mais nos vies se sont éloignées et on aurait pu passer le reste de nos existences sans se recroiser… je pouvais pas attendre éternellement que t’apparaisses devant ma porte…» t’as du passé à autre chose, pour ton propre bien pour continuer à vivre et pourtant, quand t’es là, devant lui, t’as pas envie de cette autre vie, t’as envie de la sienne de ce qu’il peut t’offrir… « c'est trop tard. j'ai compris. alors arrête de me crier dessus. » qu’il finit par dire, par rajouter et tu sais que t’es en train de faire la pire connerie qui soit, que tu devrais pas, mais t’arrives pas à t’en empêcher… t’approches, tu cries pas, tu parles plus, t’as pas envie de parler, t’as envie de rien dire mais tes mains viennent contre son visage, ta bouche s’approche de lui, de sa personne, sans attendre… il n’y a rien d’autre que cette envie qui te saisit de toute part, tes larmes qui viennent s’écouler et en même temps ce besoin, tu l’embrasses, en douceur, tu te sens vivante, si vivante, bien trop vivante, ça fait mal, ça réveille tellement de choses mais tu veux pas t’arrêter…

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 13:31

tu n'arrives pas à contrôler, peut-être que t'as mal fait, peut-être que t'aurais dû lui demander avant de l'embrasser. elle aurait dit non, tu te serais senti con. mais tu voulais le faire toi, tu le voulais plus que tout. ta colère est là, ton coeur bat vite. t'es essoufflé d'avoir dit tout ça, parce que t'es a marre de te mettre de côté seulement parce qu'il faut faire les choses bien pour tout le monde. pourquoi tu peux pas avoir la même vie que les autres hein ? pourquoi c'est pas ta bague qu'elle porte à son doigt ? vous étiez si bien tous les deux putain ! l'amitié était parfaite, tu pensais que ce serait toujours comme ça. puis... il y a eu la vie... t'as tout abandonné, comme un con. tu mérites d'être seul finalement, tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même ! pourquoi attendre des années ? pourquoi pas le faire quand j’étais là… j’avais pas envie que t’attende dix ans avant de m’embrasser, j’avais envie que tu le fasses sur le moment-même, à l’instant même où on s’est fait cette promesse… tu serres les dents. c'est de ta faute. tout. tu sais, t'aurais dû faire mieux, t'aurais dû l'embrasser ce jour là, quand vous vous êtes fait cette promesse débile... je t’aimais fabio, j’attendais que ça, que tu me remarques… mais nos vies se sont éloignées et on aurait pu passer le reste de nos existences sans se recroiser… je pouvais pas attendre éternellement que t’apparaisses devant ma porte… t'as envie de te mettre à pleurer. t'as compris maintenant, et tu le dis. t'es blessé. tu ne peux pas faire autrement. c'est trop tard, c'est bon. pourquoi continuer à poser des questions et à vous faire du mal comme ça. tout est terminé. t'aurais pas dû lui faire ça. l'embrasser comme si t'en avais encore le droit. tu vas reculer juste, tu vas partir et tu ne reviendras jamais plus dans sa vie. jamais... parce que tu ne pourras jamais te retenir d'être qui tu es et de ressentir ce que tu ressens. même si ça lui fait du mal. tu ne sais pas ce qu'il se passe pourtant. tu penses une seconde qu'elle va te frapper, pour oser dire que c'est trop tard mais non... ses mains tombent délicatement sur ton visage, ses lèvres aussi, sur ta bouche. qu'est-ce qu'elle fait ? tu fermes les yeux. c'est douloureux putain... tu t'en veux tellement mais tu peux pas t'empêcher de la repousser un peu. tu secoues la tête, tes mains sur ses hanches pour la maintenir à une distance raisonnable. tu... arrête, j'peux pas... si tu continues, je pourrais pas m'arrêter. tu lui dis, t'es sincère, cette fois c'est clair au moins. si elle t'embrasse, tu vas courir jusque chez toi, avec elle, et tu lui montreras combien t'aurais dû faire ça avant. combien tu regrettes.

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 19:15

tu lui en veux. tu lui en veux tellement d’avoir pris autant de temps, de pas avoir pris conscience que tu l’aimais. que t’étais une adolescente remplie d’amour pour lui, que t’avais que 17 ans mais tu serais parti avec lui, t’aurais fait le tour de la terre avec lui mais il t’a pas demandé de partir… alors t’as continue de vivre mary, t’allais pas t’empêcher de vivre pour un garçon même s’il s’agit de fabio mais tu remarques que depuis ton accident, depuis que tout a changé, les choses sont différentes, les choses ne seront plus jamais les mêmes… t’es plus courageuse, tu prends plus les décisions qui demandant que tu mettent tes tripes, tu viens une vie pépère, une vie totalement rangée, une vie sans aucun ennui, sans rien pour venir te déranger, te compliquer les choses, c’est une vie comme ça que t’offre ton futur époux mais il là devant toi fabio. il est là avec ces mots, avec tout ce qu’il te dit, avec tout cet amour non-dits entre vous qui prend de la place, bien trop de place, t’arrive pas à le laisser partir, t’arrives pas à faire ce que tu fais toujours. non… parce que c’est fabio, parce à ses côtés t’es incapable de pas être courageuse parce que tu revis, t’as cette larme qui coule sur ta joue tellement la sensation te fait perdre la tête, tellement t’es bien, heureuse, autre, t’es plus cette fille qui ne vit rien il te réveille, il te fait revivre fabio, comme ça, sans attendre, sans même y réfléchir, ça fonctionne, tout simplement… il te repousse, tu comprends pas, tu comprends plus rien, t’es perdue, t’es tellement perdue parce que tu perds toute ta tête avec lui, tu ne gardes plus rien du tout, seulement ce corps qui bas trop fort dans ta poitrine. tu comprends pas, sa bouche lointaine mais ses mains sur toi, à te faire frissonner à te faire imaginer tellement de choses… «tu... arrête, j'peux pas... si tu continues, je pourrais pas m'arrêter. » qu’il vient te dire et tu poses doucement ta main sur sa joue, tu le regardes, tu devrais être raisonnable, le laisser, l’abandonner pour vivre cette vie, cette belle vie, celle qui t’attends quand tu retourneras là-bas… « j’ai pas envie que tu t’arrêtes… » tu prononces, tu réfléchis pas, t’as plus envie de réfléchir, de penser à quoi que ce soit, t’as envie d’être heureuse, t’as envie d’être aventureuse. non ! tu l’es, tu l’es parce que ton cœur bat dans ta poitrine à s’en décrocher, parce que ton regard ne se pose que sur lui, parce que t’as le cœur au bord des lèvres, parce que ça fait trop longtemps que t’attends ça… parce que le monde peut bien s’arrêter de tourner, ce soir, tu ne veux qu’être sienne…

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 22 Déc - 23:22

t'es sérieux. tu ne pourras pas le contrôler. tu ne rêves que d'une chose et tu sais que ça pourrait être terrible pour elle... elle t'a déjà crié dessus parce que tu l'avais seulement embrassé. et le reste ? parce que le reste, t'y penses comme jamais. même si t'as peur. même si t'es terrifié à l'idée qu'elle puisse comprendre ce que tu as fait cette dernière année quand t'as été un fantôme pour tout le monde. elle ne pouvait pas savoir mary, elle n'était même pas là pour le voir avant... comment pourrait-elle savoir que tu as passé presque un an en prison ? elle ne peut pas le savoir, et tu n'as pas l'intention de le lui dire. pas comme ça, alors que t'as l'impression d'être sur le point de vivre un truc extraordinaire... parce que tu sens sa main sur ta joue. elle est douce. ses gestes ne retranscrivent en rien les mots qu'elle a pu te dire, juste avant. elle semble avoir lâché les armes. elle se fiche de tout, exactement comme toi... est-ce que c'est une bonne idée ? non... est-ce que ça va t'arrêter pour autant ? pas tellement non plus... j’ai pas envie que tu t’arrêtes… elle te dit, ses yeux dans les tiens. putain... t'es certain que t'as jamais entendu pareil libération résonner autant dans ton coeur. tu lèves les yeux une seconde, tu respires un long coup avant de retrouver son visage que tu touches, du bout des doigts. la seconde d'après, tu l'embrasses avec passion. ce n'est plus pareil, t'as le droit là, tu peux, elle te laisse le faire avec amour. comment t'as pu passer à côté de ça hein ? tu l'embrasses jusqu'à ne plus avoir de souffle. jusqu'à ce que tu baisses les yeux sur le cadrant de ta montre et que tu te rendes compte qu'il ne te reste plus que dix minutes pour être chez toi avant d'alerter les flics. tu paniques. tu relèves tes yeux dans les siens, essoufflé d'avoir partager ton souffle avec elle. il faut qu'on court. t'annonces en glissant ta main dans la sienne. fais-moi confiance. tu ne lui laisses pas tellement le choix. tu l'attires, tu cours en serrant sa main dans la tienne. dix minutes, c'est pas long. t'irais plus vite tout seul mais t'as pas envie de la lâcher. quand tu vois ton immeuble, plus très loin, tu soupires de soulagement. il reste deux minutes. tu la lâches, juste le temps d'ouvrir et enfin, enfin, tu sais que t'es en sécurité lorsque tu passes la porte du hall. tu te penches, t'en peux plus. t'as pas eu le temps de reprendre ton souffle entre vos baisers passionnés et ta course folle. t'aurais peut-être pas dû la ramener ici... elle connait, un peu, tu vis ici depuis longtemps, vraiment... toujours le même endroit, avec ton frère. seulement... ça faisait un an que tu n'avais pas vécu ici pour de vrai. tu la regardes. t'attends les questions, parce qu'elles vont arriver hein ?

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Déc - 18:11

tu penses plus à ce type qui t’attends chez vous, t’arrives plus à penser à lui, à rien, tout ce que tu as en tête c’est lui, lui que t’as aimé si fort autrefois, qui vient te réveiller sans que tu ne demandes rien, sans que tu n’en aies forcément conscience… c’est comme ça, c’est tellement fort, tellement puissant, ça te prend, ça t’entraine, ça ne te laisse plus rien que cette envie de lui, t’arrives pas à faire autrement…t’as pas envie qu’il s’arrête, t’as pas envie que les choses prennent la direction de la raison, clairement pas, c’est la dernière chose que tu veux, t’es partie sur une voie et t’as plus envie de t’arrêter, t’as toujours cette bague à ton doigt mais elle veut plus rien dire, plus rien comparer à lui, comparer à fabio, comparer à cette homme… tu reviens, tu souris, tu sens ses doigts contre ton visage, tu fermes les yeux, tu profites du moment, de l’instant où ses lèvres trouvent les tiennes, où tu n’as envie de rien d’autre que de continuer, encore et encore sans t’arrêter sauf que tu la vois la panique dans son regard, tu la comprends pas, tu ne sais pas quoi en penser, t’es perdue, t’es tellement perdue… « il faut qu'on court. fais-moi confiance.» .mais tu hoches doucement la tête, parce que tu lui fais confiance, sa main dans la tienne et la vitesse. t’as mal, si mal, c’est dur pour toi mais tu dis rien, tu montres rien, tu souffles fort, tu finis par arriver dans son immeuble, tu crois que c’est le cas, c’est pas loin de votre première rencontre… tu souffles, tu tentes de reprendre ton souffle mais t’as mal, si mal, tes jambes te font souffrir, t’as plus l’habitude des efforts violents, sans préparation, tu peux plus, plus comme avant et t’aimes pas ça, cette faiblesse devant lui, t’es contrainte de regagner le sol, tes jambes veulent plus te porter, tes jambes te lâchent, ça reviendra, elles te font juste comprendre que l’effort était trop brutal, pas assez préparé… que t’as plus le droit à tout ça maintenant… t’as des choses à lui demander, des informations dont tu te doutes un peu, toutes ses choses dont vous devez parler mais pas ici, pas comme ça… « ce que je vais te demander est ridicule mais fais-moi confiance, j’ai besoin que tu me portes fabio, je peux plus bouger mais ça va passer… .» que tu glisses, tu pourrais plus te lever, tu pourrais plus faire un pas, t’aimes pas ça, tu passes pour une princesse ou une putain d’assistée, tu hais tout ça, tu baisses le regard, t’aimerais rien lui dire mais le moment des vérités est arrivé non ?

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 31 Déc - 11:29

t'es essoufflé, vraiment. tu regardes ta montre, c'était moins une. putain. t'as jamais été aussi borderline. tu sais que c'est grave, tu sais que tu dois faire attention. mais tu ne le fais pas, parce que tu n'as pas l'habitude de vivre comme ça, et que t'aimes pas ce couvre feu débile. sauf que tu n'as pas envie de retourner en prison non plus... tu sais qu'elle va poser des questions aussi... tu l'observes qui s'écroule. t'es allé trop vite hein ? t'aurais pas dû la prendre avec toi. t'aurais dû la laisser là-bas. mais elle n'aurait rien compris... tu ne peux plus lui faire croire que tu t'en fiches. t'as vingt-sept ans aujourd'hui, et t'assumes. t'assumes de l'aimer, encore... même si ça ne lui plait pas, même si c'est beaucoup trop tard... tu passes une mains dans tes cheveux. t'habites au troisième étage, il n'y a pas d'ascenseur. tu lui laisses le temps de reprendre son souffle, pour monter. ce que je vais te demander est ridicule mais fais-moi confiance, j’ai besoin que tu me portes fabio, je peux plus bouger mais ça va passer… tu fronces un peu les sourcils. elle ne peut plus bouger ? c'est de ta faute non ? t'avais pas besoin de la faire courir comme ça... tu regrettes. et tu te poses des questions en même temps. vous êtes des sportifs, tous les deux. tu passes ton temps à courir, parce que t'es pressé, ou parce que t'as besoin de te vider la tête mais elle ? elle passe son temps à danser non ? d'accord... tu souffles. tu ne demandes rien. t'as pas l'impression d'être légitime dans tes questions. et tu te dis que si t'en poses et qu'elle y répond, il faudra que tu fasses de même avec elle. tu t'approches d'elle, tu te penches et tu glisses un bras sous ses genoux, et un bras dans son dos. ça ne te fait pas peur. t'as porté des charges énormes pendant ton séjour en prison, tu n'avais que ça à faire... tu montes les marches. sans rien dire. t'as peur de ce qu'elle pourrait penser... tu glisses la clef dans la porte lorsque t'arrives devant chez toi, et tu la claques avec ton pied avant de la poser délicatement dans le canapé. je... je suis vraiment désolé, j'avais pas idée que... enfin... tu ne sais pas quoi dire. tu fuis son regard, et tu te décides de ne pas finir ta phrase pour enlever ta veste et aller lui chercher un verre d'eau. elle est là, chez toi.. ton coeur palpite, t'es inquiet en même temps. t'aimerais poser tes lèvres sur les siennes, à nouveau, et en même temps. t'es pas sûr que ce soit ce qu'elle attend de toi. c'est dur de déchiffrer, dur de comprendre. vous n'êtes plus les mêmes hein ? toi, tu ne l'es plus en tout cas... tu ne l'as plus été dès l'instant où tu as complètement arrêté de danser.

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
just keep swimming
Mary Palmer
✩ messages : 72 ✩ avatar : rosie tupper
✩ crédits : skate vibe, little liars.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 10 Jan - 14:11

tu le vois, le regard sur la montre et tout ce que tu sais, tout ce que tu penses savoir, parce que sa sœur a parlé. parce que fauve a dit ses choses et que maintenant tu ne peux plus les ignorer, parce que tu connais une certaine vérité même si elle n’a pas encore été prononcée mais tes propos s’éloignent, ils se font la malle face à la douleur que tu ressens en cet instant, elle te saisit de toute part comme des millions d’épines enfoncés dans ta chair… t’aimerais t’en défaire, t’aimerais ne plus y penser, t’aimerais ne plus penser à rien mais surtout, t’aimerais qu’elle cesse, tu sais que ça va arriver, que ce n’est qu’un mauvais moment à passer tandis que tu le regardes, quand il ne comprend pas ce que tu fais toujours au sol, tu soupires, t’aimes pas parler de ça, t’aimes pas mettre en avant cette différence mais t’es bien incapable de faire autrement en ce moment précis… ton coeur qui ne te suis pas, qui refuse de te suivre, qui refuse d’aller dans la même direction que toi et rien que ne puisse faire pour changer ça… vraiment rien, tu le regardes, t’observes sa réaction, tu te doutes qu’il ne s’attendait pas ça, à tout sauf ça même, c’est une certitude mais c’est tout ce qu’il aura… «d'accord... » qu’il finit par prononcer, par t’offrir ça te soulage, rien qu’un peu, ça te fait penser à autre chose, rien qu’un peu… tu le laisses venir en douceur près de toi, tu souris doucement tout en laissant tes bras se perdre autour de son cou, t’es bien, bien mieux que tu ne devrais l’être vu la complexité de la situation, vu l’embrassas qu’elle provoque chez toi aussi… tu te sens mieux une fois sur ce canapé et gênée à la fois, cette gêne qui va venir vers lui aussi… « je... je suis vraiment désolé, j'avais pas idée que... enfin... » qu’il glisse, qu’il tente de dire tout en enlevant sa veste, tu ne réponds rien, pas de suite. tu le vois revenir avec un vers d’eau, tu souris doucement… « viens ici… » que tu demandes, que tu supplies, t’as pas envie de parler de tout ça avec lui au bout de la pièce, t’attends doucement qu’il s’asseye à côté  de toi, ta tête qui vient retrouver la sienne, ses lèvres, rien qu’un peu avant de venir se poser tout contre lui…. « ne t'en fais pas, ça va passer. » que tu glisses comme ça, comme si ça n’était rien… « j’ai eu un accident, c’était il y a quelques années, je suis tombée dans le comas, à mon réveil ne savait plus marcher… maintenant ça va sauf quand je fais des efforts violents et que je ne me suis pas étirée… » que tu glisses, t’as l’impression d’être cette machine cassée, d’être plus vraiment entière, de plus tellement être celle qu’il attendait, celle qu’il imaginait aussi, d’en être très loin… alors tu laisses passer le silence, tu laisses passer tellement de choses avant de parler à nouveau… « je sais fabio »… la vérité que tu ne peux cacher…

_________________

still leave the backdoor open, still let the dog escape. maybe i'm deep down hoping you'll come back to yell at me like you used to do.
Revenir en haut Aller en bas
dream is a wish your heart makes
Fabio Herrerias
✩ messages : 272 ✩ avatar : kevin.
✩ crédits : self.
★ âge : 27
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 9 Fév - 14:53

tu ne sais pas tellement comment te comporter. on dirait que tu ne sais jamais avec elle. parce que tu l’as embrassé, parce que t’en avais envie et maintenant, tu te rends bien compte que c’était stupide, et que tu n’aurais pas dû… t’as peur de la suite, parce que t’avais pas prévu qu’elle se retrouve là. même si t’en avais franchement envie, même si c’est toi qui lui a proposé. elle t’a fait redescendre sur terre, rapidement, tu ne t’y attendais pas, c’est clair. viens ici… elle te demande. tu ne sais pas si c’est une bonne idée. mais tu soupires, et tu t’approches pour t’installer près d’elle. tu te doutes que c’est une mauvaise idée mais t’apprécies qu’elle ne te repousses pas comme une merde après ce que vous venez de vivre. c’est de ta faute non ? elle devrait t’en vouloir, elle t’en a voulu, terriblement. ne t’en fais pas, ça va passer. elle te dit. pourtant, tu t’en fais beaucoup et tu ne sais pas comment tu vas pouvoir gérer maintenant que tu dois y faire face, pour de vrai. j’ai eu un accident, c’était il y a quelques années, je suis tombée dans le coma, à mon réveil, je ne savais plus marcher… maintenant ça va, sauf quand je fais des efforts violents et que je ne suis pas étirée… tu ne savais pas. tu t’en veux de l’avoir fait courir. c’était pour toi. parce que t’aurais fini en prison, encore une fois. tu n’as pas envie d’y retourner, c’est ta hantise aujourd’hui. tu ne sais pas quoi dire. tu baisses la tête, tu regardes ses jambes. elle ne danse plus alors ? tu t’interroges mais tu n’oses pas beaucoup poser de question, parce que tu as peur de ce qu’elle pourrait de demander, aussi… tu n’as pas envie qu’elle sache, qu’elle change cette image qu’elle a, de toi. je sais fabio… tu tournes la tête, vers elle. tu fronces un peu des sourcils, parce que ça peut vouloir dire beaucoup de choses et tu n’es pas certain d’être prêt pour faire face à ça. tu la regardes, quelques secondes, sans rien dire… tu secoues un peu la tête. je… qu’est-ce que tu sais ? tu lui demandes, tu redoutes. qui aurait pu lui dire hein ? tu n’as rien dit toi, t’en es certain. peut-être qu’elle a fait des recherches ? parce que t’imagines qu’on a pu écrire ton histoire, quelque part, au moins celle de ton arrestation, dans les faits divers. parce qu’on se plaît toujours à arrêter des criminels qui ne valent rien, comme toi…

_________________
quelque chose d’étrange se passe autour de toi,
je cours dans tous les sens pour tomber dans tes bras.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

à l'étroit.



Page 1 sur 1 ~

 Sujets similaires

-
» Défi 9 : passage étroit
» Détroit - Floride
» l'étroit mousquetaire
» Morphologie poitrail
» Guidon dessus ou dessous, large ou étroit ou U

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: Je viens du Sud. :: Ste-Marguerite.-