AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

always on my way (louvaï)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


Invité
Invité
Jeu 8 Fév - 15:53

c’est une nouvelle longue journée qui touche à sa fin sur trois-rivières. isaï a traversé toute la ville à la recherche d’un boulot, ne pouvant trop se montrer et ne pouvant plus se cacher non plus. il lui faut une activité, il lui faut quelque chose pour qu’il arrête de tourner en rond dans sa petite chambre au grenier. il veut se trouver un appartement, il veut commencer une vie plus saine et plus sereine. mais pour cela, il lui faut un emploi. il lui faut une chance, une main tendue ou une opportunité qui accepterait l’aide d’un bras cassé. isaï sait faire beaucoup de choses, mais il n’a aucune qualification. aucun certificat. il ne peut pas parler de ce qu’il a fait au gouvernement, et il ne peut pas non plus expliquer qu’il a passé la plupart de ses nuits à gérer de la drogue – du mexique vers les jeunes riches du quartier d’au-dessus. il recommence à zéro avec dix ans de retard, et il regrette chaque jour de ne pas avoir fait un peu plus d’efforts pour avoir un boulot et pour que sa vie ne s’arrête pas lorsque les trente ans arrivent. essoufflé et même éreinté, il rentre prendre une douche et ressort dans le froid pour prendre un verre. il marche dans la rue, jetant la neige avec ses pieds. il souffle et pense certainement trop fort, sans faire attention à ce qu’il se passe autour de lui. il s’en veut isaï. il n’arrive pas à pousser ces pensées de son esprit, et se demande ce qu’il va devenir s’il ne trouve rien. monter une boite ? un bar ? un café ? est-ce qu’il pourrait le faire ? et d’où viendra l’apport ? isaï n’a pas de solutions et il en devient fou. fou et alcoolique. le serveur le reconnait, après seulement un mois à traîner dans la ville. isaï sait que ce n’est pas bon signe, mais il se contente de hocher la tête lorsqu’il lui sert un verre. après tout, il est venu pour ça et il n’a même pas besoin d’ouvrir la bouche pour demander. il fait un rapide tour de la salle, cherchant une proie qui pourra l’aider à vider son sac. mais c’est à presque en avaler de travers qu’il reconnait les cheveux blonds d’une femme qu’il ne pensait pas voir ici. sans même qu’il ait besoin de l’interpeller, elle s’approche. isaï prend une grande inspiration et sent la rage monter doucement au creux de sa gorge. pourquoi ne peut-il pas être seul ici ? pourquoi est-ce qu’on le suit constamment ? putain, toi aussi ? qu’il dit, sans même prendre la peine d’être aimable. il se passe quoi, louve ? t’es venue me chercher aussi ? il se trahit lui-même, il ne s’en rend même pas compte. c’est pourtant dans une cuillère en argent qu’il nourrit l’animosité qu’ils ont entre eux deux.
Revenir en haut Aller en bas
team toy
avatar
team toy
✩ messages : 59 ✩ avatar : cara delevingne
✩ crédits : phoenicia
★ âge : 29
Dim 11 Fév - 17:05

Isaï ⊹ Louvea, beauté hybride aux saveurs indissociables d’un territoire in-conquis, affaissait le miroir de poche qu’elle tenait encore dans sa main et le rangeait distraitement dans la poche intérieure de son sac Yves Saint Laurent. Le regard incandescent, elle observait les divers bars qui séjournaient dans une petite rue de cette ville désuète de tout intérêt et haussait des cils papillonnant à l’immensité hypnotiques. Elle se décidait finalement pour un endroit correcte, loin de ressembler aux taudis que la majorité des badauds appelaient communément un lieu « cozy » et finissait par absorber la chaleur de l’antre d’une grimace affligée. La majorité des habitants était lové dans des plaids quand d’autres, sirotaient, boots aux pieds, des verres de rires geignards. Les regards étreignirent sa silhouette de rêve à sa simple entrée et elle resta pendant une fraction de secondes, comme transportée par le temps, leur offrant le luxe de se délecter de ses courbes ravageuses et de son minois qui expulsait des phéromones par quinzaine. Après un temps qui lui sembla astucieusement maîtrisée, elle avançait sur ses hauts talons pour prendre position d’une table et s’installait en invectivant le serveur d’un regard charbonneux, de prendre sa commande. A peine était-il arrivé à sa table qu’il se plia en courbettes et exigences de toutes sortes. On n’en voyait pas souvent des Wagner dans le coin, des ports altiers, des corps aphrodisiaques, des regards malsains, trop sauvages pour laisser indifférents la plèbe reclus dans une glaciale atmosphère. Mais les temps avaient changé à trois rivières. Les portes de lieux de luxure s’étaient ouvertes. Club 83 et Grant venaient satisfaire de nouvelles lubies et des belles gueules énigmatiques comme celles de Louvea, venaient satisfaire les ragots et enjoliver les cœurs. Pourtant ce soir, Louvea n’était pas présente pour boire un verre de vin en compagnie des œillades lascives et désireuses des convives alentours. Elle attendait précisément une personne et lorsque la porte derrière elle s’ouvrit, elle n’eut besoin que d’un regard pour apercevoir Isaï, sur le palier, sa mine rehaussé d’un semblant d’indifférence. Il s’avança vers le bar avec un flegme intemporel et commanda un verre sans aucun entrain. Il semblait tenter de se fondre dans la masse et pourtant, trois rivières était le pire lieu pour reprendre sa vie en main. Cette ville foisonnait d’habitants qui se connaissaient depuis toujours. Le moindre étranger déclenchait un élan d’histoires aventureuses et procréait de nouveaux espions du dimanche pour cavaler après des informations juteuses à jeter à qui voulaient les entendre, dans les repas de famille soporifiques. Elle attendit pendant quelques secondes qu’il la reconnaisse mais il n’en fallait pas tant pour associer le regard de Louve à la mort. Après un face à face électrique, elle se levait, verre de vin rouge en main, et s’avançait d’un pas feutré et débordant de luxure, vers le comptoir pour lui faire face. Il semblait contrarié. Plus que ça, il jetait des œillades de tous côtés comme un homme en cavale qui serait tombé sur un chasseur, flingue en main. Ce n’était pas tout à fait faux. La dîtes arme était juste cachée dans les plis de son talleur-pantalon immaculé. Rassures toi, je me fous éperdument que tu aies fuit New York pour te retrouver dans ce trou paumé. À moins que tu aies un rapport avec certains meurtres dans la région et dans ce cas, tu risques de vivre tes dernières heures… Malgré la dureté de ses paroles, elle lui adressa un sourire mielleux, impossible à comprendre. Elle plongea ses lèvres rouges dans le liquide parfumé et arqua un sourcil. Relèves le menton bon sang, on dirait un chiot apeuré ! Louvea roula des yeux tout en l’observant sous toutes ses coutures, se foutant éperdument de l’image dégradante qu’elle insufflait à son corps.

©️ Grey WIND.

_________________

    “Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Mer 14 Fév - 15:06

isaï ne peut pas croire que c’est une coïncidence. il se présente sans réfléchir, bien qu’il aurait dû. elle est peut-être missionnée pour le retrouver, elle doit peut-être le ramener aux portes du gouvernement pour que jamais plus il ne décide de quitter les forces directrices. il avait pourtant expliqué qu’il n’en était plus capable ; à la fin de leur mission. il avait signé un accord pour ne jamais en parler, pour ne plus rien partager avec louvea par la même occasion. a croire que ce ne sont finalement pas ses plans. il hallucine à voix haute, attirant l’attention de la belle blonde. il sent son odeur prendre son nez en otage, tout comme son air froid retrouver le chemin de sa mémoire. il avait oublié qu’il n’était pas capable de la dompter hors de leurs échanges chauds ; qu’elle ne laissait jamais rien paraître sauf lorsqu’ils retiraient leurs fringues et qu’ils se prêtaient à un jeu bien différent que leurs fonctions communes. isaï n’a rien oublié, elle non plus il le sait. mais louvea ne l’avouera jamais, elle se contentera de changer de sujet et de faire comme si elle avait un milliers de lièvres sur le feu, et certainement pas isaï à ce jour. rassures toi, je me fous éperdument que tu aies fuit new york pour te retrouver dans ce trou paumé. à moins que tu aies un rapport avec certains meurtres dans la région et dans ce cas, tu risques de vivre tes dernières heures .. il sourit, incapable de ne pas réagir de la sorte lorsqu’elle sort les grands chevaux à peine leur retrouvaille commencée. il baisse les yeux et émet même un léger rire en repensant à tout ce qu’ils ont vécu, n’ayant absolument pas baissé la garde rapprochée de louvea envers l’homme qu’il est. ils ont appris à se faire confiance, et pourtant ; elle n’en a que faire. direct le plat principal wagner ? tu ne veux commencer par l’apéritif ? il ose, bien qu’il sache qu’elle se permettra d’envoyer directement le dessert ; et il le prendra en pleine figure. relèves le menton bon sang, on dirait un chiot apeuré ! louvea hausse le ton, comme si une force maléfique la tirait hors d’elle. isaï se redresse, comme un soldat traumatisé qui n’a pas été voir le psy. qu’est-ce qu’il lui prend ? et à quoi joue-t-elle. isaï se rabaisse, se rappelle pourquoi il rase les murs. on voit que tu n’as pas écouté les infos avant de quitter brooklyn, dis-moi. ses yeux croisent ceux de louvea, il cherche une once de vérité ou de connaissance dans ses pupilles dilatées par la situation et ces retrouvailles qu’elle ne sait pas gérer. j’ai quelques millions sur la tête, figure-toi. voilà qui est dit, voilà qui devrait changer la donne.
Revenir en haut Aller en bas
team toy
avatar
team toy
✩ messages : 59 ✩ avatar : cara delevingne
✩ crédits : phoenicia
★ âge : 29
Ven 23 Fév - 21:28

Isaï ⊹ Isaï avait demeuré dans sa mémoire, comme un véritable fléau qui avait détruit sa carrière et permis à nombre d’hommes de lui nuire en secret. Alistair, son concurrent numéro un, avait saisi l’affaire, suivi les déhanchées extatiques de la dame de fer pour trouver son point faible, l’énorme erreur dans sa carrière qui annihilerait tous ses futurs plans pour décrocher la dernière coupe au bout de la course, le très fameux poste de ministre. A à peine trente ans, la jeune allemande avait fait déferler nombre de nouvelles dispositions dans la cour des grands et beaucoup l’avait vus comme une menace à ne pas sous-estimer. Au début, les hommes s’étaient acharnés à lui acculer le miracle de sa montée en haut du pouvoir américain, par des galipettes sous les bureaux. Elle avait dû rectifier rapidement les rumeurs en travaillant encore plus dur qu’elle ne l’avait jamais fait, cravachant ainsi les rictus mauvais sur son passage et lui accordant ainsi, le respect qu’elle méritait amplement. Louvea s’était tuée à la tâche depuis toute jeune pour obtenir un poste à la hauteur des attentes de ses parents. L’éducation stricte qu’elle avait reçue, lui avait permis d’établir dans son quotidien, une organisation primordiale à tous besoins carriéristes et ambitions hors normes. Elle avait su jouer de ses talents pour entrer dans les meilleures écoles et évincer ses adversaires. Louvea avait ainsi, que très peu d’amis sur qui compter mais la majorité étaient souvent des plaies, de ceux qui pouvaient lui apporter des ennuies et lui offrir un coup bien placé derrière le dos une fois retournée. Ainsi, elle s’était jurée de tenir une attitude solitaire mais qui ne lui porterait jamais préjudice. Chaque homme qui passait dans ses draps avait été minutieusement contrôlé par son attachée de presse et ceux-ci, avaient été généreusement payés pour garder le silence sur leur relation une fois que la Wagner, s’était lassée de leur corps sculpté dans un bloc de marbre. Mais Isaï avait été différent. Elle avait commis l’erreur irréparable de se lier à lui d’une manière indéfinissable. Il avait joué sur ses nerfs, ils avaient vogué sur les feux d’un enfer cuisant et au bout de la route, tout avait implosé. Leurs deux corps s’étaient unis dans une fougueuse passion qui avait laissé débris et traumas. Alistair avait tout découvert et au lieu de se montrer coopératif dans l’affaire, il avait préféré faire courir le bruit de ses agissements. Ils avaient tous remis leur confiance en doute et Louvea s’était vue mettre à la porte comme un vieux soulier. C’était le retour du destin. Louvea avait sous-estimé ses adversaires. Ils avaient tous voulu la voir détruite parce qu’elle leur faisait peur, parce qu’elle grimpait trop vite les échelons. Aujourd’hui, seul le ministre avait permis qu’elle garde un statut et lui avait offert l’opportunité de dompter son besoin de vengeance en la conduisant à travailler sur des missions beaucoup plus secrètes… Deux martinis feront l’affaire pour débuter. Une façon comme une autre de le choquer en n’invoquant pas, sa fougue légendaire. Louvea pourtant, fut piquée à la curiosité. Isaï faisait tâche dans le décor. Pire encore, il semblait vouloir passer inaperçu. C’était sans compter sur la présence de la jeune femme à ses côtés… Avant mon départ, j’ai eu que très peu de temps pour boucler ma valise. Tu connais le gouvernement. À l’époque, Louvea n’aurait jamais parlé de son travail aussi hâtivement mais aujourd’hui, il semblait qu’il n’y avait pas que lui qui avait changé… T’as encore couché avec la mauvaise personne ? Qu’elle lui jeta au visage en buvant de sa boisson fétiche tout en lui offrant un sourire glorifiant. Un visage familier était pourtant une pure délivrance. Stanislas avait beau être son allié le plus mémorable, il s’avérait que la guerre n’avait pas le même goût aux côtés d’Isaï, le pion qui avait réussi à prendre son roi sur cet immense jeu d’échiquier qu’était sa vie…

©️ Grey WIND.

_________________

    “Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Lun 26 Fév - 17:09

isaï ne pensait retrouver personne, mais il tombe peu à peu sur tout son passé. a croire qu’ils se sont passés le mot et qu’ils le retrouvent doucement. qui sera le prochain ? yoan ? ou même pire, mickey ? isaï ne veut pas y penser, il ne veut même pas s’imaginer face à cet homme qu’il avait presque oublié. le passé doit rester derrière lui, il doit vivre au jour le jour. mais lorsque les fantômes de son passé reviennent un à un, c’est difficile de passer à autre chose. il avale sa salive, répond avec sarcasme à l’affront de son ancienne collègue blonde et sourit. elle lui fait toujours le même effet, tout comme il lui fait toujours le même. ça a été difficile de travailler ensemble, mais isaï ne regrette rien. elle a ses tares et ses défauts, palliés par une personnalité qu’on apprend à apprécier. et ce n’était pourtant clairement pas bien parti. deux martinis feront l’affaire pour débuter. elle lance, enfin la tête sur les épaules. isaï lève la main et se fait servir, sans n’avoir besoin de rien dire. il avait vu d’un coin de l’œil qu’ils étaient écoutés. une fois les verres servis, il s’éloigne pour que le bar laisse ses oreilles trainer ailleurs. elle s’intéresse sur ce qu’isaï fait ici, lui aussi. comment font-ils pour se retrouver ? et comment font-ils pour toujours être l’un sur l’autre à la fin de l’histoire. avant mon départ, j’ai eu que très peu de temps pour boucler ma valise. tu connais le gouvernement. isaï hausse les sourcils rapidement, prend une gorgée et s’intéresse face à louvea. il a raté certainement beaucoup de choses depuis son départ précipité. que s’est-il passé ? il demande, avant d’expliquer ce qui lui ferme l’esprit une bonne fois pour toutes. malgré leur passé et leurs disputes, isaï fait confiance à louvea. peut-être à tort, qui sait. elle pourrait être celle qui lui mettra une arme plus serrée sur la tempe ; et il sait qu’elle ne louperait pas son coup. t’as encore couché avec la mauvaise personne ? isaï se met à rire, presque nerveusement. il aurait aimé que ce soit ça, le souci. il aurait aimé juste une petite embrouille et un nouveau départ, mais il avoue rapidement que ce n’est absolument pas aussi peu grave. tu es mon exception louve, voyons. il n’y a qu’avec elle qu’il s’est un peu trop laissé aller, ou sia peut-être mais c’est une histoire bien plus ancienne. il souffle dans un léger rire, et il reprend son sérieux pour les prochains aveux. guerre de gang, je suis pris dans des filets que je ne contrôle même plus. et qu’il ne contrôlera certainement plus jamais.
Revenir en haut Aller en bas
team toy
avatar
team toy
✩ messages : 59 ✩ avatar : cara delevingne
✩ crédits : phoenicia
★ âge : 29
Jeu 8 Mar - 20:17

Isaï ⊹ Louve faisait tourner l’alcool dans un verre évasé tandis qu’elle lorgnait Isaï, hésitant à se laisser ouvrir le cœur pour dévoiler les dernières semaines sans nouvelle ni aucune envie de se revoir. L’amitié avait des goûts de poison à leurs côtés. Ils avaient d’abord dérivé dans une voiture, soufflant à qui voulait l’entendre, leur orgueil mutuel et la haine viscérale de l’autre. Un véritable combat de coq s’était ensuivit pour délimiter jusqu’où, l’autre avait le droit de s’approcher. Moins malléable qu’aujourd’hui, Louvea avait tout fait pour le pousser à bout, n’admettant pas l’idée qu’un homme aux dossiers plus que remplis de perversion, s’adonne à des missions gouvernementales dont il se servirait à outrance pour son usage personnel. Pour la jeune Wagner, la persuasion de ne pouvoir changer était une évidence imprégnée dans la peau. Personne ne devenait quelqu’un d’autre, personne ne passait de gentil à méchant, de fière à sans confiance. Il n’y avait qu’une fine ligne sur laquelle, les caractères tanguaient légèrement d’un bord à l’autre sans que jamais, ils ne se détachent de ce point d’ancrage. Pourtant, elle avait laissé ses aprioris disparaître. Tout d’abord parce qu’elle avait finalement craqué, s’était laissée envahir par le vice, la houleuse différence entre son caractère intraitable et cet instant primal au fond d’elle, qui surgissait comme un voltigeur translucide et ne la laissait jamais, établir elle-même des règles parfaitement établies. Telle une somnambule, elle s’était vue divaguer de toutes ses obligations, de cette ligne de conduite impeccable qu’elle avait appliquée sur sa vie. Redoutable alliance, elle avait aujourd’hui, pardonné ses incartades et les assumait pleinement. La confiance n’était venue qu’ensuite, soufflée, lente, doucement, elle s’était insinuée entre eux, comme un lien tacite qui ne les quittait pas sans qu’ils n’émettent de nom dessus. Mieux valait taire ce qu’elle n’avait jamais cherché. Elle s’éloigna avec lui, sûr que son comportement avait bien plus de raison d’être étudié que le sien. Elle reconnaissait ces regards et attitudes, Isaï avait la peur aux trousses et il en était imprégné de la tête aux pieds. Pourtant, elle préféra laisser un sourire s’échapper sur ses traits, loin de vouloir de suite, appuyer sur ce qui faisait mal. De bonnes révolutions avaient été prises… Certains ont découvert mes… Légers penchants. Disons que le mieux était de passer de l’autre côté du miroir et d’éviter les postes publiques. Isaï  le comprendrait bien vite. Ce qu’elle lui avait reproché tout ce temps, c’était cette injonction à la voir facilement tomber dans les bras de l’ennemi, lui, le redoutable. Elle avait eu bien plus peur encore que cela ne se découvre. Finalement, elle s’était montrée d’une idiotie à toutes épreuves et n’assumait ses actes qu’au fond d’un verre d’alcool. Elle savait que sa vengeance serait terrible, que tous les hommes à la tête du gouvernement qui l’avaient souillée, tomberaient un à un. Ce n’était qu’une question de temps et de patience… Pitié Isaï, dis moi que tu n’as pas recommencé tes magouilles et que je n’avais pas raison à ton sujet… Dit-elle en fermant les yeux, prêtes à fuir ce bar pour ne pas à le confronter. Elle était présente pour ramener l’ordre et détruire les commerces souterrains, enfermer les hommes qui se réfugiaient au Canada pour ne pas affronter la justice américaine, bien plus sévère en matière d’emprisonnement. Isaï était de nouveau une cible qu’elle n’avait pourtant aucune envie, de mettre face à son viseur. Explique moi tout Isaï. Tu sais que je peux aider. Parce qu’elle savait qu’un homme qui fuyait les regards pouvait commettre des erreurs. Louvea lui proposait son aide, contre toute attente, une attitude de bonté qui cachait derrière, une sombre idée…

©️ Grey WIND.

_________________

    “Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Jeu 8 Mar - 22:12

le hasard fait bien les choses, isaï n’est pas seul. il voulait l’être plus que tout lorsqu’il a quitté brooklyn sur sa moto et qu’il a fait huit heures de route pour retrouver ses cousines. il voulait tout fuir, tout laisser derrière lui. c’était une page qui se tourne, un nouveau récit qui se commence loin des faux-semblants et des doutes. isaï n’est pas le genre d’hommes à renoncer mais les années passées à brooklyn ont été difficiles. il a perdu beaucoup, il a été triste et blessé, il a fait chavirer son cœur plus d’une fois et s’est attiré bien des ennuis. il a eu quelques femmes contre lui, quelques âmes perdues à rassurer et même à sauver des plus grands tourments. il n’oubliera jamais ces gens, isaï. il n’oubliera jamais ce qu’ils lui ont apporté mais il savait qu’il était temps de chasser le passé dans le passé et de se concentrer sur un présent où il saura être vivant chaque jour un peu plus. et le temps est passé, les rencontres fortuites se sont accumulées mais rien ne lui a redonné ce sentiment d’appartenance, de vie. isaï était comme vidé de tout espoir et de toute joie. il errait entre sa chambre et le salon, à la recherche d’un job qu’il n’a pas envie de faire. il partageait certains moments avec sa jeune cousine sans que pour autant elle ne sache résoudre ses tourments. lui seul en était capable. et c’est en retrouvant une partie de son passé petit à petit – certainement les parties les plus agréables – qu’il a réussi à se retrouver. ce serait donc mentir de dire qu’il n’est pas heureux de retrouver louvea, qu’importe le nom qu’ils posent sur leur relation. un visage connu, un soutien, une base ; c’est ce qu’on ne retire jamais définitivement de sa vie finalement. ils prennent donc un verre et s’installent tous les deux. isaï se renseigne et hallucine qu’ils se retrouvent aussi facilement. un destin lié malgré tout ce qui les sépare. certains ont découvert mes… légers penchants. disons que le mieux était de passer de l’autre côté du miroir et d’éviter les postes publiques. isaï sourit, la regardant depuis son verre au bord des lèvres. ses penchants ? peut-être le fait qu’elle aime mettre les mains là où elle ne devrait pas. isaï en est certainement la preuve vivante. il se permet donc de rire, sans rien ajouter. elle a ses vices, il a su en profiter sans se plaindre. a son tour de parler des siens, à son tour d’expliquer ce qui le force à se cacher et à fuir brooklyn. pitié isaï, dis-moi que tu n’as pas recommencé tes magouilles et que je n’avais pas raison à ton sujet .. il rit de nouveau, légèrement jaune. elle qui a toujours dit qu’il finirait par se faire attraper, par se faire avoir. peut-être a-t-elle enfin raison. écoute, de ce que je sais .. j’ai rien fait ce soir-là. et pourtant, c’est ma tête qui prend. une histoire de gang habituelle, je crois qu’ils veulent juste frapper haut. et dans les rues de brooklyn, isaï est bien haut. explique moi tout isaï. tu sais que je peux aider. louvea se veut câline, ça ne rassure pas tout de suite isaï. on ne résout pas tout dans tes draps louve. parfois .. il faut un peu plus que ça .. qu’il murmure alors, dans un nouveau rire et une nouvelle gorgée. de nouveau il se le dit, c’est agréable de la retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
team toy
avatar
team toy
✩ messages : 59 ✩ avatar : cara delevingne
✩ crédits : phoenicia
★ âge : 29
Mer 21 Mar - 19:20

Isaï ⊹ Isaï riait de ses remarques, la reluquait de haut en bas mais cette fois-ci, elle ne lisait pas la provocation qui avait été longuement assimilée sur ses traits. Ici même, il essayait de tenir une face qui se voulait sereine, calme, presque apprivoisable à vrai dire. Loin de correspondre à ce qu’il avait toujours montré et acquis dans sa vie. Isaï était le jeune homme que Louve n’avait jamais compris. Ces personnages qui, délibérément, jouaient avec leur vie comme un jeu de poker, balançaient les cartes avec dédain en feintant qu’ils n’en avaient à faire de ne pas détenir une suite ou une quinte bien dissimilée. Au lieu de ça, il pariait chaque jour sa vie en se fourrant dans des affaire inextricables, des représailles et jeux de manipulation pervers. Il avait toujours su comment tirer partie du pion qu’il reconnaissait être et avoir toujours été, au cœur des plus vieux essaims de contrebande du monde mais au lieu de se laisser asservir et de se divertir au possible des magouilles d’enfants mal traités, il avait finalement reculé ses pions, dansant dans un nouvel atmosphère, prêt à tout pour triompher dans une nouvelle apesanteur. Louvea devait bien lui reconnaître ça, il avait joué de malignité pour se retrouver au cœur du gouvernement américain, son dossier posé bien en évidence sur le bureau de la secrétaire d’état pour être celui, qui guiderait une opération qu’il n’avait nullement méritée. Mais les gens changeaient et avec beaucoup de difficultés, elle admettait qu’il était possible de bifurquer de voie, un cap qui lui semblait bien trop lointain cependant, pour emprunter la même route. Louvea avait toujours été la même d’aussi loin qu’elle s’en souvienne. Sa seule erreur actuellement dans ce parcours inébranlable avait été de tomber dans les bras du mauvais homme. En plus d’être dorénavant un dommage collatéral du gouvernement, elle savait que les pires noyaux qui composaient son tempérament, étaient dorénavant exploités dans des jeux des plus malsains, secrets défense, nuisibles pour les autres tout aussi bien que pour elle. Sauf que Louvea ne reculait jamais lorsqu’il s’agissait de montrer sa loyauté à une plus grande cause, qui la dépassait entièrement. Malheureusement, Isaï avait pointé du doigt une face cachée de la jeune femme, une partie sombre d’elle-même et qui ne crevait que d’envie de sortir pour s’emparer de sa vie qui tanguait dans de nouveaux terrains peu glorieux. Alors file moi les noms, leurs fiches et tu n’auras plus à regarder par dessus ton épaule. Louvea n’avait jamais apporté son aide à quiconque. Elle préférait être le genre de femme qui devenait une épine dans le pied plutôt qu’une belle main tendue, pleine de bienveillance. Avec Isaï, il semblait qu’elle avait créé un lien indéfectible, l’entité suprême qui régissait des souvenirs bordéliques. Peut-être était-ce le moment de faire une bonne action pour expier ses fautes et ses plus désirables pêchés. Parce que tu crois vraiment que c’est ma seule qualité ? Isaï, il n’y a pas une personne qui devrait dormir les poings fermés lorsque je suis sur son dos. Tu devrais le savoir mieux que personne. Tu as juste eu de la chance d’être un amant particulièrement agréable. Qu’elle susurra en laissant glisser un ongle le long de sa chemise, osant l’obscène pour mieux acquérir. Son regard dressé vers le sien, elle attendait le moment véritable où il lui dirait de partir. Mais ça ne venait pas. Quelque chose le laissait sauvagement indifférent face à la jeune femme et elle en aurait soupiré de désapprobation. Il semblait qu’un retournement de situation opérait entre eux deux. Donc tu te terres ici ? C’est ça ta vie dorénavant ? La fuite et la tête basse ? C’est humiliant. Ou pathétique. Ou les deux. Dans tous les cas, Isaï n’était plus que l’ombre de lui-même et elle rugissait de le voir ainsi, la mort aux trousses.  

©️ Grey WIND.

_________________

    “Un peu de toi est entré en moi pour toujours et m'a contaminé comme un poison.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

always on my way (louvaï)



Page 1 sur 1 ~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: T'es à l'Ouest. :: Pointe-Du-Lac.-