AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

the earth without art is just "eh" (livia)
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet


avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 6 Mar - 11:09

ça devient presque habituel. t'es installée sur ce banc, ton cartable à dessin ouvert sur tes genoux et ton crayon qui retrace le paysage qui s'offre devant toi. tu fais ça tout le temps, trop souvent peut-être. mais c'est ta passion, c'est ton métier. tu fais de plus en plus de recherches en ce moment pour pouvoir ouvrir ta propre galerie. c'est ton rêve depuis de nombreuses années. t'as une grande collection de dessins et tableaux que tu pourrais exposer. mais ouvrir ta propre galerie, c'est compliqué. ça demande du temps, de l'argent. t'en as pas des masses en réalité. tu vis comme tu peux, olivia. mais tu ne perds pas de vue ce rêve que tu réaliseras un jour ou l'autre. t'as trouvé un endroit qui pourrait être parfait. mais les négociations seront compliquées. t'as pas envie d'utiliser la notoriété de ton nom de famille pour obtenir ce que tu veux. tu veux y parvenir par toi-même et non grâce à tes parents. t'as déjà de la peine à les suivre et à cautionner tout ce qu'il se passe entre ta famille, les laviolette et les levesque. tout ça, c'est trop compliqué pour toi. t'as voulu t'en éloigner en emménageant ailleurs. en quittant cette fameuse île où vit le reste de la famille doré. ton regard rivé sur ta feuille, tu continues de dessiner. tu n'hésites pas une seule seconde, tu n'effaces rien. les traits sont précis. depuis le temps que tu dessines, tu ne fais plus la moindre rature. ton regard qui est attiré par une personne qui arrive dans le décor que tu dessines. un jeune homme que tu n'avais pas tout de suite remarqué. t'étais seule jusqu'à présent. tu poses tes yeux dans les siens et tu souris.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 14 Mar - 11:12

un soleil doux s'est posé sur les lignes troubles de trois-rivières, ce matin. tu t'es réveillé avec dans le crâne une douleur sourde, incapable de te remémorer son origine, ses causes, mais bien conscient des conséquences. tes draps t'ont immédiatement semblé moins familiers, comme habités d'une présence étrangère : froissés, abîmés par une âme dont tu ne voulais pas, une fois le matin venu. quelqu'un avait passé la nuit ici. à peine plus tard, installé les yeux entre quatre tasses d'un café noir, presque brûlé -il aurait fallu que tu te souviennes l'avoir mis sur le feu- tu tentais avec un cynisme déterminant de retracer les bribes de la nuit qui venait de s'écouler. tu avais sur la peau les brûlures d'une brune au sang chaud, et l'espace d'un battement de cil, en moins d'une seconde, tu espéras que ce soit rose. avant de te haïr pour n'avoir fait que soutenir cette pensée malade, tortueuse. il n'y avait au fond qu'une manière proprement efficace pour dégager ton esprit, t'offrir un peu de paix : la seule façon qui n'ait jamais marché, à lamont comme à la prison, dans tes songes comme ici-même. paré pour la fraîcheur matinale, tu fourre dans un sac ton matériel : des crayons, gommes, quelques pastels, un carnet. le parc, tu y iras à pieds : c'est tout à côté, quelques minutes à peine. tu respires, sur le chemin, semble retrouver quelques forces, priant pour que ta mémoire se pointe au prochain croisement : t'offrir à l'inconnu, voilà qui te met irrémédiablement en rogne. c'est la mine sombre que tu traverses le parc, cherchant un banc qui t'offrirait une belle lumière. les yeux dans le vague et le vague à l'âme, tu croises -à tout hasard, comme on marche un peu en dehors du chemin- le regard d'une jolie brune, l'air doux, les doigts agités d'une envie créatrice. tu sembles te braquer, soutien ses yeux chaleureux, fronce à peine les sourcils. et si c'était elle, l'inconnue de ton lit, l'odeur persistante, contre ton corps, dans tes cheveux ? tu en deviens suspicieux, mal-à-l'aise, désincarné. sans lui adresser la parole mais sans pour autant la quitter des yeux, l'esprit retourné et le ventre qui se serre devant son innocent sourire, tu te laisses doucement tomber sur un autre banc, non loin de là. le soleil peine à réchauffer ton âme douloureuse.

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 17 Mar - 19:35

t'as pas pour habitude d'avoir de la compagnie lorsque tu dessines ici. t'es habituellement totalement seule à dessiner les traits de ce beau paysage, des oiseaux qui viennent se poser à certains endroits, ou de quelques rares passants qui viennent profiter du calme de cet endroit paradisiaque. mais tu n'avais encore jamais eu de compagnie comme celle qui vient d'arriver. un jeune homme. plutôt charmant, tu dirais. tu ne l'as pas observé assez longtemps. t'aimes observer les gens, capter chaque trait de leur regard et les émotions qui passent dans leurs yeux. mais le simple regard que tu as échangé avec celui-ci ne t'as pas suffit pour que tu puisses capter ce genre de détails. tu reposes ton regard sur ton dessin pour le relever que quelques secondes plus tard. il a sorti aussi de quoi dessiner. et t'as ce sourire en coin qui s'étire sur ton regard. un autre artiste ? t'hésites pas. c'est ton petit côté trop sociable qui agit pour toi sans doute. tu te lèves et tu t'avances jusqu'à lui. avec ce petit sourire en coin. tu t'installes à ses côtés et tu ne t'arrêtes plus de sourire. ton regard ne se pose pas sur lui, mais au loin plutôt. t'as pas été invitée à t'installer ici, tu le sais. mais tu t'en fiches. t'es pas du genre à te gêner pour si peu. toi aussi tu dessines ? tu demandes, curieuse. tu voudrais qu'il te montre ses dessins. tu voudrais lui montrer les tiens aussi. ce n'est pas souvent que tu croises quelqu'un comme toi. quelqu'un qui aime sortir de chez lui pour venir dessiner les beautés que réservent la nature. comme c'est le cas aujourd'hui avec ce soleil agréable qui offre un spectacle tout à fait éblouissant.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 4 Avr - 11:11

tu n'oses lever vers elle un oeil curieux, de peur qu'une soudaine envie de proximité ne la fasse venir, jusqu'ici, jusque dans ce cercle qui t'entoure en permanence, brisant ainsi ton espace vital au même moment que ta dignité. tu aurais trop peur de te retrouver nez à nez avec une femme dont tu as partagé l'intimité sans pouvoir mettre de lignes précises sur son visage, dont tu connais le corps mais surtout pas le prénom, et encore moins la vie. tu tentes de te rassurer, offrant à ton cerveau quelques secondes d'oxygène, les yeux rougis et explosés par une nuit encore trop vite consumée, dans laquelle, si une femme a vraiment pris place, elle n'a pas du passer le meilleur moment de sa vie. tu es encore dans un tel état que la simple vue d'une poitrine dénudée te ferait cracher à terre tes tripes, tu imagines mal comment tu aurais pu. alors que tu as tracé quelques traits sur ton carnet dans l'espoir de te libérer un temps de tes chaines, une ombre persistante se place entre toi et le soleil -comme si le nuage que tu portes au dessus de tes épaules ne suffisait pas-. voilà qu'elle s'assoit et tu sens littéralement tous tes muscles douloureusement refaire surface. le rythme d'un coeur mal reposé reprend de plus belle, tu te sens serrer les lèvres pour espérer qu'elle ne te sorte pas une phrase qui serait du genre "je ne te remercie pas pour hier soir". son sourire pour toi en dit long pourtant. toi aussi tu dessines ? elle lâche sans prévenir, dans un ton jovial qui te désarme totalement. tu restes coi un instant, pris de remords, tu le penses, c'est elle, une jeune femme comme il y en a des milliers sauf que celle-ci a probablement passé la nuit dans ton trou à rats. on se connait ? tu répliques, amer, tout sauf souriant. les choses doivent être mises au clair plus vite que jamais, car tu suffoques déjà, à cette idée détestable de t'être fait prendre au piège entre les cuisses de la première intrigante qui passait.

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 18 Avr - 9:34

c'est ta curiosité qui l'emporte aujourd'hui. ton envie de découvrir les talents des autres, ça t'amènes jusqu'à ce banc où il est installé. ça te pousse à aller l'aborder, juste pour découvrir ce qu'il fait. pour t'intéresser un peu à ses traits qui sont sans doute parfaits. tu as toujours aimé partager ton talent avec les autres. découvrir les styles de chacun et t'intéresser à ce qui les inspire dans ce qu'il dessine. chaque artiste à son histoire bien à lui. des inspirations différentes. alors tu ne pouvais te résoudre à le laisser seul sur son banc. tu te rapproches de lui et puis tu poses une simple question. question qui semble pourtant le perturber. tu vois son regard méfiant qui se pose sur le tiens. toi, tu continues de sourire. s'il ne souhaite pas discuter avec toi, alors tu retourneras sur ton banc et tu continueras de discuter, juste pour toi. on se connait ? qu'il te lance, amer. il ne sourit pas lui, alors que de ton côté tu continues à le faire. parce que tu as envie de lui montrer que tu n'es pas là pour l'embêter ou quoi que ce soit. tout ce que tu veux, c'est partager un peu de votre passion, tous les deux. non, pas du tout. tu affirmes doucement avec un sourire en coin. tu prends la peine de sortir un dessin que tu lui montres gentiment. je pense juste que l'on partage la même passion. tu expliques doucement et tu ranges aussitôt ton dessin. les joues un peu roses, tu ajoutes, je ne voulais pas te déranger. et c'est vrai, ce n'était pas du tout là ton attention. la curiosité est sans aucun doute un vilain défaut et c'est comme ça que l'univers à souhaiter te le montrer aujourd'hui ? en te présentant un homme peu sympathique ? tu n'en sais rien. derrière ses airs se cache peut-être un grand coeur.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 26 Avr - 10:41

te voilà morne, angoissé, pris dans tes cauchemars comme un type piégé dans le pire sans jamais parvenir à se réveiller. tu n'as jamais été d'un naturel avenant ou sociable, il faut bien le reconnaitre: mais c'est une pointe de transpiration que l'on sent venir contre tes tempes, c'est de l'angoisse qui t'accroche le coeur quand elle s'approche, douce, le visage ouvert. son sourire ne la lâche pas, qu'est ce qui la rend si heureuse, cette fille ? d'un seul coup d'un seul, tu la jalouse, tu voudrais toi aussi pouvoir sourire ainsi aux inconnus, les aborder sans qu'ils ne pensent à appeler la police ou à graver ta peau du fer de la honte. non, pas du tout. tu restes suspicieux, constamment sur tes gardes depuis que déboulent chez toi des fantômes de la mort, des silhouettes féminines vengeresses, des problèmes à n'en plus finir. quand elle amorce un geste pour sortir quelque chose de son sac, tu te tends, bras qui se crispent, persuadé que le destin t'a retrouvé. elle sort alors une feuille à dessin sur laquelle un très joli croquis s'étale, le dessin léger, aérien d'un jardin de printemps, de ces endroits mythologiques auxquels ta pauvre vie ne t'a jamais donné accès. tu l'observes sans comprendre. je pense juste que l'on partage la même passion. elle dit avec une douceur rare, de celles que tu n'as jamais observé de tes propres yeux, la douceur d'une femme qui n'a jamais regardé la mort dans les yeux. je ne voulais pas te déranger. rajoute-t-elle, les joues qui se bordent d'un rose élégant et charmant. un instant encore tu t'attardes sur ses traits, tout chez elle inspire la confiance et la bienveillance, ces mots rayés du dictionnaire richer and co, si tenté qu'ils y aient un jour figuré. je... tu en aurais presque le souffle coupé, que l'on vienne vers toi, lit richer, sorte d'ours mal rasé, vêtu d'une chemise froissée et d'un pantalon couvert de suie. vers toi, lit richer, le danger des bois, l'ermite dont on se méfie. paf, ça te prend en plein coeur, comme une rasade d'alcool dans un œsophage fatigué : ça te réchauffe tout entier. tu ne me dérange pas. si, tout le monde te dérange, tout le temps, partout, le monde entier est une plaie sur le corps de lit richer. mais elle, tu la sens différente, attentive. je suis désolé. je n'ai pas l'habitude de parler de ça, tu dis dans un regard que tu veux le plus adouci possible, quand il est encore loin d'être apaisé.

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Mai - 11:17

soudainement, tu n'es plus sûre d'avoir pris la bonne décision en t'approchant de ce jeune homme. il semble pris d'une sorte d'angoisse en te voyant debout devant lui et tu ne comprends pas. ça partait d'une bonne intention bien sûr. mais tu comprends que peut-être pas tout le monde n'est aussi sociable que toi. il voulait sans doute rester seule et t'es entrain de le déranger. tu gardes le sourire et ta douceur pourtant. et tu te contentes de lui faire comprendre que ce n'était pas dans ton intention de le déranger. il semble sympathique, comme ça. mais de toute évidence pas du tout habitué à ce que des personnes l'approchent de cette façon-là. il faut dire que t'es particulière olivia. tu t'intéresses aux gens, à n'importe qui, à n'importe quel moment. sans prévenir. ça peut surprendre, tu veux bien le concevoir. je... tu ne me dérange pas. qu'il finit par te dire et tu dois bien reconnaître que ça te rassure. tu ne venais vraiment pas dans le but de créer le moindre problème entre lui et toi. tu hoches doucement la tête et ton sourire s'étire encore un peu. si tant est que ce soit vraiment possible. je suis désolé. je n'ai pas l'habitude de parler de ça. qu'il t'avoue ensuite. tu sens son regard qui semble plus adouci. mais ce n'est pas encore ça. tu t'approches et tu prends le risque de t'installer à côté de lui. ton regard bienveillant qui ne le quitte plus à présent. tu veux bien me montrer ce que tu fais ? tu suggères. curieuse de découvrir son talent. curieuse de voir ce qu'il capte dans le paysage qui l'entoure. tu sais pertinemment que chaque artiste à une vision différente des choses.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Juil - 19:50

elle s'assoit là, comme si le temps pouvait s'arrêter, reprendre possession de votre monde, stopper sa course déchaînée. elle s'assoit là, son regard qui tombe sur les croquis, ta main abîmée qui cherche à en cacher les contours, éhonté. tu l'es pourtant, honteux, honteux de ne replacer sur les traits des femmes que tu croises ceux de celle qui enflammait ta nuit. ce n'est pas elle, en tout cas : voilà ce dont tu es sûr, à présent rassuré, le souffle court qui tape contre tes tempes mais refuse de céder à une panique non justifiée. après tout et à présent, plus personne ne te recherche, lit, la prison est loin derrière, narguant encore tes rêves de quelques sombres histoires. alors pourquoi choisir la fuite ou la colère quand on t'offre l'écoute et l'attention ? le silence passe, s'installe comme chez lui. les arbres chantent, sous un soleil timide, les prémices d'un été imminent. toi tu te tais, pris par le désir, celui d'en apprendre plus, de percer le brun de ses yeux, celui de partir aussi, loin des mots et des vices. elle se fait trop présente à présent, étalant comme sur une chaise longue ses longues jambes bronzées. une envie brusque s'empare de toi, une fatigue immense, une lassitude de vivre, tu voudrais sauter dans le premier avion, ou courir jusqu'à ton canapé et y dormir pour le restant de tes jours. tu veux bien me montrer ce que tu fais ? elle coupe court à toute élucubration. tu restes interdit, pas plus de quelques secondes. ton bras recouvre toujours le tendre papier qui reçoit tes gribouillages. des animaux, fantastiques, fantasmés, peuplant tes cauchemars ou tes rêves, des animaux immenses, pris aux flammes ou aux yeux de feu, des animaux comme allégorie de tes angoisses : des lions, des loups, des dragons et des biches, l'ensemble de ton univers dans un seul et même coup de crayon. je... je ne sais pas, tu marmonnes un peu pour toi même, mal à l'aise. c'est... très personnel, tu exultes avec un regard pourtant chaud, qui rapidement trouve le sien, provoquant dans ton ventre un étrange sentiment de déjà-vu.

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 10 Juil - 17:47

tu ne veux pas imposer ta présence et pourtant, tu viens tout naturellement jusqu'à lui. tu dérangeais ? tu n'en savais rien. sans doute. mais tu ne pouvais faire marche arrière. tu te trouvais toujours bien intriguée par ces gens qui partagent la même passion que toi. le dessin. tu voulais savoir ce qu'ils dessinent eux. partager avec eux ce talent que vous entretenez depuis votre plus tendre enfance sans doute. il ne semble pas très à l'aise avec le contact humain. tu ne sais rien de lui, il ne sait rien de toi. tu lis juste dans son regard quelque chose de particulier. tu penses à une vie compliquée. sans doute. à des histoires du passé qui le hantent ? tu ne sais pas. tu supposes juste. et tu lui souris, surtout. parce que tu ne veux pas qu'il pense que tu cherches à l'embêter ou quoi que ce soit. tu viens en paix. tu viens juste avec l'envie de discuter, de partager. alors tu lui demandes, gentiment, si tu peux voir ses dessins. tu supposes qu'ils sont beaux. tu supposes qu'il possède un don, tout comme toi. tu voudrais le découvrir. mais tu vois qu'il garde sa main bien placée pour que tu ne puisses découvrir ce qu'il se cache là-derrière. je.. je ne sais pas, c'est.. très personnel. qu'il te dit hésitant. tu peux comprendre qu'il ne veuille pas te les montrer. tu sais que parfois les dessins reflètent des choses de la vie qui ne doivent pas être vues par d'autres. tu en fais des dessins juste pour toi parfois. tu poses ton regard sur lui, tout en continuant de sourire. ok, comme tu veux. je peux tout à fait comprendre. tu réponds simplement, avant de continuer. je fais aussi des dessins très personnel, mais j'aime bien les partager avec des inconnus, parfois. tu avoues avec un sourire, le regard au loin.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 24 Aoû - 11:54

manquerait plus que tu t'ouvres à quelqu'un, lit. tu ne t'ouvres pas toi, jamais, on a même essayé de te décrotter au couteau à huîtres mais y'a rien à faire, tu restes fermé comme un seul et même bloc, indivisible de ton mutisme et de ta solitude. ta solitude, celle que tu appelais chaleureusement ta meilleure amie avant qu'elle ne vienne faire peser sur toi le vent de la menace. rester seul était-elle ta seule chance de salut ou la pire idée que tu n'aies eu ? plus le temps avance et plus cette masure te semble prendre les contours d'un immense piège, et parce que des femmes perdues échouent au fin fond de cette cabane, elles risquent bien un jour de te la reprendre. le loup est trop souvent rentré dans la bergerie. les plaisirs charnels ont cette ambiguïté parfois de rendre l'instant présent invincible et éternel, puis de rendre l'après immédiat dangereux et angoissant. chaque poitrine qui se soulevait contre tes draps te donnait l'amère impression de s'y accrocher un peu toujours. alors tu dessines, pour exulter quelques péchés dont tu n'as pas connaissance, pour retracer les bribes que ta vie que tu as trop peur d'oublier. tu dessines d'affreux symboles, des croquis pleins de noirceur, ils sont le reflet de ton existence mais aussi de l'intérieur de toi. un néant chaotique. c'est avec un sourire que la jeune brune accueille tes mots. elle est de ces gens qui ont un sourire qui guérit, un sourire large et sincère qui illumine le coin de leurs yeux et te laisse penser qu'ils t'aiment déjà. tu détestes ce genre de sourires, parce que tu veux pas être aimé toi, au mieux tu voudrais surtout qu'on te foute la paix. ok, comme tu veux. je peux tout à fait comprendre. elle lâche enfin du regard ces feuilles gribouillées et tu t'empresses de les ranger dans ta grande besace, en vrac, puisque rien n'a d'importance. je fais aussi des dessins très personnel, mais j'aime bien les partager avec des inconnus, parfois, elle finit par dire alors que tu as déjà la clope entre les dents, le bras tendu sur son briquet qui brille d'un éclat particulier. tu as du mal à intégrer le sens réel de cette phrase, alors dès la première bouffée amère, tu marmonnes avec aigreur. j'te félicite, t'es plus courageuse que moi. tu veux que je te dessine une médaille ?

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 29 Aoû - 14:37

tu n'allais clairement pas forcer le jeune homme à te présenter ses dessins s'il n'en avait pas envie. tu pouvais tout à fait comprendre l'aspect privé qui se cachait là-derrière et de son souhait de garder ça pour lui. t'étais différente, de ton côté. peut-être parfois un peu trop extravertie, tu avais tendance à te montrer, facilement, face aux inconnus. ou du moins à montrer tes créations, sans forcément toujours raconter la signification qu'il y avait là-derrière. mais parce que tu aimais partager des choses avec les gens. c'était peut-être étrange, mais il s'agissait bien de ta façon d'être. peu importe ce que les autres pouvaient en penser. j'te félicite, t'es plus courageuse que moi. tu veux que je te dessine une médaille ? que tu l'entends marmonner. tu tournes ton regard vers lui, sans pour autant perdre ton sourire. il en faudrait bien plus que ça pour que ce soit le cas de toute façon. et tu comprenais aujourd'hui que l'homme qui se tenait à tes côtés était particulier. en tout cas pas le genre d'homme à se confier facilement sur lui ou sa vie et tu pouvais tout à fait le respecter. tu secouais doucement la tête, non sans rire légèrement. pourquoi pas, comme ça je verrais tes talents sans que ça ne te demande de montrer quelque chose de trop personnel. tu lances, joyeuse. t'as toujours eu ce don pour trouver un point positif dans tout. et même quand il se moquait très clairement de toi, tu arrivais à tourner tout ça d'une autre manière. mais je ne crois pas que ce soit du courage en fait.. loin de là. je ne sais même pas si c'est vraiment une qualité que ce dévoilé ainsi. ça fait juste de moi une personne bien trop bavarde en fait. tu lances sans réfléchir à l'intérêt de dire tout ça. sans doute que lui voudrait que tu partes, que tu le laisses tranquille. mais t'es parfois un sacré pot de colle, olivia.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 30 Aoû - 0:01

dix putain de minutes, grand maximum. voilà ton palmarès personnel qui s'étendait devant tes yeux fatigués, devant ses yeux doux, devant vos yeux qui ne se comprennent pas. en tout et pour tout, tu venais de réussir à te montrer pratiquement agréable pendant maximum dix minutes avant de vouloir absolument tout foutre en l'air. comme si tu n'étais qu'une espèce malsaine, un porteur de maladies, un nuisible oui. rien de ce qui approche lit richer ne saurait rester sain et mignon, souriant et bavard comme la jeune brune qui s'est glissée à tes côtés. tu briserais son innocence et sa bonne humeur par la force si tu pouvais, mais tu préfères commencer par le cynisme parce que la plupart des gens en restent là. tu peux ensuite retrouver la dureté de ta solitude, là où tu ne peux blesser personne d'autre que ton coeur.

aussitôt ta réplique lâchée dans l'air comme une bombe au fond de l'eau, son attitude rieuse te cloue sur place. la voilà qui te regarde avec la douceur d'une mère et dans le fond des yeux, la compréhension de ton attitude plus que détestable. l'assurance qu'elle ne te jugera pas, ne se mettra pas en colère, ne tentera pas de te changer. incontestablement la marque des perles rares, bien que tu ne puisses pas encore t'en apercevoir. dans un rire gracieux, envolé, presque porté disparu, elle répliquait. pourquoi pas, comme ça je verrais tes talents sans que ça ne te demande de montrer quelque chose de trop personnel. elle avait raison, la jolie brune. il fallait finir par se rendre à l'évidence et accepter son destin, accepter que dessiner ça n'était pas plus étaler sur la table son petit coeur atrophié que de partager la couche de totales inconnues. une véritable farandole de contre-vérités. tu tournais brusquement le regard, touché dans le mille, quelques doigts crispés sur un crayon. tu avais encore du mal à accepter que l'on puisse te challenger puisque les seules personnes à le faire encore avaient ou seraient diagnostiquées folles.

mais je ne crois pas que ce soit du courage en fait.. loin de là. je ne sais même pas si c'est vraiment une qualité que ce dévoilé ainsi. ça fait juste de moi une personne bien trop bavarde en fait. perspicace, la gamine, tu ne pouvais t'empêcher de penser avec au coin des lèvres un sourire naissant, discret, ce genre de sourire que l'on garde au début pour soi-même. quel genre de fille accourait vers toi pour ensuite se caler minutieusement des bâtons dans les roues ? quel genre de fille acceptait les remarques cassantes et les regards nerveux sans ne serait-ce que cligner de l'oeil ? il fallait admettre qu'elle t'aurait à l'usure. alors autant se dévoiler maintenant. d'un geste habile du crayon, tu entames une nouvelle feuille blanche. tu gribouilles quelques détails, prend le temps d'arrondir les formes de ton futur dessin : une belle médaille clinquante et flambant neuve. à un instant alors qu'elle ne dit plus rien, les yeux rivés vers la main qui s'agite, tu relèves brusquement le visage, la dardant de tes yeux couleur d'un ciel orageux. ton nom, c'est quoi ? tu demandes avec une voix d'outre-tombe, une voix calme et désintéressée. c'est pour la médaille, tu prends le temps de préciser, avec dans le creux d'une lèvre supérieure un joli sourire naissant.

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Sep - 11:43

tu pouvais paraître étrange aux yeux de beaucoup de monde, tu le savais bien. tu avais cette manie de toujours vouloir poser les questions qu'il ne fallait pas. cette manie de toujours vouloir creuser alors sur la vie de ces personnes alors qu'elles ne voulaient pas être dérangées. t'aurais sans doute dû continuer ton chemin, aujourd'hui. t'aurais pas dû continuer à lui parler, à te confier parfois ouvertement sans même t'en rendre compte. comme si tu avais une certaine facilité à le faire, alors que, comme tu venais très justement de le dire, t'es simplement bien trop bavarde. et il t'arrive de ne pas savoir où t'arrêter. comme aujourd'hui, avec lui. avec cet inconnu qui n'était pas des plus ravis par cette conversation mais qui n'avait pas d'autres choix que de la subir. parce que tu lui imposais ta présence, tu ne lui laissais pas le choix de t'écouter et de te répondre. c'était injuste, sans doute. et totalement fou comme manière de procéder. mais t'étais comme ça, t'y pouvais rien. ton regard clair plongé dans le sien, tu ne cessais de sourire alors que tu voyais là l'occasion de se faire un nouvel ami. alors que lui espérait sans doute que tu allais lâcher l'affaire. t'aurais dû le faire dès le moment où il avait commencé à devenir méchant. pourtant, t'as pas baissé les bras. finalement tu le vis prendre une nouvelle page blanche, attraper son crayon, il commençait à dessiner. toi tu restais silencieuse et tu le regardais faire avec admiration. tu regardais ses yeux, concentrés. jusqu'à ce qu'il reporte brusquement son attention sur toi. ton nom, c'est quoi ? qu'il te demande et tu restes étonnée quelques instants. c'est pour la médaille. tu souris. olivia. tu réponds sans la moindre hésitation et tu le laisses continuer son dessin. tu restes silencieuse encore un instant. jusqu'à ce que tu ne supportes plus le silence. t'as jamais supporté ça. c'est marrant, tu me fais penser à quelqu'un. un homme que je vois souvent, qui regarde mes dessins. tu expliques, tu ne pourrais dire son nom. parce que tu ne le connais malheureusement pas. il a refusé de te le donner. tu lui ressembles, dans ton comportement. t'as un frère ? tu ajoutes ensuite.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 26 Sep - 18:49

olivia, elle te lançait dans un sourire glorieux, un de ces sourires qui peuvent attraper le soleil et lui laisser toute la place, un de ces sourires qui guérissent les maladies, rendent la vue ou tu ne sais quelle autre connerie miraculeuse. des sourires comme ça, on t'en accordait peu, tu ne sais même si dans ton entourage, quelqu'un en était capable. elle te fit soudain, brusquement comme un pincement au coeur, penser à ta petite rose fragile. dans un passé si longtemps qu'il se dessinait devant tes yeux en contours flous, rose aussi te souriait ainsi. la chaleur que cela te provoqua dans la poitrine fut suffisante pour t'inciter à continuer. tu traçais avec application, agité de longs gestes nerveux -tu avais toujours dessiné ainsi, par à-coups, presque violemment-, l'esprit tambourinant de concentration contre les veines de ton front. bientôt, tu appliquais au dessin une première lettre, c'est alors que tu réalisas qu'elle avait un prénom aussi doux d'une nuit d'été, il s'écrivait tout seul, d'un seul et même geste, on l'aurait cru capable d'apaiser les consciences douloureuse. le salut derrière quelques mèches brunes sur un banc. c'est marrant, tu me fais penser à quelqu'un. un homme que je vois souvent, qui regarde mes dessins. elle reprend pourtant rapidement. ces premiers mots, tu ne les entends pas, tout concentré que tu es à tracer les détails ; les détails n'ont jamais été ton fort, faire dans la dentelle, pourquoi s'acharner, le destin des richer était de tout casser, de détruire et de donner aux choses une couleur de sang et de rouille. tu lui ressembles, dans ton comportement. t'as un frère ? c'est à frère que tout s'arrête. ta main pourtant si confuse et agitée se stoppe nette. sous la pression sanguine qui ne tarde pas à affluer dans tous les membres de ton corps, tes doigts se crispent et la mine du crayon se tord jusqu'à se briser. ça fait un petit bruit sourd qui annonce la fin de cette charmante conversation. c'est à frère que ton esprit s'emmêle, s'embrouille et pense à toute vitesse. lentement, tu tends deux yeux foudroyants vers elle, tu ne lui en veux pas, tu réfléchis : jesse est loin, ce qui a le don de ne surprendre personne. myles est occupé, constamment occupé, loin des histoires, des emmerdes, loin de lui-même. il n'en viendrait pas à traîner dans les parcs à la recherche d'innocentes jeunes femmes à duper. la réponse, tu l'as en toi depuis plus d'une minute maintenant, alors que tu scrutes son regard doux et chargé de curiosité. tu sens monter derrière tes lèvres un goût amer, comme une forte nausée, et dans ton coeur tout flétrit, tu la connais pas cette gamine mais ta peine est immense. pas elle, pas lui, pas vous, pourquoi. tes lèvres s'entrouvrent. tu... oui, j'ai un frère. tu marmonnes, impuissant. dis-moi à quoi il ressemble. ce qu'il t'a dit sur lui. tu demandes d'une voix ferme. un million de et si flottent dans ton esprit. et si werner lui voulait du mal, et si il préparait un mauvais coup, et si elle était au milieu d'un plan tordu, et si elle avait été prise pour cible, et si blake se prenait de jalousie, et si.... ta main tremble, maintenant.

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
to infinity and beyond
✩ messages : 530 ✩ avatar : adelaïde kane
✩ crédits : amnesis (avatar) astra (sign)
★ âge : 25
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Oct - 15:23

tu l'observais, en train de dessiner. tu regardais son visage concentré alors qu'il faisait des traits précis sur sa feuille. pour l'heure, tu ne pouvais observer le résultat du dessin, tu te contentais de lui donner ton prénom et tu espérais pouvoir bientôt admirer son talent. avec un petit peu de subterfuge, tu avais fini par obtenir une oeuvre de sa part. et t'en étais fière. attendant la fin du dessin, tu ne pouvais t'empêcher de lui faire une remarque. parce que ça faisait un petit moment que ce jeune homme te faisait penser à quelqu'un. à ce garçon, dont le prénom t'es totalement inconnu, qui a pris plaisir à te regarder dessiner. tu penses que ce n'est qu'une coïncidence, cette ressemblance. c'est dans son regard, dans sa manière d'être ou de parler que t'as eu le sentiment de le retrouver quelques fois. mais c'était sans doute un hasard. pourtant, tu cherchais quand même à savoir s'il avait un frère. parfois, le hasard fait bien les choses non ? la réaction ne fut pas celle que tu attendais. tu le vis s'arrêter de dessiner. tu sentais une soudaine crispation qui fut totalement confirmée par le bruit caractéristique de la mine qui se cassait. tu fronçais un peu les sourcils. le sujet était si délicat que ça ? en y repensant, le sujet l'était aussi pour cet autre jeune homme justement.. alors peut-être qu'il ne s'agissait pas que d'une simple coïncidence, mais d'une vérité. son regard foudroyant qui se relevait sur le sien te donna quelques frissons. tu avais sans doute fait la pire des erreurs en lui posant cette question. tu... oui, j'ai un frère. qu'il t'annonce d'abord. dis-moi à quoi il ressemble. ce qu'il t'a dit sur lui. tu relèves ton regard vers le sien, prenant le temps de réfléchir à la bonne réponse à donner. ce jeune homme t'avait fait promettre de ne jamais chercher sa famille et tu réalisais que tu venais peut-être de tomber dessus dans un pur hasard. il.. il te ressemble. il ne m'a pas donné son prénom, mais je sais qu'il a des frères. pour le reste, il ne m'a pas dit grand chose. combien de frères précisément tu n'en sais rien, mais voilà plus ou moins les informations qu'il a pu te dire. le reste, tu voulais le garder pour toi, c'était certain.

_________________
you deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. you deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
dream is a wish your heart makes
✩ messages : 429 ✩ avatar : gaspard ulliel.
✩ crédits : cliffs edge (avatar) little liars + the national (signature)
★ âge : 31
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 13 Nov - 11:05

elle se laissait aller, naturelle et florale, à l'expectatif et à l'ignorance. lit ne se rappelait pas avoir déjà été si naïf, même en venant au monde : il était sûr à présent qu'il était né mauvais et triste, bien loin du soleil qui irradiait de ses yeux pourtant sombres. les yeux de lit avaient la clarté d'un matin d'hiver, mais les reflets grisâtres d'une neige sale, il était loin d'avoir le regard chaud, doux et intemporel de la femme en face de lui. les agitations de son coeur se firent sentir à leur tour, des battements irréguliers tant dans leur fréquence que leur intensité. une colère sourde, une panique tranquille prenait progressivement le contrôle des muscles de lit, face au drame qui étaient en train de s'articuler devant ses yeux. triste réalité. il n'a qu'une solution : vérifier, protéger, faire en sorte qu'elle s'en sorte, justement. vivante et en un seul morceau. lit capture ses yeux doux, il voudrai qu'ils se fassent durs, qu'ils comprennent le message sans avoir à en prononcer les mots, des mots cassants, des "enfuis-toi" chuchotés plutôt que criés, qui auront forcément un lourd impact sur elle. alors l'esprit déchaîné, le coeur battant à tout rompre et sa main qui se tient en suspension dans l'air, comme pour espérer, il lui demande de lui décrire l'homme qu'elle croise si souvent. il.. il te ressemble. il ne m'a pas donné son prénom, mais je sais qu'il a des frères. pour le reste, il ne m'a pas dit grand chose. il recueille les mots uns à uns, comme on capture quelques gouttes d'eau au milieu d'un désert, dans un dernier geste de survie. aussitôt, son cerveau fatigué enclenche quelques neurones spéciales, les super cellules du danger, et c'est avec gravité que lit recoupe les éléments. l'homme est secret mais ne peut s'empêcher de parler de sa famille. il refuse de dire son nom, lui ressemble et aborde les jolies filles dans un parc. il n'y a plus aucun doute à avoir même si cette réalité lui fend les côtes de douleur. machinalement, lit fouille le fond de sa veste, il sort un téléphone qui a visiblement bien vécu. sous le regard pratiquement effrayé de la jeune brune, il déverrouille et cherche frénétiquement dans les fichiers. il finit par ressortir une vieille photo, prise lors de sa sortie de prison, où l'on voit les quatre frères bras dessus, bras dessous pour l'une des dernières fois. werner, à sa droite, rayonne d'un air fou. il tend le portable à cette fille, lui enfonce quasiment sous le nez, le tend à bout de bras, éreinté, hystérique, désemparé. c'est lui ? il zoome la photo au maximum sur le visage rond de son frère. lui, à droite, c'est lui le type qui vient te voir ?

_________________

i think the kids are in trouble. do not know what all the troubles are for. give them ice for their fevers, you're the only thing i ever want anymore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

the earth without art is just "eh" (livia)



Page 1 sur 1 ~

 Sujets similaires

-
» GLADIATOR,DONIC SENSO PERSON, EARTH 3
» google earth
» Utilisez vous Google Earth pour ...
» pèche en bord de mer et google earth
» recherche revêtement Earth

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUP ::  :: T'es à l'Ouest. :: Pointe-Du-Lac.-