AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  





Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  

 truth and my lies right now are falling like the rain. (#3riversdaily)

avatar
✩ messages : 86
✩ avatar : alexander skarsgård
✩ crédits : u.c
★ âge : 38
passe moi un bout du plaid
Sujet: truth and my lies right now are falling like the rain. (#3riversdaily)   Sam 10 Mar - 7:53

un café brûlant, noir et sans sucre repose sur le coin de son bureau. un nuage de vapeur s’en échappe et forme des arabesques qui s’évaporent lentement vers le plafond. attentivement, il observe les aiguilles qui s’agitent sur le cadran de sa montre; la réunion journalière commence dans moins de cinq minutes et tous ses chroniqueurs sont sur le pied de guerre. lars ne tolère aucun retard et exige de sa jeune équipe un professionnalisme à toute épreuve, une perfection de tous les instants. soigneusement, il complète la liste qu’il a rédigée la veille et récapitulant les points à évoquer lors du briefing matinal. a travers les vitres de son bureau -le seul n’étant pas situé dans l’open-space- il remarque une certaine once de panique s’emparer de vik; une pile désordonnée de documents dans les mains, elle fait les cent pas à travers la pièce et cherche à organiser son travail. dans un soupir profond, il hausse les yeux au ciel et lui lance un regard déconcerté. elle n’écoute pas les conseils qu’il se tue à lui délivrer et qui permettraient de travailler dans un environnement plus sain. a l’inverse, de juliet carstairs, journaliste émérite et parfaitement organisée qui souffle avec prétention sur son café, en attendant que ses collègues se décident à la rejoindre autour de la table. aliciane et harley s’agacent après la machine à café -qui a la fâcheuse tendance de tomber furtivement en panne, puis de redémarrer comme si de rien n’était. la première souhaite à tout prix découvrir le scoop de l’année, quant à la seconde, beaucoup plus discrète, se plait à commenter la vie sportive de la communauté dans une rubrique toute consacrée. les cinq minutes écoulées, lars quitte son bureau, dossier sous le bras, téléphone portable dans une main, tasse dans l’autre et s’installe à sa place habituelle. « trois, deux,... » il murmure un compte à rebours qui amuse juliet et plonge vik dans une panique grandissante; un dossier tombe au sol sous les regards horrifiés d’aliciane et harley. tout le monde ici connait les obsessions de lars pour l’ordre et le contrôle et sait qu’un événement aussi anodin que celui-ci a le pouvoir de créer un séisme. effet papillon. « venez-vous asseoir. tout le monde vous attends. » lars s’impatiente alors que le calme revient peu à peu dans l’open space. « je compte sur vous pour dénicher de meilleures informations que janice roy. » rédactrice en chef du pupclub, magazine scandaleux qui a toujours une longueur d’avance sur le 3rivers daily; une concurrence qui lui déplait de plus en plus et pousse les lecteurs à déserter. « il faut que l’on trouve un nouvel angle d’attaque. » un discours motivant, bienveillant, il a toujours su rallier ses équipes à sa cause, fédérer les rangs pour conquérir les sommets. « vik, vous avez une idée ? » il lui offre l’occasion de se rattraper et de faire oublier à l’équipe que le sol est jonché de feuilles, de photographies, de documents. une enquête en cours, des rumeurs à vérifier, des dossiers qui l’intriguent et qui cachent peut-être la révélation du siècle sur l’un des habitants de trois-rivières. un mince sourire se dessine sur ses lèvres, l’odeur d’un possible scandale l’enthousiasme à tel point qu’il en oublie de boire son café, déjà froid. une première. une perte de contrôle dont il n’est pas coutumier.

@vik nilsen @juliet carstairs @harley besson @aliciane dubois

_________________
Like a bird without a song.
as i walk through the valley of the shadow of death, i take a look at my life and realize there's not much left; coz I've been blastin and laughin so long, that even my mama thinks that my mind is gone ✻ (lars vranken).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Sujet: Re: truth and my lies right now are falling like the rain. (#3riversdaily)   Mar 13 Mar - 11:18

tu tiens ta tasse de café chaud entre tes doigts. la chaleur te procure une sensation plutôt agréable alors que tu t'es déjà installée à la table. un dossier prêt posé sur la table. quelques idées que tu souhaiterais communiquer à lars. le grand chef de la boîte. tu souffles doucement sur le liquide chaud, attendant qu'il se refroidisse un petit peu pour commencer à le boire. t'es contente, juliet. cela fait peu de temps que tu es arrivée dans la ville de trois-rivières. peu de temps que tu as commencé à travailler pour le 3rivers daily. mais tu as le sentiment que tu as déjà pu te faire une place de choix auprès du patron. ton expérience lui a inspiré confiance et tu sais qu'il a eu raison de le faire. pour toi, le journalisme c'est comme une passion. tu t'es toujours donnée à fond pour réaliser tes articles dans ta précédente boîte. et même lorsque tu étais au plus bas, ton dévouement pour ton travail n'a absolument pas changé. t'es curieuse, juliet. et t'as clairement besoin d'assouvir le plus possible ta curiosité. forcément, ton métier te permet clairement de répondre à ce besoin. tu remarques du coin de l'oeil ce qu'il se passe dans l'open space. vik ne cesse de courir dans tous les sens et ça commence à t'agacer. cette fille ne saura sans doute jamais trouver un moyen d'être plus organisée. quant aux deux autres, elles discutent vers la machine à café. tu t'entends bien avec harley. elle est aussi nouvelle, forcément ça donne envie de se serrer les coudes. ton regard se pose finalement sur lars qui vient prendre place à la table. trois, deux,... t'as ce petit sourire en coin qui s'étire. amusée par la situation. tu ne réagis même pas lorsque le dossier tombe au sol. t'as l'impression que c'est arrivé tous les jours depuis que tu travailles ici. venez-vous asseoir. tout le monde vous attends. tu reconnais son ton impatient et tu t'es promis de toujours tout faire pour ne pas l'impatienter justement. t'es une bosseuse, juliet, et tu ne veux décevoir personne. je compte sur vous pour dénicher de meilleures informations que janice roy. il faut que l’on trouve un nouvel angle d’attaque. tu relèves ton regard. tu penses avoir une bonne idée à ce sujet. quelque chose qui mériterait d'être creusé avant que janice ne puisse obtenir l'information. ça risque d'être compliqué et risqué, mais avec ton passé, plus rien ne te fait peur. vik, vous avez une idée ? tu patientes. ton regard sur la demoiselle, tu attends de voir la brillante idée qu'elle pourrait proposer. vik peut vous surprendre parfois. pourquoi pas aujourd'hui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✩ messages : 80
✩ avatar : camille rowe pourcheresse
✩ crédits : Tumblr
★ âge : 27
passe moi un bout du plaid
Sujet: Re: truth and my lies right now are falling like the rain. (#3riversdaily)   Mar 13 Mar - 20:32

3rivers ⊹ Vik tentait de faire du tri dans ses papiers mais elle abandonnait rapidement, la main déjà sur la gâchette. Elle avait horreur de faire le tri, encore plus de voir un ordre méticuleux régner sur sa vie. Un stylo pas à sa place, pouvait chez certains, déclencher des émois mais pour la jeune Nilsen, le désordre était signe de créativité et tout ce qui pouvait relever d’inhabituel et d’agaçant, devenait chez elle, un nouveau torrent d’idées qui germaient au gré des ribambelles de papiers amoncelés sur son bureau. Au lieu de consentir à ranger ses dossiers, elle contempla ses notes et se mit à réciter, ses lèvres entrouvertes qui bougeaient, sans en sortir le moindre son. La réunion allait bientôt débuter mais elle avait beaucoup trop d’énergie en réserve pour réussir à tout retenir. Elle avait planché sur son sujet durant des nuits entières. Grande consommatrice de cafés et infusions en tout genre, elle trouvait que dormir, n’alimentait que des rêves qui, une fois éveillée, n’étaient bons qu’à foutre à la poubelle. Les nuits étaient pour elle, une manière comme une autre d’alimenter un peu plus la fièvre d’une idée mémorable, quelque chose qui viendrait éclore au milieu d’un esprit fatigué, qui ne réfléchissait plus correctement. C’était dans ces moments où les nerfs mentaux côtoyaient sommeil et énergisants, que tout pouvait s’illuminer. Elle avait gratté de nombreuses pages pour préparer son speech puis Adeline, l’avait faite réciter, sans comprendre la moindre de ses élucubrations. La seule remarque que la petite à l’esprit bien trop affuté pour son âge, avait su lui offrir, était qu’elle débordait trop vite, que Vik n’arrivait clairement pas à limiter ses idées et passait d’un sujet A à un sujet Z en empruntant des chemins que seule elle, semblait comprendre. Elle abandonna ses fiches et enfila rapidement ses écouteurs. Play sur l’Ipod et Ghost Busters débuta au milieu de la cacophonie du bureau de 3rivers. Apaisée, elle se dandina manquant de faire tomber des énièmes dossiers. Elle reluqua sa montre puis le bureau. Juliette venait d’y pénétrer et Vik leva les yeux au ciel. Elle n’avait pas l’air d’apprécier la grande blonde, trop nouvelle pour se faire des amis mais trop intarissable de joie mal éduquée ni contrôlée pour ne pas s’imposer dans ce décor théâtrale. Compte à rebours débuté, elle éteignit la musique et fila vers le bureau avec l’impression d’être une héroïne affrontant un énième adversaire. Vik n’avait peur de rien hormis de perdre ce nouveau travail, celui qui pouvait lui offrir enfin un peu d’argent et un cocon dans lequel se lover avec sa fille. La porte se referma, les regards se télescopèrent. Certains avaient peur, d’autres faisaient mine de pointer leur minois sur des points inexistants de la pièce. Juliet reluquait Lars d’un sourire presque hautain, d’une assurance suprême et Vik elle, tournait légèrement sur sa chaise jusqu’au moment où le grand manitou venait à déposer son regard sur elle. Il lui fallu quelques secondes encore pour comprendre qu’il s’adressait à elle. Vik se leva instantanément, manquant de renverser sa tasse de café bouillante et de doigts tatillons, agrippa ses fiches. Show must go on. Janice, c’est bon à foutre à la poubelle. Pas de preuve, rien de croustillant, que des ragots qui frôlent la surface de la superficialité. MAIS, nous sommes un journal reconnu et aujourd’hui, nous devons changer notre ligne éditoriale parce que la ville change ! Vik tentait de freiner ses ardeurs mais le discours débuté, elle s’avançait dans l’espace, comme une oratrice de génie sans n’avoir jamais obtenu aucune formation pour tenir en liesse les foules. Et si trois-rivières était devenu  le centre névralgique de la corruption ? Le nouveau Hollywood et Las Vegas des vices du monde entier ? Les clubs pullulent et attirent des hommes et femmes aux passés troubles, la ville a augmenté son nombre d’habitants par deux mais qui sont vraiment vos nouveaux voisins ? Qui sont ces gens qui ne vivent que de nuit ? Un fight club a ouvert ses portes. Comment je l’ai découvert ? Par une foutue annonce sur internet ! Comme si trois-rivières était depuis plusieurs semaines, pris en otage par de nouvelles lois que seuls ces gens connaissent ! Alors voilà ce que je propose… Un petit silence pour attiser la curiosité et faire mordre à l’hameçon et elle reprenait devant les regards dépités de ses camarades qui se demandaient visiblement où elle voulait les conduire. Nous allons tous nous infiltrer dans ces clubs, forcer les confidences et découvrir qui a monté ce fight club, qui se présente chaque nuit au Grant ou au club 83. A chaque numéro du journal, une information supplémentaire tout en finesse comme si chacun de nos numéros était la suite d’un véritable polar en plusieurs parties ! Obligé d’acheter le numéro de la semaine précédente pour comprendre le suivant et nous dévoilerons au fur et à mesure, les visages découverts de ces gens qui prennent la ville en otage et la prenne pour leur nouveau terrain de jeu ! Les regards sont braqués sur nous alors fournissons leur de quoi frémir plus ils se retrouvent dans ces endroits mal famés ! On ne balance plus des informations à la Janice machin chouette et on passe à autre chose. Non, on creuse encore et encore, on attise la curiosité pour que le journal devienne une véritable institution justicière ! Clap de fin, les grand-mères en manque d’informations juteuses allaient en être ravies, se lécheraient les doigts à chaque nouvelle sortie. Vik se rassit, la respiration de celle, qui aurait couru un marathon. L’idée était là. Ne manquerait plus que l’approbation du grand chef et à rassembler toutes ces idées mal expliquées, ballotées de droite à gauche sans pourtant en perdre, leur véritable saveur, celle de l’idée scintillante au bout du tunnel.

©️ Grey WIND.

_________________

    I know what you think, the girl means business so I'll offer her a drink. Lookin' mighty proud I see you leave your table, pushin' through the crowd I'm really glad you came, you know the rules, you know the game.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
✩ messages : 86
✩ avatar : alexander skarsgård
✩ crédits : u.c
★ âge : 38
passe moi un bout du plaid
Sujet: Re: truth and my lies right now are falling like the rain. (#3riversdaily)   Dim 13 Mai - 9:49

Les regards convergent immédiatement en direction de Vik, dont la voix aiguë et irritante résonne aux quatre coins de la pièce. Bientôt, elle exprime ses idées afin de surpasser Janice Roy, ce n’est pas une énième exigence de Lars, mais une nécessité. La survie du journal est directement liée aux ventes et si, les lecteurs préfèrent s’évader entre les lignes ordurières du PupClub plutôt que d’être au coeur d’une actualité en perpétuel mouvement, le 3rivers daily court droit à sa perte. « Surveillez votre langage et réfrénez votre enthousiasme. Nous ne souhaitons pas assister à une nouvelle catastrophe. » Lars ne tolère aucun écart, pas une maladresse ou relâchement de la part de son équipe, pas même dans l’intimité des réunions. Il n’apprécie pas le langage fleuri employé par Vik, son vocabulaire argotique et familier lorsqu’elle s’exprime sur les papiers rédigés par Janice; même s’il y a une part de vérité dans ses propos, il apprécierait qu’elle fasse preuve de mesure et de maturité. Dans de grands gestes incontrôlés, elle se redresse précipitamment et manque de renverser sa tasse de café, un comportement enflammé qui l’irrite et dont il se passerait volontiers. Une main posée sur sa tempe, il est d’ores et déjà dépité par son engouement et sa fougue, mais reste attentif à ses paroles dans l’espoir d’y voir surgir l’ombre d’une idée brillante. Son regard balaie l’assemblée, il examine les réactions du reste de la rédaction face aux paroles de l’islandaise; ses pupilles d’acier s’attardent notamment sur Juliet, auprès de laquelle il cherche un soutien flou lorsqu’elle évoque, possédée par une étrange folie, un changement de ligne éditoriale. Rien de moins. Il lui suggérerait bien de commencer par assimiler les rudiments de la ponctualité avant de vouloir révolutionner la face du monde, mais reste silencieux. Apprendre à marcher avant de vouloir courir; une évidence. Alors, Lars s’éclaircit la voix dans un toussotement rauque, essaye de faire redescendre Vik de son piédestal sans lui couper directement la parole. Un certain malaise s’installe autour de la table, l’ambiance devient lourde et capiteuse; absolument glaciale lorsqu’elle glisse les noms des clubs les plus cotés de la ville. Lars les connait très bien, peut-être même trop bien pour oser intervenir. Immédiatement, l’image des deux propriétaires se gravent dans les méandres de ses pensées, d’un coté, le jeune et ambitieux Deven Grant, de l’autre, le charismatique et cruel Stanislas Castel. Il n’est pas certain d’avoir envie que ses filles s’aventurent là-bas pour dénicher des informations, pas convaincu qu’elles en reviennent en un seul morceau car la réputation de ces hauts-lieux de la nuit est conforme à la réalité. Puis, elle évoque un fight-club et il fronce les sourcils car, même avec son statut secret d’oiseau de nuit, Lars n’a jamais entendu le moindre bruit à ce sujet. Il se demande comment Vik peut avoir une longueur d’avance mais ne lui demandera pas afin de protéger le secret des sources. « C’est quoi cette histoire de fight-club ? Vous avez vérifié vos sources, vous vous êtes rendue sur place ? Je suis au regret de vous informer qu’il ne faut pas prendre pour argent comptant tout ce que l’on peut lire sur internet. » Lars intervient, entre colère et curiosité; déstabilisé par le fait qu’elle puisse le supplanter en étant à l’origine du scoop de l’année et lui faire perdre la face. Vik poursuit en expliquant vouloir mener des investigations plus poussées en infiltrant le Grant et le 83, il écoute ses desseins dans un rire étouffé. Une mauvaise idée, entre suicide et perte de temps gargantuesque. « Il faut déjà réussir à y entrer, dans l’un comme dans l’autre. » Loin de lui l’envie de devoir dévoiler en pleine réunion la nature de ses errances nocturnes mais, il a le pressentiment qu’il n’aura pas d’autre choix s’il veut calmer les ardeurs de la môme et l’empêcher de mettre son nez dans des affaires sensibles. Par chance, il sait qu’il est très peu probable que le cerbère qui garde l’entrée du 83 la laisse franchir le seuil de la porte rouge, même constat au Grant où sa couverture sera rapidement mise en lumière par la déséquilibrée qui trône derrière le zinc. « Nous n’allons pas perdre notre temps à enquêter dans ces endroits, pour la simple et bonne raison que tout le monde sait déjà ce qu’il s’y trame. » Mais que personne n’en dit mot car tout le monde est susceptible d’en ressortir perdant. « Paris illégaux, pyromanie, torture, drogue, alcool, prostitution; tous les maux des habitants de Trois-Rivières restent cantonnés à ces deux adresses et c’est très bien comme ça. Personne ne souhaite voir le fléau gangréner la ville; alors on ne publiera rien là-dessus. » Il était nécessaire de conserver un certain équilibre pour éviter tout risque d’émeutes, trop de personnes étaient impliquées et leurs éventuelles révélations couperaient celles de victimes peu précautionneuses, pas celles des véritables êtres à l’origine du chaos. Stanislas Castel et Deven Grant avaient encore de beaux jours devant eux. « Cependant, nous pouvons nous intéresser de plus près à ce mystérieux fight-club. » Rapidement, il noircit son agenda et prend quelques notes. Puis, il fait un tour de table et distribue les rôles. « Nous pouvons supposer que c’est un lieu qui attire les gros bras; les amateurs de sports de combat; Harley faites le tour des dojos et des clubs de boxe. » Son visage pivote en direction de Gill et Juliet assises l’une à coté de l’autre. « Juliet faites équipe avec Gill et allez faire un tour discret au Grant et au club 83. Vous ne prenez aucune initiative sans me prévenir et vous restez ensemble quoi qu’il arrive. » Une mise en garde qu’il sait nécessaire tant ces endroits peuvent être malfamés et les propriétaires d’une impulsivité peu descriptible. « Vik, vous m’accompagnez. Nous allons localiser cet endroit et mettre un nom sur celui qui en est à l’origine; du moins s’il existe. » Tout ne repose peut-être que sur des rumeurs, mais Lars doit personnellement s’en assurer afin que le 3rivers reste la première source d’informations de la ville.

@vik nilsen @juliet carstairs @harley besson @gill koskinen

_________________
Like a bird without a song.
as i walk through the valley of the shadow of death, i take a look at my life and realize there's not much left; coz I've been blastin and laughin so long, that even my mama thinks that my mind is gone ✻ (lars vranken).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: truth and my lies right now are falling like the rain. (#3riversdaily)   

Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  

 truth and my lies right now are falling like the rain. (#3riversdaily)

Page 1 sur 1


Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Welcome to PUP ! :: Chapter Two / Trois-Rivières. :: Je viens du Sud. :: Val Maurice.-

Sauter vers: